GNL : comment GTT verdit le transport maritime (Total, CMA CGM...)

 |   |  649  mots
La transition du fioul lourd vers le GNL dans le transport maritime apparaît comme la solution compétitive et immédiatement disponible la plus efficace, estime Total
"La transition du fioul lourd vers le GNL dans le transport maritime apparaît "comme la solution compétitive et immédiatement disponible la plus efficace", estime Total (Crédits : Total)
Total et CMA CGM ont mis à l'eau de nouveaux navires propulsés au gaz naturel liquéfié (GNL). Une technologie développée par la pépite française GTT.

Après l'armateur CMA CGM, c'est au tour de Total de mettre à l'eau son premier navire avitailleur propulsé au gaz naturel liquéfié (GNL), qui approvisionnera dès sa livraison en 2020 en GNL des navires commerciaux en Europe du Nord. Ce sera le cas des neuf nouveaux méga porte-conteneurs de CMA CGM qui assureront la liaison Europe-Asie pendant au moins dix ans. Des technologies (propulsion et cuves) développées par la pépite française GTT.  Enfin, ce navire, construit par Hudong-Zhonghua Shipbuilding dans le chantier naval près de Shanghai, "répond aux plus hautes exigences en matière de respect de l'environnement grâce à sa propulsion au GNL et son système de rétention du gaz évaporé par reliquéfaction", a précisé Total.

"Ce premier navire démontre notre engagement à proposer à nos clients à la fois des carburants plus respectueux de l'environnement, mais également la logistique qui y est associée. Grâce à cet investissement précurseur, Total contribue positivement à l'évolution durable du transport maritime mondial", a souligné le président de la branche Marketing & Services de Total, Momar Nguer.

CMA CGM a, quant à lui, mis à l'eau fin septembre le premier de ces porte-conteneurs (23.000 EVP) propulsé au GNL. La construction de ces neuf navires aux dimensions exceptionnelles (400 mètres de long et 61 mètres de large), a été confiée au chantier naval Shanghai Jiangnan-Changxing. En 2017, le PDG de CMA CGM Rodolphe Saadé avait annoncé sa décision de commander une série de neuf porte-conteneurs propulsés, pour la première fois dans l'histoire du transport maritime, au GNL. En faisant ce choix stratégique, CMA CGM confirmait son engagement résolu en faveur de la protection de l'environnement et de la transition énergétique de l'industrie. Dès 2020, cette nouvelle série de navires rejoindra la flotte du groupe sur la French Asia Line (Asie-Nord Europe).

Le GNL, une solution pour verdir le transport maritime

La construction de ces navires propulsés au GNL est en droite ligne avec la décision de l'Organisation Maritime Internationale (OMI) de limiter drastiquement le taux de soufre dans les carburants marins dès 2020. "Le GNL semble être une solution adéquate pour verdir le transport maritime", avait expliqué dans une interview accordée à La Tribune le PDG de GTT, Philippe Berterottière.

Dans ce contexte, la transition du fioul lourd vers le GNL dans le transport maritime apparaît "comme la solution compétitive et immédiatement disponible la plus efficace", confirme Total. Utilisé en carburant marin, le GNL réduit significativement les émissions des navires en permettant la réduction de 99% des émissions de soufre et des émissions de particules fines, de 85% des émissions d'oxydes d'azote et, enfin, d'environ 20% des émissions de gaz à effet de serre, selon le communiqué de Total.

GTT en grande forme en 2019

GTT, la société d'ingénierie spécialisée dans la conception de systèmes de confinement à membranes pour le transport maritime et le stockage de gaz liquéfié, a annoncé jeudi un chiffre d'affaires pour les 9 premiers mois de 2019 à hauteur de 199,6 millions d'euros, en hausse de 8,7% par rapport à la même période en 2018. "Avec 40 commandes de e méthaniers au cours des 9 premiers mois, dont 14 au 3ème trimestre, l'activité commerciale principale de GTT a été particulièrement intense", a expliqué le PDG de GTT, Philippe Berterottière.

"L'année 2019 devrait s'inscrire pour GTT dans la continuité de 2018, année de reprise très forte pour le marché du GNL, marquée par le lancement de plusieurs investissements pour de nouvelles usines de liquéfaction", avait expliqué en septembre le PDG de GTT à La Tribune.

La société confirme ainsi ses objectifs de chiffre d'affaires et d'EBITDA pour l'exercice 2019. Soit un chiffre d'affaires consolidé dans une fourchette de de 260 à 280 millions d'euros (245,9 millions en 2018) et un EBITDA consolidé dans une fourchette de 160 à 170 millions d'euros (168,69 millions en 2018).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/10/2019 à 19:58 :
Quelqu'un disait qu'un navire GNL coûtait environ 20% de plus à l'achat mais peu à l'usage, dont la maintenance de la mécanique plus simple. Intéressant sur la durée de vie commerciale des bateaux.
Le ferry pour aller à l'Ile Gotland (3h 1/2 de voyage, Suède) au GNL interdisait de fumer à bord, et au voisinage sur le quai, ça aura aussi cet avantage pour les poumons.
Réponse de le 19/10/2019 à 11:39 :
Et puis les russes ne vont pas manquer de gaz pour aller à Gotland :>))

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :