Pétrole : l'Opep revoit la demande à la baisse, le Brent chute sous les 65 dollars

 |   |  198  mots
L'organisation impute ces révisions à une consommation moins importante que prévu dans les pays riches de l'OCDE, qui représentent quasiment la moitié de la demande mondiale.
L'organisation impute ces révisions à une consommation moins importante que prévu dans les pays riches de l'OCDE, qui représentent quasiment la moitié de la demande mondiale. (Crédits : reuters.com)
Le prix du baril de Brent a chuté à son niveau le plus bas depuis cinq ans, après l'annonce par l'Opep d'une baisse de la demande provenant des membres du cartel pour 2015.

Croissance mondiale anémique et explosion de l'exploitation des schistes aux Etats-Unis forment un cocktail néfaste pour la demande de brut produit par l'Opep. L'Organisation des pays exportateurs de pétrole projette une demande de 28,92 millions de barils par jour (bpj) en 2015, soit 280.000 bpj de moins que sa précédente prévision, annonce-t-elle mercredi 10 décembre. Si cette prévision est vérifiée, ce niveau sera alors le plus faible des 12 dernières années, rappelle Bloomberg.

Dans le détail, le cartel de douze pays, qui pompe environ un tiers du brut mondial, prévoit une hausse de la demande de 1,12 million de barils par jour (mbj) en 2015, à 92,26 mbj, contre une augmentation de 1,19 mbj jusqu'à présent.

Une consommation en baisse dans les pays de l'OCDE

L'organisation impute ces révisions à une consommation moins importante que prévu dans les pays riches de l'OCDE, qui représentent quasiment la moitié de la demande mondiale. La croissance économique de ce groupe de pays ne devrait pas dépasser 1,8% cette année et 2,1% en 2015.

Le prix du Brent est alors passé sous la barre des 65 dollars mercredi, note Bloomberg, le plus bas niveau depuis le 29 septembre 2009.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/12/2014 à 9:00 :
Les "analystes" des agences de presse ne voient qu'une partie d'une situation, c-à-d, celle qui leur plaît et à leur patrons. Le prix du baril à la baisse favorise le profit des consommateurs, certes, mais nuit énormément celui des exploitants et distributeurs. Or est-ce que tout le réseau d'exploitation et distribution ne compte pas pour ces "analystes" d'agence ? on verra bien lors de l'inéluctable hausse qui va venir, il y aura bien des grimaces...
a écrit le 11/12/2014 à 0:22 :
Les US ont encore mal "visé". Ils ne pourront pas tenir avec un pétrole aussi bas. Leurs pétrodollars leur manqueraient trop.
a écrit le 10/12/2014 à 21:30 :
... pour des raisons écologiques on va augmenter les taxes .... ! l'occasion rêvée !
a écrit le 10/12/2014 à 19:49 :
obtenus, le gaz de schiste ne vaut plus un kopeck, et le gaz russe pas plus, un bon coup joué pas nos amis arabes aux deux puissances qui jouent les caïds!
a écrit le 10/12/2014 à 19:02 :
le chef économiste de Saxo Bank évoque l'éventualité d'un renflouement du secteur Oil&Gas US par le gouvernement car la baisse du pétrole commencerait à peser sur l'économie ricaine. celle-ci serait donc pas mal tirée par les dépenses d'exploration/production (en plus des crédits auto subprimes) ?
a écrit le 10/12/2014 à 18:26 :
le litre de gazole à la pompe en 2002 : 0,605 € brent a 68 $ avec un € plus haut
le litre de gazole à la pompe en 2014 : 0,605 € brent a 68 $
Réponse de le 10/12/2014 à 18:29 :
Pardon
le litre de gazole à la pompe en 2014 : 1,135 € brent a 68 $
a écrit le 10/12/2014 à 18:23 :
Donc l'état perd de l'argent puisque la TIPP comporte une partie de TVA . A quand une taxe fixe par litre sur l'essence et le GO afin de pouvoir constater vraiment les hausses ou les baisses à la pompe et savoir quelle est la fiscalité reelle
a écrit le 10/12/2014 à 18:20 :
le prix a été divisé presque par 2, mais nos Gouvernants ont mis des taxes en centimes et non pas en pourcentage ....

donc à la pompe on ne voit qu'une très légère différence
Y a des fois ou ils sont malins non ?
Réponse de le 10/12/2014 à 19:00 :
Cela fait plus de 30 ans que tous les français ont compris qu'ils sont dirigés par des mafieux cependant ils ne font rien pour que cela change. De véritables veaux!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :