CO2 : supprimer les voitures, c'est bien, peindre les toits en blanc, c'est mieux

 |   |  686  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le projet de peindre en blanc les toits des villes ou encore les trottoirs a toutes les apparences d'un canular. Et pourtant. Un récent rapport affirme que cette technique, si elle était généralisée, pourrait économiser autant d'émissions de gaz à effet de serre que la suppression de toutes les voitures pendant 50 ans. Mais cette solution ne fait pas l'unanimité...

Un nouveau rapport, publié il y a quelques jours par des chercheurs canadiens de l'Université de Concordia dans la lettre britannique « Environmental Research Letters (ERL) », revient sur la piste du blanchiment des toitures et autres trottoirs et ses effets sur l?"albedo". Ce terme scientifique, qui apparaît de plus en plus souvent dans des articles destinés au grand public, désigne le rapport de l'énergie solaire réfléchie par une surface sur l'énergie solaire incidente. Sa valeur est inversement proportionnelle à l?absorption des rayons du soleil  et leur transformation en chaleur.

Réduire de 10 à 30 % les besoins en climatisation

Autrement dit, plus une surface est claire, plus son albedo est élevé, et moins elle absorbera de rayons et de chaleur. D?où l?idée de blanchir un maximum de surfaces pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et lutter contre le réchauffement climatique. Un bâtiment en plein soleil aura d?autant moins besoin d?être climatisé que son toit blanc reflétera les rayons et donc la chaleur, vers l?atmosphère. En limitant la formation d?îlots de chaleur qui transforme certains blocs d?immeubles en véritables fours l?été et en réduisant de 10 à 30 % les besoins en climatisation, cette solution pourrait contribuer à limiter les émissions de gaz à effet de serre de façon significative.

D?après l?étude publiée il y a quelques jours, le ripolinage progressif de tous les toits et trottoirs urbains pourrait s?étendre sur 50 ans, et sur cette durée l?opération permettrait d?éviter entre 130 et 150 milliards de tonnes de CO2, soit la pollution totale du parc automobile mondial pendant 50 ans.

Une simple couche de peinture blanche pour une meilleure efficacité énergétique

Le sujet n?est pas nouveau. Le secrétaire d?Etat américain à l?énergie, Steven Chu, l?évoque régulièrement. C?est aussi le cheval de bataille de plusieurs chercheurs. Certains d'entre eux, qui travaillent au sein du laboratoire Lawrence Berkeley en Californie, ont calculé qu?un mètre carré de toiture blanchie réfléchirait suffisamment de lumière pour éviter l'émission de 64 kilogrammes de CO2, et 38 kilogrammes pour un mètre carré de trottoir.

Le rapport publié il a quelques jours étudie plusieurs types de revêtements. Les plus efficaces et les plus durables sont des membranes en polymère spécialement dédiées à cet effet, qui pourraient être installées lors de travaux de rénovation des toitures. Mais d?après les chercheurs, une simple couche de peinture acrylique blanche suffirait à améliorer l?efficacité énergétique des bâtiments. Dans leur élan, certains envisagent la même solution pour les voitures, justement, avec à la clef le même effet sur la diminution des besoins en climatisation (et donc, la consommation).
Dans les climats tempérés, le recours à ce blanchiment  fait débat. Pour certains, cela risque d?accroître les besoins en chauffage. Pour d?autres au contraire, la radiation renvoyée par le toit pourrait être récupérée  pour chauffer le bâtiment. 

Une solution contestée...

Mais d?aucuns nuancent l?impact global de cette solution sur le réchauffement climatique. Pour le spécialiste français du CO2 Jean-Marc Jancovici, diminuer la température de façon aussi localisée ne garantit aucun résultat sur la température moyenne à la surface du globe. D?après la « Royal Society » britannique, seule 0,05 % de la surface terrestre serait concernée. Pour un coût annuel estimé à 300 milliards, elle y voit donc l?une des méthodes de géo-ingénierie les moins efficaces. La multiplication des bidonvilles et la prédominance des travaux réalisés par les propriétaires eux-mêmes (dans 70 % des cas) ne simplifient pas non plus la tâche. Enfin, certains experts  voient même dans ce ripolinage un risque d?aggravation du réchauffement climatique : plus de lumière renvoyée vers l?atmosphère signifierait plus d?énergie absorbée par les particules de carbone?donc une atmosphère réchauffée !
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/07/2012 à 23:52 :
C'est bien beau, mais en hiver il faudra plus (+) chauffer non ? Donc au final, ça revient au même...
Je ne suis pas une scientifique, c'est juste une remarque... Si ce que je dis est faux et que quelqu'un a une explication, je suis preneuse :)
a écrit le 22/04/2012 à 2:14 :
La planète se réchauffe effectivement à un rythme soutenu comme le confirment la hausse de température des océans, de même que celle de l'atmosphère, 2005 a été une année plus chaude que 1998, les données relatives à la température globale de la terre de 2008 à 2010 démontrent également que cette dernière augmente d?année en année. Le CO2 émis à raison de 30 à 40 milliards de tonnes chaque année et dont les émissions ont commencé il y a environ 150 ans s'ajoute aux autres gaz à effet de serre et s'accumule alors même qu'il y a une déforestation mondiale importante. On assiste ainsi à une tendance rapide vers une acidification des océans (+ 30% en peu de temps ce qui confirme une saturation des puits carbone) avec un impact sur la faune marine et les ressources halieutiques. Comme il a été démontré le C02 ne profite pas aux plantes soumises par ailleurs aux réchauffement et aux variations climatiques, sécheresses par endroits, fortes pluies à d'autres et n'ont pas le temps de s'adapter, de nombreuses espèces sont malades et disparaissent comme il est constaté. De plus le C02 n'aurait un impact favorable que si d'autres paramètres étaient disponibles en proportions et quantités comme il a été démontré à l'Inra entre autres, ainsi il n'y a pas de corrélation favorable entre la forte hausse du C02 et les nutriments généralement présent dans le sol sinon c'est un déséquilibre organique et une fragilité. L'argument que la hausse du C02 serait favorable aux plantes est donc une ineptie de plus comme un excès d'oxygène pour un patient et le contraire est globalement constaté par les satellites : le réchauffement lié aux excès de gaz à effet de serre a un impact défavorable global élevé sur les espaces forestiers et végétaux, feux de forêts, stress hydriques, arrivée de nouveaux parasites etc. comme amplement étudié dans les parcs américains entre autres. Les planètes riches en gaz à effet de serre et pourtant loins du soleil sont très chaudes comme Wasp-b12. Les gaz à effet de serre sont donc un problème majeur dont il faut s'occuper dès à présent sans traîner et dont les coûts pour la société sont excessivement élevés.
a écrit le 20/04/2012 à 23:45 :
Bon, mais enfin, pourquoi lancer, éventuellement, des opérations de "blanchiment du CO2", alors que Tglobale est stable depuis 14 ans, et que le rôle supposé du CO2 sur T n'est qu'une hypothèse, réfutée par l'absence de point chaud en zone tropicale? Nous avons bien d'autres priorités, qui ne sont pas issues de prédictions apocalyptiques de modèles numériques : endettement, crise économico-financière, chômage, lutte contre les vraies pollutions des sols, de l'air et des eaux, lutte contre la faim et pour l'accès à l'eau potable, .... Et je rappelle que le CO2 n'est pas un polluant, il est même nécessaire à la photosynthèse, donc à la vie....

Réponse de le 22/04/2012 à 2:20 :
J'ai mis un sac sur la tête pour voir si le C02 n'était pas un polluant et je commence à avoir chaud comme dans une serre et beaucoup de mal à respirer, c'est vraiment un gaz favorable à la vie ?..
Réponse de le 22/04/2012 à 5:43 :
La hausse des émissions de dioxyde de carbone causées par l'homme peut affecter le cerveau et les centres nerveux des poissons de mer, et menacer leur survie. Les concentrations de dioxyde de carbone (gaz carbonique, CO2) dans les océans vont interférer avec les capacités des poissons à entendre, sentir, tourner dans l'eau et échapper à leurs prédateurs, indique cette étude réalisée par le Centre d'excellence pour l'étude des coraux, chapeauté par le Conseil australien de la recherche.Ses chercheurs ont testé pendant des années les aptitudes des jeunes poissons des coraux, dans des eaux de mer contenant de hauts niveaux de gaz carbonique dissous. "Et il est à peu près certain qu'ils enregistrent une perturbation notable de leur système nerveux central, ce qui amoindrit leurs chances de survie", a déclaré Phillip Munday, un des scientifiques de l'équipe. Une forte concentration de gaz carbonique dans l'eau de mer perturbe un récepteur clé du cerveau des poissons. Cette perturbation entraîne des changements dans le comportement des poissons et dans leurs capacités sensorielles. "Nous avons découvert qu'un taux élevé de gaz carbonique dans l'eau peut interférer directement avec les fonctions de neurotransmission des poissons, ce qui représente une menace directe et jusqu'alors inconnue pour la vie marine", a déclaré le professeur Munday.Lors des expériences, les chercheurs ont constaté que les bébés poissons souffraient plus de ces perturbations que leurs prédateurs."Nos travaux montrent que l'odorat des bébés poissons était affecté par une hausse du gaz carbonique dans l'eau, ils avaient plus de mal à trouver les récifs de coraux, ou à détecter l'odeur d'un poisson prédateur". L'ouïe des poissons était également affectée. Les poissons perdaient aussi leur instinct pour tourner à droite ou à gauche, un facteur crucial lorqu'ils évoluent en groupe. Phillip Munday a souligné que quelque 2,3 milliards de tonnes de CO2 d'origine humaine se dissolvaient dans les océans de la planète chaque année, provoquant un changement dans la composition chimique de l'environnement marin.
a écrit le 17/04/2012 à 12:39 :
Peindre en blanc se conçoir pour les pays chauds (Califoirnie, Texas,...), pour économiser la climatisation.
En France, les immeubles de bureaux modernes (pas tous) sont climatisés, mais très peu d'habitations le sont. Il faudrait peindre en blanc pendant l'été mais, surtout, peindre en noir pendant l'hiver pour économiser le chauffage.
Réponse de le 17/04/2012 à 12:54 :
Ben oui, peindre tout en noir pendant l'hiver et tout en blanc pendant l'été, et puis en gris pendant le printemps et l'automne.
Réponse de le 17/04/2012 à 13:05 :
En effet, cette approche blanc en été, noir en hiver me semble la bonne ... Sauf qu'on ne va pas repeindre tout 2 fois par an !?! A quand les peintures qui changent de couleur selon la température : noir en dessous de 15°C, blanc au-dessus ? Pour le coup, ça ferait bien l'affaire dans les zones tempérées ! (Sauf qu'à mi-saison, on aurait des toits tachetés, blanc par endroit et noir à d'autres : esthétique douteuse ...).
Réponse de le 17/04/2012 à 13:54 :
Si si, tout repeindre quatre fois par an.
a écrit le 17/04/2012 à 12:18 :
"le ripolinage progressif de tous les toits et trottoirs urbains pourrait s?étendre sur 50 ans "... et pour eviter de salir les trottoirs devenus blancs on nous demanderait de marcher dans la rue avec des chaussons ! lol
a écrit le 17/04/2012 à 11:10 :
Encore le délire climatique. En France on dépense incomparablement plus pour chauffer que pour refroidir, donc pour éviter de polluer il faut absorber la chaleur solaire (peinture noire) que refroidir encore plus en le refoulant (peinture blanche). Mais qui croit encore à ces fadaises ? Combattre l'inoffensif gaz carbonique permet de faire prospérer les vrais poisons, neurotoxique mercure (sous sa forme gazeuse, la plus dangereuse, dans les ampoules fluorescentes aujourd'hui imposées), cancérigènes avérés dans les pesticides, parabènes cosmétiques, particules diésel, plastiques précurseurs hormonaux, ogm incontrôlés, etc. etc.
a écrit le 17/04/2012 à 10:38 :
"Pour le spécialiste français du CO2 Jean-Marc Jancovici, diminuer la température de façon aussi localisée ne garantit aucun résultat sur la température moyenne à la surface du globe." Vous faites erreur, JM. Jancovoci n'est pas un spécialiste du CO2, c'est un nucléocrate, ce qui n'a rien à voir ! Il plaide pour le nucléaire en faisant feu de tout bois, et donc en racontant que le CO2 pollue et réchauffe la planète, au milieu du choeur des vierges du GIEC et autres truands , pour promouvoir son cher nucléaire, soi-disant non-polluant, puisque n'émettant pas de CO2... Par contre ce qu'il dit ci-dessus est certainement vrai, d'autant plus que même émis par les brûlages de toutes sortes (pétrole, gaz, charbon), on n'a pas encore pu prouver que le CO2 réchauffait la planète et son atmosphère de façon mesurable, malgré les millions de tonnes émises chaque année ! Par contre, une chose est très bien prédite par les chercheurs, c'est le refroidissement qui a commencé et qui devrait au moins durer une trentaine d'années !! Il faudrait, en conséquence, peindre les toits et les trottoirs en noir pour minimiser ce refroidissement qui n'est pas une situation très agréable à vivre !!!
a écrit le 17/04/2012 à 10:29 :
On économiserait combien de chauffage en peignant tout en noir ?
Il me semble que si toutes les habitations en France ont le chauffage, seule une minorité a la climatisation. Le vrai enjeu c?est alors d?économiser du chauffage ou d?économiser de la clim ?
Vous avez remarqué par ailleurs que les automobiles sont de couleurs presque toujours foncées ? Là aussi des économies de clim pourraient être générées !!
a écrit le 17/04/2012 à 10:25 :
A Concordia, les neurones chauffent à blanc :
"En limitant la formation d?îlots de chaleur qui transforme certains blocs d?immeubles en véritables fours l?été et en réduisant de 10 à 30 % les besoins en climatisation, cette solution pourrait contribuer à limiter les émissions de gaz à effet de serre de façon significative."

Le rapport entre l'ilôt de chaleur l'été à cause de l'albedo et l'émission de GES en hiver lors du chauffage des maisons ??? Aucun ?? Ca ne fait rien, il suffit de le dire pour que ça passe, gros comme une maison (ou un bloc de maisons...) ! Ah ! C'est la climatisation, dites-vous ? Ah bon, ça émet des GES ??? Je croyais que c'était fait avec de l'électricité ??? Mais alors, si la production d'électricité émet des GES, pourquoi vouloir faire des voitures électriques ??? Je m'interroge...
a écrit le 17/04/2012 à 10:01 :
Histoire de tuer l'énergie solaire avec les panneaux solaires NOIRS profond.
a écrit le 17/04/2012 à 9:24 :
dans mon village, il faudrait donc tout repeindre en noir... on se pèle ce matin!!!
Réponse de le 17/04/2012 à 9:46 :
Allumez donc le chauffage, sans crainte de polluer, puisque le CO2 n'est pas un polluant. Mais n'oubliez les politiques qui vous taxent de plus de 50% sur votre consommation de chauffage, aux fallacieux prétextes inventés par l'Eglise de Climatologie.
Réponse de le 17/04/2012 à 10:51 :
"l'Eglise de Climatologie." Je sais pas si c'est de vous, mais j'ai beaucoup apprécié.
Réponse de le 17/04/2012 à 11:20 :
Effectivement, l'Eglise de Climatologie : très bien trouvé !
a écrit le 16/04/2012 à 23:46 :
Et végétaliser ça serait pas mal non ? ... histoire de rendre à la nature ce que nous lui avons pris ...
Réponse de le 17/04/2012 à 8:39 :
La vision infantile de l'anthropomorphisme écolo est toujours aussi ridicule. La nature n'est pas une personne, encore moins une divinité. On ne peut rien prendre à la nature parce qu'elle n'a rien : la nature est un objet. Comme tout objet, elle est possédée en totalité par un propriétaire qui s'en sert. La nature appartient à l'humanité.
Réponse de le 17/04/2012 à 9:18 :
Vision interessante: ne pourrions pas simplement dire que nous sommes partie integrante de la nature? nous sommes une partie de cet objet?
Réponse de le 17/04/2012 à 9:33 :
Ce qui est ridicule c'est votre arrogance. La nature c'est du vivant, ce n'est pas un objet. Plus on la considérera comme un objet, plus on le paiera, et on a déja commencé a le payer = plus de pluie en Australie, tempêtes "du siécle" tous les 10 ans, etc
Réponse de le 17/04/2012 à 9:43 :
Partie de cet objet, comme le cerveau fait partie du corps. On ne va pas dire au cerveau de s'effacer pour faire de la place au ventre. Certains le font, d'ailleurs, et ça finit généralement mal.
Réponse de le 18/04/2012 à 9:23 :
@Vision Infantile
Lisez donc ces deux livres "L'hypothèse Gaïa" et "La Théorie Gaïa" de James Lovelock et vous apprendrez que votre vision de la nature de la Nature est peut être quelque peu erronée.
a écrit le 16/04/2012 à 23:06 :
Pour les nuls ; on parle dans ce sujet de l?albédo ( un coefficient ) . Une surface comme la neige fraiche à un albédo proche de 0 et une belle foret a un albédo proche de 1 . dans le 1er cas l?énergie solaire est renvoyée chez l?expéditeur dans le second il y a prise de contact emmagasinage et restitution (au coucher du soleil, les planeurs adorent rentrer au bercail en passant sur ces forets , derniers endroits énergétiques le soir).
L?albédo est très démonstratif de l'effet pervers de la fonte des couches de neiges et de glaces au pôles...pour les raisons citées plus haut...alors danger...
Réponse de le 17/04/2012 à 8:05 :
Bien tenté mais mal démontré : les glaces ne fondent pas aux pôles, c'est même le contraire, il y en a de plus en plus.
Réponse de le 17/04/2012 à 11:51 :
Belle blague, les "glaces augmentent aux pôles" ! Tu parles peut-être des think tank américains qui prônent la seule liberté individuelle et l'absence de régulation (Cato institute) et qui le disent en effet. Sauf que tu peux par exemple aller regarder http://www.skepticalscience.com/translation.php?a=305&l=12 pour avoir une démonstration du contraire, et une liste des mythes les plus lamentables utilisés par les climato-sceptiques ... Comme d'hab, faute d'éléments scientifiques pertinents, on monte en épingle des épiphénomènes (c'est vrai, la glace en mer augmente un peu autour de l'Antarctique, mais celle sur l'Antarctique même baisse bcp plus, ce qu'ils évitent évidemment de dire ...) et on prône la théorie du complot.
a écrit le 16/04/2012 à 21:58 :
Voilà un article qui démontre involontairement que les émissions de CO2 par les véhicules (une bonne partie des émissions humaines) ne représente quasiment rien par rapport aux émissions naturelles de CO2 dans l'atmosphère. Mais il faut également rappeler que le CO2 n'est pas un polluant et que son impact sur le climat est nul. Bref, vous pouvez émettre tout le CO2 que vous pouvez, vous ne polluez pas. Nada ! Rien de rien ! En revanche, ce que vous pouvez en déduire, c'est que votre gouvernement se moque consciencieusement de votre figure en vous taxant lourdement à cause du CO2. Mais est-ce vraiment une surprise ?
Réponse de le 17/04/2012 à 4:01 :
Ben voyons : 30 à 40 milliard de tonnes de C02 émises chaque année, à ajouter aux autres Ges d'origine anthropique et çà a commencé il y a plus de 150 ans, de plus çà reste plusieurs décennies dans l'atmosphère qui est close. En plus affirmer que le CO2 n'est pas un polluant, lol, et bien mettez vous un sac en plastique fermé sur la tête si vous en avez la certitude et essayez de revenir nous dire le résultat, mais gardez quand même à proximité un masque à oxygène ;o)
Réponse de le 17/04/2012 à 8:08 :
Vous pouvez aussi respirer de l'oxygène pur, il va vous arriver des bricoles. Ne soyez pas ridicule : le CO2 n'est pas un polluant. Depuis quand un gaz indispensable à la vie serait un polluant ? A moins de nous expliquer que la vie serait une "pollution" ???
Réponse de le 17/04/2012 à 9:23 :
Puet-être est-ce une question d'équilibre!
de mémoire mes cours de CM1 ou CM2... il y a une trentainte je vous l'accorde, disaient un truc du genre "la végétation se nourrit de photosynthèse et de CO2". Si il y a plus que la végétation ne peut en emmagaziner...
Nous ferions alors l'analogie avec une bonne bouffe qui fait vivre les hommes, mais trop de bonnes bouffes peuvent provoquer des risques cardiaques????
Réponse de le 17/04/2012 à 11:33 :
je crois mais je me trompe peut etre que notre atmosphere est composé de 60% d oxygéne 30% de co² et 10% d azote , donc c est un element naturel , sauf si cette proportion change fortement , les plantes absorbent la journée du co2 et rendent de l oxygéne (la nuit c est l inverse) Quand a se baser sur le fait que si on respire que du co² on meurt c est vrai aussi pour l oxygéne pur et l azote pur...
Réponse de le 17/04/2012 à 15:15 :
En effet vous vous trompez Mordrakheen. L'atmosphère est composée à 70% d'azote et 21% d'oxygne. Le reste est un mélange de gaz divers.

Il y a des idées dans cet article mais il est très mal rédigé. Il y a des scientifiques, dont je fais partie, qui bossent sur le sujet à longueur de journée. Dommage qu'on ne les consulte pas avant d'écrire un article de vulgarisation dont l'auteur n'a apparemment pas compris grand chose au sujet...
a écrit le 16/04/2012 à 21:05 :
Encore une preuve que les personnes âgées (excepté les chauves) servent encore à quelque chose :-)
Réponse de le 18/04/2012 à 14:46 :
Bon, moi je suis paumée. C'est pas bien, je sais, mais entre mes jeunes enfants, mon boulot prenant et mes maigres activités perso, je n'ai guère le temps de chercher les vraies informations en matière d'écologie (en particulier). A vous lire, je ne sais plus que penser... Je ne sais plus dire ce qui est un comportement responsable pour l'ensemble de l'humanité en matière de préservation de l'environnement. Si quelqu'un d'objectif, de fiable et d'honnête peut m'éclairer... je prends ! Ca n'a rien à voir mais perso, je préfère les éoliennes dans le paysages que les gros pylones électriques auxquels on ne fait même plus attention puisqu'on est nés avec. Voilà.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :