Total doit sortir des énergies fossiles, c’est une question de survie

 |  | 802 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : Reuters)
OPINION. A la traîne en comparaison avec les annonces faites par ses pairs anglo-saxons, Total doit aligner ses activités avec l'accord de Paris, ce qui doit se traduire par un processus ambitieux de sortie des énergies fossiles. Par Lucie Pinson, directrice exécutive de Reclaim Finance, et Stéphane His, expert climat au sein de l'Agence française de développement.

Plusieurs supermajors pétrolières se sont engagées à atteindre la neutralité carbone à l'horizon 2050. Ces engagements découlent de la pression exercée par des actionnaires, inquiets du risque qu'elles portent dans un monde bas carbone. Le mois dernier, un groupe de 11 investisseurs a brisé le silence qui préservait Total de toute pression actionnariale publique. L'objectif leur résolution vise à ce que le groupe adopte des objectifs de décarbonation absolue de ses émissions afin d'aligner ses activités sur les objectifs climatiques de l'Accord de Paris. C'est une opportunité de court terme compte-tenu des prix actuels du pétrole et une question de survie à long terme !

Lire aussi : Des actionnaires de Total lui demandent d'en faire plus sur le climat

L'accord de Paris: un objectif de réduction absolue des émissions et de neutralité carbone à long terme

Plus universel que son prédécesseur le Protocole de Kyoto, l'accord de Paris est marqué par la nécessité d'une neutralité carbone au cours de la seconde moitié du siècle pour limiter la hausse de la température bien en-dessous de 2°C et au plus proche de 1,5°C. La neutralité carbone implique une réduction à zéro en net des émissions absolues de gaz à effet de serre au niveau planétaire.

Plusieurs compagnies pétrolières, essentiellement européennes, ont récemment fait des annonces d'alignement avec un objectif de neutralité carbone à l'horizon 2050. Il s'agit de Repsol, BP et Shell.

Les super majors pétrolières : des objectifs de neutralité carbone pas toujours si vertueux

Shell s'est fixé comme ambition une réduction de 65% de l'intensité carbone de l'ensemble de sa chaîne de valeur à l'horizon 2050. L'intensité carbone est la tonne de CO2 par quantité d'énergie produite, incluant les émissions des produits vendus, qui représente 85% des émissions.

Dans la même veine, mais probablement un peu plus ambitieux, BP veut atteindre la neutralité carbone de ses activités en émissions absolues en 2050 et un objectif de réduction de 50% de l'intensité carbone de ces activités en y incluant, comme Shell, les produits vendus.

Enfin, Repsol a fait le choix de proposer un objectif de réduction de l'intensité carbone à zéro liée à ses opérations en 2050. Il s'agit probablement de la position la moins mauvaise du secteur.

Total montre en revanche un certain retard en comparaison avec ses homologues. Le groupe a pour objectif de réduire les émissions de ses opérations de 46 Mt CO2éq en 2015 à 40 Mt en 2025. Sur le long terme, il vise à réduire l'intensité carbone des produits vendus de 15% entre 2015 et 2030. Sur le plus long terme, il n'a cependant pas d'objectif de neutralité et d'alignement formel sur une trajectoire à 1,5°C, ni même 2°C.

Mais au-delà de la comparaison des efforts des uns et des autres, ces objectifs peuvent être relativisés à divers titres.

Tout d'abord, parce qu'ils sont exprimés en pourcentage de réduction de l'intensité carbone des produits vendus, qui peut être plus que compensée par la croissance des ventes de produits et aboutir à une augmentation en valeurs absolues des émissions de gaz à effet de serre.

Ensuite, parce que l'évolution du mix des produits vendus par ces groupes se décarbonise "naturellement" depuis de nombreuses années. Leurs activités se sont largement réorientées vers le gaz qui est moins carboné que le pétrole mais qui reste fondamentalement une énergie fossile. Ce renoncement au pétrole est d'ailleurs plus subi que voulu, ces groupes ayant de plus en plus de difficultés à avoir accès à de nouvelles réserves.

Enfin, la diversification de leurs activités vers les énergies renouvelables représente au mieux moins de 5% des investissements annuels de ces entreprises (source: AIE 2020). Bien loin de ce qui peut être attendu de groupes qui représentent chacun plusieurs pourcents de l'approvisionnement mondial en énergie.

La sortie des énergies fossiles : une question de survie

La rentabilité des grands groupes pétroliers est aujourd'hui lourdement affectée par des cours du pétrole particulièrement bas. Sur le temps plus long, ces entreprises sont également menacées par l'électrification annoncée du secteur des transports. Les stratégies bas carbone mises en œuvre peuvent donc être perçues pour ces groupes comme des opportunités de diversification de court terme, mais sont des nécessités absolues de réorientation de long terme. C'est une question de survie pour ces super majors souvent centenaires.

Et Total, à la traîne en comparaison avec les annonces faites par ses pairs anglo-saxons, se doit de relever ce défi. La seule solution est l'alignement de ses activités avec l'accord de Paris, ce qui doit se traduire par le renoncement à développer de nouveaux projets d'hydrocarbures et s'engager dans un processus ambitieux de sortie des énergies fossiles !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/05/2020 à 2:59 :
En éradiquant Faune et Flore : huile de palme comme !!!! DU " bio-carburant " !!!! çà !!!!!

Usine toute récente en FR
a écrit le 06/05/2020 à 9:47 :
Je n'y crois pas une seconde. De toutes façons, les actionnaires ne permettront pas que leurs dividendes baissent (ce qui serait inévitable, pendant la supposée "transition énergétique"). Nous avons encore au moins un siècle de réserves de pétrole sur la planète (peut-être beaucoup plus). Les compagnies ne vont certainement pas lâcher la poule aux œufs d'or.
a écrit le 05/05/2020 à 10:32 :
Pas question de mettre deux heures pour faire le plein de mon 4x4.
Ma voiture électrique : en 2050, quand je serai mort.
a écrit le 05/05/2020 à 10:30 :
si Total veut faire + de renouvelable et en faire une filière franco-française il peut racheter ex Alstom Energie aux mains de GE filière indispensable à la France ....
a écrit le 05/05/2020 à 10:15 :
Ha tiens, une chronique de l'agence de Comm qui conseille Coca Cola depuis trente ans, à chaque AG, pour clamer haut et fort que dans trois ans, y'aura plus de PET ?
Ou d'Éminents Professeurs de la Faculté d'Ecologie de Houston ?
a écrit le 05/05/2020 à 9:27 :
On aura besoin d'énergies fossiles encore pour longtemps
a écrit le 05/05/2020 à 1:39 :
C'est vraiment raconter de c&#$%*ries que de dire que Total est en retard; balancer un objectif pour 2050 n'est pas un fait et ces promesses n'engagent que ceux qui les croient. Total a créé toute une filière solaire+batterie de son côté. Les compagnies américaines font du lobbying pour prospecter en Alaska et en Artique, et autres régions encore sauvages. Arrêtez de taper sur les fleurons français. Nous avons des entreprises fortes, bien gérées et responsables qui n'ont rien à envier aux compagnies anglo-saxonnes. Sans vous en rendre compte, vous faites le travail des lobbyistes américains en essayant d'affaiblir leur concurrent. Si vous voulez défendre l'environement, allez taper sur les compagnies américaines, leurs puissants lobbys et le mode de vie américain en général.
a écrit le 04/05/2020 à 23:47 :
Il faut arrêter de donner une tribune à tous ces bobos pastèques qui nous polluent avec leurs arguments simplistes.Le pétrole mourra de lui même quand il y aura une vraie solution de remplacement. Total n'a pas attendu ces deux hurluberlus pour savoir ce qu'il doit faire.Il a une stratégie de croissance lente dans les renouvelables car il faut bien d'une part que ce soit financé par les bénéfices du pétrole et d'autre part que le business model d'un tel mastodonte ne peut changer que dans un temps long.
a écrit le 04/05/2020 à 14:46 :
heureusement que Total est une entreprise privée ; imaginons qu'elle soit nationalisée comme SNCF , effectifs en grève trois mois par an , coûts de fonctionnement astronomiques , investissements minables , offre commerciale chère et de médiocre qualité . c'est sûr que dans ce cas , la transition écologique vers des solutions du 19ème siècle se ferait à un rythme accéléré .
a écrit le 04/05/2020 à 14:45 :
Total et son PDG savent bien qu'il y a d'autres solutions sans casser le système mais pour l'instant ils n'ont qu'un mot :le plus tard possible. Ils font les sourds et envoient un peu d'argent aux écolos pour calmer le jeu
a écrit le 04/05/2020 à 12:58 :
oui oui
les ecolos pensent que total doit changer de modele, et devrait fabriquer des masques ecolos, et faire pousser des legumes bio....
idealement, c'est ca le scenario
sinon leur metier c'est l'energie, petrole en tete, et on ne change pas des industrie s capitalistiques comme ca
quant aux investisseurs cites, oui, ils ont 1% du capital et sont prets a tout envoyer a l'eau pour pas trop cher, 1% c'est raisonnable
idealement ils devraient ramasser 100% du capital et appliquer.... sauf que si ca plante, ils coulent avec alors ils ne sont pas tres chauds...
est ce que ces memes investisseurs souhaitent a demander a renault de fabriquer des poussettes pour nourrissons, au lieu de voitures ( objet ultraconsummeriste qui deplait de nos jours...)
a écrit le 04/05/2020 à 12:52 :
Qui peut croire un seul instant qu'un pays qui a sous les pieds des centaines de milliards de petrole ou de gaz va se priver de cette mane !Les pays scandinaves si vertueux ....mais il n'y a rien chez eux ,ho pardon sauf la Norvege ;Aprés avoir exploité une enorme poche de gaz qui lui a rapportée 400 milliards d'€ le plus gros fond souverain au monde qui lui sert à payer ses retraites ,voila la Norvege qui exploite un gisement de petrole sans gene apparemment ;Encore une fois on donne l'illusion qu'on peut se passer d'energie fossile ce qui est totalement faux ;L'hiver quand il fait - 10° le rendement des panneaux solaires est quasi nul ,les éoliennes à l'arret on fait quoi !Parmi les pays signataires des accords de Paris COMBIEN LES RESPECTENT !meme la France initiative de l'accord ne les respecte pas y compris sous Hollande !Quand est il du marché des voitures electriques au niveau mondial hors voiture publiques ,ou en est le marché de l'occasion des voitures electrique quand on connait leur prix et qu'on sait que 4 voiture sur 5 vendues en France sont d'occasion ;Ca ne coute rien aux dirigeants de dire qu'en 2050 leurs entreprises sera decarbonnée ils ne serront plus là et de toutes façon les actionnaires qui demandent ça sont ultra minoritaires!De tout cela j'en conclu que les utopistes écolos sont encore à coté de la plaque .Et dire que dans les années 80 les ecolos les plus engagés disaient qu'il serrait bon que dans le nouveau mix energetique les renouvelables representent 30% mais l'integrisme écolo est passé par là !Laissons leur leur utopie ,ils jouent contre eux ...
a écrit le 04/05/2020 à 12:23 :
Heureusement que le groupe TOTAL existe et qu'il permet de rehausser le revenu moyen des français. Sans pétrole petit avenir, la voiture électrique ne sera qu'une niche.
a écrit le 04/05/2020 à 12:22 :
TOTAL, c'est l'énergie: pétrole, gaz et un peu de renouvelable. Peut-on imaginer un changement complet d'activité, à l'image de DANONE ou VIVENDI? Cela tient du pari… et du coup de génie.
a écrit le 04/05/2020 à 11:52 :
Total, sortir du secteur pétrolier alors que les cours vont exploser dans quelques mois ? Quelle idée.

Dès que la crise du coronavirus sera estompée il va y a voir une flambée mondiale de la demande qui ne sera pas compensée puisqu'on a massivement désinvesti sur la recherche et l'exploration pétrolière depuis 10 ans. Ce qui veut dire que ceux qui auront tenu bon vont faire des marges jamais vues depuis le barril à 150$.

Il faudra bien faire rouler les camions, les bus, les voitures, chauffer les maisons...
On est très loin d'avoir décarboné.

Et plus Total n'a pas attendu pour commencer sa diversification dans les énergies nouvelles.
a écrit le 04/05/2020 à 11:19 :
Non total doit d'abord faire le ménage au sein de ses hauts cadres dont bien trop prennent du pognon et beaucoup de pognon alors qu'incompétents, au mieux, TOTAL doit arrêter ces pratiques d'évasion fiscale et pourra ainsi pleinement assumer directement être un des dirigeants politiques de notre pays sans ces intermédiaires politiques qui nous coûtent de plus en plus chers tout en nous gérant de moins en moins bien.

L'hypocrisie générale est bien trop coûteuse, la démocratie n'existe pas nous le voyons tous les jours avec des politiciens qui ne savent pas gérer le moindre désagréments, installés là pour remplir les paradis fiscaux des même et attirer même la pitié de part leur profonde faiblesse, on a l'impression de ces gamins qu'envoyaient les nazis se faire massacrer alors que la guerre était perdue pour eux, enfin d'un point de vue militaire du moins, d'ailleurs les états unis s'en sont débarrassés d'une bonne partie.

Parce que l'on voit bien que les gars sont désemparés, ils doivent réparer un réacteur à plasma avec un tournevis et une clé de 14 pour seuls outils, on leur a donné rien d'autres parce que leurs patrons leur a dit que ça coûtait trop cher. Je n'exagère pas il faut voir comment s'est déroulée la catastrophe de fukushima d'amont en aval.
Réponse de le 04/05/2020 à 13:10 :
Total a un conseil d'administration donc la majorité des actionnaires qui fixe la rémunération des dirigeants.une entreprise appartient à ses actionnaires et personne d'autres quand a la compétence mettons des bac- 5 ça ira miuex
Réponse de le 04/05/2020 à 15:30 :
"donc la majorité des actionnaires qui fixe la rémunération des dirigeants."

Et vous pensez que les dragons célestes veulent que leurs enfants qu'ils ont placé là soient mal payés ???

"quand a la compétence mettons des bac- 5 ça ira miuex "

Non plus, remplacer une règle par une autre règle ne sert à rien. Il faut prendre les gens qui sont bons et c'est tout mais comme l'oligarchie a éradiqué l'intelligence au sein de son mode de fonctionnement elle ne sait plus du tout faire les bons choix, elle n'a plus les gens compétents pour cela, se reposant justement sur des règles obsolètes, qui n'ont jamais été pertinentes du moins ou il y a très très longtemps. Pire elle a peur de la compétence qui pourrait, se dit elle, parce que tout est bruit pour celui qui peur, la faire tomber alors que même si c'est en effet un risque il est minime les chances d'y gagner étant bien plus nombreuses.
a écrit le 04/05/2020 à 11:13 :
Merci pour ce moment!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :