Environnement : la nomination du climato-sceptique Scott Pruitt approuvée par le Congrès

 |   |  544  mots
Scott Pruitt confirmé à la tête de l'agent de protection de l'environnement américaine
Scott Pruitt confirmé à la tête de l'agent de protection de l'environnement américaine (Crédits : Reuters)
Malgré la vive opposition suscitée depuis l'annonce de sa nomination en décembre, le Congrès a confirmé vendredi l'ancien procureur général de l'Oklahoma à la tête de l'Agence américaine de protection de l'environnement.

Le tollé provoqué par l'annonce de sa nomination n'y aura rien changé : le procureur général de l'Oklahoma, connu pour ses positions climato-sceptiques et ses attaques répétées contre l'Agence de protection de l'environnement EPA (Environmental protection agency), vient d'être confirmé à la tête de l'agence dont il a réclamé la suppression à plusieurs reprises par le passé. C'est par 52 voix contre 46 que le Sénat a voté en faveur du choix pour le moins controversé du Président Trump.

Intérêts partagés avec le secteur pétrolier

En tant que procureur général, il a attaqué l'EPA plus d'une dizaine de fois, la plupart du temps de concert avec les grandes compagnies pétrolières américaines afin d'entraver la mise en œuvre de réglementations environnementales majeures. Ce secteur a d'ailleurs contribué au financement de ses campagnes pour 300 000 dollars. Se défendant de prendre le parti de telle ou telle société en particulier, il affirme en revanche défendre un secteur économique majeur dans son état de l'Oklahoma. D'ailleurs, les démocrates Joe Manchin et Heidi Heitkamp, représentant respectivement la Virginie occidentale et le Dakota du Nord, ont voté en sa faveur.

Contestant la part de l'action humaine dans le réchauffement climatique, il s'est notamment opposé avec constance au rôle, de son point de vue disproportionné, de l'agence par rapport aux états.

L'un des principaux détracteurs de l'agence, perçue comme un outil essentiel de la politique climatique d'Obama en matière de qualité de l'air et de l'eau, les émissions de gaz à effet de serre et la pollution face à l'obstruction systématique du congrès, Scott Pruitt est allé à plusieurs reprises jusqu'à en souhaiter la suppression.

Une bonne nouvelle pour l'industrie automobile

Dès les tout prochains jours, Trump, qui devrait rendre visite à l'EPA, pourrait y signer quelques décrets autorisant son nouveau président à annuler des réglementations, à commencer par le corpus emblématique de l'ère Obama en matière de climat : le Clean Power Plan. Destiné à plafonner les émissions des automobiles, il constitue le principal outil permettant aux Etats-Unis d'atteindre les objectifs de diminution de gaz à effet de serre auxquels ils se sont engagés dans le cadre de l'Accord de Paris. On s'attend également à ce qu'il démantèle certains bureaux et programmes de l'EPA, ce qui engendrerait des suppressions de postes dans une agence qui emploie aujourd'hui 15.000 personnes.

Ni la lettre ouverte au Congrès adressée par près de 800 anciens fonctionnaires de l'agence le sommant de rejeter cette nomination, ni la requête d'un juge de l'Oklahoma pour que Scott Pruitt révèle quelque 3000 courriels échangés avec l'industrie pétrolière n'auront donc suffi à empêcher cette nomination. Celle-ci fait déjà les affaires de l'industrie automobile. Ses représentants avaient adressé voilà quelques jours un courrier à Donald Trump lui demandant de revenir sur les réglementations limitant les émissions des véhicules instaurées par l'administration Obama à l'horizon 2025 et susceptibles d'être encore durcies à la demande de l'EPA d'ici à 2018. Une hypothèse qui apparaît aujourd'hui fort improbable, à l'inverse des permis de forage de pétrole et gaz de schiste et autres exploitations minières à proximité de cours d'eau.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/02/2017 à 9:55 :
Le scepticisme n'a pas droit de citer dans le dogme que l'on nous a construit!
Réponse de le 21/02/2017 à 21:49 :
Le scepticisme est une bonne démarche.

Après 40 ans d'évidences c'est du déni de réalité.
a écrit le 20/02/2017 à 17:46 :
Les gars plutôt que de parler des tyrans après qu'ils aient été élus et si vous en parliez avant tout simplement ?

"http://www.latribune.fr/depeches/reuters/KBN15Z1QC/perquisition-au-fn-dans-le-dossier-des-assistants-parlementaires.html"

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :