Ryanair, la commande de 100 Boeing 737 met Air France sous pression

 |   |  878  mots
La compagnie veut développer sa présence sur les grands aéroports européens
La compagnie veut développer sa présence sur les grands aéroports européens (Crédits : reuters.com)
La low-cost irlandaise a commandé 100 Boeing 737 MAX-200 et compte transporter 150 millions de passagers d'ici à 10 ans, contre 82 millions aujourd'hui.

Ryanair fait passer son message. Ceux qui pensaient l'an dernier que la compagnie irlandaise avait perdu de sa superbe en affichant des croissances de trafic "à un chiffre", des bénéfices moins juteux que par le passé, et que le modèle était arrivé à bout de souffle, en seront pour leur frais. La low-cost dirigée par Michael O'Leary est là et bien là.

Boeing lance le B737 MAX-200

Un an après l'achat de 175 Boeing 737-800 classiques, la nouvelle commande de 100 Boeing B737 MAX-200 passée ce lundi (+ 100 en option) en témoigne. De fait, Ryanair devient la compagnie de lancement du B737 MAX 200, la version allongée du B737-800 MAX, laquelle est elle-même la version remotorisée du B737-800 classique. Pouvant accueillir jusqu'à 200 sièges (11 sièges de supplémentaires que le 737-800 Max), le B737 MAX-200 permet, selon Boeing, de baisser la consommation de carburant au siège de 20% par rapport aux avions moyen-courriers actuels (737, A320).

"Cette acquisition nous permettra de porter notre flotte à 520 avions d'ici 2024 et de créer 3 000 nouveaux postes de pilotes, membres d'équipage et techniciens en Europe, tout en augmentant notre trafic passagers de 82 millions l'an dernier à plus de 150 millions par an d'ici 2024", a déclaré Michael O'Leary, le directeur général de Ryanair, qui précise que "ces nouveaux avions serviront à développer la présence de Ryanair dans un plus grand nombre d'aéroports majeurs en Europe".

Exploitant près de 300 avions aujourd'hui, la compagnie entend donc augmenter sa flotte de 73% d'ici à dix ans. Le plan de marche est ambitieux alors que l'Europe est un marché mature.

Attrition des réseaux des compagnies classiques

"Même si cette commande servira en partie à remplacer des avions existants, elle montre que Ryanair a toujours une stratégie de croissance", explique à La Tribune Yan Derocles, analyste chez Oddo Securities. Pour lui, "les livraisons d'appareils vont s'accélérer à partir de 2016 et la compagnie va renouer avec des croissances de capacités plus élevées".

Certes, avec cette nouvelle commande, Ryanair fait un certain nombre de paris : celui de l'attrition de l'offre des compagnies traditionnelles sur le réseau intra-européen, du développement du trafic en Europe de l'est, du feu vert pour la desserte d'Israël (un marché à fort potentiel), de la libéralisation d'ici à quelques années du ciel entre l'Europe et d'autres pays à fort potentiel touristique comme la Tunisie, ou encore sur la réussite de son recentrage sur la clientèle affaires.

Pression sur le marché

Avec ce contrat géant d'une valeur de 11 milliards de dollars au prix catalogue, le transporteur irlandais met plus que jamais la pression sur le marché, notamment sur Air France-KLM qui prépare un projet ambitieux pour maintenir sa présence sur le réseau intra-européen. Les ambitions de Ryanair s'invitent naturellement dans les discussions entre la direction d'Air France et les pilotes sur la façon de développer Transavia, la filiale low-cost du groupe tricolore.

Développement de Transavia

Pour la direction, le poids actuel des compagnies à bas coûts et leur montée en puissance justifient la décision de muscler fortement et rapidement Transavia en lui donnant les moyens de se battre avec des armes similaires. D'où son intention de faire de Transavia une low-cost paneuropéenne en créant des bases d'exploitation un peu partout en Europe avec du personnel local. Ceci à un rythme extrêmement rapide puisque la direction veut plus que doubler la flotte de Transavia en la faisant passer à environ 115 avions d'ici quatre ans environ contre une cinquantaine aujourd'hui.

"Si on passe à 115 avions, on sera dans la course par rapport aux autres low-cost", a déclaré la semaine dernière au comité central d'entreprise le PDG d'Air France-KLM Alexandre de Juniac, selon une source syndicale.

Pour la direction, pour avoir une chance de réussir, Transavia France, ne doit pas importer les coûts d'Air France, jugés trop élevés. Autrement dit, la direction exige que les pilotes d'Air France qui iront voler chez Transavia soient engagés aux conditions de travail et de rémunération en vigueur dans cette filiale.

Préavis de grève

Les syndicats de pilotes d'Air France refusent. Ils demandent au contraire que les pilotes de Transavia disposent d'un contrat Air France. Ils proposent pour cela la création d'un pôle unique de pilotes (sous contrat Air France) pour tous les pilotes d'avions de plus de 110 sièges. Ce schéma leur permettrait de passer d'une marque à l'autre et apporterait, selon eux, une grande flexibilité au groupe Air France pour contrer la concurrence des low-cost.

Pour les pilotes, la commande de Ryanair conforte leur point de vue. Vu la taille actuelle et à venir des poids lourds du low-cost, il vaut mieux jouer la carte de la flexibilité au niveau du groupe plutôt que de tenter de les rattraper.

"Air France est un lilliputien dans le low-cost face à des mastodontes comme Easyjet ou Ryanair. En revanche, Air France est un géant. Il faut jouer là-dessus", expliquait la semaine dernière Jean-Louis Barber, le président du SNPL.

Pour peser sur le débat, les syndicats ont déposé un préavis de grève de 5 jours à partir du 15 septembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/09/2014 à 14:33 :
en période de baisse des ubventions, ça va être dur...
Réponse de le 09/09/2014 à 21:08 :
Subventions perçues également par Air France, on voit le résultat...
a écrit le 09/09/2014 à 13:25 :
Au lieu d'acheter des avions s'ils pouvaient améliorer leur qualité de service et leur ponctualité car de ce côté là il y a d'énormes efforts à faire.
Réponse de le 09/09/2014 à 14:10 :
En tant qu'usager de Ryanair plusieurs fois par année je peux vous affirmer que votre avis n'est certainement pas le mien. Ni celui de bien d'autres usagers. Vous confondez peut-être Ryanair avec Air France.
Réponse de le 09/09/2014 à 16:10 :
@Victor: merci de ne pas parler au nom des autres dont je suis. J'ai pris Ryanair 1 seule fois sur un Londres - Montpellier : 3 heures de retard et traités comme du bétail. Alors merci, et pour info, j'ai payé un billet plein pot :-)
Réponse de le 09/09/2014 à 16:24 :
@ Patrickb : toi + Danielle, vous ne faites pas le poids face à bien d'autres passagers qui volent Ryanair et qui sont très satisfaits avec la compagnie irlandaise. Je n'oserai même pas dire ce que je pense des low-costs Air France ( Hop et Transavia). Arrêtons le bashing chauviniste, allez.
Réponse de le 09/09/2014 à 18:14 :
@victor: je répète: laisse les autres parler pour eux-mêmes. Tes affirmations ne concernent que toi :-) et pour le "bashing", je te signale qu'il n'y a pas qu'Air France et ses filiales ...au cas fort probable ou tu ne serais pas au courant :-)
Réponse de le 09/09/2014 à 21:07 :
Patrickb, merci de ne pas généraliser votre cas. Une seule expérience sur ryanair n'est en rien significative. Une personne devant 80 millions de passager ...
a écrit le 09/09/2014 à 11:19 :
fini la belle vie a air france ,maintenant il vas falloir bosser .et bientot c est le tour de la sncf ,de la poste et de la sncm ,c est la loi de la concurrence !!
Réponse de le 09/09/2014 à 12:20 :
...bosser plus pour gagner moins, et plus longtemps très exactement, et c'est ainsi la vie, inexorable!
a écrit le 09/09/2014 à 11:08 :
Air France est vite sous pression! Son incompétence notoire, son service médiocre et ses grèves à n'en plus finir, ont fait de notre compagnie une des moins efficaces...........
Réponse de le 09/09/2014 à 11:53 :
Oui c'est bien vrai que le service Ryanair est impeccable! sortez de votre tanière !
Réponse de le 09/09/2014 à 21:10 :
Helios, je vous invite à sortir de chez vous... Plus de 80 millions de personnes plébiscitent Ryanair chaque année...
a écrit le 08/09/2014 à 19:26 :
Et comme une mauvaise nouvelle ne vient jamais seule, la Russie menace de fermer son espace aérien transibérien si parmi les nouvelles sanctions de Bruxelles se trouvent des sanctions liées à l'énergétique russe. Et comme on appris que le capital de Rosneft dans les banques européennes est déjà visé, alors il faut s'attendre que les compagnies européenes seront obligées à augmenter leur tarifs et leur temps de vol sur toutes les lignes entre l'Europe et l' Asie. L'addition pour Air France s'annonce salée – très salée.
Réponse de le 09/09/2014 à 8:28 :
Qu'Air France facture ses pertes et demande un endommagement au Quai d'Orsay.
Réponse de le 09/09/2014 à 12:13 :
Endommagement?
Réponse de le 09/09/2014 à 14:05 :
@ kototo : vous voulez dire un "dédommagement" plutôt ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :