Prix de l'énergie : "Dans une période exceptionnelle, c'est normal qu'on demande une aide exceptionnelle à EDF (Pompili)

A quelques mois de l'élection présidentielle, le gouvernement d'Emmanuel Macron soutient à l'unisson sa politique de l'offre. Reste pourtant à chiffrer d'éventuelles nouvelles mesures qui visent à préserver le pouvoir d'achat des Français en pleine flambée des prix de l'énergie.

4 mn

EDF va vendre à un prix réduit jusqu'à 40% de sa production électrique en 2022, au lieu de vendre aux prix forts du marché.
EDF va vendre à un prix réduit jusqu'à 40% de sa production électrique en 2022, au lieu de vendre aux prix forts du marché. (Crédits : Reuters)

Pas moins de deux ministres sont venus défendre le choix du gouvernement de contraindre EDF à vendre davantage d'électricité nucléaire à bas prix à ses concurrents. Pour défendre cette décision, face à laquelle le PDG du groupe lui-même Jean-Bernard Lévy s'est fortement opposé, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili est montée au créneau. Elle juge qu'il est "normal de demander" à EDF d'aider à contenir la facture d'électricité des Français, soulignant que l'énergéticien ne vendrait "pas à perte" mais "gagnerait moins que prévu", mercredi au micro de Sud Radio.

"Je trouve que c'est normal qu'on demande cela à EDF, parce que c'est de l'argent de centrales nucléaires qui sont amorties" et "qui a payé pour la construction de ces centrales nucléaires? Ce sont les contribuables français, donc c'est normal que dans une période de crise, dans une période exceptionnelle, qu'on demande une aide exceptionnelle à EDF", a mis en avant la ministre.

Alors que quatre principaux syndicats du secteur énergétique ont lancé un appel à la grève à EDF le 26 janvier, afin de protester contre ces mesures, Bruno Le Maire s'est même dit, lui, prêt à aller plus loin. Après l'indemnité inflation de 100 euros versée à 38 millions de personnes et le versement exceptionnel de 100 euros en décembre pour les six millions de ménages bénéficiaires du chèque énergie, le blocage des prix du gaz... le ministre de l'Economie dit mercredi ne fermer "aucune porte"  sur BFMTV/RMC.

"L'indemnité inflation, le chèque énergie, ce que nous avons fait sur EDF, ce que nous faisons pour plafonner les prix du gaz: la facture de l'ensemble de ces mesures, c'est 15 milliards d'euros déjà engagés par l'Etat pour protéger les Français", a affirmé le ministre.

Pour rappel, à quelques mois de l'élection présidentielle, le gouvernement d'Emmanuel Macron fait face à une flambée des cours de l'énergie, dans un contexte de haute inflation.

Le prix du baril de Brent a atteint un record depuis plus de sept ans.

Lire aussi 3 mnL'envolée du prix du pétrole inquiète les investisseurs

Quelles nouvelles mesures d'endiguement, à quel prix ?

Interrogé sur l'opportunité de faire baisser à 5,5% le taux de TVA sur l'essence, contre 20% actuellement, Bruno Le Maire s'est montré prudent.

"Dix centimes d'euros de moins le litre, sur un plein de 50 litres, c'est cinq euros en moins" pour le consommateur mais "5 milliards" de pertes de recettes fiscales pour l'Etat, a-t-il assuré.

"Il faut bien mesurer les coûts que ça représente, le manque à gagner pour l'Etat, pour les services publics", a-ajouté le ministre, qui s'était déjà montré hostile à plusieurs reprises à une telle mesure.

De son coté, EDF va vendre à un prix réduit jusqu'à 40% de sa production électrique en 2022, au lieu de vendre aux prix forts du marché, et perdre environ 8 milliards sur son excédent brut d'exploitation 2022, selon le groupe.

La semaine dernière, Mme Pompili avait affirmé que "nous serons aux côtés d'EDF pour les aider à passer cette difficulté", relançant des spéculations sur une possible recapitalisation. L'Etat est en effet actionnaire de l'énergéticien à plus de 85%, avec une faible part de flottant (environ 15%), questionnant ainsi la place du groupe au CAC 40.

Lire aussi 4 mnLa lourde chute du titre EDF pose à nouveau la question de sa place en Bourse

(Avec AFP)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 09/03/2022 à 17:58
Signaler
Il faut que l'électricité soit désindexée du prix du gaz - les français payent des prix élevés d'électricité alors que cela ne devrait pas être (notre nucléaire coûte peu) - de suite si la désindexation se faisait on réduirait considérablement les fa...

à écrit le 19/01/2022 à 18:35
Signaler
Il y a 2 vraies problèmes qui se posent à propos de la gestion de cette crise. - On a tenté de nous faire croire qu'en ouvrant le marché de l'électricité à la concurrence, les prix baisseraient. Or les acteurs de la concurrence ne sont pas producteu...

à écrit le 19/01/2022 à 18:33
Signaler
Il faut le dire très clairement, l'état ne protège pas les Français mais les concurrents d'EDF et les vendeurs de Gaz. Edf va donc devoir acheter plus de 200 euros de l'électricité produite à partir de Gaz et de charbon pour ensuite la vendre a 46 e...

à écrit le 19/01/2022 à 16:35
Signaler
Le prix de l’essence est constitué du prix du baril, en forte hausse actuellement, et de taxes pour 60% et qui s’appliquent en pourcentage. D’où le jackpot pour l’Etat actuellement qui voit l’argent rentrer à gros flots dans les caisses….. Le Maire p...

à écrit le 19/01/2022 à 13:39
Signaler
Les 15% d actionnaire privee sont spoliés Un abus de bien social Plus grave EDF est conduit faire une faillite inéluctable si on continue à forcer la vente à perte les années de prix haut et vendre pas cher les années de bas prix Dans tous les c...

à écrit le 19/01/2022 à 12:29
Signaler
Les politiques sont capables de ruiner le pays et une entreprise stratégique uniquement pour assurer leur réélection. Nous sommes proches du dépôt de bilan , dettes abyssales , fiscalité surréaliste , une hausse des taux et la trappe.

à écrit le 19/01/2022 à 12:11
Signaler
L'état mélange ici les genres. Il ne peut être à la fois bon régulateur et bon actionnaire. Quelle confiance doit ressentir chaque salarié dans son actionnaire principal? Comment les cadres d'EDF peuvent ils pousser maintenant leurs équipes pour amél...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.