Autoroutes : Ségolène Royal veut geler les tarifs en 2015

 |   |  504  mots
Le gouvernement mène actuellement des pourparlers avec les sociétés d'autoroutes, dont la Cour des Comptes et l'Autorité de la concurrence ont dénoncé les rentes dans des rapports récents.
Le gouvernement mène actuellement des pourparlers avec les sociétés d'autoroutes, dont la Cour des Comptes et l'Autorité de la concurrence ont dénoncé les "rentes" dans des rapports récents. (Crédits : reuters.com)
La ministre de l'Ecologie estime que "les tarifs ont trop augmenté" et qu'"il faut rendre aux automobilistes un peu de justice".

Ils devraient être relevés de 0,57% au 1er février, dans le cadre des hausses annuelles prévues dans les contrats de concession. Mais la ministre de l'Ecologie n'y est pas favorable: elle souhaite plutôt qu'en 2015 les tarifs des autoroutes exploitées par les filiales des groupes Vinci, Eiffage et Abertis soient gelés.

Sur BFMTV, Ségolène Royal a déclaré à propos d'un tel gel des péages l'an prochain:

"Je le souhaite, parce les tarifs ont trop augmenté par rapport au coût de la vie, donc il faut rendre aux automobilistes un peu de justice et d'équité tarifaire."

Un point en discussion

"C'est un des points en discussion avec les sociétés d'autoroutes", a expliqué la ministre.

Le gouvernement mène en effet actuellement des pourparlers avec les sociétés d'autoroutes, dont la Cour des Comptes et l'Autorité de la concurrence ont dénoncé les "rentes" dans des rapports récents. Les concessionnaires ont fait lundi 8 décembre une série de propositions au gouvernement, et attendent de connaître la suite que celui-ci entend leur donner. Un rapport d'information sur la place des autoroutes dans les infrastructures de transport doit être remis mercredi.

La résiliation des contrats n'est pas exclue

Dans son bras de fer avec les concessionnaires, la ministre de l'Ecologie n'a pas écarté non plus la possibilité d'une résiliation de leurs contrats, tout en soulignant qu'il s'agissait d'une option parmi d'autres. Ces hypothèses seraient notamment trois: "soit la résiliation totale, soit une résiliation partielle, soit la rediscussion des concessions dans le cadre actuel".

Interrogée sur le coût d'une telle résiliation, chiffrée au minimum à 20 milliards d'euros selon un rapport d'étape de la mission parlementaire sur la place des autoroutes dans les infrastructures de transport, Ségolène Royal a enjoint à "se méfier des chiffres qui sont lancés pour faire peur".

Un effort d'un milliard d'euros attendu par les sociétés concessionnaires

La ministre attend par ailleurs un effort d'un milliard d'euros des sociétés concessionnaires, qui pourrait prendre la forme d'une taxe sur leurs bénéfices, "ce qui est finalement moins de 10% du montant global qu'elles ont versé à leurs actionnaires, qui s'élève à 17 milliards d'euros". Les sociétés d'autoroute doivent comprendre que faire des investissements dans les infrastructures est "dans leur intérêt", a-t-elle souligné.

L'Agence de financement des infrastructures de transport (AFITF), dont le budget annuel tourne autour de deux milliards d'euros, est en effet confrontée actuellement à des problèmes structurels de financement. Le gouvernement aimerait donc solliciter davantage les sociétés d'autoroutes, lesquelles pourtant, font-elles valoir, financent déjà l'AFITF à hauteur de 40% via les redevances domaniales et la taxe d'aménagement du territoire. La marge de manœuvre est d'ailleurs étroite, puisque les contrats de concession actuels prévoient la compensation systématique de tout nouveau prélèvement, via les péages ou un allongement de la durée des concessions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2014 à 14:25 :
Ségolène n'a pas encore tout compris , on peut pas tout faire c'est les riches qui mènent le monde . S'ils sont nombreux à Paris c'est qu'ils veillent de près !
a écrit le 17/12/2014 à 10:50 :
Il faudrait expliquer à Madame Royal ce qu'est un contrat et que par ses errements
( écomouv, autoroute...) elle va, avec ses petits camarades ruiner définitivement ce qui reste de la parole de l'Etat.
a écrit le 17/12/2014 à 9:48 :
Comme toujours les socialistes amusent les Français sur des sujets secondaires en évitant soigneusement ceux qui sont importants. On parle des autoroutes et pendant ce temps la situation économique se dégrade un peu plus.
a écrit le 16/12/2014 à 22:52 :
qu'avec Vinci les autoroutes sont bien entretenues -
Réponse de le 17/12/2014 à 7:52 :
Tout à fait d'accord, il n'y a qu'a comparer avec l'A20 en partie gratuite, les aires de repos non entretenues sont répugnantes.
a écrit le 16/12/2014 à 22:45 :
Déja en 207 elle proposait dans le débat avec Sarkozy de faire raccompagner chez elles le soir toutes les femmes policier. Elle n'est pas à une segolinade près
a écrit le 16/12/2014 à 21:51 :
Elle a déjà voulu rendre les autoroutes gratuites le week-end, confier les portiques Ecomouv à la gendarmerie pour des tâches jamais précisées, expérimenter Ecomouv en Alsace, entreposer les portiques sans plus d'utilité en Lorraine dans les anciens locaux d'Ecomouv, augmenter le gazole de 4 centimes (ça, ça va être vrai)... Alors, finir par - peut-être - geler les péages pour un an, c'est trivial.
Madame, reprenez-vous, nous nous sommes tellement marré grâce à vous!
Réponse de le 16/12/2014 à 22:53 :
ouiiiiiiiiii
Réponse de le 17/12/2014 à 8:40 :
Madame Royal,
Pour faire réellement baisser le prix des péages, je vous propose de baisser de 40 à 20 % la part prélevée par l'état sur ces péages, ....
a écrit le 16/12/2014 à 17:31 :
le système autoroutier frise le racket....pourquoi les autres états européens réussissent-ils à proposer une réseau routier en super état ( Allemagne, Autriche) et proposer des vignettes raisonnables voire des routes gratuites? La France est devenue l'archétype de l'état qu'il ne faut surtout pas copier...quand j'entends d'aucuns parler de système social français qu'il faut préserver, je m'étouffe....cela fait 40 ans que la France ne fait plus rêver, usine à chômeurs, industries qui se tirent hors de France... voilà la France et sa capitale n'est qu'un musée à ciel ouvert, beau mais qui se meurt de son absence de réactivité par rapport à Londres ou Berlin, sans parler des grandes villes mondiales.
Réponse de le 16/12/2014 à 18:46 :
mais vrai en France les Français sont de moins en moins ecoutés malgrè les résultats aux elections - ns sommes ds un pays de barbares ns perdons nos libertés pour conclure c'est la chianli !
a écrit le 16/12/2014 à 17:14 :
ce qui coute cher ce n'est pas les péages mais les radars.
Réponse de le 16/12/2014 à 17:33 :
Cela coûte cher uniquement aux mauvais conducteurs incapables de respecter les limitations de vitesse et pire encore les distances de sécurité!
Réponse de le 16/12/2014 à 18:23 :
Et pourquoi, il y a des radars, à cause du brouillard ?
Réponse de le 16/12/2014 à 18:39 :
vous avez parfaitement raison -
Réponse de le 16/12/2014 à 18:48 :
autoroutes du sud sont fort cher , par contre Vinci est raisonnable sur l'océane -
a écrit le 16/12/2014 à 16:49 :
[La ministre de l'Ecologie estime que "les tarifs ont trop augmenté" et qu'"il faut rendre aux automobilistes un peu de justice".]

C'est pour cela qu'une surtaxe des prix à la pompe des carburants a été décidé au 1er janvier 2015? Pour rendre justice aux automobilistes...
Réponse de le 16/12/2014 à 17:02 :
Cette surtaxe, elle est ECOLOGIQUE ! Donc "bonne".... Une taxe carbone, voyons, sur le gaz aussi (a commencé en avril, double déjà au premier janvier).
Et elle a dit "un peu" ....
De toute façon, y a une formule indexée, et y a pas à aller contre, juste ne pas l'abonder (si ça donne 1%, ne pas autoriser 1,2 ni 1,5 ni 2%).
Réponse de le 16/12/2014 à 18:41 :
elle est belle la justice !!!!!!!!!!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :