La crise va obliger à "repousser" des propositions de la Convention climat selon Barbara Pompili

 |  | 537 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : © Stephane Mahe / Reuters)
En ligne de mire, la proposition de la CCC d'accroître la taxation sur le transport aérien. La ministre de la transition écologique a néanmoins précisé qu’il n’y avait à ce jour aucun renoncement sur les 146 propositions retenues en juin par Emmanuel Macron.

149 propositions, 146 retenues, mais bien moins réalisées ? Alors que de nombreuses voix s'inquiètent de la remise en cause de certaines propositions de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) par des membres du gouvernement, Barbara Pompili a démenti sur Franceinfo jeudi 8 octobre tout renoncement, assurant que « les arbitrages ne sont finis sur rien ».

Parmi les mesures de la CCC - cette assemblée de 150 citoyens qui s'est réunie pendant neuf mois avec l'objectif de définir une série de mesures permettant d'atteindre une baisse d'au moins 40 % des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030 (par rapport à 1990) dans un esprit de justice sociale - figurent notamment une taxation accrue des voyages en avion ou la prise en compte du poids des véhicules dans la fiscalité.

Lire aussi : Exclusif : ce que dit vraiment l'étude d'impact sur les propositions de la convention citoyenne pour l'aviation

« Il s'avère que sur la taxation sur l'aérien le président hier a bien dit les choses. Il a dit que le secteur aérien a été durement touché par le Covid, ce que ne savaient pas les citoyens quand ils ont fait leurs propositions puisque je rappelle qu'ils les ont travaillées avant la crise Covid. (...) Ce sont de bonnes propositions mais simplement on va essayer de les repousser un tout petit peu dans le temps, pour les appliquer au moment où le secteur aura un petit peu repris son souffle », a déclaré la ministre. Et de poursuivre : « J'en ai parlé avec eux (les membres de la CCC), ils entendent le fait qu'on tienne compte de ce qui c'est passé pendant la crise ».

La ministre de la transition écologique a toutefois assuré que « la commande que j'ai et qui m'a été réitérée encore hier soir par le président de la République c'est qu'il y a 146 propositions qui ont été retenues par le président sur 149 et que ces 146 propositions doivent déboucher d'une manière ou d'une autre ».

Lire aussi : 15 milliards pour "la conversion écologique", référendum...: les principales annonces de Macron à la Convention climat

Aucun « renoncement »

Cette intervention fait suite à celle d'Emmanuel Macron, mercredi 7 octobre au soir. Dans une interview télévisée il a estimé qu'il faudrait « peut-être prendre un peu plus de temps » pour la mise en œuvre de certaines propositions de la CCC. « Nous sommes déterminés à conduire cette transition écologique (...) mais cette transition ne peut être menée que si on arrive à réconcilier nos concitoyens, c'est-à-dire à rassurer les gens à qui on demande des changements profonds, à accompagner les secteurs à qui on demande des changements rapides », a-t-il dit, tout en niant tout "renoncement".

La liste initiale de la CCC comptait 149 propositions. Emmanuel Macron en avait retenu 146 fin juin, invoquant des "jockers" pour en recaler trois. À savoir la limitation de la vitesse à 110 km/h sur les autoroutes, l'instauration d'une taxe de 4% sur les dividendes et un moratoire sur l'accord commercial UE-Canada (Ceta). Le président de la République avait alors promis qu'« il y aura d'autres conventions citoyennes (...) sur d'autres sujets ».

(Avec AFP)

Lire aussi : Sortie de Macron sur les "Amish": que vont devenir les propositions de la Convention Climat?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2020 à 9:53 :
Taxes, taxes...tjr et encore des taxes franco françaises, punitives et contre productives car non copiées par le reste du monde comme d'habitude qui viennent pénaliser encore plus une économie fragilisée par la crise.
Mme Pompidou a bien raison d'être prudente par les tps qui courent, signe d'une écologie responsable qui ne se veut pas dogmatique.
Mais n'a t on rien appris des errements du passé ?? Des industries de la mobilité (automobiles, cycle, moto, scooter ) florissantes il y a 40 ans qui ne st plus que l'ombre d'elles même ...en France, mais conquérantes en Chine, Corée, Japon, Allemagne. Et maintenant, on s'attaque au transport aérien et indirectement à l'industrie aéronautique un des derniers fleurons français ??
Ds la transition écologique, il faut surtout stimuler l'investissement ou orienter la consommation par:
Des incitations fiscales assorties d'obligations liées à la provenance des fournitures ( par ex: les matériaux d'isolation dûment certifiés issus des pays de l'UE pour éviter la dépendance de l'UE à des puissances impérialistes comme par ex la Chine avec le monopole des panneaux solaires).
Des primes à la conversion ciblées (par des bonus, prime à la casse, malus ...).
Des taxes appliquées par l'UE sur les biens importés non respectueux des normes environnementales qu'elle a imposé sur ses produits et qui viendront en partie financer tt ça.
a écrit le 08/10/2020 à 22:04 :
Ahhhh ! Les Verts !! Les premiers dictateurs comiques de l'histoire ... et donc forcément les plus dangereux.
a écrit le 08/10/2020 à 18:27 :
Pendant ce temps, sous la pression des betteraviers et du lobby du sucre, il est autorisé l'utilisation des néonicotinoïdes !
Il serait produit moins de sucre et de meilleure qualité, qu'il en serait moins ajouté dans les productions agro-alimentaires, les sodas dont les effets sur la santé sont un désastre : Obésité, maladies cardiovasculaires, toutes les pathologies liées à l'hyperglycémie. Le sucre, un ami qui vous veut du mal.
a écrit le 08/10/2020 à 17:39 :
Bravo.....Un éclair de lucidité.
Toutes les mesures contraignantes,coûteuses en emplois perdus français ou en euros doivent être reportées à la fin de la crise actuelle ,voir de la suivante.
En attendant ,Mme Pompili et affiliés,tentez de convaincre Trump,Bolsonaro et nos amis chinois de l'urgence.Ca vous occupera!
a écrit le 08/10/2020 à 16:29 :
Le en meme temps cher à la macronie...
On ne renonce pas mais on ne fait rien...
Que de la com...
a écrit le 08/10/2020 à 14:06 :
Les hamishs , qu'ils aillent s'établir sur Mars ... sur Terre l'homme prolifèrera et seule la nature imposera sa régulation . Alors profitons en en ignorant ces prophètes de malheur
..
a écrit le 08/10/2020 à 13:36 :
Si les écolos souhaitent partager leurs revenus avec les licenciés du secteur aérien c'est plutôt cool et sympa de leur part, merci à eux !
a écrit le 08/10/2020 à 13:33 :
Non, aucun renoncements, juste un enterrement de 1ere classe.
Du pur micron dans son jus.
a écrit le 08/10/2020 à 13:06 :
un collectif de 150 personnes represntatives que d'elles memes ( vu qu'on doute qu'il y ait eu bcp de professions leberales, artisans, employes du prive d'accord pour perdre 3 semaines sur des bancs pour avoir des propositions irrealistes) a pondu un texte plein d'utopie dont les dirigeants se rendent compte ex post que c'est de la foutaise irrealiste..........
felicitation, vous voulez ecoeurer les gens de l'ecologie, he ben continuez avec vos mesures; en plus de la cata economique, vous aurez la cata ecologique vu que les gens ne veulent pas se brosser les dents avec de la terre glaise ou avoir des toilettes seches communes au bout de la rue ( dont on sait qui va les degueulasser et qui va les nettoyer ' car ils en ont les moyens eux')
a écrit le 08/10/2020 à 12:51 :
"Il s'avère que sur la taxation sur l'aérien le président hier a bien dit les choses"

Déjà rien que cette première phrase dit tout tant sur la forme que le fond.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :