Bruxelles et Pékin ligués contre les émissions de CO2

A l'issue du sommet Union européenne-Chine, la Commission européenne a annoncé que la Chine, premier émetteur mondial de dioxyde de carbone, serait prête à collaborer avec Bruxelles pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Les projets menés en Chine avec le soutien de l'Union européenne porteront sur l'eau, les déchets et la pollution aux métaux lourds, les échanges de quotas carbone et l'urbanisation durable.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Comme l?a annoncé Bruxelles dans un communiqué, le commissaire européen chargé du développement Andris Piebalgs et le ministre chinois du commerce Chen Deming ont signé un accord pour promouvoir la transition vers une économie sobre en carbone et une réduction des émissions de gaz à effet de serre en Chine.

Selon ce texte, trois programmes de réduction d'émissions de CO2 soutenus techniquement et financièrement par l?Union européenne à hauteur de 25 millions d'euros sur quatre ans permettront de développer des mécanismes d'échange de quotas en Chine.

Un pas de plus vers un marché international du carbone

«L'accord signé aujourd'hui avec la Chine est un exemple concret de la façon dont nous pouvons travailler en partenariat pour relever les défis mondiaux et partagés, s'est félicité Andris Piebalgs. Nous nous félicitons des engagements de la Chine et nous soutiendrons leurs efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.»

La commissaire européenne chargée du Climat, Connie Hedegaard, estime pour sa part que cet accord constitue un pas important vers une coopération encore plus étroite en vue d'un marché international du carbone plus solide. Il y a quelques semaines, un accord avait été signé entre l'Australie et l'Union européenne.

26 pays opposés à la taxe carbone européenne sur l'aviation

Aucun des porte-parole n?a évoqué le différend qui oppose l?Union européenne à la Chine à propos de la taxe européenne sur les émissions de CO2 des compagnies aériennes qui survolent le continent, en vertu de laquelle, depuis le 1er janvier 2012 en principe, les compagnies de toutes nationalités opérant dans l'UE doivent acheter l'équivalent de 15% de leurs émissions de CO2.

La Chine, qui appartient à un groupe 26 membres de l?OACI (sur un total de 36) à s?être opposés à cette obligation, a menacé à plusieurs reprises de répliquer par des représailles commerciales à l?endroit de l'avionneur européen Airbus. Reste à savoir si l'accord annoncé ce jeudi est de nature à apaiser ces tensions, et rien est moins certain.
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 22/09/2012 à 1:30
Signaler
Berkeley Earth Surface Temperature montre que la température terrestre a augmenté de 1,4°C au cours des 250 dernières années dont 0,8°C pendant les 50 dernières années. La totalité de ce réchauffement est probablement liée aux émissions humaines de g...

à écrit le 20/09/2012 à 20:51
Signaler
Les erreurs ont la vie dure : La taxe carbone est absurde car le CO2 n?est pas un gaz à effet de serre. Les grands pays le savent, mais certaines commissions de l?Europe persistent dans l?erreur : dommage. (Depuis 2008 j?en ai informé quelques Ambass...

le 22/09/2012 à 1:26
Signaler
Vos raisonnements sont basés sur une multitude d'erreurs scientifiques, de confusions et ne tiennent pas compte de nombreux paramètres. Sans oublier que vous n'évoquez pas la tendance à l'acidification des océans. Si le C02 entre autres émis depuis p...

le 22/09/2012 à 1:36
Signaler
Bien vu Scientifique. On pourrait ajouter aussi : Politiciens et chercheurs gouvernementaux sont régulièrement attaqués lorsqu'ils évoquent le lien entre hausse du dioxide de carbone et réchauffement climatique. «Par le passé, la communauté scientifi...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.