Gaz de schiste : la Grande-Bretagne suspend la fracturation hydraulique par crainte de séisme

 |   |  329  mots
Les travaux exploratoires visant à déterminer si le schiste peut être une nouvelle source d'énergie domestique au Royaume-Uni (...) ont désormais été suspendus - à moins que des preuves supplémentaires qu'il peut être acheminé en sécurité ici ne soient apportées, dit dans un communiqué le département des Affaires et de l'Energie.
"Les travaux exploratoires visant à déterminer si le schiste peut être une nouvelle source d'énergie domestique au Royaume-Uni (...) ont désormais été suspendus - à moins que des preuves supplémentaires qu'il peut être acheminé en sécurité ici ne soient apportées", dit dans un communiqué le département des Affaires et de l'Energie. (Crédits : Reuters)
Londres a annoncé samedi l'imposition immédiate d'un moratoire sur la fracturation hydraulique ("fracking"), expliquant que cette technique d'extraction de pétrole de schiste pouvait engendrer des dérèglements pour les communautés locales avec un risque de secousses sismiques.

Coup d'arrêt. La Grande-Bretagne a annoncé samedi l'imposition immédiate d'un moratoire sur la fracturation hydraulique ("fracking"), expliquant que cette technique d'extraction de pétrole de schiste pouvait engendrer des dérèglements pour les communautés locales avec un risque de secousses sismiques. Le gouvernement conservateur du Premier ministre Boris Johnson avait par le passé indiqué son soutien pour l'industrie du pétrole et du gaz de schiste, alors qu'il entend réduire la dépendance du pays à l'égard des importations de gaz naturel qui est utilisé pour chauffer 80% des foyers britanniques.

Mais la fracturation hydraulique, nouvelle technologie qui a modifié le paysage mondial de l'énergie et provoqué un essor de la production, est dénoncée par les environnementalistes qui la considèrent en contradiction avec l'engagement de la Grande-Bretagne de réduire à néant les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050. "Les travaux exploratoires visant à déterminer si le schiste peut être une nouvelle source d'énergie domestique au Royaume-Uni (...) ont désormais été suspendus - à moins que des preuves supplémentaires qu'il peut être acheminé en sécurité ici ne soient apportées", dit dans un communiqué le département des Affaires et de l'Energie.

Cette décision, qui survient au début de la campagne électorale lancée par Boris Johnson en vue des élections anticipées du 12 décembre, a été prise après le compte-rendu d'un incident en août dernier sur un site contrôlé par le groupe d'énergie britannique Cuadrilla près de Blackpool, dans le nord de l'Angleterre, où un tremblement de terre de magnitude 2,9 a secoué des habitations. Plusieurs centaines de manifestants ont été arrêtés ces dernières années pour avoir tenté de perturber les opérations de Cuadrilla dans le cadre d'un mouvement "anti-fracking". La fracturation hydraulique en Angleterre avait seulement repris l'an dernier après un moratoire de sept ans décidé à la suite de deux secousses sismiques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/11/2019 à 10:10 :
Il faut d'urgence lancer un plan franco-britannique de construction de 12 EPRs
a écrit le 03/11/2019 à 10:52 :
Blackpool n'est pas loin des mines de charbon du Lancashire exploitées pdt les 19 et 20eme siècle qui ont transformé le sous sol en vrai gruyère sur plusieurs centaines de m de profondeur.
Les secousses provoquées par la fracturation hydraulique peuvent provoquer des effondrements de vieilles galeries dont l'onde de choc peut être enregistree par les sismometres et conduire à des effondrements de terrains ou des failles en surface, comme ça a été signalé ds certaines zones minières des Hts de France.
Avec en plus la pollution des nappes par la contamination des agents chimiques, ce sont des investisseurs totalement nuisibles et improductifs. A bannir définitivement !!!
D'autant plus que la ressource éolienne offshore ou le long des côtes ouest ou sur les crêtes des Highlands st une mine inépuisable d'énergie abondante renouvelable sans investissements exhorbitants.
Dogger Bank, 2 fois moins cher à puissance égale que Hinkley Point est un bon début...Continuez!! Vous pouvez devenir autosuffisant en exploitant au mieux cette ressource et exporter pourquoi pas de l'électricité verte sur L'UE.
Donc Bojo! Ça ne vaut vraiment pas le cout faramineux de copier la médiocrité du gd frere US sur ce coup, même si ta décision devenue soudainement vertueuse est plus vraisemblablement électoraliste.
a écrit le 02/11/2019 à 17:40 :
En Europe, 3/4 du gaz naturel est utilisé pour la production de chaleur.

Avec le trio isolation, chauffage solaire et chaudière biomasse à haut rendement, l'Europe peut réduire fortement sa consommation de gaz. Et ceci jusqu'à la fin des temps.

Avec aussi, à la clé, un gain en terme de géopolitique puisque que, en Europe, 3/4 du gaz est importé.
Réponse de le 04/11/2019 à 14:35 :
"Avec le trio isolation, chauffage solaire et chaudière biomasse à haut rendement, l'Europe peut réduire fortement sa consommation de gaz."

Ah bon ? Il y a assez de potentiel pour du chauffage solaire ou biomasse pour toute l'Europe ? Vous en êtes sûr ? Vous avez des données pour le montrer ?

Quant à l'isolation, c'est bien, mais ça entraine en général un effet rebond (les consommateurs en profitent en général pour augmenter leur température de chauffage, et pas pour diminuer leur consommation).
Réponse de le 05/11/2019 à 19:13 :
Oui, l'Europe peut réduire fortement sa consommation de gaz

Oui, et ceci pour une raison très simple, une très grande partie du gaz sert à produire des températures entre 20 et 100 C°.

Aujourd'hui la plus vieille maison isolée de France qui a presque 100 ans, . Une maison où il fait chaud en hiver et frais en été.

Le plus ancien chauffage solaire connu a 57 ans. Or aujourd'hui on sait stocker de l'eau chaude pendant très longtemps.

Avec certains ballons de stockage, même avec une température ambiante de 0 C°, l'eau perd moins de 2 C° par semaine.
a écrit le 02/11/2019 à 13:48 :
Je ne suis pas d'accord, il faut faire rendre à la Terre tout ce qu'elle peut donner et plus encore si possible. Extraire toutes les ressources naturelles et tout bien polluer jusqu'à ce qu'elle ne soit plus habitable. Les méga riches ont bien compris que ça finirait ainsi, qui ne pensent qu'à envoyer des fusées et trouver un autre endroit à coloniser, se retrouver entre soi. La Terre n'est désormais pour eux plus qu'une source de "ressources" destinée à réaliser leur objectif.
Réponse de le 02/11/2019 à 16:33 :
Deux évidences contredisent malheureusement votre propos :
- (1) la terre finira de toute façon par disparaitre
- (2) la démographie est le principal facteur de pollution de la planète.
Réponse de le 04/11/2019 à 5:06 :
Sauf que le projet de voyage dans l'espace pour coloniser d'autres mondes est encore moins à portée que de fabriquer de l'électricité en continu avec des ventilateurs intermittents. La réalité c'est nous auront besoin d'un mixte, de tout ce que nous savons faire y compris le nucléaire, pendant encore longtemps.
a écrit le 02/11/2019 à 12:04 :
Les anglais ont un temps de chien tout l hiver avec du vent à en revendre

Il suffit de mettre des éoliennes en mer

Le problème doit sûrement des ayatollahs vert qui sont contre tout
a écrit le 02/11/2019 à 10:59 :
C'est une décision irrationnelle. Un séisme de 2.9 de magnitude passe totalement inaperçu des populations, seul un sismomètre peut les détecter.
Par exemple, Il y a eu ce matin, peu après 6h00 un séisme de magnitude 2.8, à 30 km de Pau.
Personne n'en entendra jamais parler, à part les scientifiques du réseau de surveillance français parce qu'ils n'y a eu aucune conséquence en surface.

La décision de stopper Cuadrilla est purement politique, bojo a besoin de toutes les voix s'il veut rester au pouvoir et accomplir son dessein de sécession européenne.

A la limite, on pourrait entendre que les gaz de Schiste sont incompatibles avec la trajectoire de décarbonation énergétique mais il faudrait aussi que le RU cesse toute production et recherche de conventionnels en Mer du Nord. Ce que bojo n'a aucunement l'intention de faire.

On n'est pas beaucoup mieux loti en France avec un gouvernement qui interdit toute recherche dans le conventionnel mais autorise la recherche et la production de gaz de houille.... cherchez l'erreur ( en l’occurrence ici le copinage à Bercy).
Réponse de le 02/11/2019 à 11:27 :
apparemment il y aurait corrélation malgré tout avec la reprise des recherches....et d autre part la fracturation est à l origine de désastre environnementaux en terme de pollution des sol......
quant on allume le gaz au robinet de la cuisine.....ça pose quand même quelques questions...
Réponse de le 02/11/2019 à 16:53 :
Les américains qui se sont penchés sur la question sur leurs champs, ont noté une corrélation évidente. Les fracs sont par nature des fissures provoquées, elles créent des micro séismes. A moins de déclencher une fracture dejà "energisée" par la tectonique globale, l'energie dissipée ne sera jamais supérieure à celle du fracking, autant dire rien (comparée à celle d'un séisme naturel.

Sur des champs sur-exploités, la plus forte secousse jamais induite a atteint la magnitude de 5.5. C'est suffisant pour ébranler un bâtiment vétuste et le fissurer mais sans plus.



Je suis toujours ennuyé quand on me parle de gasland. C'est un pamphlet non sourcé et les situations sont incomparables entre les USA et l'Europe,
à tous points de vue. Je peux vous allumer des feux dans n'importe quel marais où de la matière organique est en putréfaction anaérobie, ce n'est pas probant. De la même façon, un puits d'eau "sauvage" peut être contaminé facilement, et ceux de gasland, sans périmètre de protection, au milieu d'une cour de ferme sont déjà pollués par les déjections d'animaux et les produits chimiques agricoles.

En Angleterre, on parle d'un puits foré à 3000 m de profondeur dans les règles de l'art, avec des tubages successifs dont la cimentation et l'étanchéité sont contrôlées et testées et vérifiées par l'administration.

Ça n'a rien à voir avec des puits à 500 m forés et et fracturés en série et à la va vite, quasiment sans contrôle.
Réponse de le 02/11/2019 à 17:39 :
La question n'est pas qu'il soit ou non perceptible par les habitants mais que ces fissures provoquent la pollution des nappes phréatiques et finissent par se rejoindre, créant par là-même des fissures plus importantes.
Ce n'est simplement pas adapté à des zones à densité de population élevée.
Vu le désastre écologique au Canada d'ailleurs dans des zones peu habitées, on comprend que les populations soient plus que réticentes.
Ce serait complètement irresponsable de se lancer là-dedans et au prix actuel du pétrole, l'intérêt économique est totalement inexistant.
a écrit le 02/11/2019 à 9:50 :
Étrange non, plus ils retrouvent de marge de manœuvre se dégageant de la dictature financière européenne et plus leurs pensées s'allongent à long terme générant des analyses enfin pertinentes ?

Un hasard certainement...
Réponse de le 02/11/2019 à 12:30 :
Dictature financiere européenne ho ho ho !Les anglais n'ont jamais étés dans l'€ donc l'Europe n'a aucun regard sur les finances britanniques .............
Réponse de le 02/11/2019 à 13:14 :
Il ne tient pas la route votre commentaire, comme bien d'autres, puisque l'Allemagne et la France, piliers de l'UE, contre la dictature financière, avaient dit non à la fracturation hydraulique.
S'il y a un siège de la dictature financière en Europe, alors c'est à coup à La City.
Réponse de le 02/11/2019 à 17:07 :
@ multipseudos:

"Dictature financiere européenne ho ho ho !Les anglais n'ont jamais étés dans l'€ donc l'Europe n'a aucun regard sur les finances britanniques ............. "

Ah parce que pour toi la finance se limite à la seule monnaie ? T'es vraiment trop nul...

Harcèlement signalé.

@ alain d

"puisque l'Allemagne et la France, piliers de l'UE, contre la dictature financière, avaient dit non à la fracturation hydraulique."

Peut-être qu'ils n'ont pas voulu aller jusque là, ce n'est pas parce qu'ils sont en déclin qu'ils font systématiquement n'importe et parfois le hasard d'un intérêt particulier, d'une marge bénéficiaire à choyer peut faire prnerde de bonnes décisions, mon commentaire que vous ne comprenez pas donc visiblement mais n'hésitez pas àposer des question hein, ne se fondait pas sur un truc contre un autre.

"S'il y a un siège de la dictature financière en Europe, alors c'est à coup à La City. "

La citry oui a du décider de ces forages grotesques qui peuvent se justifier dans un pays immense comme les états unis mais dans des pays comme les notre bien trop petits non. Ensuite puisque vous n'avez presque pas diffamer, ce qui est un exploit, si je parle de dictature financière c'est un état d'esprit général, car toute la finance européenne s'est gavée au travers de la City.
Réponse de le 03/11/2019 à 11:08 :
Désolé de répondre un peu tard.
Je pense que Bojo acculé veut à tt prix être réélu avec une bonne majorité, d'autant que s'identifiant par mégalomanie au tombeur du Nazisme il veut rentrer ds l'histoire.
Mais pour vraiment y prétendre, il faut à mon sens qu'il interdise définitivement le gaz de schiste et non pas simplement le suspendre et s'oriente résolument vers l'éolien à gde échelle avec la vision à LT de produire de l'H2.
Réponse de le 03/11/2019 à 18:27 :
Déjà que la france devrait avoir honte de ne pas déployer l'éolien offshore et la marée motrice alors les anglais...

Par contre il serait indispensable de faire de véritables études pour savoir quelles sont les conséquences environnementales du bruit et vibrations des éoliennes offshore j'ai quand même un petit doute.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :