Pourquoi la France doit économiser son électricité « maintenant » pour ne pas manquer de gaz cet hiver

Face au tarissement des flux d’hydrocarbures en provenance de Russie, « la sobriété est indispensable dès maintenant » afin de disposer de suffisamment de gaz cet hiver, a affirmé ce mercredi le gestionnaire de réseau GRTgaz. Des efforts qui passent entre autres par une réduction de la demande d’électricité, alors que l’Hexagone fait deux fois plus appel au gaz que l’an dernier pour produire son courant.
En cas d'hiver très froid, l'équivalent de presque 5% de la consommation totale sur la saison viendraient à manquer en France.
En cas d'hiver très froid, l'équivalent de presque 5% de la consommation totale sur la saison viendraient à manquer en France. (Crédits : Eric Gaillard)

Il n'y a pas que sur le front de l'électricité que la situation risque de dégénérer cet hiver. Alors que l'Europe doit apprendre à vivre sans gaz russe - ou presque -, l'approvisionnement de la France en ce combustible fossile pourrait également poser problème, notamment si la météo se montrait capricieuse. En cas d'hiver très froid comme ce fût le cas en 2010-2011, l'équivalent de presque 5% de la consommation totale sur la saison viendraient même à manquer, avec un déficit de 16,2 térawattheures (TWh), selon les dernières estimations de GRTgaz présentées ce mercredi.

Soit à peu près autant que ce que les Français pourraient économiser s'ils baissaient d'1°C leur chauffage dès le mois de novembre (17 TWh), a expliqué le gestionnaire du réseau de transport de gaz. Mais cela pourrait ne pas suffire : la « sobriété » doit être mise en œuvre « dès maintenant », aussi bien sur le gaz que sur l'électricité, a pressé son directeur général, Thierry Trouvé. « Le message à retenir [...] c'est que ce n'est pas au moment de la pointe qu'il faut réduire le chauffage ; c'est tout le temps », a-t-il insisté.

grt

Economiser de l'électricité pour économiser du gaz

De fait, limiter la consommation d'énergie permettrait de remplir plus rapidement les 13 sites de stockages souterrains de gaz de l'Hexagone, mais aussi de les réapprovisionner au fur et à mesure en cas de besoin. Car même si ces réserves ont déjà atteint un taux de 94%, soit 124 TWh disponibles aujourd'hui sur les quelque 470 TWh que consomme la France chaque année, il sera peut-être nécessaire de les remplir à nouveau au cours de la saison de chauffage.

« S'il y a une pointe de demande en deuxième partie de l'hiver et que les stockages ont déjà été utilisés, ils auront une moindre puissance en sortie [...] C'est comme un ballon : lorsque c'est gonflé et que vous lâchez l'ouverture, une grosse quantité de gaz peut sortir rapidement. Cette puissance de soutirage est optimale jusqu'à 50% environ de remplissage, puis décroît », développe Thierry Trouvé.

Lire aussiÉnergie : malgré des stocks de gaz remplis à 100%, le spectre des pénuries plane toujours sur la France

Et pour trouver les ressources nécessaires, il faudra passer par une réduction de la consommation électrique. Car les hydrocarbures participent largement à la production d'électrons, notamment cette année : sur les huit premiers mois de 2022, la quantité de gaz utilisé pour générer du courant a doublé par rapport à la même période en 2021, notamment à cause des déboires actuels du parc nucléaire d'EDF. « Le parc électrique a donc absolument besoin des centrales à gaz pour gérer son équilibre », note Thierry Trouvé.

« On pourrait considérer qu'on n'est pas concerné par le remplissage des stocks de gaz, car on se chauffe à l'électricité, mais c'est une erreur. [...] Dès qu'on économise de l'électricité, on économise du gaz pour produire cette électricité », affirme le directeur de GRTgaz.

Lire aussiSobriété énergétique : comment les villes comptent réduire leur facture de gaz et d'électricité

Un nouvel outil pour informer les Français sur leur consommation

Ce n'est pas tout : un Français équipé d'un radiateur électrique pourrait même consommer plus de gaz à la pointe que s'il disposait d'une chaudière thermique. Et pour cause, cette dernière demande deux fois moins de molécules de gaz qu'un convecteur électrique pour fournir la même quantité d'énergie, étant donné que le processus de conversion en amont, réalisé dans les centrales électriques, induit une perte de rendement.

« La pire des choses à faire pour économiser le gaz serait donc de s'équiper de radiateur électrique mobile ! Cela augmente la pointe électrique, mais aussi la consommation de gaz, avec deux fois plus de quantité demandée en marginal [quand les autres moyens de production d'électrons, du nucléaire au renouvelable, sont insuffisants pour répondre à la demande, ndlr] », prévient Thierry Trouvé.

De son côté, GRTgaz a annoncé ce mercredi qu'il apportera sa contribution en déployant dès le mois d'octobre, avec le concours de l'Ademe et de l'autre gestionnaire de transport de gaz du pays, Teréga, un dispositif d'information et de sensibilisation sur la consommation de gaz des Français. Sur le modèle d'Ecowatt, qui fournit en temps réel le niveau de demande d'électricité, cet outil devra permettre aux citoyens, aux collectivités et aux entreprises de connaitre le niveau de tension du système gazier et de « contribuer à son équilibre par la mise en œuvre d'écogestes », explique Thierry Trouvé. Reste à savoir si cela suffira pour éviter les délestages cet hiver, c'est-à-dire permettre aux gros utilisateurs industriels de ne pas subir d'arrêts ponctuels d'approvisionnement avec des conséquences en cascade sur leur production.

Lire aussiComment fonctionne l'aide d'urgence « gaz et électricité » pour les entreprises énergivores ?

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 15/09/2022 à 19:25
Signaler
Ca va être la misère en outre-mer les locataires mauvais payeurs vont plus pouvoir chauffer au gaz les grillades sur la plage pendant les rudes hivers à 20 °C...

à écrit le 15/09/2022 à 18:24
Signaler
premiere economie d'electricite supprimer l'eclairage des monuments DE L'ELYSE aussi supprimer l'eclairage des vitrines et des magasins apres la fermeture cela fait peut etre joli mais sa intersse peut de monde par contre conservons imperativemen...

le 16/09/2022 à 10:49
Signaler
En 2017, Emmanuel Macron, alors candidat à l'élection présidentielle, avait promis de supprimer les "passoires thermiques", ces logements les plus énergivores. Du palais de l'Élysée à Matignon, en passant par l'Assemblée nationale, les lieux de pouvo...

à écrit le 15/09/2022 à 11:37
Signaler
"les hydrocarbures participent largement à la production d'électrons, notamment cette année": faux, en temps normal la part des hydrocarbures est marginale dans la production d'électrons, quelques pourcents tout au plus. Elle est devenue significativ...

à écrit le 15/09/2022 à 11:15
Signaler
La présentation en pourcentage de remplissement des stockages de gaz est un peu trompeuse : elle escamote les débats sur les choix antérieurs sur le dimensionnement des systèmes d'approvisionnement , de stockage et de distribution... Quel rôle ont jo...

à écrit le 15/09/2022 à 9:51
Signaler
Je n'ai pas attendu 2022 et les injonctions de nos petits gouvernants pour consommer le minimum d'énergie: chauffage à 17 ou 18 depuis des années, pour le grand bien de mon porte-monnaie

à écrit le 15/09/2022 à 9:43
Signaler
Si la situation est si grave, alors nos dirigeants sont très gravement coupables de nous avoir précipités dans cette crise sans nous informer des conséquences de leur soutien à l'Ukraine, et sans nous avoir demandé notre avis au vu de leurs éclairag...

le 15/09/2022 à 23:31
Signaler
Tout à fait, toute façon je pense que hors super riches , tout à chacun vie à l'économie, rares sont ceux qui payent pour sur consommer

à écrit le 15/09/2022 à 9:38
Signaler
Il me semble qu'on en fait beaucoup et que le tableau n'est sans doute pas aussi noir que présenté. Ceci dit, économiser l'énergie et développer les energies renouvelables ne sera pas plus mal pour la planète ( même s'il est bien, et sans doute, déj...

à écrit le 15/09/2022 à 9:38
Signaler
Comment peut on économiser de l'électricité en avance alors que l'on peut pas la stocker ? L'électricité produite et ou consommé immédiatement ou perdu !

à écrit le 15/09/2022 à 8:54
Signaler
"Face au tarissement des flux d’hydrocarbures en provenance de Russie" C'est logique ,puisque l'Europe a annoncé dès le début du conflit qu'elle ne voulait plus de gaz russe et ne pas le payer en rouble ,donc les russes le coupe, c'est d'ailleurs ...

à écrit le 15/09/2022 à 7:52
Signaler
OK, donc quand on commence à manquer d'énergie, on l'économise, mais avant, on la gaspillait ? Mais alors, l'écologie, on s'en fichait ? Mais alors pourquoi les médias nous ont-ils parlé de l'accord de Paris, s'il ne servait à rien ?

à écrit le 14/09/2022 à 19:54
Signaler
Et pendant ce temps là le Qatar climatisera ses stades pour la coupe du monde de football. Une aberration écologique et énergétique qui ne semble pas gêner beaucoup de monde et surtout pas les médias, sauf exception, qui couvriront très largement cet...

le 15/09/2022 à 8:13
Signaler
le scandale absolu ce sont ces gens aux gouvernements qui ont detruit nos capacite energetique qui fond la morale eux qui ont creer du chomage et qui continue a detruire des pans entier d'economie et tout ceci dans le seul but d'etre passif...

le 15/09/2022 à 8:50
Signaler
Sans oublier, les 6500 travailleurs migrants qui ont perdu la vie sur les chantiers de construction des stades de la Coupe du monde 2022.De toute façon, avec les coupures de courant en perspective ,il ne sera pas évident de regarder un match.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.