Gaz de schiste : la Soc Gen dénoncée pour son rôle actif dans l'exportation

 |   |  999  mots
Au Climate Finance Day organisé début décembre à Bercy, des militants des Amis de la Terre avaient défilé déguisés en escargots en tenue rouge et noire, couleurs de la banque, tandis que d'autres portaient des banderoles Société Générale à la traîne #StopRioGrandeLNG.
Au Climate Finance Day organisé début décembre à Bercy, des militants des Amis de la Terre avaient défilé déguisés en escargots en tenue rouge et noire, couleurs de la banque, tandis que d'autres portaient des banderoles "Société Générale à la traîne #StopRioGrandeLNG". (Crédits : DR)
Dans un rapport à charge publié ce lundi, l'association des Amis de la Terre pointe du doigt "l'assaut engagé par Société Générale sur un marché en pleine expansion", celui de l'exportation du gaz de schiste américain vers l'Europe sous forme de gaz liquide. Elle l'appelle à suivre l'exemple de BNP Paribas et à se retirer du projet texan controversé Rio Grande LNG.

[Article mis à jour le 13 mars avec les réponses de la Société Générale]

"Minimales", "insuffisantes" : les mesures annoncées par la Société Générale en décembre, notamment l'engagement à ne plus financer la production de pétrole issu de sables bitumeux, à la veille du One Planet Summit, avaient été jugées bien trop timides par l'association Les Amis de la Terre qui publie ce lundi matin un rapport à charge, "Société Générale, plein gaz sur les fossiles". L'ONG environnementale la qualifie de "super gazière" et de championne du gaz naturel liquéfié (GNL), du méthane refroidi à -161 °C pour atteindre son état liquide, souvent présenté comme "vert" alors que "le gaz est bel et bien une énergie fossile", dont la combustion produit certes moitié moins de CO2 que le charbon mais dont le bilan carbone sur 20 ans serait très mauvais. 

L'association demande notamment à la banque de La Défense de se retirer de son mandat de conseiller financier du projet de terminal d'exportation de gaz de schiste liquéfié Rio Grande LNG au Texas et de double gazoduc Rio Bravo Pipeline, porté par l'entreprise américaine NextDecade.

"Ignorant les impératifs climatiques et injonctions scientifiques, Société Générale persiste à financer à coup de milliards de dollars les énergies fossiles les plus polluantes dans le monde. Elle part à l'assaut d'un marché qui, en dépit du bon sens, est en pleine expansion : l'exportation de gaz, et notamment du gaz de schiste, sous la forme liquide.

Société Générale se positionne en leader du secteur aux États-Unis, appuyant la construction de nouveaux mégaprojets de terminaux d'exportation de gaz de schiste liquéfié aux impacts climatiques dramatiques. Détournant les interdictions légales, la banque contribue ainsi à faire arriver le gaz de schiste états-unien en France" écrit l'ONG dans ce rapport.

La Société Générale indique qu'elle a reçu l'association en janvier et lui a répondu dans un courrier adressé début février. Elle y précise  notamment qu'elle "travaille actuellement" à l'intégration des exclusions concernant les sables bitumeux et le pétrole en Arctique "dans [sa] politique sectorielle pétrole et gaz", qui sera rendue publique "dans les prochaines semaines."

Banque française la plus exposée

Les Amis de la Terre étayent leur plaidoyer en rappelant que, parmi les clients de la banque, se trouve l'opérateur texan Cheniere Energy, "qui a déjà signé des contrats avec EDF et Engie pour une exportation en France." L'association cite aussi un communiqué de NextDecade qui relève que Société Générale a été impliquée dans l'intégralité des projets de terminaux GNL autorisés aux États-Unis et a participé dans le monde à 45 opérations dans le secteur du gaz liquéfié. Sur la période 2014-2016, la banque française a "accordé plus de 2,4 milliards de dollars aux entreprises développant ces projets en Amérique du Nord".

"Société Générale [...] est ainsi la septième banque internationale et la première française la plus exposée au secteur, loin devant BNP Paribas, Crédit Agricole et Natixis" observe l'ONG.

En décembre, en dévoilant ses engagements sur la production des pétroles issus des sables bitumineux (mais pas sur les activités d'exploration, de distribution, de marketing ou de trading de ce type de pétrole, dont le processus d'extraction est parmi les plus polluants), la Société Générale avait souligné qu'elle se classait "parmi les leaders mondiaux du financement de l'énergie". Or les plus grands contrats ne se trouvent guère dans les énergies renouvelables et peu polluantes. "Pour un banquier, il est toujours très difficile de renoncer à un client" nous confiait récemment le responsable du développement durable d'un établissement concurrent.

De nouveaux engagements

La Société Générale précise dans son courrier à l'association qu'elle ira plus loin dans la mise à jour de sa politique pétrole et gaz:

"Cet engagement va au-delà de l'exclusion des transactions dédiées. Il couvre notamment les financements et services de conseil financier aux entreprises majoritairement impliquées dans l'extraction de sables bitumineux partout dans le monde et de pétrole en Arctique" assure la Société Générale.

Les Amis de la Terre espèrent faire jouer l'esprit d'émulation. L'association montre en exemple BNP Paribas, qui a pris en octobre dernier l'engagement de se retirer de tout le secteur du gaz de schiste, couvrant son exploration et sa production mais aussi son transport et son exportation sous forme liquéfié.

"Avec ces projets d'exportation, Société Générale contribue à faire entrer en France le gaz de schiste que nous avons banni il y a déjà 7 ans. L'hypocrisie est totale : si nous refusons le gaz de schiste en France, ce n'est pas pour le voir arriver par bateau des États-Unis, et avec la complicité d'une banque française" s'indigne Lorette Philippot, chargée de campagne Finance privée aux Amis de la Terre.

En mai dernier, l'organisation écologiste s'était invitée aux assemblées générales d'actionnaires de ces grandes banques, SG, BNP, Crédit Agricole et Natixis. Elle avait organisé un happening devant une agence de la Société Générale à Paris. Au Climate Finance Day organisé début décembre à Bercy, des militants des Amis de la Terre avaient défilé déguisés en escargots en tenue rouge et noire, couleurs de la banque, tandis que d'autres portaient des banderoles "Société Générale à la traîne #StopRioGrandeLNG".

La banque se défend d'être à la traîne. Elle souligne que sa "politique pétrole et gaz à paraître précisera les critères d'évaluation pour la limitation des fuites de méthane et du brûlage en torchère", un des points soulignés par le rapport de l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/03/2018 à 15:00 :
Si le pétrole a été le moteur de la croissance au XX siècle, le gaz sera celui du XXI et du XXII. Les ruses sont le numéro 1 et lorsque la paix sera revenue en Syrie, ils poseront leur gazduc et vont inonder l'Europe de l'ouest de gaz bon marché.
a écrit le 05/03/2018 à 18:09 :
@lapinblanc. Il faut arrêter avec les soi-disants méfaits de la fracturation hydraulique.On en est à des millions de forages effectués sur la planète , quelques-uns ont été mal faits ( par des non professionnels)Et quand vous faites un forage pour extraire de l'eau, vous êtes-vous demandé comment on fait, réponse :on fracture (exemple forage horizotaux en région parisienne pour la géothermie). Il existe par ailleurs des techniques de fracturation au gaz qui sont elles propres et qui permettent de séquestrer le CO2.
a écrit le 05/03/2018 à 9:48 :
Les bateaux qui passent au GNL(méthane) sont beaucoup plus vertueux pour la planète, hors CO2, que ceux (tous) qui brûlent du fuel maritime très² sulfuré (et acidifient les océans). Plus chers à l'achat mais économiques à l'usage.
Où est le juste milieu ? Des bateaux à propulsion nucléaire, zéro CO2. :-)
Ce gaz de schiste, il est acheté par GDF ? Pour le revendre au prix du marché ?
Réponse de le 05/03/2018 à 11:36 :
le plus gros pollueur est .. l avion.. avec leur carburant détaxé
a écrit le 05/03/2018 à 9:34 :
J'avais cru comprendre que les écologistes prétendaient que le gaz de schiste allait s'épuiser très vite. Les écologistes seraient -ils des incompétents?
D'aileurs le gaz de schiste est du biogaz, si je comprends bien les écologistes sont aussi contre le biogaz. Il leur reste à provoquer une guerre nucléaire pour supprimer 90% de la population alors il n'y aura plus de problème de réchauffement climatique, on pourra retourner dans nos cavernes se chauffer au bois même si cela nous fait crever du cancer mais à ce moment-là on ne saura même plus que l'on meurt à cause d'un cancer lié à la combustion du bois.
Réponse de le 05/03/2018 à 10:17 :
Le problème n’est pas le gaz de schiste en lui même, mais la manière dont on le produit, qui est très consommatrice d’énergie. On fait aussi appelle à la fracturation hydraulique, qui est extrêmement polluante car utilisant des tonnes d’eau mélangé à des produits chimiques nocifs.
Bref c’est gaz sont une vraie plaie à produire...
Réponse de le 05/03/2018 à 13:24 :
On meurt de faim ou d'aggression dans un univers à la mad max après un conflit nucléaire : ciel voilé, cultures impossibles => game over
resultat issue d'une simulation d'un conflit nucléaire seulement locale entre le pakistan et l'inde avec donc des répercutions mondiale.
Réponse de le 05/03/2018 à 20:01 :
Tous les gaz fossiles sont des biogaz, ce n'est pas le critère pertinent du point de vue écologique.

Ce qui importe est de savoir s'il sont renouvelables rapidement et s'ils ne sont pas susceptibles d'augmenter notablement la quantité de C02 atmosphérique.
Et quand on brûle des hydrocarbures fossiles on contribue durablement aux déréglements climatiques.
a écrit le 05/03/2018 à 9:12 :
Aucun risque, elle pourrait même avoir financé le gazage de VW sur des humains que personne ne leur dirait rien.

Qui dit gestion oligarchique dit immunité oligarchique et rien de pire que cette subvention permanente de nos riches par l'argent public d'une façon ou d'une autre.

Les gars ils se comportent comme des voyous et sont récompensés de postes clés à Berçy.

Voilà ce qui me fait affirmer que notre UE est morte sous le poids trop lourd de cette compromission généralisée.

"Michel Sapin recrute un ancien de la Société Générale : embarras à Bercy" https://www.nouvelobs.com/societe/20160816.OBS6340/michel-sapin-recrute-un-ancien-de-la-societe-generale-embarras-a-bercy.html
Réponse de le 05/03/2018 à 9:51 :
Les Pays-Bas ont fait des tests sur les humains bien avant VW, selon des procédures déontologiquement autorisées. Bizarre qu'on en se focalise que sur les allemands. Groß Malheur. :-)
Réponse de le 05/03/2018 à 12:27 :
C'est pas la première fois que je constate que vous ne lisez pas les informations, dommage quand non seulement on veut commenter sur un site d'informations mais économiques qui plus et.

Suivez un peu avant de vouloir intervenir, merci.

"Des chercheurs (financés par Volkswagen, Daimler et BMW) auraient fait inhaler des gaz d'échappement à des cobayes humains" https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/des-chercheurs-finances-par-volkswagen-daimler-et-bmw-auraient-fait-inhaler-des-gaz-d-echappement-a-des-cobayes-humains-766458.html

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :