Le secteur des énergies renouvelables a créé 700.000 emplois malgré la crise Covid

La seule Chine, qui a été à l'origine de 40% des nouveaux projets solaires, pèse pas moins de 42% des emplois du secteur, très loin devant l'Union européenne, l'Inde et les Etats-Unis. Quelques pays européens tirent toutefois leur épingle du jeu. Et la crise énergétique que traverse l'Europe devrait accélérer encore davantage la recherche de nouvelles compétences dans les divers domaines des EnR (solaire, éolien, hydroélectrique, biocarburants, biogaz, géothermie).
L'énergie éolienne emploie 1,37 millions de personnes au total, aussi bien pour la fabrication que pour l'exploitation des champs éoliens.
L'énergie éolienne emploie 1,37 millions de personnes au total, aussi bien pour la fabrication que pour l'exploitation des champs éoliens. (Crédits : Reuters)

En plein ralentissement économique mondial, il y a un secteur qui ne connait pas la crise. Portées par de nouvelles normes environnementales, les énergies renouvelables en plein développement ont permis la création de 700.000 emplois en 2021, malgré "les effets persistants du Covid-19 et la montée de la crise énergétique", a annoncé jeudi l'agence internationale des énergies renouvelables (IRENA). L'IRENA est un organisme intergouvernemental qui promeut le secteur et est basé à Abou Dabi aux Emirats.

Au total, le nombre d'emplois dans le secteur mondial des énergies renouvelables (solaire, éolien, hydroélectrique, biocarburants, biogaz, géothermie) a atteint 12,7 millions en 2021 contre 7,28 millions il y a dix ans (2012) et 12 millions en 2020, les deux-tiers se trouvant en Asie. Moins la quantité, (quand les Etats-Unis ont créé à eux-seuls 6,4 millions d'emplois en 2021), c'est la progression qui est probante.

Au total, la seule Chine représente 42% des emplois du secteur, l'Union Européenne et le Brésil pesant pour 10% chacun, les Etats-Unis et l'Inde 7%, indique l'Irena dans son rapport.

A noter que l'Espagne, le Royaume-Uni, l'Allemagne et la Chine sont les pays ayant fait le plus d'effort en faveur des EnR, parmi les nations les plus riches, selon un autre rapport publié par l'organisation non gouvernementale Climate Group. La Russie et l'Arabie saoudite occupent les dernières places du classement.

Lire aussiEnergies renouvelables : parmi les pays « riches » l'Espagne fait le plus d'efforts, la France en retard

Le photovoltaïque recrute

Le principal secteur en expansion est l'énergie photovoltaïque qui emploie quelque 4,3 millions de personnes dans le monde. Sur ce total, la Chine a représenté 40% des nouveaux projets solaires, suivie par les Etats-Unis, l'Inde, le Brésil et l'Allemagne.

La quasi-totalité (96%) des fabricants de semi-conducteurs (plaquette ou wafer en anglais) restent basés en Chine, où ils bénéficient de soutiens gouvernementaux importants, note l'Irena.

Le secteur des biocarburants emploie 2,4 millions de personnes dans le monde, dont beaucoup dans des complexes agro-industriels, celui de l'hydroélectricité 2,35 millions.

L'énergie éolienne emploie 1,37 millions de personnes au total, aussi bien pour la fabrication que pour l'exploitation des champs éoliens. Ils ont augmenté la capacité de production mondiale de 93 GW l'an passé, indique le rapport, réalisé en collaboration avec l'Organisation internationale du travail (OIT).

L'Allemagne championne d'Europe

Dans ce secteur, la Chine représente 48% du total des emplois, et l'Asie au total 57%, suivie par l'Europe (25%), les Etats-Unis (16%). L'Afrique et l'Océanie représentent 2% des emplois.

Par pays, trois pays européens sont dans le top 10, l'Allemagne en deuxième position derrière la Chine, le Danemark (7e), et le Royaume-Uni (8e). L'Europe est leader dans l'installation de champs éoliens en mer qui nécessitent des installations plus complexes qu'à terre, des câbles sous-marins. Face à son retard, la France a présenté mi-août un plan de relance de la filière que doit mettre en action le gouvernement.

Lire aussiÉnergies renouvelables : le plan de la France pour enfin rattraper son retard

L'exploitation de la biomasse solide emploie 716.000 personnes, le biogaz 307.000 et la géothermie 196.000.

L'Irena table sur une poursuite de l'augmentation des salariés dans le secteur des énergies renouvelables, à 38,2 millions au total d'ici 2030, au fur et à mesure de la montée des investissements dans l'efficacité énergétique, les véhicules électriques ou l'hydrogène.

____

ZOOM : les énergies renouvelables rapportent à l'Etat

Du fait du contexte exceptionnel de crise des prix de gros de l'électricité et du gaz, le secteur des EnR a en effet généré de juteuses recettes qu'il va devoir reverser à l'Etat, selon un mécanisme de compensation que la Commission européenne voudrait généraliser à toute l'Europe.

Un outil qui permet "de financer très largement ce bouclier tarifaire sur l'électricité et sur le gaz", selon Bercy.

La facture du bouclier tarifaire s'élève à quelque 45 milliards d'euros dont 11 milliards pour le gaz et 34 milliards pour l'électricité, mais l'Etat compte en déduire une manne financière de 29 milliards récupérés sur les entreprises d'énergies renouvelables (EnR).

L'Etat compte en outre sur le reversement de "19 milliards d'euros de bénéfices qui sont faits par les énergéticiens sur l'électricité solaire, éolienne", a détaillé Bruno Le Maire, devant la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale, le 14 septembre. A cela s'ajoute un milliard d'euros de recettes additionnelles de l'hydro-électricité de la compagnie nationale du Rhône (CNR).

(Avec AFP)

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 22/09/2022 à 19:17
Signaler
Bonjour, Personnellement, j'ai travaillé deux années dans la pose de panneaux photovoltaïques, dans une petite PME, les conditions de travail n'est pas correct, monté des panneaux a l'échelle, et cadence insupportables... Et tous sa pour le SMIC.......

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.