La SNCF compte sur son patrimoine foncier pour améliorer ses résultats

 |   |  559  mots
La SNCF est le deuxième plus gros propriétaire foncier français, derrière l'Etat et avant l'Eglise.
La SNCF est le deuxième plus gros propriétaire foncier français, derrière l'Etat et avant l'Eglise. (Crédits : REUTERS/Charles Platiau)
Le groupe ferroviaire français a annoncé un plan d'aménagement pour certains de ses sites, afin d'utiliser au mieux une partie de son (impressionnant) patrimoine foncier. L'entreprise publique, qui se prépare à la future perte de son monopole, pourrait ainsi augmenter son chiffre d'affaires.

Derrière l'Etat, et devant l'Eglise, la Société Nationale des Chemins de fers Français (SNCF) possède l'un des plus important patrimoine foncier de l'Hexagone. Aujourd'hui, avec 8,5 millions de m², répartis sur près de 25.000 sites, SNCF Immobilier - la branche chargée de gérer ces biens - compte bien rentabiliser un trésor immobilier accumulé depuis 1850 pour les différentes activités de l'entreprise. La compagnie ferroviaire a ainsi identifié 34 sites à aménager, soit 1 million de m², qui devraient lui rapporter 1 milliard d'euros de chiffres d'affaires en huit ans.

Au lendemain de la présentation du "projet groupe" aux cadres de l'entreprise, qui a eu lieu ce lundi à Rotterdam (Pays-Bas)  selon les sources de l'AFP, ses nouvelles ambitions stratégiques pour l'objectif 2025 prennent en compte la future arrivée de la concurrence, en soulignant l'importance des économies à réaliser et des réorganisations de certaines branches à effectuer.

"La chasse aux mètres-carrés" pour diminuer les coûts

Comme l'a indiqué jeudi 21 septembre lors d'une conférence de presse Benoît Quignon, directeur général de SNCF Immobilier, le groupe français est entré "dans un processus de rationalisation" sur "l'ensemble de (ses) installations", afin de réduire ses coûts. La planification de cette opération, qui s'effectuera région par région, devrait être finalisée d'ici fin 2018, pour se mettre en place sur les cinq prochaines années.

Le directeur a aussi tenu à préciser que son service faisait "la chasse aux mètres carrés et au nombre de sites", dans le but de faire baisser la facture foncière annuelle. Pour améliorer "considérablement la rentabilité des opérations industrielles", Benoît Quignon a expliqué combien ce travail était devenu "fondamental pour la compétitivité de l'entreprise". Et avec "près de 20 euros économisé par mètre carré", la SNCF devra céder, concéder ou détruire bon nombre de bâtiment pour espérer dépasser les 234 millions d'euros de produits de cessions déjà récupérés en 2016. La plupart de ces terrains serviront également à la construction de nouveaux logements, et pourront permettre - ainsi que les 34 projets d'aménagements - à transformer le groupe français en "véritable acteur de la ville de demain".

Se réorganiser pour affronter la concurrence

Alors que l'entreprise ferroviaire enregistre de bons résultats, aussi bien l'année dernière qu'au dernier trimestre, les prochains objectifs du "projet groupe" se porteraient déjà principalement sur le renforcement de la logistique - avec les trains autonomes -, sur les nouvelles mobilités - par la création d'un assistant personnel -, ou encore grâce à l'attractivité retrouvée du TGV - plombé par des problèmes structurels selon son président Guillaume Pepy-, d'après les informations de La Lettre de l'Expansion.

Ainsi, selon leurs sources, un nouveau pôle baptisé "Mobilités du quotidien" va voir le jour au sein de SNCF Mobilités et regroupera Transilien, TER et Keolis afin, entre autres, de faire face à l'arrivée de la concurrence d'ici 2023. Une nouvelle situation aussi attendue que préparée depuis longtemps déjà par le groupe ferroviaire français. L'entreprise publique bénéficiera encore pendant cinq ans d'un monopole.

>> Lire aussi SNCF : "Notre plus gros concurrent, c'est Google !" (Guillaume Pépy)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2017 à 17:28 :
de nombreux quotidiens posent les memes interrogations ? la France est elle a vendre

que pensent donc nos novices les étourneaux
a écrit le 28/09/2017 à 15:17 :
Et après, quand il ne restera plus rien ou presque, sur quoi devra t-elle compter, pour "améliorer ses résultats" ???
a écrit le 28/09/2017 à 12:41 :
Ben voyons, solution des grosses têtes de l'ENA: on vend les bijoux de famille pour cacher notre incompétence et les autres se débrouilleront :-)
Réponse de le 28/09/2017 à 12:57 :
le role de la sncf n'est pas d'être un proprio foncier, mais de gérer correctement son activité ferroviaire. Un bon nettoyage de printemps dans le foncier accumulé depuis les années 1850-1880 n'est peut être pas du luxe.

mais on se rejoint sur un point : tous les revenus autres que ceux de l'activité ferroviaire permettent surtout à la SNCF de ne pas avoir à être une entreprise efficace.
Réponse de le 28/09/2017 à 15:45 :
@en même temps: et pour gérer corerctement, il faut des gens compétents et non corrompus qui ont fait leurs preuves en dehors des cercles politiques, dont l'ENA :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :