Le coût des déboires du nucléaire s’envole pour EDF : près de 30 milliards d’euros sur l’Ebitda

L'électricien réévalue à 29 milliards d'euros l’estimation de l’impact de la baisse de sa production sur l'Ebidta du groupe, contre 24 milliards d'euros précédemment. Le parc nucléaire d'EDF est aujourd'hui très affaibli par un problème de corrosion, qui l'a obligé à mettre à l'arrêt 12 réacteurs. Il se retrouve contraint d'acheter des électrons manquants à prix d'or sur les marchés.
(Crédits : SARAH MEYSSONNIER)

L'année 2022 sera encore plus noire que prévu pour EDF. Pour la énième fois, l'électricien historique réévalue à la hausse l'impact de la baisse de sa production nucléaire sur son bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (Ebidta).

Le groupe tricolore, qui attend la nomination de son nouveau patron, estime désormais que cette baisse de production l'amputera de 29 milliards d'euros sur l'exercice 2022, contre une estimation de 24 milliards en juillet dernier. Depuis fin 2021, EDF a déjà relevé à plusieurs reprises cette estimation. L'avant-dernière était située à 18,5 milliards d'euros. En 2022, sa production nucléaire devrait être proche de 285 TWh, bien loin des 400 TWh dépassés systématiquement entre 2002 et 2015.

Cette nouvelle réévaluation s'explique par la poursuite de la flambée des prix de l'électricité sur les marchés de gros européens, alors que le parc nucléaire de l'électricien est très affaibli par un problème de corrosion sous contrainte, qui se matérialise par des micro-fissures sur des tuyaux en acier connectés au circuit primaire principal. Phénomène qui l'a obligé à mettre à l'arrêt 12 réacteurs, en plus des 17 réacteurs arrêtés pour des opérations de maintenance classiques. Résultat, EDF se voit contraint de racheter des électrons manquants à prix d'or sur les marchés.

EDF précise, par ailleurs, que ses objectifs à fin 2023 feront l'objet d'un réexamen "une fois que seront précisées les modalités de la régulation des prix de l'électricité pour 2023", alors que la cheffe du gouvernement a annoncé hier un plafonnement de la hausse des tarifs réglementés de l'électricité à +15% pour 2023.

Pour 2023, le groupe confirme l'estimation de sa production nucléaire située entre 300 et 330 TWh. Mardi dernier, il a annoncé que cette production se situerait entre 315 et 345 TWh en 2024, soit l'équivalent peu ou prou de la production nucléaire de l'année 2020, qui s'était écroulée en raison de la crise Covid. "Ces chiffres montrent que la crise électrique va durer jusqu'en 2024, au moins, et c'est inquiétant", estime Nicolas Goldberg, expert énergie chez Colombus Consulting.

Lire aussiÉlectricité : la production nucléaire d'EDF sera compliquée jusqu'en 2024... au moins

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 15/09/2022 à 20:47
Signaler
Bonjour, Sa coûte tres chère d'acheter de l'électricité.. Surtout avec 36 réacteur a l'arrêt, ils en faut beaucoup... Mais bon qui est responsables de l'entretien du parc nucléaire francais.... Responsabilité collective ou individuelle... probl...

à écrit le 15/09/2022 à 19:29
Signaler
Arretez de parler d EDF comme un enteprise independant. EDF c est l etat. Et ces 30 milliards sont a payer par les contribuables.

à écrit le 15/09/2022 à 19:19
Signaler
Parlons fric avant technique. 24h de fonctionnement d'un réacteur 1300MW à 1000 Euros du Mégawatt sur le marche cela représente 31Millions. Oui, c 'est le prix lorsque un réacteur ne fonctionne pas une journée ! Comme dans toute entreprise, les per...

le 16/09/2022 à 11:42
Signaler
enfin un commentaire intelligent et documenté , c'est suffisamment rare pour être souligné

à écrit le 15/09/2022 à 13:11
Signaler
Une plaque et 2 rivets devraient suffire pour étancher les fissures 🤣🤣.

à écrit le 15/09/2022 à 11:54
Signaler
J'ai du mal à comprendre la cohérence de ces prévisions de production (+15 à +20% d'ici deux ans) avec l'annonce de la direction d'EDF "Les 26 réacteurs nucléaires français aujourd'hui à l'arrêt devraient avoir redémarré leur production d'électricité...

le 15/09/2022 à 13:32
Signaler
Qui vivra verra. ou pas , #tchernobyl

le 15/09/2022 à 13:51
Signaler
La France aurait pu etre plus ambitieuse sur les eoliennes offshores ,comme la Chine et les USA principalement. Discuter sur une technologie chere, complexe, mal maitrise et alimentee par de l uranium importe est une aberration . Meme des pays ,comme...

le 15/09/2022 à 13:53
Signaler
il faut punir ceux qui ont mis la france dans cette etat les responsables sont faciles a trouver. c'est a eux de payer le surcout de leur lâcheté Idem pour ceux qui au niveau européen ont inventé cette arnaque oui c'est une arnaque

à écrit le 15/09/2022 à 11:50
Signaler
30 milliards de perdu en 1 an a cause de sous-investissement en maintenance ???? C'est hallucinant ! ils reussissent a faire 2x pire que l'EPR qui etait deja un cas... A un moment il faut accepter une part de risque et reouvire ces 12 centrales ...

à écrit le 15/09/2022 à 11:46
Signaler
Question subsidiaire : est ce que les époux Lauvergeon (dont le mari d'Anne : Monsieur Fric ça ne s'invente pas..) se sentent un peu concerné par le naufrage du nucléaire français auquel nous assistons ? Anne Lauvergeon patronne du nucléaire français...

à écrit le 15/09/2022 à 11:25
Signaler
Le principal impact est dû au fait qu'EDF est obligé par Macron de vendre à perte à ses pseudos concurrents en France 40% de sa production électro-nucléaire civil. C'est ce à quoi est obligé France Telecom/orange depuis 25 ans pour son réseau, ses ...

le 15/09/2022 à 12:22
Signaler
Un producteur de pommes de terres qui voit sa production divisée par deux car ses champs sont en friches, ne doit il pas s'attendre a une baisse de ses revenus? Ou bien doit-il pretendre que c'est uniquement la faute des consommateurs qui devraient ...

à écrit le 15/09/2022 à 11:18
Signaler
Polytechnique et ENA , vraiment de très bonnes écoles? Ils serait tant d'élargir à d'autres formations les responsables du pays, il y a urgence.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.