Electricité : la France s'apprête à vivre trois hivers sous « vigilance »

 |  | 697 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : Pixabay / CC)
« Le système électrique ne disposera que de marges très faibles sur la période 2021-24 et l'hiver prochain présente un risque plus élevé qu'un hiver normal », met en garde RTE.

Crise sanitaire, retards de l'EPR mais aussi dans le développement des énergies renouvelables : la France se prépare à trois hivers tendus pour son approvisionnement en électricité, met en garde RTE.

"Le système électrique ne disposera que de marges très faibles sur la période 2021-24 et l'hiver prochain présente un risque plus élevé qu'un hiver normal", a expliqué Xavier Piechaczyk, président du gestionnaire du réseau haute tension, lors d'une conférence de presse.

RTE publiait mercredi son "bilan prévisionnel", un épais document qui étudie les perspectives du système français à l'horizon 2030.

Il en ressort trois grosses périodes, avec une amélioration progressive d'une situation d'abord tendue.

"Les marges sont successivement insuffisantes entre 2021 et 24, tout juste acceptables entre 2024 et 26 puis plus confortables entre 2026 et 30", a résumé M. Piechaczyk.

Pour les trois prochains hivers "la sécurité d'approvisionnement reste sous vigilance", estime RTE dans son document.

La dépendance en énergie nucléaire

C'est la conséquence de la plus faible disponibilité du parc nucléaire à la suite de la crise du Covid-19 et du premier confinement, qui ont bousculé le planning de maintenance des réacteurs d'EDF.

C'est aussi une période pour laquelle EDF avait prévu de grands travaux pour entretenir son parc nucléaire, dont la France dépend toujours à plus de 70%.

S'ajoutent les retards du chantier de l'EPR de Flamanville (Manche) - qui ne démarrera pas avant la fin 2022 au mieux - mais aussi dans le développement des énergies renouvelables, surtout le solaire et l'éolien en mer.

RTE avait déjà exprimé sa "vigilance" pour l'hiver 2020-2021, qui s'est finalement passé sans encombre grâce à une météo clémente et à une baisse de la consommation électrique avec la crise.

Pour l'avenir, la situation doit s'améliorer en 2024-2026 avec la mise en route attendue de l'EPR et de six parcs éoliens en mer, notamment. L'amélioration est plus nette encore en 2026-2030.

Lire aussi : Nucléaire : la France ne devrait pas suivre le surréalisme belge

"Retrouver des marges"

Pour les trois prochains hivers, RTE suggère des pistes pour "retrouver des marges": en particulier accélérer le développement des renouvelables et "le maintien en disponibilité ou la conversion à la biomasse de la centrale de Cordemais" (Loire-Atlantique), aujourd'hui au charbon, pendant quelques années.

Cet impératif est aussi lié à la situation particulière de la Bretagne, traditionnellement plus fragile.

Alors que la France doit officiellement sortir du charbon d'ici à 2022, le gouvernement a déjà expliqué que cette centrale d'EDF pourrait continuer en réalité de fonctionner éventuellement quelques centaines d'heures par an. EDF y porte aussi un projet de conversion à la biomasse qui doit encore recevoir le feu vert des autorités.

"On souhaite que si Cordemais devait perdurer de manière marginale, ce soit avec de la biomasse", indique l'entourage de la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili.

"L'objectif est bien d'en finir avec le charbon en France", ajoute-t-on.

Dans sa volonté de moins dépendre du nucléaire, la France envisageait aussi de fermer deux réacteurs entre 2025 et 2026. Mais les conditions pour ce faire "pourront très difficilement être remplies", prévient Xavier Piechaczyk.

Pour 2030, RTE prévoit par ailleurs une hausse modérée de la consommation d'électricité, de l'ordre de 5% par rapport à 2019. Elle sera notamment tirée par le développement des véhicules électriques mais aussi la production d'hydrogène.

La fameuse "pointe" de consommation de 19 heures en hiver devrait cependant diminuer grâce aux mesures d'efficacité et à de nouveaux usages qui ne seront pas concentrés sur cet horaire. Les voitures électriques devraient par exemple se charger au creux de la nuit, à l'exemple des chauffe-eaux actuellement.

Concernant les émissions de CO2, RTE calcule qu'elles devraient diminuer de 30 à 40 millions de tonnes par an.

C'est en partie le fait de l'évolution du système électrique lui-même mais surtout grâce aux transferts d'usage vers l'électricité (mobilité, production d'hydrogène, procédés industriels, chauffage ou cuisson...) qui limiteront le recours aux énergies fossiles.

Lire aussi : RTE construit un grand site de stockage d'électricité sur batteries

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/03/2021 à 8:51 :
Et comment vais-je recharger ma voiture à piles les jours sans vent, sans soleil, quand les barrages seront vides, les centrales nucléaires fermées suite à retards d'entretien, et qu'il ne faut consommer ni gaz, ni pétrole ? J'attends la réponse des verts, EELV et autres. Mais autre chose que le vélo ou on reste chez soi
a écrit le 25/03/2021 à 4:24 :
Contestation, votre Honneur: ce n'est pas EDF qui est dans la m...., mais nous! Je compte me lancer dans la fabrication de bougies, cierges et lainages; qui est avec moi? Laissez vos coordonnées à la rédaction de La Tribune qui transmettra.
a écrit le 25/03/2021 à 1:34 :
Les allemands doivent bien rigoler des français qui sont pourtant les plus vertueux en matière de CO2 et qui se tirent des balles dans le pied en se liant à une transition ruineuse de nos productions électriques dont les besoins vont avoir une croissance exponentielle entre les pompes à chaleur et les véhicules électriques.
Réponse de le 25/03/2021 à 13:05 :
Je pense surtout que c'est l'ensemble de l'Europe qui se marre bien des allemands question energie.
Réponse de le 25/03/2021 à 13:07 :
Je pense surtout que c'est l'ensemble de l'Europe qui se marre bien des allemands question energie.
Réponse de le 25/03/2021 à 14:10 :
@ok. Les allemands n'ont pas d'état d'âme mais du charbon. Les français ont des énarques et plus de charbon.
a écrit le 24/03/2021 à 20:43 :
On va finir par faire comme les suédois qui ont trouvé légitime (sens de l'histoire ?) de fermer 1 ou 2 réacteurs : vu le temps froid, demander aux gens de passer le balais et ne plus utiliser leur aspirateur, vu que l'énergie électrique est devenue rare et qu'il faut sinon, importer du courant charbonné. Ça n'a pas semblé faire l'unanimité, cette "idée" (décadente ?). :-)
a écrit le 24/03/2021 à 19:58 :
Au prix du "jus", les gens font attention et comme les hivers seront de moins en moins froid et moins long, la consommation du particulier devrait baisser.
Réponse de le 24/03/2021 à 21:16 :
Vous oubliez la multiplication des voitures électriques elles consommen5 bien plus que tout les chauffages d'une très grande maison... et la elle rechargeront en plus toute l'année. Mais cette annonce est surtout la pour justifier de la prochaine et encore augmentation des tarifs...
a écrit le 24/03/2021 à 17:48 :
une fois de plus nos écolos se sont plantés. Pour eux aucun problème ils vont déforester la forêt française en utilisant le bois au lieu du charbon pour avoir de l'électricité verte.Pour ce faire plusieurs centrales dont celle de Gardanne sont en train de changer de combustible à raison de 700 à 800 000 arbres par an et par centrale et avec cela ils pensent agir pour l'avenir de notre planète.
a écrit le 24/03/2021 à 16:53 :
On nous met dans la mouise puis on nous impose une décision... c'est de la politique Macron and Co.
a écrit le 24/03/2021 à 16:15 :
Brûler quelques tonnes de charbon d'ici 2024 est totalement anecdotique au regard de ce qu'on brûlait il y a juste 5 ans... Sérieusement... Il s'est effondré en sanglots en disant ça le gars ? Vous devriez appeler un gars d'EDF moins dépressif et réécrire cet article .
a écrit le 24/03/2021 à 16:06 :
Damn, 5% pour les transports et l'hydrogène. L'Espagne a déjà annoncé 67GW d'électrolyseurs à cette échéance... C'est 6 de plus que le parc nucléaire français. Hem, les transports par batteries, c'est 150GWh soit 33% de la consommation électrique actuelle... En étant très gentil, EDF nous promet 15% de transports électrifiés en 2030. Bon sang, ces chiffres sont absolument misérables.
Réponse de le 24/03/2021 à 20:40 :
"L'Espagne a déjà annoncé 67GW d'électrolyseurs à cette échéance..." alimentés avec quelle énergie ? Électrolyser tout le monde peut le faire, c'est simple. L'Espagne a plus de nucléaire que la France pour avoir autant d'énergie pour uniquement l'hydrogène (vecteur d'énergie, il faut un appareil pour ensuite (Rdt 25%) faire du courant avec) ou de solaire voire de barrages. Si on utilise 67GW pour électrolyser il faut que les gens continuent à avoir du courant "banal" chez eux dans les prises (dont la clim, y en a en Suède, des clims, en Espagne il doit également y en avoir ?)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :