Un avion-fusée qui ne polluerait pas en 2050 ?

 |   |  471  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : EADS)
EADS a présenté un projet d'avion hypersonique volant à plus de 5.000 km/h. La liaison Paris-Tokyo pourrait être effectuée en 2 h 30.

Paris-Tokyo en 2 h 30 contre près de 13 heures aujourd'hui! Le tout sans polluer ou presque ! C'est l'incroyable projet développé par EADS en collaboration avec le centre français de recherche aérospatiale (l'Onera ) et le Japon, dévoilé samedi par le groupe aéronautique et de défense. La Direction générale de l'aviation civile (DGAC) soutient l'initiative.

Une maquette de 4 mètres de cet avion hypersonique pouvant voler à près de 5.000 km/h (mach 4 ou quatre fois la vitesse du son) sera présentée lors du Salon du Bourget. Son nom, le Zhest ("zero emission high speed transport"). D'une capacité de 50 à 100 personnes, il pourrait entrer en service vers 2050. Un premier démonstrateur pourrait voir le jour en 2012. "Ce n'est pas un avion, pas une fusée, c'est un avion-fusée commercial", résume Jean Botti, directeur général délégué technologie et innovation chez EADS. Cette prouesse écologique provient du fait que cet avion, qui ressemble au Concorde, volerait en croisière, juste au-dessus de l'atmosphère. En faisant découvrir un film à la presse, Jean Botti a présenté cet appareil. Celui-ci décolle avec des moteurs classiques alimentés avec un biocarburant à base d'algues. Puis, à une certaine altitude, les moteurs fusées se déclenchent. Fonctionnant à l'hydrogène et à l'oxygène, ils seraient donc "totalement propres et ne dégagent que de la vapeur d'eau". A 32 km d'altitude, l'avion atteindrait son altitude de croisière (qui est de 10.000 mètres pour les avions commerciaux aujourd'hui).

Trois motorisations

"Vous ne polluez plus, vous êtes dans la stratosphère, la pollution est transparente pour nous", a expliqué Jean Botti. Pour l'atterrissage, les moteurs sont coupés et l'avion descend en plané. Avant l'atterrissage, les moteurs classiques sont rallumés.

Les technologies nécessaires sont déjà développées, souligne-t-on chez EADS. Astrium, filiale spatiale d'EADS, a déjà développé les moteurs fusées pour le tourisme spatial. Les carburants à base d'algues ont déjà fait l'objet de vols d'essais sur des avions commerciaux.

Il y aurait trois motorisations. Les turboréacteurs, les moteurs fusées et les stratoréacteurs. Ces derniers (les "stratos") sont considérés comme "simples" à fabriquer, ce qui n'engendrerait pas de dépenses exorbitantes. Le président d'EADS Louis Gallois a expliqué qu'à la fin des années 1950 des avions et des missiles disposaient de stratoréacteurs. Il a rappelé que, avec les Russes, l'Aerospatiale "a été la première société occidentale à maîtriser cette technologie". "Nous la maîtrisons mieux que quiconque." Les principaux enjeux concernent donc les conséquences sur le corps humain. Le décollage est assez raide et il faut s'assurer que la capacité d'accélération ne dépassera pas 1,2 G comme prévu, sinon les passagers devront suivre un entraînement particulier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/06/2011 à 11:28 :
Il est probable que cet avions/navette volera bien avant :vers 2030. L'avancée des carbones spéciaux, dits composites, plus légers, plus résistants, à l'épaisseur et aux caractéristiques différenciables pour une même pièce, est telle qu'il serait étonnant que des centaines de milliers d'applications ne voient pas le jour rapidement dont celles dédiées aux avions devenus engins spaciaux. L'économie de carburant est évidente, celle de pollution en conséquence et le gain de temps un bonheur. la commercialisation du projet commence par le gain des esprits : tout le monde ne se re pas astronaute!
a écrit le 21/06/2011 à 7:20 :
En 2050 comme un certain nombre de commentateurs je regarderai passer ce supersonique en mangeant les pissenlits par la racine! Et la Tribune sera-t-elle toujours la Tribune?
a écrit le 21/06/2011 à 6:47 :
mdr sur une dizaine de commentaires a peine vous êtes déjà trois a dire statoréacteur et pas strato... avant de poster un commentaire sur ce genre de détails on vérifie que quelqu'un ne l'a pas DÉJÀ mentionné ;)

Il y a des "chez " et un point après donc le chez qui ou chez quoi se pose:

"directeur général délégué technologie et innovation chez ."

ou alors c'est chez moi qu'il y a un problème
Réponse de le 21/06/2011 à 8:10 :
plus que du concorde il a une tronche de SR71 Blackbird ce coucou là qui lui aussi avait des statoréacteurs En plus les 4g tout le monde ne les supporteront pas Quand au carburant il est ...dangereux??:)
a écrit le 20/06/2011 à 20:37 :
Le bilan énergétique / passager par rapport à un vols standard est-il connu ?
a écrit le 20/06/2011 à 19:19 :
Hydrogene liquide, comme la navette ... moi je monte pas dedans !!!
a écrit le 20/06/2011 à 16:53 :
Bonjour,

"Fonctionnant à l'hydrogène et à l'oxygène, ils seraient donc "totalement propres et ne dégagent que de la vapeur d'eau".

... Et cela s'appelle une pollution déplacée.
Coucou ! Revoilà la voiture à hydrogène, mais plus grosse et avec deux ailes.
Et elle est où, maintenant, la voiture à hydrogène tant mise en avant ?
Elle est dans son carton, avec de la naphtaline autour.

Amicalement,

Delphin
Réponse de le 20/06/2011 à 20:33 :
eh oui vous avez raison ! En plus ,l'hydrogène ,ça explose .Bonjour les dégats quand on est en l'air !
Réponse de le 21/06/2011 à 13:20 :
Tout à fait Delphin !
a écrit le 20/06/2011 à 16:10 :
ne peuvent t-ils pas accelerer le programme,que je puisse esperer monter un jour dedans ??
enfin,je suis déja monté dans le concorde en 2003 et ça,c'est déja un souvenir.
a écrit le 20/06/2011 à 15:34 :
C'est Statoréacteur, et non pas Stratoréacteur...
a écrit le 20/06/2011 à 14:05 :
Si l'Hydrogène est fabriqué avec du nucléaire ou du renouvelable ,OK c'est écolo

Par ailleurs ,je pense que le fait d'avoir du combustible Hydrogène liquide sera un risque important difficille à assumer
a écrit le 20/06/2011 à 12:39 :
Un peu de tolérance voyons, vous comprenez stratoreacteur ça sonne nettement mieux, enfin ça fait plus tendance quoi. Et puis si les journalistes maîtrisaient le sujet de leurs articles, on serait au courant.. D'ailleurs ça me rappel un reportage au journal de 13h d'une célèbre chaîne (celle après le 0) qui affirmait que les ballons dirigeables étaient gonflés d?oxygène (bonne chance)
a écrit le 20/06/2011 à 11:33 :
un statoréacteur et pas un stratoréacteur !! Par pitié relisez vos articles ou faites relire si vous n'êtes pas sur de vous au lieu d'écrire des bétises...
a écrit le 20/06/2011 à 11:31 :
Je pense que vous voulez dire "statoréacteur" et non "stratoréacteur" ...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Stator%C3%A9acteur
a écrit le 20/06/2011 à 11:29 :
Correcteur orthographique SVP ! STATOréacteur et non pas stRato...
Effectivement assez simple de fonctionnement; aux limites près de son allumage ! Allumage, le mot est idoine. Vous connaissez beaucoup d'entreprises qui vous annoncent des développements qui prendront plusieurs décennies ? Pour quoi: un concept qui traîne dans les bureaux d'étude depuis des années. Et pour lequel LA QUESTION n'est pas posée... Concorde a disparu, non pas en raison de ses difficultés techniques (réelles), mais en raison de son modèle économique: impossible à rentabiliser (cf exploitation commerciale in vivo). Et donc faire des conjectures pour un module de qq dizaines de personnes, en direction d'un pays qui, en 2050 (contraction démographique aidant) n'aura peut être plus le moindre intérêt, c'est bien que ce projet (autodéclaré non polluant (NB le coup des algues, c'est comme le SP E10, qq %)) est "fumeux" !
a écrit le 20/06/2011 à 10:57 :
On parle de STATOréacteur et non de STRATOréacteur (le mot stato désignant le "stator", signifiant que ce réacteur n'a pas de pièce mobile, ce qui est justement son principe de fonctionnement). Le français possède des mots dérivés de stato pour désigner ce qui ne bouge pas: statue, statique, stationnaire... voilà pour la petite précision. Bien cordialement.
L'auteur de l'article a été induit en erreur par le fait que l'avion évoluera dans la stratosphère, pensant donc que le réacteur était un "stratoréacteur". Or, le stratoréacteur n'existe pas (étymologiquement "strato" veut dire "couche", or aucun réacteur n'utilise un quelconque principe de couche ou de strate pour son fonctionnement, ce qui pourrait achever de convaincre ceux qui douteraient de mon explication...)
a écrit le 20/06/2011 à 10:38 :
Tout ceci me fait rever ... un jour peut etre je volerais à Mac 4 , mais je pense plutot à mes enfants ...
a écrit le 20/06/2011 à 9:57 :
A nouveau le coup de l'oxygène et de l'hydrogène.

Rappel, comme pour la voiture à pile à combustible (dont on ne parle plus, après en avoir fait des tonnes), ça s'appelle une pollution différée.

Delphin
Réponse de le 21/06/2011 à 10:24 :
On n'en parle plus car le pétrole est encore quelques dizaines de fois moins cher que n'importe quelle autre énergie, et est facilement transportable dans un véhicule mobile (non relié par câble à une source d'énergie). Outre que les alternatives au pétrole (encore très abondant donc pas cher) sont beaucoup plus chères, elle nécessitent des progrès techniques et des miniaturisations pour être exploitables dans une voiture par exemple. Enfin, achèteriez-vous aujourd'hui une Clio à 1 million d'euros ?
Réponse de le 22/06/2011 à 10:14 :
Vous avez quelles sources Delphin?? La voiture à hydrogène est la technologie mise en avant par 80% des constructeurs mondiaux comme la technologie la plus prometteuse. Même Renault s'y mettra un jour.
La naphtaline ça endort...
Sources:
http://www.rtflash.fr/mercedes-accelere-sur-voiture-hydrogene/article
http://www.ici-japon.com/3699-des-voitures-a-hydrogene-au-japon-dici-2015
http://www.cartech.fr/news/objectif-10-000-voitures-a-hydrogene-pour-kia-en-2015-39751923.htm

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :