Polémique sur l'état du réseau de gaz parisien

 |   |  383  mots
Un élu parisien met en accusation l'état du réseau de gaz  suite à l'explosion survenue samedi 12 janvier Rue de Trévise à Paris (9ème arrondissement).
Un élu parisien met en accusation l'état du réseau de gaz suite à l'explosion survenue samedi 12 janvier Rue de Trévise à Paris (9ème arrondissement). (Crédits : Benoit Tessier)
Qualifiant d'accident d'assez exceptionnel par sa gravité et son ampleur, la violente explosion survenue samedi 12 janvier rue de Trévise (Paris 9e), dont le bilan s’élève ce dimanche à quatre décès, le directeur exécutif de GRDF a déclaré dimanche que sa cause exacte n'est pas identifiée à ce stade.

Il est "trop tôt pour identifier la cause de cet accident", a indiqué à l'AFP Christian Buffet, directeur exécutif de GRDF, précisant que le groupe se tenait à la disposition des enquêteurs afin qu'un tel drame "ne puisse pas se reproduire". Il s'agit d'un "accident assez exceptionnel, le plus grave et avec la plus grande ampleur depuis plus de dix ans", a-t-il poursuivi.

GRDF, gestionnaire du réseau de distribution du gaz en France,  et notamment des 1.938 kilomètres de réseau à Paris où il compte 500.000 clients, s'était par ailleurs inscrit en faux face aux déclarations d'Alexandre Vesperini, élu divers droite du VIe arrondissement de Paris. Celui-ci avait en effet estimé dans un entretien au Parisien dimanche, que le réseau de gaz de la capitale était "dans un état catastrophique" et de "vétusté avancé", constituant un "véritable boulet meurtrier."

50 millions d'euros investis chaque année pour entretenir le réseau

En réponse à ces accusation, GRDF a publié un communiqué précisant "Le réseau de gaz parisien fait l'objet d'une surveillance permanente et d'un contrôle rigoureux" se traduisant par "plus de 50 millions d'euros investis annuellement et 40 km de réseaux renouvelés chaque année dans Paris pour assurer son exploitation dans des conditions de sécurité optimales".

Le groupe a aussi confirmé à l'AFP être partie prenante conjointement avec la mairie de Paris, de trois dispositifs d'aide aux sinistrés et victimes,  mis en oeuvre en cas d'accident dont la cause supposée est le gaz. Il s'agit du relogement d'urgence pour 48 heures, de la prise en charge des besoins de première nécessité et de la mise en place d'une commission d'indemnisation pour les commerçants.

GRDF recommande par ailleurs aux sinistrés de prendre rapidement contact avec leurs assureurs afin de pouvoir le cas échéant bénéficier de la prise en charge des frais de logement au-delà de 48 heures.

Outre les quatre personnes décédées (deux pompiers, une touriste espagnole et une femme dont le corps a été retrouve ce dimanche sous les décombres),  cette explosion a fait une cinquantaine de blessés - neuf grièvement dont un sapeur-pompier et 45 légèrement. Parmi eux, plusieurs touristes étrangers, dans ce quartier riche en hôtels.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/01/2019 à 14:20 :
A raison de 40km de renouvellement par an cela donne 49ans pour renouveler uniquement le reseau parisien mais il y a eu un sous investissement ces 30 dernières années c'est bien plus qu'il faudrait pour régler le problème.
a écrit le 14/01/2019 à 14:16 :
Pour ceux qui ont des doutes sur les affirmations de GRDF: consultez les articles concernant l'incident survenu à Quiberon en juillet 2018, là aussi GRDF récusait toute responsabilité dans l'incident et le résultat de l'enquête fait aujourd'hui ressortir sa responsabilité...
a écrit le 14/01/2019 à 9:29 :
chacun veut ouvrir le parapluie et accuser les autres
a écrit le 13/01/2019 à 19:33 :
Les réseaux eau gaz électricité téléphone, autoroute...
ont été construits par les entreprises publiques avec des financements publics et 'normalement entretenus pendant des décennies. Mais le privé guettait et il s'est emparé de ces biens publics payés par les Français pour en faire profiter quelques actionnaires au détriment du Service Public. Que croyez-vous que fit le "privé" pour gagner des sous"?
Réduction du personnel ET faire le minimum d'entretien sur les infrastructures. L'eau en tube ne fait que des "dégâts des eaux.
Le gaz, ça explose..
a écrit le 13/01/2019 à 18:05 :
Avant de polémiquer, la décence demande que l'on ait enterré les morts.

Les enquêtes permettront de savoir quelle est l'origine du drame et on y verra plus clair dans quelques jours voire quelques semaines.

donc wait, and pray.

Hors polémique, j'espère que la cagnotte qui a été montée pour aider les familles des sapeurs tués pourra également bénéficier aux proches de cette mère de 3 enfants, de 36 ans, morte en même temps que les pompiers ainsi qu'à ceux de la 4ieme victime.

Le contraire serait très choquant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :