Le russe Hevel Solar se lance dans la production de panneaux photovoltaïques

Dirigée par l'oligarque Viktor Vekselberg, la société compte produire 130 MW par an.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)

Si l'on pense à un marché favorable au développement de l'énergie solaire, la Russie n'est certainement pas le premier pays qui vient à l'esprit. En raison de sa très grande richesse en hydrocarbures comme de son ensoleillement tout relatif. Mais aussi compte tenu du peu d'intérêt de ses dirigeants en matière d'environnement.

Pourtant, le groupe russe Hevel Solar va à l'encontre des idées reçues et axe sa stratégie sur son marché domestique. Dès le début de l'année prochaine, il s'apprête à construire la première usine de panneaux photovoltaïques qui produira des modules solaires ultrafins (6,8 mm pour une surface de 1,43m2). Située dans la « vallée du soleil », à 600 km à l'est de Moscou, l'usine produira annuellement 130 MW de modules solaires à partir de juillet 2012.

500 millions d'euros investis

Ce projet nécessite un investissement de 500 millions d'euros, somme qui comprend également le centre de recherche et de développement situé à Saint-Pétersbourg. À terme, le groupe table sur un chiffre d'affaires de 150 millions d'euros par an.

Le gouvernement russe s'est fixé l'objectif d'atteindre un taux de 4,5 % d'énergie renouvelable en 2015 (hors hydro électricité). Un chiffre à comparer avec le taux actuel (1,5 %). « À l'heure actuelle, nous considérons que l'Europe, l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient sont des marchés clés pour nous, précise le porte-parole du groupe Evgueni Zagorodni. Mais nous tablons aussi sur la vente d'une part considérable de notre production sur le marché russe, et ceci dès que les mécanismes de stimulation du marché seront mis en place. À ce titre, la Russie sera notre premier marché. » Les régions du sud de la Russie possèdent des durées d'ensoleillement comparables à celles de l'Europe.

Outre l'usine de panneaux, Hevel Solar construit sa première centrale solaire dans la région de Stavropol dans le sud de la Russie, d'une capacité maximale de 12,3 mégawatts. Son lancement est prévu pour 2012. Créée en 2009, Hevel appartient à 51 % à l'oligarque Viktor Vekselberg à travers son holding Renova. Hevel utilise la technologie du groupe suisse Oerlikon, dont Viktor Vekselberg a racheté 46 % des parts il y a deux ans. Les 49 % restants appartiennent à la corporation d'État RosNano, qui se spécialise dans l'investissement au sein de start- up oeuvrant dans les technologies de pointe.

Viktor Vekselberg, 54 ans, a constitué sa fortune dans le pétrole et l'aluminium et est aujourd'hui l'un des hommes d'affaires russes les plus engagés dans les nouvelles technologies. Le président russe lui a confié la direction du projet Skolkovo, la future technopole moscovite censée rivaliser avec la Silicon Valley.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.