Bruxelles et Pékin ligués contre les émissions de CO2

 |   |  349  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
A l'issue du sommet Union européenne-Chine, la Commission européenne a annoncé que la Chine, premier émetteur mondial de dioxyde de carbone, serait prête à collaborer avec Bruxelles pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Les projets menés en Chine avec le soutien de l'Union européenne porteront sur l'eau, les déchets et la pollution aux métaux lourds, les échanges de quotas carbone et l'urbanisation durable.

Comme l?a annoncé Bruxelles dans un communiqué, le commissaire européen chargé du développement Andris Piebalgs et le ministre chinois du commerce Chen Deming ont signé un accord pour promouvoir la transition vers une économie sobre en carbone et une réduction des émissions de gaz à effet de serre en Chine.

Selon ce texte, trois programmes de réduction d'émissions de CO2 soutenus techniquement et financièrement par l?Union européenne à hauteur de 25 millions d'euros sur quatre ans permettront de développer des mécanismes d'échange de quotas en Chine.

Un pas de plus vers un marché international du carbone

«L'accord signé aujourd'hui avec la Chine est un exemple concret de la façon dont nous pouvons travailler en partenariat pour relever les défis mondiaux et partagés, s'est félicité Andris Piebalgs. Nous nous félicitons des engagements de la Chine et nous soutiendrons leurs efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.»

La commissaire européenne chargée du Climat, Connie Hedegaard, estime pour sa part que cet accord constitue un pas important vers une coopération encore plus étroite en vue d'un marché international du carbone plus solide. Il y a quelques semaines, un accord avait été signé entre l'Australie et l'Union européenne.

26 pays opposés à la taxe carbone européenne sur l'aviation

Aucun des porte-parole n?a évoqué le différend qui oppose l?Union européenne à la Chine à propos de la taxe européenne sur les émissions de CO2 des compagnies aériennes qui survolent le continent, en vertu de laquelle, depuis le 1er janvier 2012 en principe, les compagnies de toutes nationalités opérant dans l'UE doivent acheter l'équivalent de 15% de leurs émissions de CO2.

La Chine, qui appartient à un groupe 26 membres de l?OACI (sur un total de 36) à s?être opposés à cette obligation, a menacé à plusieurs reprises de répliquer par des représailles commerciales à l?endroit de l'avionneur européen Airbus. Reste à savoir si l'accord annoncé ce jeudi est de nature à apaiser ces tensions, et rien est moins certain.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/09/2012 à 1:30 :
Berkeley Earth Surface Temperature montre que la température terrestre a augmenté de 1,4°C au cours des 250 dernières années dont 0,8°C pendant les 50 dernières années. La totalité de ce réchauffement est probablement liée aux émissions humaines de gaz à effet de serre. Le projet Berkeley Earth Surface Temperature a fait appel à des méthodes statistiques sophistiquées développée par Robert Rohde afin d?évaluer la température terrestre lors de périodes plus anciennes. Ainsi, toutes les sources d?erreurs utilisées par les sceptiques pour contester l?origine anthropique du réchauffement ont été prises en compte : biais dû au chauffage urbain, sélection des données utilisées, faible qualité des informations provenant de certaines stations météo, correction humaine des données. ?Nous démontrons qu?aucun de ces effets perturbateurs potentiels ne biaisent nos conclusions?, déclare Richard Muller. Les calculs effectués par l?équipe invalident la théorie des cycles solaires chère aux climato-sceptiques. ?Notre analyse concerne une période assez longue pour nous permettre de chercher l?empreinte de l?activité solaire basée sur l?enregistrement de l?historique des taches solaires. Cette empreinte est absente?, conclue-t-il. Pour lui, l?augmentation de la température terrestre observée depuis 250 ans ne peut donc être attribuée au soleil.
a écrit le 20/09/2012 à 20:51 :
Les erreurs ont la vie dure : La taxe carbone est absurde car le CO2 n?est pas un gaz à effet de serre. Les grands pays le savent, mais certaines commissions de l?Europe persistent dans l?erreur : dommage. (Depuis 2008 j?en ai informé quelques Ambassades de grands Pays). ?Voici 5 raisons qui prouvent que le CO2 n?est pas un gaz à effet de serre: ?- Une première raison : Le CO2 est particulièrement transparent dans la bande de longueur d?onde de 2 à 18 microns, correspondant au maximum du rayonnement de la Terre. (Ce qui n?est pas le cas pour la vapeur d?eau, donc les nuages, et même l?oxygène)

?Rappel de la formule de Planck : Un corps à la température absolue T°K, a son rayonnement maximum pour la longueur d?onde en microns, de 3 000 divisé par T. Cela donne 10 microns pour la Terre à 300°K (Et 0,55 micron pour le soleil à 5 500 °K) . ?Vous pouvez trouver la courbe de transmission du CO2 sur le site :http://gershwin.ens.fr/vdaniel/Enseignement/Cours-Rayonnement/partie2/images/CO2.gif ?- Une deuxième raison : Elle consiste à utiliser la méthode K.T. = Kepner-Tregoe de résolution de problèmes. Cette méthode consiste, dans 2 situations différentes, à séparer les éléments qui sont identiques et ceux qui sont différents. ?Tous les éléments identiques sont sans influence. ?Application aux températures au matin en France : Par ciel clair au sud de la France et couvert au nord, les nuits sont plus froides au sud. ?Comme la teneur en CO2 est la même, ce dernier est sans influence. ?Une troisième raison : Les courbes des carottes glaciaires de Vostok : La variation de CO2 suit la variation de température mais ne la précède pas. C?est la variation de température qui fait varier la teneur en CO2, et non l?inverse. ?Une quatrième raison : Ces courbes de Vostok montrant que l?augmentation de température provoque une augmentation de CO2, si ce dernier avait un effet de serre, il entraînerait une nouvelle augmentation de température et ainsi de suite. En physique, dans ma jeunesse, on appelait cela un «emballement». ?Une cinquième raison : Dans le film ?The Great Global Warming Swindle? (En français ?La Grande Arnaque du Réchauffement Climatique?) des scientifiques montrent une bonne corrélation entre certaines caractéristiques du soleil et la température sur terre. Ce film est visible sur le site : http://zero.under-globe.net/index.php/post/2007/07/13/The-great-global-warming-swindle. ?Bien amicalement à tous.
Réponse de le 22/09/2012 à 1:26 :
Vos raisonnements sont basés sur une multitude d'erreurs scientifiques, de confusions et ne tiennent pas compte de nombreux paramètres. Sans oublier que vous n'évoquez pas la tendance à l'acidification des océans. Si le C02 entre autres émis depuis plus de 150 ans et désormais à raison d'environ 40 milliards de tonnes chaque année dans une situation saturée et de réduction des nombreux puits de carbone n'avait aucun effet de serre ou assez négligeable pour n'avoir aucun impact nuisible, comment expliquer que des planètes plus loin du soleil que la terre et avec une atmopshère essentielllement et particulièrement chargée en CO2 sans activités volcaniques spécifiques comme Wasp-B12 ont un climat très chaud ? Le fait de tenter une démonstration à partir d'une couverture nuageuse au Nord comparée au Sud est également une erreur et confusion puisque si l'effet de serre des nuages est plus puissant, leur durée de vie moyenne dans l'atmosphère est de 3 semaines, sans commune mesure avec la durée du C02 entre autres et l'on pourrait dans le même registre amateur vous dire que la chute de pluie au Nord va refroidir l'atmosphère donc votre démonstration et bilan énergétique c'est le cas de le dire tombe rapidement à l'eau. Pour le décalage entre courbe de C02 et température vous devriez savoir qu'elle est à présent largement expliquée, démontrée et non contestée même par les vrais climatosceptiques comme l'équipe de Berkeley qui reconnaît désormais le rôle du C02 et la nécessité d'en réduire les émissions : http://berkeleyearth.org/pdf/berkeley-earth-press-release-july-29.pdf Sur les courbes de C02 et température, voir notamment les travaux de l'équipe de Jeremy Shakun, du département des Sciences de la Terre de l'Université d'Harvard : après étude de 80 échantillons géologiques (sédiments marins, terrestres et carottes de glace) provenant de différentes zones du globe, si le CO2 est à la traîne par rapport au réchauffement "de l'Antarctique", il précède bel et bien le réchauffement "au niveau global" http://www.maxisciences.com/co2/le-co2-responsable-de-la-fin-du-dernier-ge-de-glace_art23431.html Enfin pour faire court un site pour répondre à quelques-unes de vos affirmations erronées : http://www.skepticalscience.com/translation.php?lang=12
Réponse de le 22/09/2012 à 1:36 :
Bien vu Scientifique. On pourrait ajouter aussi : Politiciens et chercheurs gouvernementaux sont régulièrement attaqués lorsqu'ils évoquent le lien entre hausse du dioxide de carbone et réchauffement climatique. «Par le passé, la communauté scientifique pensait que c'était juste une question d'éducation, raconte la professeure Naomi Oreskes de l'université de San Diego. (...) Maintenant elle commence à réaliser à quoi elle fait vraiment face: des tentatives organisées et de grande ampleur de miner les données scientifiques, par des gens pour qui elles représentent une menace.» Le changement climatique est devenu un enjeu économique, pour lequel de grosses entreprises énergétiques et des fondations, organisées en groupes de pression, n'hésitent pas à faire retarder les lois de régulation ou à innonder le marché de publicités soutenant des politiciens de droite. http://www.slate.fr/lien/50367/science-lobby-anti-scientifique-industrie-climatosceptique Climat : les marchands de doute exigent des certitudes
Historienne des sciences et professeur à l'université de San Diego en Californie, Naomi Oreskes décrit, dans une enquête fascinante, comment l'incertitude propre à la recherche scientifique a été instrumentalisée par les climato-sceptiques.
http://www.actu-environnement.com/ae/news/climat-naomi-oreskes-marchand-doute-15370.php4#reactions-form

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :