Nucléaire : les cinq points sensibles dans le viseur de l'Autorité de sûreté

 |  | 1110 mots
Lecture 6 min.
Vue de la centrale nucléaire de Tricastin.
Vue de la centrale nucléaire de Tricastin. (Crédits : Reuters)
Protection des travailleurs, capacité industrielle de la filière, résilience des mécanismes de secours, gestion des déchets et entreposage des combustibles usés... Le secteur nucléaire est confronté à un certain nombre de défis majeurs auxquels l'ASN, le gendarme du nucléaire, sera particulièrement attentif au cours des prochains mois.

Le niveau de sûreté du parc nucléaire français est resté satisfaisant et a même progressé en matière de rigueur d'exploitation chez EDF, et ce, malgré la crise sanitaire, a salué ce jeudi Bernard Doroszczuk, le président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), à l'occasion de la présentation de ses vœux à la presse. Mais au-delà de cette appréciation générale positive, le gendarme du nucléaire a énuméré plusieurs points de vigilance. Revue des cinq grands défis auxquels est confrontée la filière.

La radioprotection des travailleurs dégradée

"EDF a régressé dans la radioprotection des travailleurs. C'est une tendance qui avait déjà été observée en 2019, mais qui s'est accentuée en 2020", a souligné Bernard Doroszczuk. "C'est le résultat d'observations réalisées sur plusieurs sites. Cela concerne tout autant des comportements inadéquats des intervenants d'EDF ou des prestataires, que les conditions d'organisation des chantiers à risque", a-t-il précisé. Parmi les manquements observés : l'absence parfois du port du dosimètre, "l'outil qui permet à un intervenant de vérifier son risque d'exposition", ou encore la dispersion de la contamination sur certains chantiers. Les inquiétudes portent également sur les conditions de réalisation d'activités qui sont sous-traitées à des...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/01/2021 à 12:03 :
Assurer la sureté en tout temps, par toute les dimension pour une durabilité à 60 ans et modernisation du parc electronucléaire française. Securite de toute la centrale de Flamanville et developpement d'un filière MOX globale . Reduction des dechets nucléaire par voie laser ou par un reacteur de 4eme génération ( transmutation nucléaire) . Voir projet transmutex. Simulation numerique et concpetion de reacteur totalement sur et stable. Protéger les données numeriques e tout temps : cyber sécurité globale. A rôle capital de l'ASN pour tous les reacteurs du parc nucléaire français. Priorité absolue : sureté en tout temps ! Aucune conception à la tchernobyl et fukushima, jamais. Informatique de pointe du central commande et cameras de sécurité dans toutes les centrales de France. La France nucléaire doit être sur et certaine pour l'avenir et l'independance du nucléaire français.
a écrit le 21/01/2021 à 18:36 :
Ces cinq points ont pour dénominateur commun la politique industrielle de la France..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :