Plombé par le « bouclier tarifaire », EDF exige 8 milliards d'euros à son actionnaire, l'Etat

Dans une situation financière fragile, l'énergéticien passe à la vitesse supérieure contre l'Etat, son principal et bientôt unique actionnaire, en réclamant une indemnisation en raison de l'obligation de vendre à ses concurrents de l'électricité à des prix cassés.
Le groupe fragilisé financièrement, par ailleurs lourdement endetté, doit mettre en œuvre un ambitieux programme de construction de nouveaux réacteurs nucléaires EPR en France en parallèle du développement des renouvelables.
Le groupe fragilisé financièrement, par ailleurs lourdement endetté, doit mettre en œuvre un ambitieux programme de construction de nouveaux réacteurs nucléaires EPR en France en parallèle du développement des renouvelables. (Crédits : Reuters)

« EDF a déposé ce jour un recours contentieux auprès du Conseil d'Etat, et une demande indemnitaire, pour un montant estimé à date de 8,34 milliards d'euros, auprès de l'Etat », annonce ce mardi le producteur d'électricité dans un communiqué. EDF vise les modalités qui lui ont été imposées par le gouvernement dans le cadre du « bouclier tarifaire ».

Afin de contenir comme promis la hausse des tarifs réglementés de l'électricité à 4% en 2022, le gouvernement a obligé EDF à augmenter de 20% le quota annuel d'électricité vendu à prix réduit à ses concurrents, à 120 TWh (contre 100 TWh auparavant). Cette vente se fait dans le cadre du mécanisme baptisé « Accès régulé à l'électricité nucléaire historique » (Arenh), régulièrement dénoncé par EDF. Le groupe est ainsi contraint de vendre sa production à prix cassé, au moment où l'électricité atteint des sommets sur les marchés de gros.

Lire aussiL'Etat veut qu'EDF vende encore plus d'électricité à prix cassés à ses concurrents

« L'Etat continuera à défendre le dispositif de rehaussement de l'Arenh devant le Conseil d'Etat, qui a encore rappelé en juillet dernier l'intérêt général associé à cette décision », a-t-on justifié auprès de l'AFP mardi soir à Bercy, qui estime que les démarches d'EDF « ne constituent pas une surprise ». La même source a défendu l'importance du "bouclier tarifaire »« Sans ces mesures, en particulier le volume d'Arenh supplémentaire, les factures des ménages auraient augmenté de 35% TTC », a-t-on fait valoir.

La décision de l'Etat avait été formalisée dans un décret le 11 mars puis deux arrêtés. EDF indique mardi que sa démarche s'appuie sur « une analyse juridique approfondie » et « eu égard aux dommages subis » au titre de ces textes.

« Le président-directeur général d'EDF avait indiqué lors de son assemblée générale annuelle avoir adressé à l'Etat un recours administratif préalable pour demander le retrait du décret et des arrêtés du mois de mars 2022 relatifs à cette attribution » de volumes nucléaires supplémentaires, rappelle le groupe.

Jean-Bernard Lévy, dont l'Etat veut désormais accélérer la succession dans le cadre de la renationalisation prévue d'EDF, avait en effet annoncé un recours gracieux au mois de mai, auquel l'Etat n'avait pas donné suite. « Tant le prix que les conditions de ces attributions nous pénalisent considérablement », avait fait valoir le PDG.

Lire aussiPrix de l'électricité : "Après l'avoir combattue", EDF vit la décision de l'Etat "comme un véritable choc", dit son PDG Jean-Bernard Lévy

EDF, qui doit acheter les volumes d'électricité à prix d'or sur les marchés pour les revendre à ses concurrents, estime que la mesure amputera son excédent brut d'exploitation (Ebitda) de quelque 10 milliards d'euros cette année.

Problèmes de corrosion

Une facture qui s'ajoute à un autre déboire de taille: la baisse de sa production nucléaire, liée à des problèmes de corrosion sur certains réacteurs, lui coûtera pas moins de 24 milliards d'euros supplémentaires, selon les dernières estimations publiées fin juillet.

Lire aussiCorrosion sur des réacteurs nucléaires : l'impact sur les résultats d'EDF s'alourdit pour atteindre...18 milliards d'euros en 2022

Le groupe ainsi fragilisé financièrement, par ailleurs lourdement endetté, doit pourtant mettre en œuvre un ambitieux programme de construction de nouveaux réacteurs nucléaires EPR en France en parallèle du développement des renouvelables. Cette stratégie au cœur de la politique climatique française est devenue encore plus prioritaire avec l'invasion de l'Ukraine, qui a souligné le problème de la dépendance aux énergies fossiles.

Pour avoir les coudées franches, le gouvernement a décidé en juillet de renationaliser à 100% le groupe, dont il possède aujourd'hui 84%. Cette opération doit être réalisée via une offre publique d'achat (OPA) à 9,7 milliards d'euros, que le gouvernement envisage de lancer d'ici début septembre. Les annonces d'EDF mardi « ne modifient en rien le principe, les modalités et le calendrier » de l'OPA, assure Bercy.

Lire aussiEDF : comme on n'attrape pas les mouches avec du vinaigre, difficile d'attirer un PDG avec 450.000 euros

Lire aussiDemain, EDF sera moins une entreprise qu'un vaste programme nucléaire national

(avec AFP)

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 11/08/2022 à 21:01
Signaler
Après avoir préempté tous les cours d'eau français et bloqué la concurrence par un lobbying dans les territoires, les ponctionnaires chez EDF s'étonnent de devoir offrir à la concurrence des contreparties au monopole public...

à écrit le 11/08/2022 à 9:29
Signaler
Tout repose, sur la bonne excuse que cela est une "exigence" de l'UE de Bruxelles! Comme tout intermédiaire qui se respecte, ils feront "leur beurre" sur les actions au dépend des français de base!

à écrit le 10/08/2022 à 15:38
Signaler
Avec Macron EDF vend l'électricité moins cher quelle coute à produire ,l'état va encore payé le déficit avec de l'argent que nous n'avons pas .

à écrit le 10/08/2022 à 11:08
Signaler
Bataille entre un X-Télécom et un X-Ponts; ne manque qu'un X-Mines. Mais si un Inspecteur des Finances passe par là...

le 10/08/2022 à 13:22
Signaler
Au nom de quoi edf est obligé de vendre à prix bloqué à des stes commerciales ? Leur modèle est dépassé , les consommateurs qui les ont choisis ont pris un risque .. qu ils assument c est ça le libéralisme …

à écrit le 10/08/2022 à 10:42
Signaler
La loi Mone résumait la politique européenne quand elle énonçait que EDF devait mettre fin aux contrats jaunes "qui étaient tellement intéressants pour l'usager qu'ils empêchaient la concurrence de s'installer". Joli cette doctrine de la concurrence ...

à écrit le 10/08/2022 à 10:09
Signaler
EDF est une entreprise détenue majoritairement par l'Etat. il est donc majoritaire au conseil d'administration. L'entreprise se doit d'appliquer la politique voulue par son actionnaire majoritaire, bientôt unique. Edf a t'il bien provisionner l'int...

à écrit le 10/08/2022 à 8:37
Signaler
edf a raison dans un sens MAIS elle serait plus credible si elle abolissait les privileges de tous ses employes

à écrit le 10/08/2022 à 8:14
Signaler
8 milliards d'euros d'argent public, ce n'est pas grand-chose à l'echelle d'EDF... Ça ne représente que le tiers du budget de l'EPR de flamanville 3

à écrit le 10/08/2022 à 8:07
Signaler
On en a marre par l’impôt d’injecter des sommes folles dans le secteur publique

à écrit le 10/08/2022 à 5:39
Signaler
Pourquoi augmenter le prix de l'energie alors que 75% de l'electricité en France est nucléaire? Les Francais ne devraient pas (ou tres peu) etre impacté par le prix du petrole dans l'augmentation du prix de l'electricité. EDF voudrait augmenter l'él...

le 10/08/2022 à 7:58
Signaler
edf n'a rien a exiger et en justificatif l'etat se doit d'ejecter son pdg pour faute grave et sans indemnisation pour bien definir qui commande

à écrit le 10/08/2022 à 3:04
Signaler
La France ,ce pays à qui on a mis un nez de clown dans les années 80 .

à écrit le 10/08/2022 à 1:02
Signaler
RAS : depuis 25 ans l'Etat oblige FRance Telecom à vendre à perte à ses pseudos concurrents mais vrais milliardaires Drahi, Niel, Bouygues et même Bolloré son réseau, ses services et sa R&D. Résultat alors qu'il y a 25 ans FRance Telecom était N°1 m...

le 10/08/2022 à 19:31
Signaler
pour 500 € tu peux te payer un aller simple pour Pékin et si tu n'a pas le budget on peut envisager une cagnotte! Par contre pour ta retraite elle sera toujours assumée par nous (ceux qui bossent et aiment ce pays) mais à hauteur de la retraite moyen...

à écrit le 10/08/2022 à 0:05
Signaler
"Exiger à" n'est absolument pas français... Ce type de faute grave, boulette monstrueuse, devient bien trop fréquente et quotidienne dans les articles de La Tribune. Je n'imaginais pas que vous deviendriez des fossoyeurs de la langue française... ...

à écrit le 09/08/2022 à 20:34
Signaler
Que la lumière soit !

à écrit le 09/08/2022 à 20:29
Signaler
Ca devient absurde, cette histoire, les contribuables français vont donc tous payer pour les riches qui se chauffent à l'électricité. Déjà qu'on paye pour les riches qui roulent à l'électrique

le 09/08/2022 à 22:49
Signaler
@Charlie, est-ce que Mélanchon sait que tu te dévergondes en lisant La Tribune ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.