Londres développe une zone industrielle durable

Deux entreprises de recyclage et un institut sur l'environnement ont déjà prévu de s'installer pour créer un centre d'excellence dans ce domaine.
(Crédits : dr)

Avec la vieille usine Ford d'un côté et les grands réservoirs d'essence de l'autre, l'endroit peut paraître bien mal choisi pour devenir un grand centre à la pointe des technologies de l'environnement. C'est pourtant dans ces vastes terrains vagues, situés à l'est de Londres, qu'est en train de naître une « zone industrielle durable » (Sustainable Industrial Park, ou SIP en anglais). Sur 25 hectares, à 16 kilomètres du centre de la capitale britannique, les autorités veulent rassembler des usines de recyclage, des centres de production d'électricité propre ainsi qu'un institut de recherche, pour créer un pôle d'excellence réservé aux industries dédiées à l'environnement.

Closed Loop est la première entreprise à s'être implantée sur ce parc. Ouverte en 2008, au prix d'un investissement de 19 millions d'euros, cette usine de recyclage de plastique est la première d'Europe à traiter à la fois le PET (la matière des bouteilles plastiques traditionnelles) et le HDEP (un plastique translucide utilisé notamment pour les bouteilles de lait). Le plastique est retransformé à l'état de granulés et peut être réutilisé directement dans l'emballage destiné à l'industrie alimentaire. Cette entreprise australienne frôle l'équilibre financier, et elle prévoit d'ouvrir deux nouvelles usines ailleurs en Grande-Bretagne.

Synergies possibles

Pourquoi s'être installée ainsi dans la SIP ? « Nous sommes juste à côté de Londres et nous profitons de ses déchets », explique Nick Cliffe, le directeur de Closed Loop. Mais au-delà, la promesse d'une concentration d'entreprises environnementales au même endroit est pour lui importante. « J'aimerais qu'une usine de gazéification [transformation de déchets en gaz, Ndlr] soit proche d'ici », précise-t-il. Closed Loop pourrait ainsi lui vendre directement la partie des déchets qui arrivent jusqu'à son usine mais qu'il ne recycle pas.

Ce voeu devrait bientôt être exaucé. À proximité de Closed Loop, en effet, Cyclamax et Sita UK (une filiale de Suez Environnement) vont ouvrir à la fin 2011 une usine de gazéification. Le gaz produit servira à fabriquer de l'électricité, qui sera ensuite utilisée par les autres industries présentes dans la SIP. Par ailleurs, une partie des déchets qui arriveront à Cyclamax seront des bouteilles en plastique et celles-ci pourront être revendues à Closed Loop, renforçant ainsi les synergies entre les diverses entreprises de la zone.

Le troisième locataire à avoir confirmé sa présence dans la SIP est un centre de recherche, nommé Thames Gateway Institute for Sustainability, financé essentiellement par l'État, qui ouvrira ses locaux en mai 2011. L'objectif est d'aider directement les entreprises présentes. Avec Cyclamax, il devrait ainsi travailler sur l'utilisation potentielle de l'hydrogène et du méthane que le processus de gazéification peut produire, peut-être pour alimenter des bus fonctionnant à l'hydrogène.

Selon Bob Doyle, directeur des investissements à Gateway to London, l'une des agences impliquées dans le projet, au moins deux autres entreprises étudient très sérieusement une installation dans cette SIP : l'une est spécialisée dans le recyclage de papier, et l'autre dans les déchets verts. Un pas de plus vers la création d'un vrai « hub » de l'environnement.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.