Pétrole : pourquoi la chute des prix va tout changer

 |   |  180  mots
(Crédits : reuters.com)
[Replay 28'] La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, pourquoi la chute des prix du pétrole va tout changer

Après une chute vertigineuse de cinq mois, les prix du pétrole ont atteint aujourd'hui leur taux le plus bas en cinq ans. Economie, géopolitique, environnement : quelles vont être les conséquences de cette baisse inattendue des prix du pétrole ?

28 minutes

MISE AU POINT
Par Sandrine Le Calvez

RETROVISEUR
Par Marc-Antoine de Poret

Le deuxième choc pétrolier
1978 : retour en images sur le deuxième choc pétrolier dans le Rétroviseur de Marc-Antoine de Poret.

VU D'AILLEURS
Par Juan Gomez

Venezuela : le pétrole fait vaciller le pouvoir chaviste
Le Venezuela est un des grands perdants de la chute des cours du pétrole. Toute son économie repose sur l'or noir. Et c'est une première étonnante, le pays doit désormais importer du brut d'Algérie...devenu moins cher que la production nationale.

DEBAT
Pour en débattre, Yves Cochet, ancien ministre de l'Environnement, Dominique Seux, directeur délégué de la rédaction des « Échos » et Philippe Chalmin, économiste, professeur à l'Université Paris-Dauphine.

_____

>>> Suivez 28 minutes sur le site de l'émission
sur
 Twitter @28minutes et sur Facebook

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/12/2014 à 19:21 :
Le prix du pétrole ne cesse de dégringoler et ce notamment en raison de plusieurs facteurs dont notamment un dollar us requinqué , une économie mondiale poussive et enfin l'exploitation du gaz de schiste aux états unis .
a écrit le 04/12/2014 à 6:58 :
Attention, le prix de l'énergie doit être comparé avec le cout du travail. Une baisse du prix pourrait entrainer une hausse du chomage. Il faut transférer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique.
a écrit le 03/12/2014 à 22:07 :
Qui se rappelle quand le prix du pétrole était de 20$, ce n'est pas si loin, vers l'an 2000.
Tous les spécialistes et économistes nous prédisaient une catastrophe si le pétrole allait au dessus de 30$, l'arrêt de toutes les économies avec 50$( carrément monde à la mad max) et personne n'imaginait les 100$. on est allé jusqu'à 150$, il y avait des reportages, des émissions partout des interviews, et là.. là seulement on a senti la prise de conscience, entre les 130 et 150( il a fallut aller jusque là!), les gens en avaient marre et d'un coup tout s'est débloqué, les gens se sont mis à prendre l'habitude d'économiser leur énergie, de sortir moins avec leur voitures, de chauffer moins leur maison, et les prix ont dégringolé direct jusqu'à 30$, ils ont remonté ensuite vers les 110$ puis a stagné, mais voilà, on était passé dans la logique du renouvelable et d'économiser comme "évidence" pour n'importe qui. On peut dire merci donc au pétrole pour être monté tellement haut, mais maintenant ce n'est plus nécessaire, les prix peuvent donc baisser, les pays producteurs ayant une population en forte augmentation se concurrencent pour boucler leurs budgets, ils ne peuvent pas baisser leurs quotas( chacun pour soi), mais remarquez à quel point la russie n'en a pas besoin( l'iran non plus qui cherche le nucléaire justement pour se passer de pétrole), et pour cause elle vend surtout du gaz( avec des contrats long terme) et non du pétrole et de plus ses besoins sont bien moins importants que les pays de l'opep car sa population n'augmente pas, la Russie a une myriade d'autres ressources naturelles à vendre et se détourne de plus en plus vers l'extrême-orient. Il semble que l'Arabie saoudite cherche d'abord en effet à détruire les producteurs de pétrole de schiste d'amérique du nord, le grand débat est donc de se demander si l'alliance américano-saoudienne( Pacte du Quincy de 1945 renouvelé en 2005) est morte ?
Réponse de le 04/12/2014 à 8:11 :
Pas mal de choses inexactes...
- Ce ne sont pas les économies d'énergie qui sont à l'origine de la chute des cours (mais la crise économique en 2008 et l'excès d'offre liée au pétrole de schiste maintenant)
- La Russie exporte en réalité bien plus de pétrole que de gaz
- Ses contrats long terme de gaz sont indexés sur les cours de pétrole
- Sa population augmente
- L'Iran ne se passera pas du pétrole, avec ou sans nucléaire (c'est pratiquement sa seule exportation)
- Ces deux pays sont particulièrement touchés par la baisse des prix du pétrole
a écrit le 02/12/2014 à 17:58 :
C'est ceux qui consomment autant que leur véhicule qui vont maintenant trouver que le prix du pastis est intolérablement élevé :-)
a écrit le 02/12/2014 à 15:38 :
La chute des prix est un ralentisseur de la transition énergétique, un manque a gagné en taxes diverses, un accélérateur de la déflation!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :