La finance et son syndrome

 |   |  433  mots
Par Pierre- Angel Gay, directeur adjoint de la rédaction de La Tribune.

Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France, appelle cela le "syndrome du retour à la normale". C'est-à-dire : faire comme si rien ne s'était passé. Ce syndrome, les banquiers montrent qu'ils en sont chaque jour un peu plus affligés. On le savait des grands établissements américains, tellement pressés de s'affranchir du Trésor et de sa tentative de moralisation des rémunérations.

On le sait aussi, bien sûr, de la City, où Stephen Hester, le patron de Royal Bank of Scotland, sauvé in extremis par l'Etat britannique après des pertes historiques, s'est vu chahuter hier pour s'être fait attribuer des revenus himalayens - plus de 11 millions d'euros. Et le retour de ces habitudes si lucratives ne se limite pas aux seuls bonus. Il se rediffuse déjà dans les métiers des banques. Dans leurs surenchères. Dans leurs prises de risque. Ce syndrome est d'autant plus prégnant que le nombre d'acteurs a, lui, diminué.

Aux Etats-Unis, Lehman Brothers a disparu. En Europe, ABN-Amro et Fortis sont sortis du jeu et le suisse UBS joue sa survie. La tentation est donc grande de vouloir s'emparer de leurs oripeaux, de leurs équipes et de leurs parts de marché. De se positionner pour la sortie de crise. C'est ainsi que, en France, ING Direct, qui se transforme en banque à part entière, se lance dans une politique tarifaire agressive, alors que sa maison mère ne doit sa survie qu'à l'intervention salvatrice de l'Etat néerlandais. Que sur le marché européen de la banque de financement et d'investissement, Royal Bank of Scotland est accusé par ses concurrents de biaiser avec les règles pour mieux revenir dans la compétition. Que les débauchages d'équipes ont repris, quels qu'en soient le prix.

Une grande banque française vient de perdre une dizaine de traders. Et Calyon s'est fait prendre des banquiers en Asie par Natixis, que l'on croyait pourtant loin d'être tiré d'affaire. Il va falloir beaucoup de courage aux pouvoirs politiques pour mettre fin à ces surenchères. Pour imposer à une finance qui ne demande qu'à redevenir débridée les recommandations de la Banque des règlements internationaux, la plus ancienne des institutions financières internationales : limiter les risques en jouant d'effets de levier moins importants, accepter une taille plus modeste des établissements (pour éviter qu'une trop grande concentration des établissements ne favorise une crise systémique) et faire passer le message aux actionnaires qu'ils devront se contenter de rendements moins importants...

Dire cela suffit à mesurer l'ampleur de la tâche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
SVP, arrêter d'asséner le gd public de ce genre de mensonge et faite votre travail de journaliste ! Les salaires élevés des patrons de la finance, les traders, les hedge funds et les paradis fiscaux ne sont pas à l'origine de la crise. Si les banquiers ont prêté de l'argent à des foyer sous la limite de la solvabilité c'est parce que l'Etat Fédéral les y a encouragé voire obligé dans le cadre Lois anti discriminatoire (cf les lois passées par Roosevelt, Clinton et Carter pour faciliter l'accession à la propriété). Fannie May et Freddie Mac ont d'ailleurs été créées par l'Etat Fédéral dans cet objectif afin de réassurer les banques qui n'aurait jamais naturellement prêté à des foyers insolvables sinon (ce kist c'est transformé en cancer généralisé avec la titrisation de la dette immobilière également encouragé par les autorités fédérales...). Les prêts ninja sont également une création à 100% d'une institution étatique. La politique des taux d'intérêt bas appliqué par la réserve fédérale depuis 2003 a fait gonfler et exploser la bulle thermonucléaire en innondant le marché de liquidité grâce à une politique de taux d'intérêt bas depuis 2003. En faisant cela elle a encouragé tous les acteurs économiques à pratiquer des opérations avec effet de levier (j'emprunte à un taux bas pour investir dans des projets avec un niveau de risque que je n'aurais pas pris sinon). C'est comme ci vous prétier de l'argent quasiment gratuitement à quelqu'un en lui demandant de ne pas y toucher... L'Etat Fédéral, la réserve Fédérale et en particulier les démocrates sont donc 100% responsables de la crise financière actuelle.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
M.Pagay, un peu de respect pour le lecteur, qui n'est pas si mal informé que vous semblez le croire. Avec le web on a bien d'autres sources, et on sait bien que comme pour les équipes de foot, suivre les régles c'est accepter de perdre la partie et descendre au fond du classement. Tant que le "Big crunch" n'est pas arrivé, les compteurs ne sont pas encore à zéro, et c'est encore soit Austerlitz soit Waterloo...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Cet article est trés réaliste. Ce qui gangrène la finance c'est les égos de certains et le chacun pour soi.
Pas d'accord avec Philiphi, le métier de banquier est de preter l'argent des déposants et donc de les proteger en analysant le risque de solvabilité de l'emprunteur la couleur de peau n'a rien à voir avec une analyse du dossier. Les organismes de prets ont mal travaillé , point. La titrisation a outrance a montré ses limites. L'analyse du risque de contrepartie pièce majeure du métier de banquier est passé à la trappe avec le développement de la titrisation...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :