Retenues d'eau pour l'agriculture : des milliers de personnes manifestent contre les "bassines" dans les Deux-Sèvres

Malgré l'interdiction de manifestation de la préfecture des Deux-Sèvres, le risque d'écoper d'une amende de 135 euros et la forte mobilisation des gendarmes, plusieurs milliers de personnes sont attendues ce week-end sur la plaine de Sainte-Soline pour crier leur opposition à la construction d'une réserve d'eau, autrement appelée « bassine ». Cette retenue permet de stocker l'équivalent de 260 piscines olympiques. Destinée à l'irrigation agricole, elle se trouve au cœur d'une bataille pour l'accès à l'eau dans le Marais poitevin.
(Crédits : Abaca Press via Reuters)

MAJ : article publié à 10h19, le 29/10/22, mis à jour à 14h36.

Dans le Marais poitevin, et plus précisément dans la plaine de Sainte-Soline, des milliers de manifestants entendent braver ce samedi 29 octobre l'interdiction de la préfecture des Deux-Sèvres pour crier leur opposition aux méga bassines, près du chantier d'une nouvelle réserve d'eau destinée à l'irrigation agricole.

Lire aussiRetenues d'eau pour l'agriculture : les « bassines » de la colère en 6 questions

Alors que la France connaît une sécheresse historique, quelque 10.000 personnes sont attendues selon le collectif « Bassines Non Merci », qui rassemble des associations environnementales, organisations syndicales et groupes anticapitalistes opposés à cet «accaparement de l'eau » destiné à l' «agro-industrie». Un campement a même été installé depuis mardi dans un camp monté sur le champ prêté par un paysan, à proximité du chantier.

Selon l'AFP, vers 14h00, quelque 4.000 manifestants, répartis en trois cortèges, se sont très vite heurtés aux 1.500 gendarmes déployés pour protéger le chantier. Des gaz lacrymogènes ont été lancés. L'objectif des organisateurs? «Réussir à atteindre la bassine, à enlever toutes les grilles qui protègent le chantier, à reboucher le début du trou, empêcher la reprise des travaux», explique un tract diffusé sur place.

L'eau, une ressource qui se raréfie

La préfète des Deux-Sèvres Emmanuelle Dubée a, elle, évoqué vendredi aux alentours de «5.000» manifestants attendus à partir de 10h00 dans ce village d'environ 350 habitants devenu le nouvel épicentre d'un conflit sur l'usage de cette ressource qui se raréfie avec le réchauffement climatique.

Lire aussiFaut-il encourager l'implantation de retenues d'eau en agriculture pour lutter contre la sécheresse ? Thierry Boudaud (agriculteur) face à Christine Graval (élue écologiste)

Les opposants aux réserves d'eau, qui ont prévu des événements sur place tout le week-end, ont intenté un référé contre ces arrêtés, rejeté vendredi par le tribunal administratif de Poitiers. Les participants à cette manifestation encourent une amende de 135 euros, a rappelé le tribunal.

Ces bassines sont des cratères à ciel ouvert, recouverts d'une immense bâche en plastique, pompent l'eau des nappes phréatiques superficielles l'hiver pour en stocker jusqu'à 650.000 m3 (soit 260 piscines olympiques), avant de la restituer pour l'irrigation l'été, quand les précipitations se raréfient. A l'heure où se pose, de manière de plus en plus accrue, la question de l'accès à l'eau, ces retenues visent ainsi à faciliter le captage et l'utilisation des eaux de pluie par les agriculteurs pour qu'ils puissent arroser leurs terres en période de sécheresse, et ainsi irriguer les grandes cultures.

Tensions entre le monde agricole et les défenseurs de l'environnement

De tels projets se multiplient dans l'Hexagone, mais les tensions entre le monde agricole et les défenseurs de l'environnement se cristallisent dans les Deux-Sèvres, deuxième zone humide de France en superficie. Dans le sud de ce département, un projet de création de 16 bassines a été lancé.

Les associations environnementales estiment que ces réserves d'eau constituent un « accaparement » de l'eau et dénoncent l'impact écologique de ces mégastructures qui captent les ressources des nappes phréatiques.

 « Les bassines ne concernent qu'une minorité d'agriculteurs, ceux qui sont sur un modèle d'un certain âge. Principalement des cultures de maïs destinées à l'alimentation du bétail et à l'exportation. Et non des productions maraîchères qui vont servir à l'alimentation du bassin de vie local. Résultat : 10 % d'agriculteurs vont avoir un accès privilégié à l'eau et priver d'un bien commun les 90 % restants », détaille Christine Graval, conseillère régionale écologiste de Nouvelle-Aquitaine, citée en juin dernier par La Tribune.

Les opposants aux bassines prônent d'autres leviers à développer en priorité : agro-écologie, changement de cultures, retour des prairies, avant de construire éventuellement des réserves d'eau, et qui soient plus petites.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 60
à écrit le 02/11/2022 à 7:28
Signaler
Bonjour, L'eau de ses bassin retournera a la terre de la region , par compte les prélèvement d'eau dans les nappe pour faire de l'eau en bouteille est un vrais problèmes... Donc encore , des combat inutiles sur de mauvaises objectifs... Bien sur ...

à écrit le 01/11/2022 à 17:06
Signaler
Nationalisation des pertes et privatisation des profits, ils sont tres fort a la FNSEA. c est le contribuable qui paient ces bassines qui servent a 10 paysans ... apres on peut se dire que c est quand meme debile de pomper des nappes souterraines pou...

à écrit le 01/11/2022 à 4:11
Signaler
Le dérèglement du climat nous a montré que nous ne pouvons pas faire confiance à l'Etat pour prendre soin de la planète, que celui-ci a été trop perméable aux lobbies. Pour la gestion de l'eau, je crains qu'il en soit de même et que c'est la FNSEA qu...

le 01/11/2022 à 10:50
Signaler
„changer de productions agricoles“ c’est vite dit. Mais savez-vous au moins que pour chaque type de plantes il faut en générale une ou plusieurs machine spécifique. On ne récolte pas du blé et du maïs avec le même type de moissonneuse batteuse par ex...

le 03/11/2022 à 6:48
Signaler
Personnellement, je n'ai aucune confiance pour les evolo pour prendre soins de la planetre ...

à écrit le 31/10/2022 à 20:40
Signaler
Comment le gouvernement et E. Particulier le Président qui se dit écolo, peut-il laisser faire ? D'autant que ces méga bassines sont financées avec l'argent public !

le 01/11/2022 à 13:08
Signaler
les boules de petanque lance contre les forces de l'ordre ce n'est pas de la violence decidement ces gens arrange a leur convenance la realite alors ont a le droit de frapper les ecolos

à écrit le 31/10/2022 à 14:52
Signaler
J'invite tous ces pseudo écolos à passer de la parole aux actes et à devenir agriculteurs afin de montrer l'exemple en construisant leur modèle agricole. Or leur doctrine de déconstruction au détriment d'une reconstruction montre leur réelle volonté,...

le 31/10/2022 à 15:07
Signaler
Il y a du vrai dans ce que tu dis mais le modèle agro-industriel freine toutes ces initiatives alors que nous aurions besoin d'un million de paysans, ils veulent toujours eus se garder les terres mais surtout le fric pour eux et eux seuls. Je vois co...

le 31/10/2022 à 17:05
Signaler
Pour un partage équitable des terres entre agriculteurs il faut réformer la SAFER et combattre sa corruption qui fait tant de mal aux agriculteurs francais. Voilà un article sur lequel pourrait se pencher La Tribune et qui mettrait à nu un système qu...

le 31/10/2022 à 17:10
Signaler
Ce n’est pas tant l’agro-industrie que l’industrie agro-alimentaire qui de part leur prix imposés aux agriculteurs les prend à la gorge. A ceci se rajoute les normes de production et environnementale francaise souvent bien plus drastique que les norm...

le 31/10/2022 à 20:43
Signaler
Pourquoi faut-il continuer à faire pousser du maïs que nous ne consommons pas et qui demande beaucoup d'eau ?

le 01/11/2022 à 9:49
Signaler
Bien sûr que le mais est consommé, ou pensez-vous qu'il est jeté?

le 01/11/2022 à 9:55
Signaler
" l’agro-industrie que l’industrie agro-alimentaire" Bonnet blanc et blanc bonnet, là si tu arrives à distinguer les deux faut que tu nous expliques mieux puisque justement nous en sommes à l'industrialisation de l'exploitation agricole, merci. Ou bi...

le 01/11/2022 à 11:08
Signaler
Vous avez raison je voulais parler de la grande distribution et des grossites. Par contre je vous prierai de me vouvoyer. Merci.

à écrit le 31/10/2022 à 14:50
Signaler
“Les bassines ne concernent qu'une minorité d'agriculteurs” avec un nombre aussi faible faut pas s’étonner sauf à installer des piplines permettant d’irriger des champs à plusieurs kilomètres delà. Faut rester logique. Il est normal que ces points d’...

à écrit le 31/10/2022 à 12:04
Signaler
Le gouvernement apporte son soutien aux empoisonneurs et destructeurs de la nature que sont les adhérents de la fnsea. Et il essaie de nous faire croire qu'il se préoccupe de l'environnement ?!

le 31/10/2022 à 12:43
Signaler
„empoisonneurs et destructeurs de la nature“ mais vous n‘avez pas honte? Vous croyez qu’on peut nourrir une population mondiale à coup de bio? Si vous pensez mieux faire devenez agriculteurs et on rira bien!

à écrit le 31/10/2022 à 9:15
Signaler
A un moment donné, il faudrait remettre les écologistes à leur place. Ils veulent participer à la vie politique du pays, sont élus, siègent à l'assemblée pour défendre leurs idées. Mais quand celles-ci ne peuvent prospérer, que les décisions administ...

à écrit le 31/10/2022 à 7:46
Signaler
....l'eau , l'air ,la terre , les richesses .....tout peut -etre privatisé par certains au détriment des autres ! Le degré ultime de l'évolution d'une espèce , la pire que la planète ait connu .......

à écrit le 31/10/2022 à 7:45
Signaler
....l'eau , l'air ,la terre , les richesses .....tout peut -etre privatisé par certains au détriment des autres ! Le degré ultime de l'évolution d'une espèce , la pire que la planète ait connu .......

à écrit le 31/10/2022 à 7:31
Signaler
...le privé au préjudice de tous :...... la macronie quoi !

à écrit le 30/10/2022 à 9:17
Signaler
"Contrairement à ce que l’on peut entendre, le blé, le maïs et le tournesol produits en Deux-Sèvres ne restent pas tout ici. Une partie est chargée sur les bateaux et part à l’étranger. Les bassines serviront à cela", rappelle Benoit Jaunet, porte-pa...

à écrit le 30/10/2022 à 9:14
Signaler
Tout se passe comme si les mouvements écologistes voulaient s’auto détruire. Après le grave problème énergétique que nous connaissons dont ils sont partiellement responsables, ils mettent en place des atteintes à nos Lois que les citoyens lambda ne p...

le 30/10/2022 à 12:02
Signaler
"mais avec une juste cause" En effet mais gaspiller l'eau n'est pas une juste cause.

à écrit le 30/10/2022 à 8:53
Signaler
Sans doute dans ce cas spécifique il y a plus de raison qu'ailleurs de réaliser des bassines, mais en général une bassine ne doit pouvoir cumuler que de l'eau des rivières quand elles sont au maximum de leur portée dans les mois d'hiver (eau qui ser...

le 30/10/2022 à 9:10
Signaler
Moins ya d'eau plus faut la gaspiller ! Bravo beau résonnement et merci infiniment pour nos enfants !

à écrit le 29/10/2022 à 21:49
Signaler
Les écolos sont discrédités par leur opposition à tout, leur interdiction des "arbres morts" et leur gauchisme révélé au grand jour désormais. On n'a pas à supporter leurs kermesses gauchistes, leurs manifestations à 10 sur l'autoroute où leurs jets...

le 30/10/2022 à 8:38
Signaler
Il me semble que c'est un agriculteur qui a prêté son champs aux manifestants. Quand à la "tyrannie d'une minorité".,on peut dire la même chose de l'autre côté puisque "10 % d'agriculteurs vont avoir un accès privilégié à l'eau et priver d'un bien co...

à écrit le 29/10/2022 à 20:37
Signaler
Pour le coup vous me décevez beaucoup, cet article n'est pas du tout objectif. Vous oubliez de mentionner que les bassines sont surtout remplies à l'eau de pluie et des cours d'eau, que ce remplissage est ultra réglementé ce qui oblige les agriculteu...

le 30/10/2022 à 9:00
Signaler
"ce qui oblige les agriculteurs" Non mais tu as vu le déficit de pluie que nous avons cette année ?! Tu crois que c'est intelligent de pomper dans des nappes phréatiques en déficit d'eau exponentiel ? La vache arrêtez de prêcher l'obscurantisme agro-...

le 30/10/2022 à 18:18
Signaler
@Clovis Quand bien même ces bassins de rétention d'eau seraient alimentés par les eaux de pluie, ils empêchent la reconstitution des nappes phréatiques et engendrent des pénuries pour les riverains au seul profit des héritiers de l'agrobusiness...

le 31/10/2022 à 11:24
Signaler
@Citoyen blasé @ megadebt: Vos commentaires sont affligeant et laisse transpirer une vision bien citadine de l’agriculture à mille lieux de la réalité. Un “business agro-industriel” quelle non sens on voit bien que vous n’y connaissez rien. L’agricul...

à écrit le 29/10/2022 à 18:53
Signaler
Le stockage d'eaux souterraines en surface pour l'agriculture est une absurdité économique.

à écrit le 29/10/2022 à 18:33
Signaler
Encore une dérive scandaleuse des héritiers de l'agrobusiness. Privatiser les eaux de pluie sur sa parcelle est une chose relativement légitime mais privatiser les eaux de nappes phréatiques c'est rompre l'égalité de l'accès à l'eau entre citoye...

le 31/10/2022 à 11:56
Signaler
@megadebt: Voilà maintenant que les agriculteurs sont des gens fortunés qui, s’est bien connu, paient l’ISF. Comment voulez-vous être pris au sérieux? Qualifier les agriculteurs “d’héritiers de l’agrobusiness” montre à quel point vous êtes déconnecté...

à écrit le 29/10/2022 à 17:30
Signaler
Soutenons les agriculteurs pour produire c’est un devoir

le 30/10/2022 à 14:53
Signaler
@ Carlier .Oui . MAIS pas à n'importe quelles conditions et surtout pas en s'octroyer le droit de vider les nappes phréatiques.

à écrit le 29/10/2022 à 17:28
Signaler
La France du non à l’œuvre : du non à tout …. Bonnet rouge gilet jaune et tout le toutim. Ne rien faire et pédaler pour avoir du courant. Navrant navrant. Ah j’oubliais anti macroniste primaire aussi…

à écrit le 29/10/2022 à 16:38
Signaler
chaque jour est l apprentissage du lendemain. ! il y à pire le quotidien. LE Télégramme publie un article. une commune du Finistère (Berrien )toujours sans eau potable pollution à l arsenic. que pense nos écolos( bin rien )?

le 30/10/2022 à 9:23
Signaler
L'eau n'est plus en surabondance et certaine réserves sont polluées presque naturellement pas dissolution des minéraux comme pour l'arsenic. Nous nous dirigeons vers un vrai problème d'accès à l'eau..

à écrit le 29/10/2022 à 16:09
Signaler
On dirait que la France a le monopole des anti-tout.Du moment qu’on peut em…der l’état ou ses représentants,toutes les occasions sont bonnes.Open bar pour les casseurs et autres blacks blocs.Y a t’il autant d’opposition chez nos voisins européens ?

le 29/10/2022 à 16:17
Signaler
c'est avec ces gens que m macron vas revenir sur son idees de construire de nouvelles central nucleaire mais aussi sur la destruction des barages suite au decision de bruxelles ou il est inscrit que rien ne doit ralentir un cour d(eau

à écrit le 29/10/2022 à 14:47
Signaler
Si c'était de l'eau de pluie qui parfois coule en surabondance (épisode cévenol et autre) ces équipements seraient cohérents. Le problème est qu'il vont chercher l'eau dans des nappes phréatiques déjà basses et surexploitées. Par effet mécanique la b...

à écrit le 29/10/2022 à 14:13
Signaler
Les espagnols et la Sardaigne ont fait de grandes retenues d'eaux pour l'agriculture et nous on va regarder les pluies repartir à la mer pour faire plaisir aux sauveurs de grenouilles. Il n'y a pas d'autres solution, il faut plus de retenues d'eaux o...

le 30/10/2022 à 14:55
Signaler
@calamard 🚱 NON.

à écrit le 29/10/2022 à 12:53
Signaler
Bonjour, Dans le cas présent l'ons parle d'eau de rivière, mais l'eau des piscines privées ne pose pas de problème...

le 29/10/2022 à 13:42
Signaler
non ce ne sont pas des ecolos ceux digne du respect de la nature aurais etais scandalisé par la vente 4 millard de m3 d'eau douce par m macron a l'arabie saoudite. non ceci son teleguide par le pouvoir pour noyer les idees de m macron.

le 29/10/2022 à 19:04
Signaler
L'eau des piscines privées est un scandale, certainement tout autant et il est vrai que l'on n'en parle jamais. D'autant qu'arrive très vite aussi les piscines chauffées, ils en installent tous.

à écrit le 29/10/2022 à 11:45
Signaler
Ou comment subventionner le gaspillage massif d'eau imposé par le secteur agro-industriel. Il fait beau c'est le moment d'aller se promener dans les deux sèvres.

à écrit le 29/10/2022 à 11:31
Signaler
Les antis tout sont de retour.

le 29/10/2022 à 11:44
Signaler
Quand on est anti agro-industrie on est pour la vie et contre la mort et la maladie.

le 29/10/2022 à 12:28
Signaler
A condition d'avoir assez à bouffer. Après le fiasco de ces gens sur le nucléaire ils feraient mieux de s'abstenir

le 29/10/2022 à 12:54
Signaler
@ggraillat Ces réserves d'eau ne changeront rien aux problèmes des agriculteurs tout comme les retenues collinaires pour faire de la neige artificielle ne changeront rien au déclin des stations de ski. Ce dont on est sûr c'est que ces eaux n'aliment...

le 29/10/2022 à 19:02
Signaler
Tu mangerais momo t'inquiètes pas, yen aurait aussi pour toi.

le 30/10/2022 à 14:58
Signaler
@reponse de citoyen blasé. C"est qui ou quoi "momo"🤣🤣🤣?

le 30/10/2022 à 15:59
Signaler
"A condition d'avoir assez à bouffer" C'était en réponse à ça. Je comprends ta demande de précision c'est logique, mais c'est plus un concept de réponses à la gond qu'une personne déterminée en fait vu que l'avantage c'est que nous sommes anonymes.

à écrit le 29/10/2022 à 11:03
Signaler
Comme il est rappelé dans l'article , ce genre de réalisations est payé majoritairement par le contribuable (et le consommateur) mais les bénéfices iront en priorité vers l'agriculture intensive dont les années sont désormais comptées. De plus , la r...

le 29/10/2022 à 11:44
Signaler
non ce ne sont plus des ecolos ceci sont les memes que ceux qui dans les années 30 40 brulez les livres détruisez les tableaux. de droite ils sont passe a gauche mais leur finalité est la meme la dictatute la pensee unique et a tout ceux qui ref...

le 30/10/2022 à 15:03
Signaler
@reponse de Ludwig . Un peu capillo tractée (z?) votre reponse.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.