Areva : "en France, aucun licenciement n'est envisagé" (Macron)

 |   |  376  mots
Areva, détenu à près de 87% par des capitaux publics, emploie aujourd'hui environ 45.000 personnes dans le monde, dont 30.000 en France.
Areva, détenu à près de 87% par des capitaux publics, emploie aujourd'hui environ 45.000 personnes dans le monde, dont 30.000 en France. (Crédits : reuters.com)
Après une première vague de suppressions de postes en Allemagne, le groupe nucléaire, en grande difficulté financière, va réduire ses effectifs en France, où il emploie 30.000 personnes, et supprimer au total dans le monde entre 5.000 et 6.000 postes. Le ministre de l'Économie Emmanuel Macron va rencontrer les syndicats le 22 mai.

Publié le 07/05/2015 à 07:54. Mis à jour le 07/05/2015 à 14:59.

Le spécialiste du nucléaire Areva va supprimer entre 3.000 et 4.000 postes en France dans le cadre de son plan d'économies dont le volet social était évoqué jeudi 7 mai avec les syndicats, a déclaré le directeur des ressources humaines du groupe, François Nogué. Au total, le groupe supprimera de 5.000 à 6.000 postes dans le monde.

"En France, aucun licenciement n'est envisagé et les sites de production seront préservés", a affirmé dans une déclaration transmise à l'AFP Emmanuel Macron, qui s'est entretenu dans la matinée avec Philippe Varin et Philippe Knoche, respectivement président du conseil d'administration et directeur général du groupe. Le ministre de l'Économie recevra les syndicats d'Areva le 22 mai.

Les frais de personnel de l'ordre de 50% du chiffre d'affaires

Le groupe nucléaire avait annoncé un peu plus tôt viser une réduction de ses frais de personnel de l'ordre de 15% en France et de 18% dans le monde d'ici à 2017 dans le cadre de son plan de compétitivité.

"L'atteinte de cet objectif reposera sur différents leviers : l'emploi, la rémunération, l'organisation de la production et du temps de travail", précise Areva.

Les frais de personnel du spécialiste du nucléaire atteignent aujourd'hui entre 3,5 milliards et 4 milliards d'euros, un niveau qui n'est plus soutenable par rapport aux 8 milliards de chiffre d'affaires du groupe, a souligné François Nogué. "L'effort sera plus important pour les fonctions support, corporate et siège", afin de préserver les compétences du groupe dans les activités nucléaires, a-t-il ajouté au cours d'une réunion avec la presse.

Difficultés financières

Le groupe, qui a accusé une perte nette de près de 5 milliards d'euros l'an dernier, a annoncé un plan d'économies de 1 milliard d'euros d'ici à 2017. S'il a souligné que l'amélioration de sa politique d'achats et de sa productivité constituaient d'importants leviers d'économies, les nouvelles suppressions d'emplois en parallèle n'ont pas été évitées. En mars, Areva avait déjà annoncé la suppression de 1.500 postes en Allemagne.

     Lire : Areva : comment en est-on arrivé là ?

Areva, détenu à près de 87% par des capitaux publics, emploie aujourd'hui 41.847 personnes dans le monde, dont environ 30.000 en France.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/05/2015 à 12:05 :
On va payer , comme d'habitude , pour Areva, la SNCM, les réformes pas faites etc, Il avait bien raison Cameron de prévoir une Angleterre à la Hollande si le Labour avait gagné; pas mieux pour retourner une opinion.
a écrit le 08/05/2015 à 9:01 :
" Areva : comment en est on arrivé là ? "
.../...
pas besoin de lire l'article qui porte ce titre : on a la ( les réponses ) ci dessus :
frais de personnel : 50 % du chiffre d'affaire ...
5000 à 6000 postes ( on n'est pas à 1000 près ) dont 3 à 4000 en France ...
et , le gouvernement ( Macron ) qui dit ( dans les médias ) : " aucun licenciements .."
.../...
comment peut on faire ce type d'annonce aux médias ?
comment cette annonce peut etre faite par le gouvernement ( qui avec ses 87 % est bien sur representé dans l'entreprise , mais qui ...ne represente pas ...l'entreprise ) ?
.../...
bien sur , on a compris : pre-retraites , etc , etc ...
a écrit le 08/05/2015 à 5:52 :
Il faut savoir lire entre les lignes. Il n y aura pas de licenciement mais des départs volontaires !!! Le principe est de faire un pse et de faire appel aux volontariat en proposant une prime supplémentaire. S il n y a pas assez de volontaires, on explique aux personnes ciblées qu il faut mieux qu elles partent avec cette prime qu elles restent et se fasse virer quand même sans la prime. Une fois le tout finit, on explique au petit peuple, qu il y a eu une réduction d effectif sans licenciement. Vive le socialisme et la pensée unique.
a écrit le 07/05/2015 à 20:59 :
avec tout les contras que HOLLANDE a signé en AFRIQUE l entreprise AREVAvat se relever les champions du nucleaire avec l argent du contribuable une entreprise privée comme AREVA aurait deja fermé boutiqe
a écrit le 07/05/2015 à 18:44 :
"en France, aucun licenciement n'est envisagé".
Il y aura donc une baisse générale des salaires ?
Ou alors un tour de passe-passe pour exfiltrer les 3000 emplois en question dans une structure dont les charges seront assumées par l'Etat ou l'assurance chômage ?
Réponse de le 07/05/2015 à 21:14 :
C'est faux ce que Macron dit, si, il y aura des licenciements en France. (plus de 3'000 apprend-on de bonne source)
a écrit le 07/05/2015 à 17:25 :
Et tout cela, la faute à qui et pour quelles raisons ? Il serait judicieux de chercher où sont passés tous ces milliards réellement !
a écrit le 07/05/2015 à 17:24 :
Areva un trust d' état , très mal géré par l' Etat français comme tous nos monopoles étatiques et aucune sanction pour les dirigeants comme Mme Lauvergeon et sa gestion calamiteuse, elle est haut fonctionnaire et est parti avec une belle enveloppe, mais là on entends pas les médias qui hurlent sur les dirigeants des boîtes privées !!!!!!
a écrit le 07/05/2015 à 17:18 :
Encore un magnifique succès d'une entreprise gérée par nos étateux aussi arrogants qu'incompétents. L'Etat monte au capital de Renault, fort de tous ces succès passés et en arguant de nombreux autres à venir.
a écrit le 07/05/2015 à 17:14 :
Areva accuse un déficit de 4,83 milliards d’euros et vient d'annoncer un plan d’économie qui inclue la suppression de 6000 postes de travail, parmi lesquels entre 3000 et 4000 se trouvent en France, c'est officiel et c'est logique. Comment se peut-il que Macron dise le contraire ? est-ce qu'il pense à assumer les salaires de ces milliers de postes perdus en France ? va-t-il dire le même des plans sociaux prévus aussi chez Renault Trucks (600 postes), Vallourec (900), Dim (265), Total (180), la Halle aux vêtements (1500), Radio France (300 à 400), les Galeries Lafayette (plus de 200) ?
On voit actuellement en France, plus que jamais, le flou total entre les déclarations des ministres, des responsables des syndicats et des chefs d'entreprise, un charabia stérile mais qu'aboutit toujours au même résultat : plus de chômeurs dans la rue !
a écrit le 07/05/2015 à 16:40 :
Exprimé ainsi , enfin ça rassure . pas de perte d'emploi . Mais au fait ..... comment fait on pour réduire la masse salariale en ne réduisant pas le nombre d'employés ?.......comme pour les 3000 véhicules militaires qui seront remplacés par des véhicules '' FORD '' au lieu du PEUGEOT ou RENAULT pour ne pas faire travailler des sans emploi . Il Faut avoir fréquenté de bonnes écoles pour pouvoir assimiler ...;
a écrit le 07/05/2015 à 15:40 :
J'attens toujours depuis le 1° juillet 2009 que la centrale EPR d'Olkiluoto / Finlande commence
à me délivrer du courant !!! Anne me l'avait promis !
a écrit le 07/05/2015 à 15:20 :
que fait il dans cette galère socialeuse de bras cassés?. Sauve toi l L avenir est devant toi Retourne dans le privé. Amicalement
a écrit le 07/05/2015 à 14:55 :
Anne Lauvergeon avait embauché à tour de bras des pseudogestionnaires et des contrôleurs de toute sorte qui nous cassaient les pieds au quotidien sans rien produire et finalement assez peu d'opérationnels. Encore une preuve de son indéniable talent à détruire de la valeur en plus d'Uramin et de l'EPR. Et dire qu'elle continue à pérorer en toute impunité dans sa start-up.
Réponse de le 07/05/2015 à 18:06 :
On a faillit lui donner des postes tres importants
Dans notre pays les relations sont plus fortes que toutes les incompétences
a écrit le 07/05/2015 à 13:17 :
Un beau succès à mettre au crédit d'apparatchiks irresponsables et arrogants de l'état. Le contribuable paiera comme toujours. C'est la routine...
a écrit le 07/05/2015 à 12:40 :
Lauvergeon pourra t'elle être attaquée au pénal pour la destruction de ces milliers de vie ? pour sa gestion calamiteuse ?
a écrit le 07/05/2015 à 11:19 :
Un brevet de bonne gestion à Anne Lauvergeon et à sa gouvernance arrogante et autocrate et un de profundis pour AREVA.
a écrit le 07/05/2015 à 10:39 :
Ils ont droit à cette bonne reprise.
La croissance est là grâce à L'Hirondelle d'hiver socialiste.
a écrit le 07/05/2015 à 10:33 :
Le marché du travail correspondra toujours à des flux: entrée/sorties. La baisse du chômage correspond à des entrées supérieures aux sorties. Dans cet article est résumée la situation française, ou des emplois sont supprimés mais ou peu et dans tous les cas insuffisamment d'emplois sont crées. On voit bien que le marché est bloqué. Les blocages, on les connaît: instabilité, fiscalité, partenaires sociaux. AVEC UN CHOMEUR SUPPLEMENTAIRE TOUTES LES 3 MINUTES, LA FRANCE S'EST VUE IMPOSER PAR SES DIRIGEANTS SOCIALISTES DE DROITE ET DE GAUCHE UN CHOMAGE DE MASSE D'AUTANT PLUS INTOLERABLE ET SCANDALEUX QUE C'EST DANS L'INDIFFERENCE LA PLUS TOTALE ET LE REFUS DE CHANGER !!
Réponse de le 07/05/2015 à 14:19 :
Anne Lauvergon, bonne gestionnaire, pense comme vous. les pertes d'AREVA viennent du marché du travail français, la blague de l'année. quittez votre emploi pour un emploi précaire comme vous le demandez aux autres.
a écrit le 07/05/2015 à 10:33 :
Que sont 3000 emplois perdus dans le nucléaire comparés aux millions d'emplois revendiqués dans les rapports qui promeuvent la transition énergétique depuis les années 2000 ? La France va bientôt devoir avoir recours à l'immigration car nous n'aurons plus de mains d’œuvre pour satisfaire la demande ... Et dire que les gens qui pondent de tels rapports continuent allégrement à prédire notre avenir commun ... Auront-ils la décence de se taire, rien n'est moins sûr ?!
Réponse de le 08/05/2015 à 7:29 :
Les rapports qui racontent la vérité , difficile à écouter , on ne les sort jamais. Directement au fond du placard. Car très mauvais pour se faire ré élire .
a écrit le 07/05/2015 à 10:01 :
Bravo Anne LAUVERGEON du MEDEF pour votre bonne gestion. Votre cout du travail était bien mérité.
Réponse de le 07/05/2015 à 11:22 :
Anne Lauvergeon n'est pas une patronne d'entreprise privée , c'est une pure fonctionnaire sortie du système français, placée là parce qu'elle était pote avec Mitterrand.
la gestion des entreprises publiques est catatrophique
a écrit le 07/05/2015 à 8:06 :
Merci Âne
Réponse de le 07/05/2015 à 9:09 :
comment ca? vous trouvez donc que 1 million d'euro de salaire annuel pour avoir mener une société à la faillite, ce n'est pas normal?
voyons!
Réponse de le 07/05/2015 à 9:11 :
notre chère ( très chère ) anne avait déclaré la fin de l'homme blanc occidental chez Areva, elle avait raison :-)
pendant ce temps , les Russes ont annoncé un carnet de commande ) l'export de 100 milliards de dollars
Réponse de le 10/06/2015 à 11:13 :
Ne vous inquiétez pas ... Anne n'était pas la seule! Elle est partit mais les autres sont restés.
Avant la grande coupe dans le personnel ils se sont bien tous recasés et même des couches hierarchique se sont rajoutées.....
Malheureusement la grande coupe de personnel se fera encore sur les petites mains.
Les dirigeants sont toujours à leur place et bien au chaud avec leur bonus et leur belles primes diverses à 6 chiffres

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :