Recours d'EDF contre l'Etat : « Il y a une dissonance entre le rôle d'EDF et celui que l'Etat veut lui faire jouer »

Largement mis à contribution pour contenir la hausse des prix de l'énergie via, notamment, le « bouclier tarifaire », EDF a riposté, mardi, en exigeant de l'Etat une indemnisation de plus de huit milliards d'euros. Un recours qui intervient alors que le gouvernement prévoit de nationaliser l'électricien à la rentrée et qui pose la question du rôle d'EDF. Explications de Phuc-Vinh Nguyen, chercheur spécialiste des politiques de l'énergie européenne et française au sein du centre énergie de l'Institut Jacques Delors.
Phuc-Vinh Nguyen, chercheur sur les politiques de l'énergie européenne et française au sein du centre énergie de l'institut Jacques Delors.
Phuc-Vinh Nguyen, chercheur sur les politiques de l'énergie européenne et française au sein du centre énergie de l'institut Jacques Delors. (Crédits : Reuters)

La tension monte entre l'Etat et EDF. Ce dernier a annoncé, mardi, avoir déposé un recours auprès du Conseil d'Etat réclamant à l'Etat une indemnisation de 8,34 milliards d'euros. L'électricien entend ainsi obtenir réparation des pertes causées par le « bouclier tarifaire » imposé par l'Etat. Destiné à contenir la hausse des tarifs réglementés de l'électricité à 4% en 2022, ce dispositif l'a contraint à augmenter de 20% le quota annuel d'électricité vendu à prix réduit à ses concurrents, à 120 TWh (contre 100 TWh auparavant) selon le principe de « l'accès régulé à l'électricité nucléaire historique » (Arenh). Ce dernier impose à EDF de vendre son énergie à un prix très avantageux à ses concurrents, en comparaison aux prix actuels du marché, pour favoriser la diversité des offres et permettre au consommateur de bénéficier de tarifs attractifs.

Lire aussiEDF doit rester un groupe « unique », ne pas avoir d'énergies renouvelables est une « utopie » (Jean-Bernard Lévy, PDG)

Un conflit qui intervient alors que l'Etat a annoncé, début juillet, la nationalisation d'EDF d'ici le mois de septembre. Au-delà d'acquérir les 16% restant du capital de l'électricien -- l'Etat en possède déjà 84% --, cette opération pose de nombreuses questions à commencer par celle du rôle d'EDF et de celui que l'Etat veut lui donner, comme l'explique Phuc-Vinh Nguyen, chercheur sur les politiques de l'énergie européenne et française au sein du centre énergie de l'Institut Jacques Delors à la Tribune.

Pourquoi le bouclier tarifaire est-il au centre des griefs d'EDF contre l'Etat ?

EDF est dans une situation difficile pour deux raisons. D'une part, à cause de la faiblesse de la production de son parc nucléaire qui va lui causer un important manque à gagner. En effet, traditionnellement, la France exporte de l'électricité l'été. Or, cette année, nous allons devoir en importer. Et la faiblesse du parc nucléaire va aussi se ressentir cet hiver. Il y a également cette question du « bouclier tarifaire » qui est financé en partie par EDF dans le cadre de l'Arenh.

Ce recours lancé par EDF, qui se retrouve donc mis à contribution, peut donc aussi être vu comme un moyen de contester cette mesure. En effet, le fait qu'il finance le bouclier tarifaire peut poser question, car EDF n'a pas forcément vocation à protéger le consommateur d'une éventuelle hausse du prix de l'énergie. C'est plutôt au gouvernement d'instaurer des mesures pour épauler le consommateur. Le dispositif en vigueur actuellement a été mis en place dans l'urgence, permettant à l'exécutif de réagir vite. Mais il ne doit pas avoir vocation à être pérennisé.

D'autant que si l'Arenh est négocié au niveau européen, l'Etat a accepté son instauration en France en échange d'autres concessions sur le sujet. Il y a une dissonance à clarifier à propos de l'image et du rôle qu'EDF doit jouer et celui que le gouvernement entend lui faire jouer. La nationalisation d'EDF peut, peut-être, éclaircir cette situation.

Que va changer la nationalisation d'EDF ?

L'Etat détient déjà 84% du capital d'EDF donc concrètement, le fait qu'il monte à 100% ne changera pas grand-chose. C'est, en quelque sorte, le premier étage d'une fusée qui va permettre une réforme de grande ampleur d'EDF. Bien que le gouvernement justifie cette nationalisation comme essentielle à sa nouvelle politique énergétique, c'est surtout une clarification du rôle d'EDF dans cette nouvelle politique. Cela a donc davantage une portée symbolique, ne serait-ce que pour le signal qui est envoyé à l'opinion publique. Quand vous voulez reprendre en main la politique énergétique du pays c'est mieux, en terme d'affichage, de détenir à 100% EDF.

Lire aussiRenationalisation d'EDF : tout comprendre en sept questions

Quels enjeux posent cette nationalisation ?

S'il a déjà été annoncé que le gouvernement va lancer d'ici début septembre une offre publique d'achat (OPA) à 9,7 milliards d'euros, on en sait encore peu sur le calendrier de reprise et il y a plusieurs questions auxquelles il est nécessaire de répondre dans un court laps de temps. C'est notamment le cas pour le mécanisme de l'Arenh qui arrive à expiration à la fin de l'année 2025. Il est donc nécessaire de se mettre d'accord sur ce sujet avec la Commission européenne et d'obtenir un accord, au moins dans les grandes lignes, avant les prochaines élections européennes qui sont en 2024. Car les acteurs clé de ce dossier sont non seulement Emmanuel Macron et le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, mais aussi la commissaire européenne à la Concurrence Margreth Vestager. Or, il n'est pas sûr qu'elle occupe encore ce poste à l'issue des élections.

Un autre sujet risque de soulever des tensions : celui de la réforme Hercule (ce projet prévoit de scinder EDF en trois entités : une entreprise publique pour les centrales nucléaires, une autre cotée en Bourse pour la distribution d'électricité et les énergies renouvelables, et une troisième consacrées aux barrages hydroélectriques, ndrl). Lorsqu'il avait été débattu en 2019, le sujet avait suscité de vives tensions chez les syndicats qui craignaient un démantèlement impliquant une forme de privatisation. Or, la question du projet Hercule pourrait bien revenir sur la table. Il va donc falloir que l'Etat clarifie la direction dans laquelle il souhaite aller.

Lire aussiRenationalisation d'EDF : ce difficile équilibre entre finances publiques et satisfaction des actionnaires

Enfin, il va surtout falloir apporter des gages de la faisabilité technique de la politique énergétique voulue par l'Etat en nationalisant EDF et cela demeure une grande inconnue. L'Etat va mettre la main au portefeuille, mais EDF sera-t-il capable de délivrer les commandes d'EPR ? Le groupe a-t-il la main d'oeuvre et l'expertise nécessaire? Ce qui ne semble pas évident pour l'instant. Des réponses sont aussi attendues concernant la succession de son PDG, Jean-Bernard Lévy. Les défis à venir pour EDF sont considérables et il faut trouver une personne qui soit familière aux enjeux de l'énergie. Trouver le candidat idéal n'est pas une mince affaire, surtout en peu en si peu de temps, tant toutes ces questions nécessitent des réponses rapidement.

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 11/08/2022 à 18:09
Signaler
S'il fallait encore démontrer que l'Etat est un piètre gestionnaire, le naufrage d'EDF est un bel exemple de ses graves incompétences. Tant que les Enarques et autres poètes hauts fonctionnaires seront aux commandes du gouvernement, sans réformes dra...

à écrit le 10/08/2022 à 20:33
Signaler
Pas un copec pour EDF ou pour 8 milliards, je veux les têtes de ceux qui ont mené cette industrie florissante à la banque route .Il faut éplucher leurs comptes personnels .Ont ils reçu des pots de vin pour détruire cet entreprise ou des avantages de...

le 11/08/2022 à 8:13
Signaler
la demission du pdg d'edf est exigé monsieur menace realise son chantage que sa gestion soit transparente ce n'est pas la compagnie allemande edf a ete voulu pour une electricite la moins cher par pour engaisser son pdg

le 11/08/2022 à 8:13
Signaler
la demission du pdg d'edf est exigé monsieur menace realise son chantage que sa gestion soit transparente ce n'est pas la compagnie allemande edf a ete voulu pour une electricite la moins cher par pour engaisser son pdg

à écrit le 10/08/2022 à 19:22
Signaler
RAS. La bourse a compris le message subliminal et l'action plonge.... Bouygues, Niel et Dahi comme Bolloré peuvent continuer à s'enrichir tranquillement grâce au réseau service et même R&D de FT/orange qui leur est offert à perte pour FT/orange pour...

à écrit le 10/08/2022 à 18:46
Signaler
L'"étatisation" d'EDF ne peut être une bonne nouvelle. C'est une mesure de sauvetage. Le sauveteur et le sauvé se ressemblent , s'il faut sauver EDF c'est aussi parce que le sauveteur lui a mis la tête sous l'eau. Mais la victime n'a pas brillé ces ...

à écrit le 10/08/2022 à 17:21
Signaler
Certains ont planifié le pillage de la France et EDF fait partie de ces biens communs sacrifiés. Les fournisseurs alternatifs sont une arnaque et tous ceux qui souscrivent leurs abonnements sont des complices plus ou moins conscients de ce pillage.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.