Le roseau, la solution innovante de filtrage des eaux usées

 |   |  525  mots
(Crédits : dr)
L'entreprise fondée par Jean Voisin en 1977 est un des leaders français de l'épuration des eaux par roseaux. Il envisage maintenant de se développer sur le marché des particuliers.

S'il envisage aujourd'hui de passer la main, ce n'est pas à cause de difficultés, bien au contraire : Jean Voisin regorge de projets et il vient de lancer un nouveau programme de recherche. Son entreprise est aujourd'hui reconnue comme un des grands spécialistes français des stations d'épuration fonctionnant avec des roseaux. « Nous en avons déjà réalisé 800, explique-t-il, et le marché est énorme car en plus des stations neuves il faut désormais reprendre les anciennes pour les emmener vers le ?bon état de l'eau en 2015? comme l'exige une directive européenne ». Ancien entrepreneur de travaux agricoles puis publics, il s'est lancé dans l'épuration par lagunage en 1977. Cette technique biologique d'épuration des eaux usées recourt à une combinaison de procédés impliquant un large éventail de micro-organismes, essentiellement des algues et des bactéries.

C'est en 1987 que Jean Voisin adopte le roseau. L'utilisation de ce végétal miracle, capable d'épurer « proprement », allait faire son succès. Son entreprise emploie aujourd'hui 70 salariés pour 8,5 millions d'activité en 2009 (et 9,3 attendus cette année). Il est vrai que cette technique est idéale pour les petites communes : une station à roseaux coûte deux fois moins cher qu'une station classique à boues activées et nécessite un entretien cinq fois moins important. Par ailleurs, le procédé est écologique, les roseaux filtrant et absorbant sans réactif chimique et même sans aucune énergie lorsque la station fonctionne par gravité. Pionnier dans les années 1970, Jean Voisin a été, depuis, copié un peu partout : « Il y a dix ans, nous étions cinq entreprises, rappelle-t-il, aujourd'hui il y en a 40 dont 6 à 8 importantes. » Et en période de restriction des fonds publics, la concurrence s'est développée. Mais Jean Voisin possède un atout : la maîtrise complète de la chaîne, depuis le bureau d'études jusqu'à la construction et la maintenance. « Nous n'avons aucun sous-traitant, plaide-t-il, nous faisons tout nous-mêmes, jusqu'à nos bordures de béton. »Les équipes sillonnent donc la France depuis Beaumont-la-Ronce, non loin de Tours, pour construire des stations.

Programme de tests

L'entreprise a essaimé dans soixante départements mais des zones blanches subsistent dans l'Est et le Sud-Est, pour lesquelles Jean Voisin envisage la création de trois nouvelles agences.

« Grâce aux 300.000 euros que nous investissons chaque année dans la R&D, nous avons déposé 10 brevets et nous menons sans cesse des programmes expérimentaux », explique Joëlle Paing responsable du bureau d'études et de la R&D. Un de ces projets porte notamment sur l'utilisation du roseau dans l'assainissement non collectif, pour les particuliers ne possédant pas de fosse septique, avec de petites stations de 9 m2 pour 6 personnes. Un programme de tests de 44 semaines a été lancé pour une certification attendue à l'été 2011. Un autre programme de 600.000 euros, soutenu par Oséo et l'Europe, vient d'être validé pour trois ans avec l'École des mines de Nantes, pour réduire les pollutions au phosphore grâce à un nouveau filtre équipé de laitiers d'aciéries. Autant de projets « qui garantissent du travail pour au moins vingt ans ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :