La filière des énergies renouvelables appelle à ne pas écarter le nucléaire

Vent debout contre les « antagonismes factices » qui secouent ce début de campagne présidentielle, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) demande de cesser d'opposer nucléaire et renouvelables, toutes les deux faiblement émettrices de dioxyde de carbone, dans la lutte contre le dérèglement climatique.

6 mn

Le nucléaire représente toujours près de 70% du mix électrique français, contre 25% environ de renouvelable, notamment hydraulique.
Le nucléaire représente toujours près de 70% du mix électrique français, contre 25% environ de renouvelable, notamment hydraulique. (Crédits : DR)

A six mois de l'élection présidentielle, l'énergie, jusqu'ici plutôt discrète, s'invite partout dans la campagne. Il faut dire que le sujet est primordial. A la fois pour préserver le pouvoir d'achat des citoyens, menacé par une flambée exceptionnelle des cours. Mais aussi, in fine, pour décider de l'avenir du modèle français, dans un contexte de dérèglement climatique. Et sur ce dernier point, la question prend la forme d'une équation à deux inconnues : quelles places les énergies nucléaire et renouvelables devront-elles occuper dans les prochaines décennies ?

Pour y répondre, force est de constater que le débat public se polarise. De la fronde contre l'éolien de Marine Le Pen (RN) ou de Xavier Bertrand (LR) à la position fermement anti-nucléaire de Yannick Jadot (EELV), en passant par une forme de sacralisation d'une énergie atomique historique, signe d'une souveraineté aujourd'hui « perdue », par Eric Zemmour : chacun prêche pour sa paroisse, sélectionnant habilement les arguments validant sa cause. Une cacophonie qui brouille les frontières entre convictions politiques et faits scientifiques, a regretté le Syndicat des énergies renouvelables (SER), qui organisait jeudi dernier son colloque annuel.

« Halte à la désinformation, aux idées reçues et aux antagonismes factices », a fait valoir son président, Jean-Louis Bal, lançant « un appel à la responsabilité pour la campagne qui s'ouvre ».

Tout le renouvelable et tout le nucléaire

Surtout, le SER n'a pas défendu que les énergies renouvelables, cibles de « contre-vérités » : il a également appelé à ne pas écarter complètement le nucléaire, qui représente toujours près de 70% du mix électrique français (contre 25% environ de renouvelable, notamment hydraulique), permettant à l'Hexagone de bénéficier d'une électricité bas carbone. En effet, même en analysant l'ensemble de son cycle de vie - en prenant en compte les émissions liées à l'extraction de l'uranium ou au béton des centrales - le nucléaire émet très peu de gaz à effet de serre : beaucoup moins que le charbon ou le gaz, et même moins que le solaire.

« Avoir le luxe de choisir entre plusieurs solutions décarbonées, ça n'existe pas. Le seul sujet, c'est : comment on fait pour décarboner vite », a ainsi affirmé Nicolas Couderc, directeur général adjoint d'EDF Renouvelables et administrateur du SER. Et d'ajouter, pour mettre fin à toute opposition : « On aura besoin de tout le renouvelable et de tout le nucléaire ».

Car il s'agit, pour le SER, de s'unir contre un « ennemi » commun : les énergies fossiles émettrices de CO2 (charbon, pétrole et gaz), qui représentent encore près de 65% de la consommation finale d'énergie dans l'Hexagone. D'autant que la consommation d'électricité devrait bondir dans les prochaines années, atteignant d'ici à 2050 l'ordre de 630 TWh, contre environ 470 TWh aujourd'hui, selon les prévisions du gestionnaire du réseau RTE. Exigeant une augmentation similaire de l'offre, que les énergies renouvelables risqueraient de ne pas pouvoir offrir à elles seules - du moins dans un premier temps.

Lire aussi Eolien : le gouvernement promet un développement "responsable" des futurs parcs

Solution sur le court terme

Le ton est donné, au moment où le pays le plus nucléarisé du monde s'apprête à se prononcer sur les suites à donner à son programme dans l'atome. Car même si le gouvernement donne le feu vert à la construction de nouveaux EPR (European Pressurized Reactor, des réacteurs de troisième génération) sur le territoire, l'essor du renouvelable ne s'en trouverait pas affecté, a fait valoir le SER.

« Il faut arrêter de comparer les énergies entre elles. Elles utilisent des moyens différents », a insisté Xavier Daval, PDG de l'entreprise spécialisée en gisement solaire kiloWattsol et vice-président du SER.

Reste que la capacité française dans l'atome ne doit pas écarter les autres sources d'énergie bas carbone du débat public, a fait valoir Jean-Louis Bal. « Le plus grave, c'est quand on dit que les renouvelables, ça ne sert à rien, car le mix est déjà décarboné par le nucléaire », a-t-il avancé. Car face à l'augmentation prochaine de la consommation d'électricité, « ce n'est pas la construction de nouveaux EPR qui peut apporter une réponse immédiate à ces besoins de court terme », a-t-il affirmé. Un argument régulièrement brandi par la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, puisque la mise en place de ces réacteurs prend de nombreuses années, et peut accumuler un long retard - en témoigne le chantier en cours depuis 2004 à Flamanville.

Six scénarios sur le mix en 2050

Pour y voir plus clair sur la répartition concrète, RTE publiera le 25 octobre une étude inédite sur les différents chemins de la neutralité carbone et les moyens à mettre en œuvre pour y parvenir, intitulée « Futurs énergétiques en 2050 ». Le gestionnaire de réseau y comparera six scénarios de mix énergétique : trois comportant du nouveau nucléaire, et trois qui n'en comporteront pas, dont l'un allant jusqu'à 100% d'énergies renouvelables en 2050.

Lire aussi Nucléaire : des élus normands en ordre de bataille pour accueillir des EPR

Son président, Xavier Piechaczyk a d'ores et déjà révélé sur Twitter que, si elle veut parvenir à 50% de production nucléaire, il faudrait que la France soit capable de construire en 30 ans « à peu près 14 EPR, une quinzaine de SMR [Small Modular Reactors, des petits réacteurs modulaires, ndlr], et de prolonger certaines tranches nucléaires au-delà de 60 ans ». Un défi immense que pourrait influencer la décision de Bruxelles sur la taxonomie « verte », c'est-à-dire l'inclusion ou non de l'atome dans les activités jugées bonnes pour le climat afin d'aiguiller les investisseurs. Le gouvernement français plaide depuis plusieurs mois pour l'intégration de l'atome dans cette liste, et a publié hier une tribune en ce sens, aux côtés de neuf autres Etats membres.

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 12/10/2021 à 15:52
Signaler
Le Syndicat des Energie Renouvelables a surtout compris que dès que les renouvelables intermittentes arrivent à un pourcentage seuil dans un mix énergétique, le risque d’ennuis majeurs dans la gestion des réseaux électriques devient extrêmement grand...

à écrit le 12/10/2021 à 12:31
Signaler
Oui le nucléaire est necessaire à notre mix energetique et est une vraie filière d'avenir, abandonner la recherche sur l'atome et les conséquences de la fission est une hérésie totale. donc oui le nucléaire contribue à la protection de l'environnemen...

à écrit le 12/10/2021 à 10:41
Signaler
Sans relance forte et rapide du nucléaire, les français se rendront compte qu'ils ont été trompés par les lobbys écolos prônant les "renouvelables", pas si renouvelables que cela, notamment à cause du béton pour l'éolien, et bien sûr de l'intermitten...

à écrit le 12/10/2021 à 9:33
Signaler
La production des éoliennes pourraient utilement être consacrée à la production d''hydrogéne.

à écrit le 11/10/2021 à 19:35
Signaler
Il est vrai que cela serait le jackpot pour la France. Se faire financer par les contribuables de l'UE des centrales qui mettront 20 ans à être construite et aux budgets multipliés par 25. Ce qui serait drôle, c'est que la Pologne achète des. centra...

à écrit le 11/10/2021 à 19:17
Signaler
Les verts ne veulent plus les énergies fossiles et plus le nucléaire mais le tout électrique. En fait ce qu'ils veulent c'est la décroissance et le repli face à des états nations qui attendent le moment où ils vont pouvoir nous mettre dans leur giron...

le 12/10/2021 à 5:26
Signaler
le nucleaire coute trop cher. Les USA se refusent a le subventionner et ferment un max de centrales nucleaires (2020)

le 12/10/2021 à 9:28
Signaler
Remarque : La problématique des USA n’est pas la nôtre, ils disposent de grandes réserves de gaz. Cependant ils reconstruisent deux nouveaux réacteurs avec des errements comparables aux nôtres (retards, surcoûts, ..) avec pour explication une perte d...

à écrit le 11/10/2021 à 17:50
Signaler
Bref! En attendant mieux, il faut voir venir et miser sur tout les numéros!

à écrit le 11/10/2021 à 17:28
Signaler
Hé oui vu l'urgence actuelle parce que les propriétaires d'outils de production et de capitaux savaient depuis 40 ans et n'ont strictement rien fait, le nucléaire, entre les mais de ces mêmes personnes c'est pour ça que c'est dangereux sinon ça fait ...

à écrit le 11/10/2021 à 16:39
Signaler
oui aux 2 types d energies. Mais le nuke va nous couter un bras (cout de l EPR) et on mets 15 ans a le construire. L eolien offshore, a meme puissance et disponibilite que l EPR, coute 7 fois moins cher et est construit en 2 ans

le 12/10/2021 à 10:43
Signaler
"même puissance" oui; "et même disponibilité" si c'était le cas, l'électricité vaudrait moins de 10 €/MWh en Europe en permanence grâce aux parcs éoliens de nos amis hollandais, danois et allemand. or, ce n'est malheureusement pas le cas.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.