Loi Climat : « Il ne peut pas y avoir d’écologie sans justice sociale et fiscale » Lucas Chancel

 |  | 1112 mots
Lecture 6 min.
Il faut aller plus loin que la taxe sur les dividendes, préconise Lucas Chancel (photo), et trouver de nouvelles formes de fiscalité pour combattre les deux grands défis de notre époque : les inégalités et le changement climatique. (...) Aujourd'hui, les 1% les plus riches ont une empreinte carbone dix fois plus élevée que la moitié la plus pauvre des Français.
Il faut "aller plus loin que la taxe sur les dividendes", préconise Lucas Chancel (photo), et "trouver de nouvelles formes de fiscalité pour combattre les deux grands défis de notre époque : les inégalités et le changement climatique. (...) Aujourd'hui, les 1% les plus riches ont une empreinte carbone dix fois plus élevée que la moitié la plus pauvre des Français." (Crédits : lucas chancel)
ENTRETIEN. D’après Lucas Chancel, qui co-dirige le laboratoire sur les inégalités mondiales avec Thomas Piketty et Emmanuel Saez entre autres, la question fiscale reste la grande absente du projet de loi Climat et Résilience. L'économiste préconise la mise en place d’une taxation des ménages les plus aisés pour financer les investissements nécessaires à la transition.

LA TRIBUNE - Selon vous, le projet de loi Climat et résilience, en cours d'examen à l'Assemblée nationale, prend-il assez en compte la question fiscale ?

LUCAS CHANCEL - Le projet de loi fait l'impasse sur les enjeux de fiscalité environnementale, qui sont pourtant fondamentaux. Les objectifs de la COP 21 sont clairs : il faut réduire nos émissions de gaz à effet de serre de 112 millions de tonnes d'ici à 2030. Dans le meilleur des cas, le texte en l'état permettra d'atteindre une économie de 20 millions de tonnes.

Il y a un réel manque d'investissement en la matière, qui ne sera pas comblé par les 30 milliards du plan de relance alloués à la transition. Selon l'I4CE (Institute for Climate Economics), il faudrait plutôt investir 130 milliards d'ici à 2030 si l'on veut coller à la trajectoire que l'on s'est nous-même fixé à Paris en 2015. Pour y parvenir, la loi Climat devrait servir à planifier ces investissements, via des outils fiscaux. Mais elle ne le fait pas. Nous ne sommes pas à la hauteur de nos propres ambitions.

Pour augmenter les ressources, la Convention Citoyenne sur le Climat proposait pourtant de taxer les dividendes à 4%...

L'idée était en effet de taxer ces flux de revenus pour abonder des fonds qui soutiennent l'environnement. C'est l'une des premières mesures rejetées par Emmanuel Macron, qui a invoqué la nécessaire croissance de notre économie et les risques de pénalisation de l'investissement. Cela montre que le gouvernement n'a pas tiré la leçon du mouvement des Gilets jaunes : il ne peut pas y avoir d'écologie sans justice sociale et fiscale.

Voici l'équation qui était posée à l'époque, et qui a déclenché la crise. D'un côté, on prélevait 4 milliards d'euros de taxe carbone aux ménages français, parmi lesquels certains sont modestes et contraints - c'est-à-dire qui n'ont pas d'autre choix que de se déplacer en voiture thermique, par exemple. De l'autre, on offrait 4 milliards d'euros aux individus les plus riches, auparavant redevables de l'ancien impôt sur la fortune (ISF) et désormais détaxés. C'est de là qu'est venue la colère des Gilets jaunes. Et deux ans après, on oublie toujours la dimension de justice fiscale.

Lire aussiGilets jaunes : les racines de la colère

Concrètement, que proposez-vous ?

Selon moi, la moindre des choses est de soumettre au vote du Parlement l'ensemble des mesures préconisées par les 150, y compris cette fameuse taxe sur les dividendes. Mais je pense qu'il faut aller plus loin, et trouver de nouvelles formes de fiscalité pour combattre les deux grands défis de notre époque : les inégalités et le changement climatique. Avec une fiscalité sur le capital fléchée vers la transition, nous pourrions faire d'une pierre deux coups.

Il faudrait la penser comme une contribution des ménages les plus aisés au financement de la transition. Aujourd'hui, les 1% les plus riches ont une empreinte carbone dix fois plus élevée que la moitié la plus pauvre des Français. Pour moduler cette taxe selon l'impact réel de chacun, on pourrait introduire une forme de bonus/malus écologique, en fonction du contenu carbone des actifs financiers de chacun. Par exemple, si l'intégralité de votre portefeuille s'oriente vers le financement de champs d'éoliennes, l'impôt sera minimal. Par contre, si vous possédez une entreprise à l'activité très polluante, il sera majoré.

Quel serait le montant de cet impôt ?

Il devrait être plus élevé que l'ancien ISF, car les très hauts revenus connaissent un taux de croissance plus fort que ceux de l'ensemble de la population, et même que la hausse de notre PIB. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : alors que le patrimoine des 500 plus grosses fortunes de France équivalait à 10% du PIB en 2008, ce pourcentage atteint les 30% aujourd'hui. Et contrairement à ce que l'on peut entendre, il n'y a pas de phénomène de fuite massive des milliardaires français. Nous sommes à l'inverse l'un des pays où ils connaissent la plus forte progression. Il faudrait donc augmenter cet impôt sur la fortune, pour qu'il permette de récolter 10 milliards d'euros par an - soit un peu plus du double de l'ISF lorsqu'il a été supprimé.

Aujourd'hui, une grande partie des recettes issues de la fiscalité écologique n'est pas allouée à la transition. Ne faudrait-il pas d'abord changer cela ?

Si on ré-alloue une partie de la fiscalité environnementale vers la transition, cela entraînera forcément des coupes budgétaires dans d'autres secteurs qui ont également besoin de fonds publics. Il y a donc deux solutions : lever davantage d'impôts, ou s'endetter. Je considère que la deuxième option ne fait que retarder le problème.

Plusieurs grandes démocraties qui ont fait face à une crise au XXe siècle ont mis en place des systèmes de contributions importantes, exceptionnelles ou non, de ceux qui en avaient les moyens. Mais, depuis quarante ans, on nous habitue à un autre discours consistant à répéter qu'il ne faut pas taxer les plus riches, de peur que tout s'effondre. Alors qu'on a besoin de faire des investissements massifs, il est temps de changer de logique.

Vous préconisez aussi une hausse de la fiscalité sur la consommation...

Oui, et cela ne s'oppose pas à la fiscalité sur les ménages les plus riches, qui pèserait davantage sur les actifs financiers. Il faut continuer d'augmenter la taxe carbone, seulement dans un cadre général de justice sociale. Les ménages modestes, qui sont limités dans leurs choix de vie, ne devraient pas avoir à la payer. Aujourd'hui, on mise tout sur la fiscalité des consommateurs comme s'ils étaient les seuls responsables des émissions de CO2. C'est absurde, ils sont souvent contraints par des décisions d'investissement de la part de ceux qui possèdent les actifs financiers ou par des choix d'entreprises dans leurs activités.

Lire aussiLoi Climat : un collectif demande un baromètre des efforts écologiques des entreprises

Surtout, les recettes générées devraient être immédiatement redistribuées aux ménages les plus nécessiteux. En Colombie-Britannique, au Canada - où l'idéologie est pourtant libérale - une taxe carbone a été mise en place dès 2008. Et celle-ci continue de croître, sans déclencher de mouvements sociaux. La raison est simple : une bonne partie des recettes de cette taxe est redistribuée aux moins aisés. Cet exemple illustre que la tension apparente entre le social et l'environnement, qui a pu se dessiner pendant la crise des Gilets jaunes, n'est pas une fatalité.

Propos recueillis par Marine Godelier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/04/2021 à 15:34 :
Je suis en train de lire le livre de Bill Gates sur le sujet. Et je le crois, compte tenu de son intelligence, de sa fortune qui lui permet d'avoir autour de lui les meilleurs experts, de son carnet d'adresses qui lui donne accès à tout ce que la planète recèle d'intelligence motivée pour la réduction des 51 milliards de tonnes d'émissions de CO2..., je le crois donc, plus crédible qu'un individu centrée sur la problématique des inégalités sociales.. S'il s'agit de récupérer quelques milliards en remettant en place d'ISF, rien ne se fera. Merci pour ce court moment..
Réponse de le 02/04/2021 à 16:27 :
"Et je le crois"

Que le ciel te bénisse mon frère, amen.
a écrit le 02/04/2021 à 9:31 :
Et interdire aux gens qui recoivent des aides d'acheter des produits de consommation à deux balles qu'ils jettent quelques jours après car la première des pollutions elle est là. Les récompenser par contre s'ils font tourner l'économie circulaire et responsable et l'agro-écologie.

Les idées ne manquent pas, c'est la puissance politique qui manque cruellement de ce fait trop soumise à des financiers qui eux auront toujours intérêts à polluer.
a écrit le 02/04/2021 à 6:49 :
Toujours ces gens démagos bien-pensants qui s'expriment dans les médias, ça devient fatiguant. Et oui, la justice sociale est incompatible avec l'écologie, elle est même son contraire. Il y a évidemment un choix à faire : Soit on fait de l'humanisme, et on s'assois complètement sur le climat, soit on fait du malthusianisme. Mais de toutes manières, on ne sera pas libre de faire ce qu'on veut, on fera ce qu'on pourra
Réponse de le 02/04/2021 à 10:13 :
Le mérite de ces articles est d'exister, c'est vrai que maintenant, le consensus est plus dans la survie que dans la vie. Consensus mou porté par la caste politique à la manœuvre., que nous avons porté au pouvoir. Parce que ça nous "arrange". La servitude volontaire de La Boétie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :