Obsolescence programmée : "Les nouveaux iPhone montrent qu’Apple persiste"

 |   |  1463  mots
Selon le site iFixit, la réparabilité des nouveaux modèles est même inférieure à celle des précédents! Et l'objectif reste toujours de rendre le consommateur captif, souligne Samuel Sauvage.
"Selon le site iFixit, la réparabilité des nouveaux modèles est même inférieure à celle des précédents! Et l'objectif reste toujours de rendre le consommateur captif", souligne Samuel Sauvage. (Crédits : Edgar Su)
Malgré la plainte portée par Halte à l'obsolescence programmée (Hop) contre la société américaine en décembre 2017, Apple semble poursuivre une stratégie de courte durée de vie de ses téléphones, estime le président de l'association, Samuel Sauvage. Pourtant, la demande de produits durables croît chez les consommateurs, poussant les pouvoirs publics et les entreprises à évoluer.

En décembre 2017, une petite association française, encore inconnue de la majorité des consommateurs, lançait un pavé dans la mare du commerce français des smartphones, en annonçant avoir déposé une plainte contre Apple. Halte à l'obsolescence programmée (Hop) y accusait la société américaine de brider ses anciens modèles d'iPhone via une mise à jour du système d'exploitation, et ce, au moment même de la sortie de l'iPhone 8, afin de pousser ses clients à acheter le nouveau modèle. Quelques mois plus tôt, l'association avait déjà poursuivi Epson, accusé de raccourcir délibérément la durée de vie des imprimantes et des cartouches.

Presque un an plus tard, alors que lors d'une énième keynote annuelle Apple vient de dévoiler ses dernières nouveautés, qu'en est-il de l'enjeu de l'obsolescence programmée? Samuel Sauvage, président de Hop, revient sur la plainte et explore la question pour La Tribune.

LA TRIBUNE - Face aux nouveaux modèles d'iPhone qu'Apple vient de commercialiser, avez-vous le sentiment que votre action en justice a eu des effets?

SAMUEL SAUVAGE - Non, pas encore. Certes, en janvier, après l'annonce de notre action judiciaire, alors que ses cours en Bourse chutaient, Apple a publié des argumentaires qui auraient pu faire espérer un changement d'approche. Mais les nouveaux iPhone que la société vient de lancer montrent bien qu'elle persiste dans une stratégie de courte durée de vie de ses téléphones, déclinée tant sur le plan technique que sur celui de la stratégie marketing. Selon le site iFixit, la réparabilité des nouveaux modèles est même inférieure à celle des précédents! Et l'objectif reste toujours de rendre le consommateur captif... La garantie n'a d'ailleurs pas été étendue à cinq ans comme nous le demandions. Seul point positif : on évoque une nouvelle version d'iOS qui serait compatible avec davantage de modèles.

Mais nous attendons encore la décision du juge sur notre plainte contre Apple. Et nous pensons qu'en cas de condamnation, l'effet symbolique et dissuasif de notre action peut être particulièrement fort. Les plaintes portées par Hop en France contre Epson et Apple sont en effet en matière d'obsolescence programmée le seul exemple d'actions pénales, impliquant non pas des indemnisations, mais des peines de prison pour les dirigeants. Jusqu'à présent, les actions menées en justice aux Etats-Unis ont été toutes des "class actions" civiles, destinées à obtenir "seulement" des dommages et intérêts.

L'appareil législatif français est-il aujourd'hui à la hauteur des enjeux?

En France, la loi de transition énergétique a créé en 2015 un véritable délit d'obsolescence programmée, que les décisions sur nos actions appliqueront justement pour la première fois. La France se présente donc en pointe sur le sujet, même si nous ne sommes pas encore en mesure d'évaluer l'efficacité de cette loi.

Mais d'une manière générale, la loi française est sans doute encore bien en-deçà des enjeux, compte tenu de l'urgence de réduire notre consommation de ressources et les déchets occasionnés. Il faudrait aller beaucoup plus loin qu'une reconnaissance de l'obsolescence programmée « technique », concernant des objets délibérément fragiles ou non-réparables.

Notre association prône une vision plus large, incluant l'ensemble des stratégies visant à limiter la durée de vie des produits: celle consistant par exemple à imposer des logiciels qui rendent obsolètes des appareils qui fonctionnent encore, mais aussi l'obsolescence psychologique et esthétique. Plus généralement, nous attendons de l'Etat qu'il favorise l'industrie du durable au détriment de celle du jetable, par des mesures réglementaires ou fiscales. En contribuant à la préservation de l'environnement, une telle approche irait dans le sens non seulement de la demande politique des citoyens, mais aussi de l'intérêt général dont l'Etat est le garant.

Le gouvernement vient de promettre la mise en place d'un "indice de réparabilité" dès 2020. Qu'en pensez-vous?

C'est l'une des propositions que nous avons portées dans les cadre des discussions autour de la feuille de route de l'économie circulaire car elle donne au citoyen le pouvoir de choisir un bien durable. Nous nous réjouissons donc qu'elle ait été reprise -même si nous parlions, d'une manière plus globale, d'"indice de durabilité". Nous regrettons toutefois que nos autres demandes n'aient pas été retenues: l'allongement de la garantie des produits; l'adoption d'une TVA réduite pour les services de réparation afin d'en baisser les coûts; l'obligation d'assurer la disponibilité des pièces détachées pendant plusieurs années...

Nous avions d'ailleurs déjà obtenu l'introduction, dans la loi consommation de 2014, d'une obligation d'information sur la période de disponibilité des pièces détachées. Mais le décret censé mettre en œuvre cette disposition en a considérablement réduit la portée. Nous l'avons attaqué en Conseil d'Etat et attendons la décision.

Que se passe-t-il au niveau européen?

Beaucoup de choses, que nous suivons de près. Nous menons aussi notre lobbying, en réseau avec d'autres associations, notamment autour de la question de la durée de la garantie des produits, régie par une directive. Les élections européennes à venir pourront être l'occasion de valoriser nos propositions à cet échelon.

Lire aussi: Europe : vers la fin de l'obsolescence programmée ?

Vous êtes en contact permanent avec les entreprises... quels moyens pour les entraîner, au-delà de la contrainte?

On le sait, les intérêts économiques qui s'opposent à une plus grande durabilité des produits sont importants. D'où la nécessité que la société civile s'engage, en s'informant, en choisissant des produits durables, en réparant, et d'où également la naissance de notre association, qui a contribué à informer sur un phénomène encore méconnu il y a cinq ans. Cela va sans doute avoir un effet sur les choix des entreprises: lorsqu'elles se rendent compte que le critère de la durabilité devient important pour les consommateurs, voire que des concurrents commencent à l'intégrer, elles finissent par bouger. En annonçant la disponibilité de ses pièces détachées pendant 10 ans, Seb a par exemple bousculé le marché.

Mais on ne peut pas se limiter à critiquer: il faut aussi adopter une logique constructive afin d'aider les entreprises qui le souhaitent à changer. Notre association peut jouer le rôle de tiers de confiance entre les entreprises et les citoyens. Nous facilitons ainsi les échanges de bonnes pratiques entre une dizaine d'entreprises engagées dans la production de biens durables.

Chaque sortie d'un nouvel iPhone est également une aubaine pour le marché des téléphones reconditionnés. Dans ce contexte, le reconditionnement est-il vraiment un rempart contre l'obsolescence programmée et la production de déchets qu'elle entraîne?

Nous promouvons le reconditionnement pour que les téléphones abandonnés soient réutilisés. Mais nous prônons en premier lieu de garder chaque objet le plus longtemps possible, et d'investir dans des appareils tels que le Fairphone, dont l'empreinte environnementale est limitée et qui sont plus facilement réparables.

S'il y a sans doute encore des dysfonctionnements voire des paradoxes dans ces nouveaux modes de consommation, il est néanmoins important de les soutenir, en montrant qu'ils forment différentes pièces du puzzle des solutions.

Les nouvelles technologies peuvent-elles aider dans la lutte contre l'obsolescence programmée?

Sans doute! Il y aurait notamment un énorme travail à mener en matière de référencement des produits, pour en tracer les origines et les effets, sur le modèle de ce que fait Yuka sur les aliments. I-buycott, via son appli BuyOrNot, le fait partiellement. Dans cette logique, en novembre, Hop va aussi lancer une nouvelle version du site produitsdurables.fr, visant à renforcer l'information du consommateur sur les biens durables et les solutions concrètes pour allonger la durée de vie des produits.

L'obsolescence programmée remet au fond en cause le modèle de la société de consommation. Durabilité et croissance, sont-elles compatibles?

Lorsqu'il s'agit d'imposer des contraintes aux entreprises, les pouvoirs publics craignent effectivement de nuire à la croissance, comme si la hausse du PIB devait être considérée comme un objectif suprême. Au-delà de notre désaccord sur la place que doit prendre cet indicateur dans les politiques publiques, nous pensons au contraire que demander une plus grande durabilité des produits permettrait non seulement de préserver les ressources, mais également de recréer des emplois industriels en France.

---

Samuel Sauvage

[Samuel Sauvage, président de Halte à l'obsolescence programmée (Hop).]

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/10/2018 à 12:07 :
L'obsolescence programmée est un mythe.

http://econoclaste.org.free.fr/econoclaste/?p=7583
a écrit le 30/09/2018 à 7:20 :
« Mais nous prônons en premier lieu de garder chaque objet le plus longtemps possible, et d'investir dans des appareils tels que le Fairphone, dont l'empreinte environnementale est limitée et qui sont plus facilement réparables »

On nous parle d’obsolescence programmée pour des iPhone qui sont des smartphone avec une très bonne durée de vie et un suivi par Apple pendant de longues années (que ce soit au niveau logiciel comme au niveau réparation et pièces détachées) et il ose parler du Fairphone qui au bout de 4 petites années n’avait déjà plus aucune pièce détachée disponible pour ses réparations...

https://www.quechoisir.org/actualite-smartphone-equitable-clap-de-fin-pour-le-fairphone-1-n45180/
a écrit le 28/09/2018 à 17:21 :
"Durabilité et croissance, sont-elles compatibles?", on pourrait poser la question autrement : survie de notre civilisation sur Terre et croissance sont-elles compatibles? Et la réponse est non.
a écrit le 28/09/2018 à 15:32 :
Cet article est une honte. Qui vient de sortir une mise à jour pour accélérer les iPhones sortis en 2013 ? Apple
Qui vient d’annoncer que les cartes mères des iPhones etaient maintenant fabriquées en partie avec des matériaux recyclés ? Apple
Qui a expliqué sur scène lors de la présentation des nouveaux iPhones qu’au delà du recyclage le but était qu’un iPhone serve plus longtemps en changeant de mains ? Lisa Jackson d’Apple.
Réponse de le 28/09/2018 à 17:29 :
Merci de rappeller qu'un Iphone, comme la plupart des appareils équivalents ne sont pas recyclables et donc qu'il doit être normal de les faire durer.
La honte c'est de considérer comme exemplaire ou exceptionnel quelque chose qui devrait être une norme.
a écrit le 28/09/2018 à 15:08 :
N'importe quoi cet article. 60% des iPhone fabriqués depuis 2007 sont toujours utilisés, aucun autre fabricant n'a de tels scores. La note de réparabilité est de 6/10 en général contre 4/10 chez Samsung. La confusion est énorme entre l'obsolescence programmée et le fait que les anciens appareils n'aient pas les performances pour les applications actuelles.
Une imprimante qui refuse les cartouches tierces et dont les cartouches de marques ne sont plus fabriquées, c'est de l'obsolescence programmée. Un téléphone qui retrouve ses performances en changeant la batterie, ce n'est pas de l'obsolescence programmée.
Je répare régulièrement des téléphones et j'ai arrêté samsung, Huawei et compagnie. Pour moi seuls les iPhone sont effectivement réparables avec un risque et un temps raisonnables.
Réponse de le 30/09/2018 à 13:26 :
Remplacement de batterie sur galaxy s3 =18 euros
Remplacement batterie iphone 3 ou 4 = je n'ose pas écrire ce que ça m'a couté ! C'est du raquettage. Toujours le fric.
Sans parler des petits tounevis tres speciaux qu'il faut et que l'on ne peut pas se procurer.
a écrit le 28/09/2018 à 13:08 :
Il est certain que je n’ouvrirai pas mon iPhone 8 ou ceux qui suivront, comme je l’ai fait pour les précédents, lorsque je voulais changer une batterie, un capteur photo défaillant ou remplacer un écran ... et ainsi prolonger leur durée de vie. Car devenus trop complexes à remonter, dispositif de force touch oblige.

Il est temps que cela change.
a écrit le 28/09/2018 à 11:10 :
Avec Android, (pour Apple, j'imagine qu'il doit y avoir une combine, perso, j'execre cette marque). il est simple de nettoyer en totalite sa RAM et de remettre a neuf son vieux, voire tres vieux telephone portable. Il existe une foultitude de process gratuits sur Internet pour ce faire. Faudrait se reveiller, hein, comme dirait l'autre.
Pour ceux qui parlent l'anglois (un peu), tapez sur votre recherche, " How increase your hand phone " et hop, vous suivez les instruc.
Réponse de le 28/09/2018 à 15:17 :
Pas besoin de combines tordues trouvées sur internet avec le risque d'introduire des virus, c'est prévu par le constructeur et ça prend 10 minutes une fois que le téléchargement est fait.
Par contre croire qu'une RAZ de RAM va remettre au goût du jour un téléphone avec un processeur ancien et des capacités graphiques limitées est complètement utopique. Un 2CV reste une 2CV même après une vidange.
a écrit le 28/09/2018 à 5:55 :
La solution est dans le libre choix des consommateurs que personne n'oblige à s'équiper de ces matériels auprès de ce fournisseur américain s’il continue de ne pas les respecter.

Cf le sommet de l’onu, il n'existe pas de maître du monde qui déciderait de tout depuis l'outre atlantique.
a écrit le 27/09/2018 à 21:48 :
J’ai toujours eu du mal à comprendre cet argument d’obsolescences. Mon dernier iPhone je l’ai gardé 9ans et celui que j’ai en prends la direction. J’ai fait changé la batterie pour 20€ dans un Apple store.
Donc pour moi c’est parfaitement durable et réparable.
Réponse de le 27/09/2018 à 22:22 :
Tout simplement parce que vous l’utilisez comme téléphone et pas comme un smartphone. Un ancien de mes collègues utilise toujours son vieille Iphone mais il n'a quasi pas d'applications d'installées.
Si vous avez des appli, au fil des mises à jour, elle bouffe votre mémoire et votre Iphone rame.
a écrit le 27/09/2018 à 17:49 :
Tant que le consommateur est au courant, à savoir que c'est écrit en gros sur la boite, dans les publicités et expliqué plusieurs fois à la télé, je ne vois pas pourquoi on interdirait cette pratique.

Mais il est bien évident que si on informait le consommateur de ce qu'il achète réellement les industriels ne s'amuseraient plus à l'obsolescence programmée.
a écrit le 27/09/2018 à 17:21 :
https://www.mac4ever.com/actu/136472_les-iphone-sont-compatibles-avec-de-plus-en-plus-de-versions-d-ios pour voir l'évolution d'Apple en ce sens
a écrit le 27/09/2018 à 17:18 :
Je ne connais pas beaucoup d'entreprises commercialisant des smartphone proposer une mise à jour logicielle vers leur tout dernier OS (iOS 12) sur des téléphones vendus il y aplus de 5 ans.

iPhone Xs (Sept 2018)
iPhone Xs Max
iPhone X
iPhone 8 Plus
iPhone 8
iPhone 7 Plus
iPhone 7
iPhone 6s
iPhone 6s Plus
iPhone 6
iPhone 6 Plus
iPhone SE
iPhone 5S (Sept 2013)
De plus, iOS 12 améliore la rapidité sur ces anciens modèles.

Durant le Keynote, Apple a même conseillé à ses clients de conserver le plus longtemps possible leur téléphone.

Quand à l'argumentaire iFixit, Apple se propose de recycler correctement les téléphones pour une fin de vie plus vertueuse. Pour la réparation, effectivement cela reste par contre un point noir: tout est collé et les réparations doivent être faites dans un centre agrée.

Je sais que, pour ce genre de combat, il faut que David se batte contre Goliath, mais là, la cible ne me semble pas la bonne ... Regardez du côté d'Android et du suivi logiciel.
Réponse de le 27/09/2018 à 19:56 :
Petit...! Pour info, mes smartphones (2 marques) Android de 5 ans (100EUR !, USB extractible, batterie amovible, 4G, double SIM, etc...) fonctionnent parfaitement bien, SANS màj. Faut dire que je suis benêt, je m'en sers comme un téléphone, et que les indicateurs du style ("moi j'ai la plusse...") m'indiffèrent totalement; ça fait bien longtemps que j'ai quitté les cours de récréation...
Réponse de le 28/09/2018 à 20:32 :
Si vous utilisez votre smartphone comme un téléphone cette conversation ne vous concerne pas.

On par le bien de l'évolution des appareils mobiles et de leurs applications qui sont de plus en plus exigeantes avec le matériel donc vous êtes hors sujet.

Ce que l'on remarque, c'est que de tous les grands constructeurs de téléphones, Apple est le seul à mettre depuis des années un effort important sur le coté recyclable de ses appareils, et ça s'observe sur le terrain avec des iPhones qui passent de main en main souvent en famille ou sur le bon coin.

La société, c'est un autre problème, mais force est de constater que Apple peut être fier de se poser au dessus du lot et de proposer des appareils plus durables, meme avec les mises a jour, que ses concurrents.
Réponse de le 28/09/2018 à 22:17 :
@yann assez probablement j'avais un smartphone quand vous étiez à la crèche. J'ai donc eu le temps de ma faire une opinion... Mon premier contact avec ce piègac qu'est Apple, il date de '77... Or donc j'ai appris qu'un iphone n'égale pas un Leica; que la daube de itunes passe mal sur un Onkyo; que n'importe quel tableur est à des années lumière de VPP (qui tournait en moins de 720ko;... L'obsolescence programmée, c'est de demander à la clientèle (qui va s'exécuter sans réfléchir) de remplacer son couteau suisse, parce qu'il ne sait pas/plus faire ce pourquoi le pigeon l'avait acheté, ...cher. Demande t on à un lave vaisselle d'avoir les capacités d'un micro ondes ? On achète les 2 (bien moins cher qu'un iphone), et il fait ce pourquoi il a été créé. Les iphone, c'est comme les 4x4 de trottoirs; en brousse, on en rigole... leurs chauffeurs...j'te dis pas !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :