Gaspillage alimentaire : "Mme Royal a voulu faire un coup avant la COP21"

 |   |  924  mots
Arash Derambarsh, élu municipal à Courbevoie. (Photo: DR)
Arash Derambarsh, élu municipal à Courbevoie. (Photo: DR) (Crédits : Reuters)
Arash Derambarsh rejette avec force l'accord "volontaire" proposé par la ministre de l'Ecologie aux distributeurs sur le gaspillage alimentaire et signé le 27 août. L'élu de Courbevoie, qui milite pour un "droit opposable" des associations à récupérer les invendus des distributeurs, espère le vote d'une nouvelle loi d'ici à six mois.

Contre le gaspillage alimentaire, il tient toujours à une loi. Pour Arash Derambarsh, l'élu de Courbevoie qui mène depuis plusieurs mois une fronde pour la redistribution des invendus alimentaires aux associations locales, l'accord du 27 août ne suffit pas. Ce texte proposé par Ségolène Royal, la ministre de l'Ecologie, a pourtant été signé par l'intégralité des représentants des grandes chaînes de distribution françaises.

Mais l'élu, qui a lancé une pétition sur Change.org signée par plus de 200.000 personnes, pointe du doigt son aspect non contraignant. Sans loi, en effet pas question d'exiger une amende de 3.750 euros à tout distributeur "qui rend délibérément impropres à la consommation les invendus alimentaires encore consommables", comme le prévoyait l'une des dispositions censurée le 13 août. L'activiste, qui a convaincu l'acteur Mathieu Kassovitz de se joindre à son combat, espère toujours qu'une loi comprenant de vraies mesures de dissuasion soit votée.

LA TRIBUNE - L'accord donne trois mois aux distributeurs pour être en conformité. Faute de bonne volonté, "il y aura une loi", a prévenu la ministre. Ce délai vous semble-t-il trop long?

ARASH DERAMBARSH - C'est de la rigolade ! Sur le terrain, cela fait un an que l'on demande à des enseignes de nous donner leurs invendus. A Courbevoie, des Monoprix et des Franprix nous ont refusé des stocks. Ils préfèrent mettre de l'eau de javel.

D'après cet accord, toutes les surfaces de plus de 400 m2 devront donner leurs invendus. Mais vous doutez que les franchisés s'y plieront. Pourquoi?

Une franchise ne reçoit d'ordre de personne. Or, elles représentent les deux tiers des entreprises. Si une ou deux acceptent de jouer le jeu, et d'autres non, que ferons-nous? Cela va devenir une usine à gaz. Et puis, nous ne pouvons pas surveiller toutes les entreprises.

Les associations signalent les difficultés logistiques que représenteront le nouvel afflux de stocks. Qui devrait financer les camions, entrepôts, etc., qu'il faudra mettre en place?

Cet argument n'est pas recevable. Aujourd'hui, la loi prévoit que seules les associations agréées, les Banques alimentaires, les Restos du coeur, le Secours populaire et la Croix Rouge récupèrent les invendus. Je dis qu'il faudrait permettre aussi à toutes celles qui le veulent de contribuer à la redistribution. Il s'agirait d'un droit opposable. Ce n'est pas au magasin de rechercher des associations mais à celles qui le veulent de pouvoir récupérer des invendus.

Si toutes les associations peuvent réclamer les invendus, des responsables de réseaux associatifs craignent que des personnes mal intentionnées en profitent pour détourner des stocks...

 Mais on parle de produit à 2 ou 3 euros, des pâtes, des féculents, du sucre !

Vous excluez la viande?

Oui. Le "marché gris", c'est un faux argument. Je ne sais pas quel genre d'être humain irait mettre un sac de légumes sur eBay! La réalité, c'est que le 10 du mois, des gens se retrouvent en difficulté. Il y a une question de dignité. Les Restos du coeur demandent des fiches de paie aux bénéficiaires, mais ces problèmes concernent aussi des gens qui travaillent, des mères de famille, etc. La misère ne se constate pas sur une fiche de paie. Ce matin même, je me suis rendu dans des supermarchés à Courbevoie où l'on m'a dit que l'on ne pouvait rien me donner car, en cas d'intoxication alimentaire, qui serait responsable? De fait, cet accord ne précise rien sur la responsabilité. Il n'a aucune valeur.

Vous n'avez pas été convié, lors des discussions pour cet accord. Interrogée sur le sujet lors d'une conférence de presse, Ségolène Royal a répondu que "sont invités ceux qui agissent" et que "cela fait des années que beaucoup de gens travaillent sur ce sujet. Ce n'est pas ma propriété ni celle de Pierre, Jacques ou Paul". Avez-vous eu des contacts avec la ministre ou son cabinet?

Nous avons rencontré des conseillers du président de la République à deux reprises, mais jamais la ministre, malgré nos demandes. Et je voudrais lui répondre: Madame Royal, vous étiez déjà ministre en 1992. Moi, j'avais 12 ans quand vous étiez à ce poste et cela fait un an que je travaille sur ce sujet. Mais depuis vingt-deux ans, qu'avez-vous fait? Entre 40 kg et 50 kg de produits sont jetés tous les jours, par magasin. Maintenant, il faut une loi pour mettre tout le monde sur un pied d'égalité.

Les dispositions en question ont été censurées pour des raisons de procédure. La censure vous paraissait-elle prévisible?

Après le camouflet que représentait la censure, Mme Royal a voulu faire un coup. C'était important avant la COP21. Le député Frédéric Lefevbre l'avait mise en garde contre les risques de censure. Quand une proposition de loi est débattue, il n'est possible de déposer des amendements après la troisième lecture que s'ils portent sur des ajustements. Mais il n'est pas possible de créer un nouveau droit. Or, l'obligation de céder des invendus créait bien un nouveau droit. Il aurait fallu maintenir cet amendement dans la Loi Macron. Deux nouvelles propositions de loi ont été déposées [le 17 août par des sénateurs, et à l'Assemblée nationale à l'initiative de Frédéric Lefebvre et Jean-Pierre Decool, tous deux membres de l'opposition l'Ndlr]. D'ici à six mois, elle sera votée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/08/2015 à 18:38 :
et Bravo !! pour avoir remis à sa place cette ministre egocentrée qui n'est bonne qu'à recupérer les idées des autres et n'est devenue ecolo que par opportunisme!!! Je suis écolo mais j'ai honte que cette femme soit la représentante de l'ecologie en France!!! Notre pays et notre peuple méritent largement mieux!
Réponse de le 30/08/2015 à 17:45 :
l'ecologie en France , Ok , la c'est un autre débat , de la nourriture .... périmée.. qui est retirée d'un rayon alimentaire que la loi désigne comme inconsommable ... doit elle servir pour nourrir les plus pauvres ? destinée à la poubelle ici chiffrée '' en don '' avec déduction d'environ 65% '' et payé par le contribuable ? ....?? suivant la loi fiscale régissant les dons .
a écrit le 29/08/2015 à 14:13 :
Ce gouvernement a le sens des priorité....
Je sens une petite surprise en Décembre 2015....et en 2017
a écrit le 28/08/2015 à 23:14 :
un remaniement devient urgent pour rendre crédible ces élus qui ne représentent plus grand chose
Réponse de le 29/08/2015 à 10:04 :
NON MONSIEUR ou MADAME : je ne suis pas du tout, mais pas du tout d'accord avec vous .... ils représentent la décadence de la FRANCE dans toute sa splendeur; A QUOI CELA SERVIRA : remplacer des nullités congénitales par d'autres nullités congénitales je n'en vois pas l'utilité à part continuer à jeter l'argent par les fenêtres comme HOLLANDE le fait depuis deux ans ! .... LA FRANCE est en plein déclin ! après un président mafieux , voila un président nul (pour être poli) ......
a écrit le 28/08/2015 à 19:41 :
Mme ROYALE di n'import quoi cette histoire de grandes surfaces une imbécilité de première comme tout ce que dit cette personne elle oublie tout simplement de dire que ce sont les consommateurs qui paient (pertes et profits) que les grandes surfaces baissent leur prix de vente et il y aura moins d'invendu que fait cette personne au gouvernement est ce une forme de remerciement de la part de Monsieur HOLLANDE ????
Réponse de le 29/08/2015 à 11:10 :
"que les grandes surfaces baissent leur prix de vente" dites le aux fournisseurs, ils se font déjà étriller pour vendre avec presque zéro de marge.
Les dons de certains type d'aliments sont défiscalisés, ils n'y perdent donc pas trop.
Si les yaourts sont deux fois moins chers, je ne vais pas en acheter plus. Les fruits, si.
Il faut vérifier les dates dans son réfrigérateur, ne pas acheter en stock des produits frais (ma voisine voulait acheter du fromage blanc pour dans 15 jours, autant revenir et en acheter du frais), gérer ses achats (les particuliers sont censés gâcher 7 fois plus que les grandes surfaces réunies, mais il n'y pas 65 millions de magasins, c'est plus facile à légiférer).
Ce qui est périmé le soir, ici, Lecl** le fait à mi-prix, GeantCa*** à-25% seulement (pour gagner quand même).
a écrit le 28/08/2015 à 16:51 :
Pourquoi ne pas nationaliser la distribution de la nourriture? Des fonctionnaires feraient bien et une bonne pénurie alimentaire serait bonne chose pour lutter contre l'obésité. Le modèle français doit être renforcé et le monde finira par s'y adapter et même par sans inspirer. Quelle pays merveilleux que la France phare de l'humanité....
a écrit le 28/08/2015 à 16:11 :
je propose qu'on organise une penurie d'aliments dans les supermarches ( le celebre ' entrepot jaruzelski' si cher a la gauche francaise nostalgique du bon vieux temps des cerises), ca resoudra le pb des invendus
interdisons aux supermarches de vendre de la nourriture, vous verrez, le pb des rebuts sera resolu en 5 mn...
a écrit le 28/08/2015 à 15:59 :
Ségolène a AUSSI réussi à élargir le champ de la CSPE (Contribution au Service Public de l'Electricité), au gaz et aux carburants, alors que "seule" l'électricité est concernée pour l'instant. Cette mesure devrait être validée dès la rentrée, lors de l'étude du projet de loi de Finances 2016.
Elle pourra donc se valoriser à la COP 21 d'avoir élargi cette taxe anti carbone a une base supplémentaire (gaz+carburants). Même si le statut de cette CSPE mérite d'être éclairci, l'Etat étant visé par plus de 15000 contentieux d'entreprises qui réclament un remboursement des sommes prélevées sur la CSPE électricité, au motif que "les aides aux énergies renouvelables n'ont pas été notifiées à Bruxelles". (Cette CSPE finance en partie les énergies renouvelables, mais aussi les tarifs sociaux). Sur la forme, certes, mais rien n'interdit aux particuliers de contester à leur tour...
a écrit le 28/08/2015 à 15:41 :
Cette femme existe par ses coups médiatiques et si ça peut se faire avec des leçons de morale en plus, alors c tout bon ! Taper sur du patron ou sur le privé c toujours bon en France de gôôôche. C désespérant mais c ainsi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :