Nucléaire : l'arrêt d'un EPR en Chine jette le trouble sur celui de Flamanville

EDF estime qu'il n'y a pas de « risque sûreté » pour son réacteur nucléaire EPR en construction à Flamanville, alors que l'un des deux EPR en exploitation à Taishan en Chine serait touché par un phénomène de corrosion de la gaine contenant les combustibles. Ces gaines sont des pièces maîtresses de l'édifice nucléaire puisqu'elles hébergent les pastilles d'uranium compressées, nécessaires à la production électrique.
L'EPR « Fla3 » est très attendu : il doit entrer en service au premier trimestre 2024 avec 12 ans de retard sur le calendrier et des dérapages financiers colossaux.
L'EPR « Fla3 » est très attendu : il doit entrer en service au premier trimestre 2024 avec 12 ans de retard sur le calendrier et des dérapages financiers colossaux. (Crédits : SARAH MEYSSONNIER)

L'EPR 1 de Taishan, en Chine, est à l'arrêt depuis près de six mois après la découverte d'un phénomène d'oxydation sur les gaines des crayons combustibles fabriquées par le constructeur français Framatome. L'affaire a été révélée fin juin par le Canard Enchaîné, qui mercredi encore titrait sur cette « ombre chinoise » sur les ambitions nucléaires françaises, les difficultés en Chine soulevant des interrogations pour Flamanville 3, seul réacteur de même conception en construction en France.

Lire aussiNucléaire : coup dur pour EDF, l'EPR de Flamanville à nouveau retardé de six mois

L'hebdomadaire qui s'appuie sur des « informations recoupées », affirme que le réacteur a été « secrètement stoppé » du fait d'une « panne, une oxydation excessive des gaines d'éléments combustibles ». L'exploitant chinois CGN avait évoqué dans un communiqué daté du 9 juin l'arrêt du réacteur, et ce, depuis le 31 janvier pour une opération programmée de rechargement de combustible. Pendant cet arrêt, il a été procédé à « quelques inspections et des tests », a-t-il ajouté, sans préciser s'ils sont liés à ces phénomènes de corrosion.

Lire aussiNucléaire : candidate à l'installation des nouveaux EPR 2, la centrale de Chinon croit en ses chances

L'énergéticien a dû rassurer sur la sûreté autour de l'EPR de Flamanville, dans la foulée des révélations du journal satirique.

« L'EPR de Flamanville 3, dont le chargement du combustible s'effectuera au premier trimestre 2024, intégrera tous les enseignements tirés de l'exploitation des deux réacteurs EPR de Taishan », a indiqué EDF, actionnaire à 30% de la paire d'EPR chinois, dans une déclaration transmise à l'AFP.

« Les études réalisées par EDF avec l'appui de Framatome (fabricant des gaines, ndlr), concluent pour l'exploitation du premier cœur de Flamanville 3 à l'absence de tout risque sûreté lié à un tel phénomène de corrosion de la gaine des crayons combustibles », a expliqué le groupe dans une déclaration à l'AFP mercredi.

« La direction d'EDF complètement rassurante sur le sujet »

EDF, qui n'évoque pas le problème chinois, a néanmoins précisé que « la corrosion de la gaine de crayons combustibles est un phénomène connu, rencontré notamment sur le parc nucléaire français ». L'énergéticien a affirmé qu'il « est en cours d'éradication via des évolutions des caractéristiques métallurgiques de la gaine des crayons combustibles (augmentation de la teneur en fer, sans préciser quels réacteurs sont concernés en France) ».

Lire aussiEnergies renouvelables : la France salue l'accord européen qui « acte la reconnaissance du nucléaire »

 « La direction a été complètement rassurante sur le sujet », selon une source interne à EDF, indiquant que c'est « encore une histoire de combustible et c'est maîtrisé par Framatome ». De ce fait, elle dit ne pas craindre pas de nouveaux retards pour Flamanville. Mais la situation impose « a minima de regarder », estime Nicolas Goldberg, expert énergie chez Colombus Consulting. « Il n'y aura pas forcément de retard pour l'EPR de Flamanville, mais cela va ajouter une pièce sur l'échiquier qui est de nature à décaler la mise en service », selon lui.

Dans les faits, peu d'informations ont filtré sur l'avarie chinoise, alimentant donc les interrogations sur le sort de l'EPR en construction à Flamanville, de même conception française. Ce dernier, « Fla3 » dans le jargon de l'atome, est très attendu : il doit en effet entrer en service au premier trimestre 2024 avec 12 ans de retard sur le calendrier et des dérapages financiers colossaux. Il appartient désormais à EDF de faire le retour d'expérience de cette découverte, et de transmettre à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) « un dossier qui sera instruit dans le cadre de la mise en service de Flamanville 3 », a expliqué de son côté l'ASN à l'AFP.

 (Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 03/11/2023 à 9:30
Signaler
EDF est toujours satisfait ...même si le dossier EPR français est un désastre économique et financier....pour les français....car l'état français detient maintenant 100 % du capital d'EDF. avec plus de 60 milliards de dettes (chiffre à verifier) le...

à écrit le 07/07/2023 à 18:47
Signaler
Bonjour , après plus de 10 ans de retard, ils me semblent plus qu'importe que ce réacteurs sous mis en service .. Certains individus vont devoir rendre des comptes sur se scandales....

à écrit le 06/07/2023 à 16:01
Signaler
Les gaines sont toujours en zirconium? Ont-elles changé? Pourquoi on a des fissures sur les EPR et pas sur les autres réacteurs? Est-ce dû à la finition (la profondeur moyenne Ra et maximale Rz étaient hyper controlée sur ces gaines, on faisait une f...

à écrit le 06/07/2023 à 15:59
Signaler
Les gaines sont toujours en zirconium? Ont-elles changé? Pourquoi on a des fissures sur les EPR et pas sur les autres réacteurs? Est-ce dû à la finition (la profondeur moyenne Ra et maximale Rz étaient hyper controlée sur ces gaines, on faisait une f...

à écrit le 06/07/2023 à 10:56
Signaler
"L'hebdomadaire qui s'appuie sur des « informations recoupées », affirme que le réacteur a été « secrètement stoppé » du fait d'une « panne, une oxydation excessive des gaines d'éléments combustibles »" L'hebdomadaire n'est pas capable de faire le t...

à écrit le 06/07/2023 à 8:10
Signaler
Comment ils ont pu laisser faire ça ! Mettre l'activité nucléaire aussi entre les mains de margoulins devrait être puni sévèrement !

le 06/07/2023 à 9:31
Signaler
On peut aussi mettre la politique énergétique dans les mains d'autres margoulins.

le 06/07/2023 à 13:15
Signaler
Vous avez un avis très tranché : avez-vous d'autres informations, et êtes-vous un expert capable de les analyser Cdt ?

le 06/07/2023 à 17:27
Signaler
"On peut aussi mettre la politique énergétique dans les mains d'autres margoulins. " Il n'existe pour l'instant pas plus dangereux que les centrales nucléaires. "Vous avez un avis très tranché" Parce que j'ai pu regarder quelques minutes par la fenêt...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.