Nucléaire : la France ne devrait pas suivre le surréalisme belge

OPINION. Face au choix de réduire la part du nucléaire dans sa production d'électricité, la France serait bien inspirée d'étudier les conséquences qu'a entraîné cette décision en Belgique. Par André Berger, Samuel Furfari, Pierre Kunsch, Christiane Leclercq‐Willain, Ernest Mund, Georges Van Goethem et Jacques Marlot [1].

5 mn

Emmanuel Macron, lors d'une visite sur le site du chaudiériste nucléaire Framatome au Creusot, le 8 décembre 2020.
Emmanuel Macron, lors d'une visite sur le site du chaudiériste nucléaire Framatome au Creusot, le 8 décembre 2020. (Crédits : Reuters)

La veille du dixième anniversaire du tsunami de Fukushima — dont un rapport vient de confirmer qu'il n'y a pas eu de morts à cause des radiations nucléaires —, Le Figaro a posé la question « êtes-vous favorable à la poursuite du programme nucléaire en France ? ». La réponse de ceux qui ont participé est on ne peut plus claire : 87 % ont répondu oui. Malheureusement, on n'est pas en Suisse où la population peut décider, les décisions n'étant pas prises par les groupes de pression. Le danger de redimensionner la place de cette énergie en France est préoccupant.

L'énergie c'est la vie

La question de l'énergie est on ne peut plus cruciale. L'énergie c'est la vie. C'est même parce que notre corps a besoin d'énergie que nous nous alimentons. Sans énergie, l'économie s'écroule. Comment vivre sans électricité ? Elle doit absolument être disponible à tout instant, avec le moins possible d'impact sur l'environnement et à un cout raisonnable y compris pour les moins nantis. L'énergie nucléaire répond à tous ces critères. Et pourtant depuis plus de 40 ans, elle est soumise à des attaques injustifiées de la part d'activistes dont les motivations n'ont rien de rationnel. Le 10 mars, au Collège Belgique de l'Académie Royale de Belgique une table ronde organisée par les signataires de cette tribune a répondu pendant deux heures aux questions de 150 participants. Les réponses scientifiques ont montré que les arguments avancés par les détracteurs de l'énergie nucléaire ne résistent pas à l'analyse factuelle. Et pourtant, la Belgique, un pays pionnier en matière d'énergie nucléaire, a décidé d'abandonner cette énergie.

Le retrait d'Engie de Belgique

Une loi de 2003 exigée à l'époque par le parti écologiste afin de pouvoir former un gouvernement vient d'être reconfirmée par le gouvernement actuel pour la même raison : impossible de former un gouvernement sans l'appoint du petit parti écologiste. Engie, l'entreprise française qui possède la plus grande partie de l'équipement nucléaire en Belgique, a décidé après avoir longtemps patienté de retirer la prise de son engagement nucléaire dans le pays.

Le savoir-faire scientifique et technique internationalement reconnu dont disposaient les ingénieurs belges du domaine va disparaitre et les jeunes Belges ne vont plus se former à une technologie présentée comme étant celle du passé puisqu'on y met fin alors que c'est celle de l'avenir, puisqu'un monde peuplé de bientôt 9 milliards d'individus ne pourra pas produire les quantités toujours croissantes d'électricité dont il aura besoin pour quantités d'applications indispensables — sans même parler des véhicules électriques — sans recourir au nucléaire. Sans compter que dans l'immédiat, il n'existe aucune solution crédible pouvant compenser la fermeture du parc nucléaire belge qui génère la moitié de l'électricité du pays.

En Belgique, comme en France et partout dans le monde, les énergies renouvelables que l'on nous annonce ne pourront pas remplacer les milliers de milliards de kilowattheures produits par les centrales nucléaires. Elles souffrent d'une maladie congénitale que l'on a voulu cacher pendant plus de 20 années, mais qui est à présent une évidence bien connue : leur variabilité dans le temps et leur intermittence qui peut parfois ne pas produire du tout pendant plusieurs jours de suite.

Le paramètre qui mesure la disponibilité d'un équipement de production d'électricité est le facteur de charge qui mesure en pourcentage le nombre d'heures d'une année pendant lesquelles la centrale produit à sa capacité nominale. Sur les cinq dernières années en France, l'énergie éolienne a produit 22 % et l'énergie solaire 13 % du temps (les moyennes pour l'UE sont respectivement de 24 % et 13 %). Il suffit de penser que même pendant l'été l'ensoleillement est absent pendant 11 h et en hiver pendant 15 h. Cette indisponibilité rédhibitoire impose que lorsqu'on installe des équipements renouvelables, on doive en même temps installer des installations pilotables. Cela explique le surcoût dans la facture des clients domestiques (les industriels bénéficiant d'exonérations pour leur permettre de rester concurrentiels dans un monde global). Les énergies renouvelables sont chères contrairement à ce qu'on entend partout : c'est évident puisqu'elles ont toujours besoin d'importantes subventions et que l'UE oblige leur production depuis avril 2009.

Une augmentation du prix de l'électricité

On aurait pu penser qu'avec le temps elles seraient devenues compétitives, mais la météorologie ne dépendant pas du bon vouloir du Parlement européen ni de la Commission européenne, les obligations de production et de priorité de transmission dans le réseau électrique ont été renouvelées en décembre 2018. Alors que, selon Eurostat, le prix de l'électricité pour le consommateur domestique français était avant ces directives de 0,1222 €/kWh (toutes taxes comprises), il est passé en 2020 à 0,1899 €/kWh soit une augmentation de 55 %. Tout ça pour que l'éolien représente en France 2 % et le solaire 1 % de la production totale d'énergie primaire du pays.

La surréaliste Belgique ayant décidé d'arrêter les centrales nucléaires pour se confier à des énergies non pilotables et chères, il est plus que probable qu'en 2025 elle devra s'approvisionner d'électricité nucléaire... en France. D'évidence, la France a intérêt à poursuivre son développement électronucléaire, non seulement pour vendre de l'électricité à son voisin, mais pour rester dans la course de la géopolitique de l'électricité nucléaire afin de ne pas laisser l'avenir de l'électricité mondiale entre les mains des Russes, Chinois et Américains qui préparent les nouvelles technologies tout en vendant des centrales nucléaires.

_____

[1] André Berger et Ernest Mund, Professeurs à l'Université Catholique de Louvain, Samuel Furfari, Pierre Kunsch et Christiane LeclercqWillain, Professeurs à l'Université Libre de Bruxelles, Georges Van Goethem et Jacques Marlot, Ingénieurs, membres de 100TWh

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 36
à écrit le 23/03/2021 à 14:12
Signaler
Le nucléaire fragilise grandement un pays car il est désormais indéfendable face aux armements actuels et cible privilégiée lors de conflits avec des conséquences hyper coûteuses et graves. Les modélisation les plus poussées et les tendances montrent...

le 13/05/2021 à 15:32
Signaler
Pénible de voir autant de sophisme, non les moyens de stockage ne permettent pas de lisser sur le long terme. Et la majorité des 300 moyens de stockage comme vous dites sont marginale, ce n'est pas pour rien que la technologie phare dedans reste le S...

à écrit le 22/03/2021 à 9:05
Signaler
"Nucléaire : la France ne devrait pas suivre le surréalisme belge" Deux éléments dans cette phrase (bravo les gars... ) qui discréditent totalement ce discours. Je vous laisse chercher c'est pour votre bien hein...

le 22/03/2021 à 17:47
Signaler
Vous êtes sortis de Sciences Po ? Parce que nous (ingénieurs et scientifiques) en avons marre de votre caste jacassière de sophistes

à écrit le 20/03/2021 à 22:29
Signaler
Qu'est ce que c'est que cet article tarte à la crème. Le nucléaire c'est "la vie"... Ben voyons. Les analyses factuelles... Sûr... Honte à tous ceux qui continuent de véhiculer de telles inepties. Sans compter que "l'économie" qui fait croitre sans ...

à écrit le 18/03/2021 à 21:37
Signaler
C'est dramatique. Que dire de plus!

à écrit le 18/03/2021 à 18:34
Signaler
Nucleaire vs solaire thermique - l'Afrique du Nord possede un potentiel economique en CSP de 28.000 reacteurs EPR. Assez d'alimenter toute la planete maintes fois. CSP - une tube a vide et un miroir parabolique. Nucleaire - enceinte en beton, vaissea...

le 19/03/2021 à 10:10
Signaler
J'imagine que vous n'etes pas connecté au réseau EDF et que vous n'utilisez que l'electricité produite par votre éolienne et votre installation solaire . J'espère que votre stockage vous permet de passer les nuits et les jours sans vent.

à écrit le 18/03/2021 à 15:41
Signaler
Dans plusieurs commentaires ci-dessous, je constate que l’on mélange des notions différentes au lieu de séparer les problèmes pour mieux les résoudre. Et la réalité est bien plus nuancée que les positions extrêmes, comme souvent. @Laurent par exem...

le 24/03/2021 à 2:56
Signaler
QUI , on a deja compte combien d eoliennes a la place d un EPR Il faut 100 eoliennes offshores de 15 MW pour un EPR de 1500 MW ou 1,5 GW. Elles ont un rendement superieur a 50% ( meilleur que le rendement des centrales nucleaires belges en 2020, i...

à écrit le 18/03/2021 à 15:05
Signaler
Pourquoi plus aucun pays n'investit sérieusement dans le nucléaire aujourd'hui ? (A part la Chine mais elle investit en même temps beaucoup dans les renouvelables) - c'est trop cher (surtout depuis Fukushima, les niveaux de sécurité ont du être revu...

le 19/03/2021 à 11:37
Signaler
Votre chiffre de 0,002% de réduction des émissions du parc nucléaire est certainement fantaisiste. Si l'on ne s'intéresse qu'à la France qui représente de l'ordre de 1% des émissions mondiales de CO2. La production électrique représente à peu près ...

à écrit le 18/03/2021 à 14:08
Signaler
Excellent article qui souligne les inquiétudes des responsables Belges. Même en Allemagne, les Ecolos-Gruenen intelligents appellent les prochains successeurs de Mutti-Angela a revenir au nucléaire. Et aussi en Suisse. Et les Pays-Bas s'apprètent ...

le 20/03/2021 à 17:24
Signaler
Ces centrales produisent des déchets mais à plus court terme,éviter de faire passer une énergie pour "parfaite" alors qu'elle ne l'est pas. Même si quand on voit ses caractéristiques,elle s'en approche,ce qui n'est déjà pas si mal et qu'elle peut em...

le 20/03/2021 à 21:06
Signaler
@Rulf Avec la centrale au Thorium, Carlo a aussi montré qu'on peut associer un accélérateur de particules qui pourrait être utilisé pour décomposer l'eau et produire de l'Hydrogène a bon marché.

à écrit le 18/03/2021 à 13:11
Signaler
Un article rempli de contre-vérités hallucinantes... Celui qui le rédige semble sorti des années 1970-80, on dirait, en tous les cas, qu'il a loupé les 20 dernières années de notre ère et la prise de conscience globale que notre mode de consommation...

le 18/03/2021 à 15:07
Signaler
Il est dit et argumenté dans cet excellent article que le "renouvelable" est insuffisant, intermittent et très cher. Que répondez-vous à cela? "que notre mode de consommation doit radicalement changer". Vous répétez ainsi le mantra ressassé par les ...

le 18/03/2021 à 16:18
Signaler
"notre mode de consommation doit évidemment radicalement changer" tout à fait, vous faites quoi dans ce sens, spontanément, pour faire avancer la Cause ? Faut-il que ça soit contraint (y êtes vous prêt ? Mr Mélenchon propose de remettre des moulins ...

à écrit le 18/03/2021 à 12:35
Signaler
Peu importe ce qu'on pense sur le nucléaire, les articles comme celui-ci témoignent d'un manque de connaissance flagrant des auteurs sur la gestion du réseau électrique en Europe et les régulations qui vont avec... Les anti-nucléaires n'auront aucun ...

le 18/03/2021 à 13:17
Signaler
Rien n'est moins sûr. C'est l'argument massue : on voit bien que vous n'y connaissez rien. C'est juste prétentieux et méprisant.

à écrit le 18/03/2021 à 10:16
Signaler
Plus que Le France, le Concorde et d'autres menues bêtises, le nucléaire est la plus grande erreur de la France, et de loin car on la traînera plus d'un siècle.

le 18/03/2021 à 12:49
Signaler
Si on développe la fusion nucléaire, il n'y aura plus de pollution par radiation.

à écrit le 18/03/2021 à 10:08
Signaler
Article on ne peut plus nucleocrate qui aligné les fakes news d'un bout à l'autre sans même croire utile de démontrer quoi que ce soit ni même faire appel au simple bon sens. Il commence par ignorer les évidentes les plus terre à terre comme de comp...

le 18/03/2021 à 12:51
Signaler
Si on arrive à développer la fusion nucléaire, plus besoins d'uranium.

à écrit le 18/03/2021 à 5:58
Signaler
Vive le parc electronucleaire français et à l'epr de flamanville. Ce n'est pas cela ne sera jamais fukushimanche. Il faut prévenir le risque nucléaire en formant les équipes d'edf et en développement des moyens de sûreté globale, celle fonctionnement...

le 18/03/2021 à 10:12
Signaler
Le Soleil est là pour toujours et sans même parler de ses multiples inconvénients dans le meilleur des cas il faudra abandonner cette solution dans moins de 50 ans si tout va bien, en particulier si l'ensemble des pays de la p'aneye ne se ruent pas v...

le 18/03/2021 à 10:14
Signaler
Le Soleil est là pour toujours et sans même parler de ses multiples inconvénients dans le meilleur des cas il faudra abandonner cette solution dans moins de 50 ans si tout va bien, en particulier si l'ensemble des pays de la p'aneye ne se ruent pas v...

le 18/03/2021 à 18:40
Signaler
Vive l'EPR? Plus de 12 milliards maintenant pour 1.6 GW, c.a.d. on approche dix fois le cout d'eolien ou CSP. Le cour de comptes pesen que la facture eleverait at 19 milliards maintenant. En Bresil il y a 2 ans on a construit une centrale CSP de 200 ...

à écrit le 17/03/2021 à 21:56
Signaler
Pk en Belgique les neerlnadais pensent qu'ils sont a la maison?

à écrit le 17/03/2021 à 21:34
Signaler
Les lecteurs du figaro ne représentent absolument pas la France! Quel argument ridicule!

le 18/03/2021 à 11:40
Signaler
Parce que tu crois que le Figaro vas écouter 60 millions de Français avant d'écrire leur reportage ? Je pense pas non. Ils n'ont pas précisé le nombre de personne ayant répondu au "sondage", mais ce nombre doit être assez conséquent.

le 18/03/2021 à 12:19
Signaler
Vous encore moins

le 18/03/2021 à 12:57
Signaler
Bien évidemment Niff que je vais pas écouter 60 millions de Français avant de faire mon reportage. Déjà parce que ce n'est pas mon boulot et si j'écoutais autant de personne avant de le faire, mon reportage serais obsolète sur les données/avis recue...

à écrit le 17/03/2021 à 18:26
Signaler
La bande de ravageurs au pouvoir avec leur Macron nul et incapable procrastinateur, nous conduisent vers une catastrophe sans précédent, économique, sociale et politique qui pourrait voir éclater une guerre civile .

le 17/03/2021 à 18:42
Signaler
...Et le nucléaire vieillissant va couter encore plus cher à entretenir sans parler des cancers et autres inquiétudes ?

le 18/03/2021 à 12:27
Signaler
Domdom : oui bien sûr, remplaçons le nucléaire avec du charbon , et réparlons de vous inquiétudes... Cancers, GES, allez perdons sur toute la ligne .

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.