Filtres anti-plastiques dans les lave-linges : une nécessité écologique, un défi pour les fabricants

 |   |  401  mots
Les microplastiques représenteraient entre 15% et 31% des 9,5 millions de tonnes de plastiques déversées chaque année en mer, selon des chiffres de l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature).
Les microplastiques représenteraient entre 15% et 31% des 9,5 millions de tonnes de plastiques déversées chaque année en mer, selon des chiffres de l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). (Crédits : DR)
À compter du 1er janvier 2025, les lave-linges neufs devront être munis de ces filtres. "Les fabricants de machines à laver vont devoir innover pour s'adapter à ce nouveau standard", a souligné Brune Poirson, secrétaire d'État à la Transition écologique, qui réunit, ce lundi, les industriels du secteur.

La secrétaire d'État à la Transition écologique, Brune Poirson, réunit, ce lundi, les fabricants de lave-linges pour préparer l'application d'une mesure adoptée dans la loi pour l'économie circulaire: l'installation de filtres à microfibres plastiques dans les machines à laver neuves.

À compter du 1er janvier 2025, les lave-linges neufs devront être munis de ces filtres, qui sont destinés à empêcher le passage dans les eaux usées des fibres plastiques microscopiques libérées par les vêtements au cours du lavage, a-t-on expliqué au ministère de la Transition écologique.

"Les fabricants de machines à laver vont devoir innover pour s'adapter à ce nouveau standard", a souligné Brune Poirson.

| Lire aussi : 2020, année de consécration de l'économie circulaire ?

Pollution des océans

Les plastiques utilisés dans la confection (polyester, acrylique, élasthanne) libèrent des particules au lavage qui sont trop petites pour être filtrées dans les usines de traitement, et se retrouvent dans l'environnement et notamment dans les océans.

Les microplastiques représenteraient entre 15% et 31% des 9,5 millions de tonnes de plastiques déversées chaque année en mer, selon des chiffres de l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature).

La France est le premier pays au monde à légiférer sur cette source de pollution plastique, en imposant d'équiper les machines à laver de filtres à microplastiques d'ici 2025.

Feuille de route

En réunissant les industriels du secteur, ainsi que des porteurs de solutions technologiques de filtres et des ONG, Brune Poirson veut établir une feuille de route permettant d'atteindre l'objectif fixé.

La secrétaire d'État veut inciter les fabricants à intégrer les filtres dans leurs appareils dès que possible, ce qui leur permettrait d'obtenir un bonus environnemental s'ils le font avant 2025.

La mesure "place la France à l'avant-garde de la lutte contre la pollution aux microplastiques et de l'innovation pour la transition écologique", a affirmé Brune Poirson qui souhaite que les inventeurs et chercheurs voient la France "comme un laboratoire de solutions à grande échelle".

Quelque 2,7 millions de lave-linges sont vendus en France chaque année, soit plus de 7.000 par jour, selon des chiffres du Gifam, la fédération professionnelle du secteur. Plus de 97% des foyers français sont équipés d'un lave-linge.

Aux ménages s'ajoutent 5.900 établissements professionnels en France qui utilisent des machines à laver (pressings et blanchisseries).

| Lire aussi : notre dossier spécial Un Monde sans plastique est-il possible ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/02/2020 à 8:08 :
On voit qu'elle n'a jamais vu et surtout utilisé un lave linge. Les filtres de pompe actuels sont déjà la cause majeure de pannes à cause de bouchages alors filtrer des micro particules de plastiques ... on croit réver. Hors sol totale.
Pendant ce temps là , on recule gentiment sur le plan economique.
a écrit le 17/02/2020 à 19:56 :
Aux Macronistes :

C’est plus facile de s’attaquer aux consommateurs qu’aux lobbys du textile innovation ,n’est ce pas ?
Les populations sont des cibles faciles pour vous , n’est ce pas ?
Réponse de le 18/02/2020 à 20:55 :
Oui c est comme le contrôle technique des voitures
Alors que dans l industrie plein de vieille machine dangereuse et des accidents de travail
Et pas que en France ( je bosse dans toute l europe )
Et la ont fait rien de rien
Le consommateur vache a lait en europe ..
a écrit le 17/02/2020 à 18:41 :
Et les filtres, ils seront en bois recyclables?
Et que fera t'on du contenu des filtres?

J'ai bien peur que pour éliminer 1 tonne de plastique, on en fabrique 2 de plus pour les filtres.
a écrit le 17/02/2020 à 18:27 :
....Je vois pas bien quel type de filtre, déjà que les filtres pour des petites pièces (dénommés filtres à boutons) sont un problème.
Les pompes d'évacuation des eaux de lavage et de rinçage vont devoir être capable d'aspirer ou refouler à travers des toiles de filtre hyper serrées. Le couple pompe/ filtre va coûter un bras... plus tous les em.....ts liés aux filtres.
Irréaliste, d'autant plus que rapidement sur internet il sera expliqué comment se passer de ces filtres.
a écrit le 17/02/2020 à 17:22 :
Une bonne idée serait aussi d'interdire aux fabricants (L'Oréal, Garnier, Colgate, etc) d'ajouter du plastique dans les dentifrices, les produits de beauté et d'autres crèmes où l'utilisation n'a qu'un but de marketing.
a écrit le 17/02/2020 à 15:28 :
nouvelle ânerie de bobo , les filtres on en fait quoi ? ... au lieu de prendre le problème en amont sur la fabrication des vêtements on va concentrer les résidus dans des filtres dont on ne saura que faire
Réponse de le 17/02/2020 à 18:35 :
@bourdiga
Effectivement, c'est une "couillonade".
Les filtres ne résoudront rien puisqu'il faudra bien les jeter quelque part.
La seule solution pour les vêtements, c'est de n'utiliser que des fibres naturelles teintées exclusivement avec des teintures naturelles.
On peut pas ? Alors on va continuer à polluer et ce ne sont certainement pas des
filtres à la "con" qui vont régler le problème.
a écrit le 17/02/2020 à 13:06 :
Je crois que les eaux usée sont diriger vers les stations d'épuration ... Donc pourquoi ne pas installer les filtres industriel à la sortie des stations .. Ou alors s'est encore une histoire de bobo , completement inutile , juste prévu pour le richement de certain au détriment de tous ... Apres tous se ne serai pas une premiere én françe .
a écrit le 17/02/2020 à 13:00 :
Pour fabriquer un Jean il faut 6 000 a 10 000 litres d eau,alors il doit en passer dans l ocean des particules.....Surtout dans les pays producteurs......
a écrit le 17/02/2020 à 12:41 :
"pour préparer l'application d'une mesure adoptée dans la loi pour l'économie circulaire" et faire adopter ça par l'UE pour le bien de tous [la planète] ? Y a pas que la France sur Terre. On a de bonnes idées, autant faire ruisseler notre génie.
Si on achète une marque étrangère, elle sera aux normes France ou UE ? Commandée sur Amazo* elle pourra venir de n'importe où. :-)
Vu les filtrations que je faisais au labo, je vois mal comment filtrer le très fin sans perte de charge, voire le très très fin. Ça va ressembler au problèmes de gaz d'échappement, filtrer le 0,1nm veut dire boucher le tuyau, plus on veut filtrer fin plus on doit avoir des trous fins et la pression augmente, plus rien ne passe (ça filtre même le 0,0000nm :-) ).
Si un système de filtration pouvait être mis en place, les microparticules accumulées, elle iront à l'évier (lavage du filtre) ? Ou dans un filtre métallique et incinérable (on récupère le filtre ensuite, le plastique brûle à une température plus basse que les métaux ne fondent).
Vive le coton (polluant à faire pousser), la laine, le chanvre, les fibres naturelles. Dire qu'on fait des tricots avec des bouteilles plastique recyclées (parait-il).
Ça "rassure" de lire qu'une bonne partie du plastique des océans ne provient pas d'objets jetés dans la mer (idée bizarre) mais d'usage, de lavages, etc, des résidus en fait, pas que des actes "volontaires" (laisser aller, sur les ferrys pour la Corse, y a des panneaux informatifs mais certains ont pour réflexe de jeter par dessus bord, immense poubelle, mais aucun requin pour avaler les emballages).
a écrit le 17/02/2020 à 11:54 :
Le lave linge, plus ça va et moins il dure longtemps, s'ils pouvaient en profiter pour arrêter cette pitoyable stratégie cupide ce ne serait pas du luxe et ferait souffler la nature, rien que ça.
Réponse de le 17/02/2020 à 12:47 :
Vous parlez de votre expérience ou du on dit (voire statistiques) ? Il parait qu'on les utilise plus souvent que dans le passé, si vous faites une machine par jour, il fau(drai)t compter en cycles, pas en années. Et un engin pas cher il faut se dire qu'il doit y a voir une raison (fabrication simple donc sans réparation possible, monobloc), comme les plats préparés pas chers à base de divers ingrédients à prix négligeable qui ne font que ressembler au nom). A savoir alors si les machines plus onéreuses sont encore faites de façon "traditionnelle" ou cèdent aussi à la facilité (comme les phares ou rétroviseurs, un truc abîmé, faut tout changer, monobloc) ??
Réponse de le 17/02/2020 à 13:16 :
Le problème est que la population se paupérise et donc va acheter le lave linge le moins cher, demander encore et toujours au consommateur qui a déjà des milliers de trucs à faire dans sa journée de faire attention est de l'hypocrisie obscurantiste.

L'actionnaire lui paye plein des gens qui n'ont que ça à faire normalement.

"La notion de libre arbitre a été inventée par les classes dirigeantes." Nietzsche
Réponse de le 18/02/2020 à 3:51 :
Nous sommes quatre a la maison equipee LG pour le blanc, 5 machines a minima / semaine depuis 19 ans. Aucun pb a deplorer. Revoyez vos stats.
Réponse de le 18/02/2020 à 9:05 :
@ moulin à vent

" Nous sommes quatre a la maison equipee LG pour le blanc"

LG ne fait pas partie des marques des moins cher gros, remet tes logiciels à jour un peu stp... TU sais le temps ça passe hein !?

SIgnalé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :