Recyclage : à Paris aussi, le tri du plastique devient plus simple

 |   |  1085  mots
Alors que jusqu'en 2018 la poubelle jaune n'accueillait que bouteilles et flacons en plastique, emballages en métal, papiers et briques en carton, elle s'ouvre dorénavant aussi au sacs et aux films jetables, aux barquettes et aux pots de yaourt, ainsi qu'aux capsules de café, gourdes de compote, plaquettes de médicaments, paquets de chips, couvercles et bouchons.
Alors que jusqu'en 2018 la "poubelle jaune" n'accueillait que bouteilles et flacons en plastique, emballages en métal, papiers et briques en carton, elle s'ouvre dorénavant aussi au sacs et aux films jetables, aux barquettes et aux pots de yaourt, ainsi qu'aux capsules de café, gourdes de compote, plaquettes de médicaments, paquets de chips, couvercles et bouchons. (Crédits : Reuters)
La capitale adopte en 2019 le dispositif de l'"extension des consignes de tri" à tous les emballages, initié en France en 2012. Mais tous les "nouveaux" plastiques triés ne seront pas pour autant recyclés.

En 2019, au moins un aspect de la vie quotidienne des Parisiens sera plus simple. Depuis le 1er janvier, tous les emballages sont en effet admis dans la "poubelle jaune" des immeubles de la capitale, consacrée au tri. Alors que jusqu'en 2018, elle n'accueillait que bouteilles et flacons en plastique, emballages en métal, papiers et briques en carton, elle s'ouvre dorénavant aussi au sacs et aux films jetables, aux barquettes et aux pots de yaourt, ainsi qu'aux capsules de café, gourdes de compote, plaquettes de médicaments, paquets de chips, couvercles et bouchons. Seule limite désormais : que les emballages soient vides et en vrac, sans qu'il soit pour autant nécessaire de les rincer.

Paris - avec l'Essonne et la Seine-Saint-Denis, ainsi que sept autres départements - ne fait ainsi que se joindre à un mouvement initié en France en 2012. Depuis, 160 collectivités, dont six métropoles, expérimentent avec l'éco-organisme en charge de la gestion de la fin de vie des emballages, Citeo, une "extension des consignes de tri" visant à d'une part simplifier la vie des citoyens - et donc à rendre le tri mieux accepté -, d'autre part augmenter les quantités de plastique susceptibles d'être recyclées.

"Dans certains endroits où la communication a été bien faite, on a des taux de collecte qui ont augmenté de 20% en un an", affirme le directeur général de Citeo, Jean Hornain, cité par 20 Minutes.

Une augmentation en partie due aussi à un "effet d'entraînement" sur le tri des "anciens" matériaux. Et c'est dans les villes, très en retard dans la matière - une bouteille en plastique sur 10 y est recyclée, contre 6 sur 10 dans l'ensemble de la France - que les marges d'amélioration peuvent se révéler particulièrement intéressantes. Ainsi, l'objectif fixé par la loi de transition énergétique en 2015 est que l'ensemble du territoire français soit couvert par l'extension des consignes de tri en 2022.

Lire aussi: Recyclage : comment la startup Yoyo veut aider les villes à rattraper leur retard

Une adaptation nécessaire

La mise en place d'un tel dispositif implique en parallèle d'adapter le nombre de poubelles mises à la disposition des citoyens et la fréquence de la collecte, ainsi que d'agrandir, concentrer et moderniser les centres de tri, qui assument désormais la tâche de séparer métaux, cartons, papiers et diverses résines, jusqu'à présent à la charge des citoyens. Entre 2007 et 2022, Citeo prévoit en effet de passer de 273 centres de tri à moins de 130, mais dotés d'une plus grande capacité et plus efficaces.

L'expérimentation a déjà coûté à l'éco-organisme 25 millions d'euros entre 2012 et 2013, puis 126 millions entre 2014 et 2017. 190 millions sont budgétisés entre 2018 et 2022. A cela s'ajoutent les frais assumés par les collectivités territoriales. Selon leur association Amorce, la seule modernisation des centres de tri pourrait globalement coûter environ un milliard d'euros, sans prendre en compte le génie civile, malgré néanmoins des incertitudes sur le nombre de centres de tri finalement concernés et l'éventuelle augmentation des coûts de fonctionnement induite par le changement.

Le défi du maintient de la qualité du recyclage

La modernisation des centres de tri est notamment importante afin d'éviter que l'augmentation des quantités ne s'accompagne d'une baisse de la qualité du plastique trié, et donc de celle des matières premières recyclées, qui peinent déjà à s'imposer face à celles vierges. En 2016, dans un communiqué, Federec, organisation qui réunit les professionnels du recyclage, mettait en garde contre ce risque, en évoquant notamment la gêne causée par les polystyrène des pots de yaourt mélangé au PET des bouteilles d'eau.

Alors que les anciens emballages admis dans les "poubelles jaunes" sont en effet constitués de résines aujourd'hui recyclables, d'autres, comme le polystyrène justement, ne le sont pas, en raison de difficultés techniques qui rendent les coûts supérieurs aux bénéfices. Aujourd'hui, en France, environ 26% des emballages en plastique mis sur le marché sont recyclés, à savoir 250.000 tonnes par an. Mais si ce taux atteint 55% pour les bouteilles et flacons, il ne dépasse pas 1% pour les films, pots et barquettes. L'extension des consignes de tri ne changera pas du jour au lendemain cette disparité.

Lire aussi: Excelrise : quand le recyclage des films plastiques devient "facile"

Des filières expérimentales

Certains des nouveaux emballages seront ainsi orientés vers des filières expérimentales. C'est le cas des "petits déchets en aluminium", qui depuis 2009 font l'objet d'un projet, financé essentiellement par les metteurs sur le marché (Bel, Nespresso, Materne etc.) visant à en améliorer la recyclabilité. C'est encore le cas du polystyrène, dont quelque 110.000 tonnes sont actuellement mises sur le marché chaque année en France, et dont Total s'est engagé à tester pendant 18 mois la recyclabilité dans une usine en Moselle.  En 2019, Total espère avoir fabriqué 4.000 tonnes de produits contenant au moins 20% de polystyrène recyclé. Les barquettes alimentaires en PET ainsi que les bouteilles en PET opaques - dont plus de 20.000 et 12.000 tonnes sont respectivement mises sur le marché chaque année dans l'Hexagone - seront elles aussi au centre d'un test mené, lui, par le fabricant de produits d'isolation Soprema. Le groupe compte recycler 5.000 tonnes de PET en 2019.

Les déchets non concernés par ces programmes, bien que triés, seront valorisés énergétiquement.  Mais Citeo, qui accompagne ces projets, espère que la validation technique et économique de ces nouvelles filières, en parallèle avec l'augmentation des gisements induites par l'extension des consignes de tri, rassurent les recycleurs, en les poussant à investir. D'autres mesures à l'étude dans le cadre de l'élaboration d'une loi sur l'économie circulaire devraient également contribuer à diminuer les quantités de plastique mis sur le marché, en faciliter le recyclage et augmenter les quantités de plastique recyclé intégré aux produits neufs. Le cap -pour certains ambitieux, pour d'autres irréaliste- a en effet été fixé par Emmanuel Macron lors de sa campagne présidentielle: 100% de plastique recyclé à horizon 2025.

Lire aussi: Plastique : l'industrie de l'emballage essuie trois nouveaux revers

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2019 à 14:00 :
Fumisterie et enfumage para-pétrolier!
Tous les contenants alimentaires et ceux des produits d'hygiène corporelle devraient être en verre ou en aluminium!
Tous ceux des produits d'entretien en tôle!
Les sacs en papier ou en plastique 100% biodégradable!
A partir de là, le tri est très simple, tout est consigné avec des machines lisant le code barre des contenant pour établir le prix de récupération sous forme de reçu utilisable dans tous les commerces!
Déchets et invendus alimentaires pour nourrir les truites, les poules et les cochons!
Poubelles publicitaires compactant les déchets, avec plan du quartier et commerces locaux!
http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-la-poubelle-qui-ecrase-les-dechets-testee-a-republique-22-08-2018-7861140.php
Robots nettoyeurs de trottoir!
https://www.abavala.com/scarab-robot-nettoyeur-de-nos-villes/
Produire de la chaleur, de l'électricité et du CO2 dans des centrales à cet effet!
Avec le CO2, on fabrique du méthane, du méthanol, de l'éthanol et même du kérosène!
https://www.infogreen.lu/quand-le-kerosene-devient-solaire.html
Nous sommes une nation aéronautique, outre la préservation de notre environnement et celle de la santé publique, il nous est indispensable d'écrouler le prix du baril pour voir voler nos futurs hyperjets!
Pour cela, bannir le plastique est juste incontournable, autant de demande pétrolière en moins!
Cela tombe bien, à partir de notre biomasse et du solaire thermique nous pouvons produire tous les carburants, de la chaleur, de l'électricité, tout en utilisant un CO2 neutre!
Donc, pour éviter de créer des embouteillages riches en pollution et perte de temps, silencieux camion poubelle de nuit au biogaz et à hybridation hydraulique...
Cela fait au moins dix ans qu'ils devraient tourner dans les villes de France!
a écrit le 09/01/2019 à 13:11 :
Les gens continueront à faire n'importe quoi comme d'habitude quand je vois l'état des poubelles dans mon immeuble (difficile de faire la différence entre la poubelle verte et la jaune) et pourtant ce ne sont pas des bénéficiaires du RSA! Les français sont comme ça, totalement inciviques. C'est culturel.
a écrit le 09/01/2019 à 8:48 :
Solutions rincées d'une société consumériste suicidaire, au lieu de chercher des alternatives au plastique, ou bien de revenir à la base de sa composition à savoir incassable et inusable, ce qui pourrait générer une économie dynamique et vertueuse en plus de sauver la planète, on continue de faire avec, on fait semblant de chercher des solutions depuis 20 ans.

Le lobby pétrolier n'est pas prêt d'être inquiété je vous le dis moi...

"Carburants très polluants : le lobby pétrolier remporte une bataille" https://www.bastamag.net/Carburants-tres-polluants-le-lobby

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :