Thales vend ses systèmes de signalisation ferroviaire à Hitachi Rail pour 1,66 milliard d'euros

Le groupe d'électronique français a finalement trouvé pour sa division Ground Transportation Systems (Systèmes de transport terrestre) un repreneur qui pourrait ainsi devenir le numéro un mondial du secteur.

4 mn

(Crédits : Thales Ground Transportation Systems)

[Article publié le 4.08.2021 à 8:53, mis à jour avec note Moody's à 12:23]

Le groupe d'électronique Thales, spécialisé dans l'aérospatiale, la défense, la sécurité et le transport terrestre, annonce dans un communiqué publié ce matin, être entré en négociations exclusives pour la vente de ses « Systèmes de transport terrestre » ("Ground Transportation Systems" ou "GTS") avec Hitachi Rail, un leader mondial du secteur de la signalisation et de la sécurité ferroviaire (ex-Ansaldo, dont le siège est à Gênes, en Italie), qui se verrait ainsi en position de numéro un mondial. Le montant de la transaction pour la totalité des activités du français est estimée à 1,66 milliard d'euros.

Le prix final de la transaction sera fixé ultérieurement, et l'opération devrait être finalisée fin 2022 ou début 2023, sous réserve de l'approbation des autorités concernées, a de son côté précisé Hitachi dans un communiqué.

Filiale en difficulté et appel à recentrer le portefeuille d'activités

Thales, groupe dans lequel l'Etat français possède une participation, avait annoncé en avril dernier son intention de vendre ses activités GTS arguant de la nécessité de recentrer ses activités, ce qu'il confirme aujourd'hui par la voix de son patron Patrice Caine, cité dans le communiqué.

« Avec ce mouvement stratégique important, nous allons pouvoir nous concentrer sur le développement de 3 grandes activités de hautes technologies en croissance à long terme et capables de générer des marges à 2 chiffres dans la durée -- l'Aérospatial, la Défense & Sécurité, et l'Identité et la Sécurité numériques - et ainsi continuer de renforcer leurs positions de leaders mondiaux. », indique Patrice Caine, Pdg de Thales

En avril, le groupe disait attendre de cette vente un montant situé dans une fourchette assez large, entre 1,5 et 2,5 milliards d'euros, en raison des incertitudes sur son redressement.

De fait, la division transport de Thales avait enregistré un recul de 6% de ses prises de commande l'an dernier, certains de ses clients ayant retardé des projets en raison d'un ralentissement de la demande liée à l'épidémie de Covid. Mais sa marge d'exploitation s'était en revanche nettement améliorée pour atteindre 5,3%, bien en deçà toutefois de l'objectif de 8%. Et dans une note de recherche diffusée un mois auparavant, en mars, les analystes de JPMorgan estimaient que le redressement de la division était en bonne voie: "La marge du deuxième semestre 2020 à 9,1% était encourageante et la direction semblait avoir bon espoir que le transport puisse atteindre une marge élevée à un chiffre sur une période complète de 12 mois, ce qui n'est pas arrivée depuis 2013", indiquaient-ils.

Cependant, l'activité de signalisation ferroviaire de Thales souffre de sa relative petite taille et sa marge demeure plus faible que celle d'autres divisions de Thales et de concurrents.

Aujourd'hui, le groupe explique être satisfait de la valorisation fixée avec Hitachi à 1,66 milliards d'euros, qui, selon lui, "reflète le redressement significatif de l'activité". En outre, il estime que le "renforcement du positionnement stratégique de Thales sur trois grands marchés porteurs à long terme : Aérospatial, Défense & Sécurité, Identité & Sécurité numériques" lui donnera les moyens "d'accélérer la progression de la marge d'EBIT et de poursuivre le désendettement".

Cette vente signe donc la fin des espoirs de Thales de faire de sa division GTS un leader mondial. Pour mémoire, en octobre 2016, Patrice Caine, le PDG de Thales, déclarait sur BFM Business qu'il ne vendrait pas son activité de signalisation ferroviaire, malgré l'intérêt d'Alstom: "Même sans Alstom, nous serons leader mondial dans la signalisation ferroviaire."

Dans la matinée, l'agence Moody's publiait son avis sur l'opération dans une note:

« L'accord d'acquisition de l'activité systèmes de transport terrestre de Thales est positif car il élargit le portefeuille d'activités de Hitachi (A3 négatif). Le montant de l'acquisition d'environ 1,7 milliard d'euros (215 milliards de JPY) représente moins de 10% de la dette totale de Hitachi au 30 juin. Compte tenu de la marge BAII de 7,3% de l'entreprise acquise, comparable à celle de Hitachi, l'acquisition aura un impact limité sur l'effet de levier de Hitachi pour l'exercice 2021", écrit ainsi Motoki Yanase, analyste chez Moody's Investors Service.

(avec Reuters et AFP)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 11/08/2021 à 10:31
Signaler
Et ce avec l'extrême onction de l'Agence des Participations de l'Etat, du commissariat au plan ? Pas de champion européen ?

à écrit le 04/08/2021 à 20:11
Signaler
l'Aérospatial, la Défense & Sécurité, et l'Identité et la Sécurité Que des trucs ou ils sont assurés que la classe moyenne française sera obligé de mettre la main à la poche qui le veulent ou pas . On aimerait savoir se qui va nous rapporter en e...

à écrit le 04/08/2021 à 19:31
Signaler
Toujours aussi brillant chez Thales, cela me rappelle fortement la vente de la CGR à GE dans les années 85, pour investir dans les tubes TV. Géniale décision. L'argumentaire est toujours le même: on vend une activité rentable mais supposée trop petit...

à écrit le 04/08/2021 à 16:22
Signaler
Quelle connerie ! encore une fois on nous promet le retour de productions et d'emplois chez nous, mais nos financiers font le contraire et on avale la pilule sans rien dire ! bla bla bla. Que de menteurs dans notre pays.

à écrit le 04/08/2021 à 15:54
Signaler
Et pk po a Alstom ?

à écrit le 04/08/2021 à 13:13
Signaler
c'est une maniere de faire de l'evasion fiscale organise par nos cher avocat d'affaire ( ex politique)

à écrit le 04/08/2021 à 11:00
Signaler
Pour quelle raison un groupe français vend une partie de préférence à un japonais, alors que des groupes européens étaient aussi intéressés. Juste pour quelques millions en plus??? et pour un bonus des dirigeants???

à écrit le 04/08/2021 à 10:59
Signaler
Voilà les responsables de la désindustrialisation du pays !! A la différence des allemands les industriels français n ont aucun sens patriotique seul leur bonus les intéresse et leur parachute ou retraite dorée… Shake on you thales .. qu on arrête le...

le 05/08/2021 à 13:25
Signaler
pas les seul a etre coupable et certain sont des avocats d'affaire et ex ministre qui se remplisse les poches la desindutrialisation de la france continue malgre les promesses de m macron

à écrit le 04/08/2021 à 10:53
Signaler
Voilà les responsables de la désindustrialisation du pays !! A la différence des allemands les industriels français n ont aucun sens patriotique seul leur bonus les intéresse et leur parachute ou retraite dorée… Shake on you thales .. qu on arrête ...

le 04/08/2021 à 11:45
Signaler
@ Brehat. Ca y est on ouvre les yeux ? A propos, l'expression idoine est shame, n't shake.

le 04/08/2021 à 17:56
Signaler
@Brehat : ben dites donc, quel revirement intellectuel et psychologique !! Vous n'avez pas toujours dit ça. Vous m'inquiétez, sans blague. En plus de l'apathie, vous présentez des symptômes de schizophrénie.

à écrit le 04/08/2021 à 9:43
Signaler
Le pays France a la decoupe. Quelle decheance.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.