UMP : les candidats à la présidence se manifestent

 |   |  295  mots
Hervé Mariton, Bruno Le Maire, François Fillon, les candidats à la présidence de l'UMP, ne se cachent plus. /Reuters.
Hervé Mariton, Bruno Le Maire, François Fillon, les candidats à la présidence de l'UMP, ne se cachent plus. /Reuters. (Crédits : reuters.com)
Le quator Juppé, Fillon, Raffarin et Châtel a pris officiellement la tête de l'UMP. Mais à l’approche des élections pour élire le nouveau président officiel, les candidats sortent de l'ombre...

Depuis l'élection présidentielle et le virage de l'UMP vers la droite forte, incarné par l'ancien conseiller sulfureux de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson, le parti va de crise en crise, à tel point que son avenir est en jeu. Les affaires s'accumulent pour le parti. Dernière en date l'affaire Bygmalion, qui a récemment poussé Jean-François Copé, président de l'UMP, à la démission.

Sans chef, le parti tente de trouver une alternative et les candidats à la reprise ne se cachent plus. La possibilité d'un retour de Nicolas Sarkozy pousse nombre d'entre eux à prendre les devants et réclament une primaire, pour éviter le retour de l'ancien président, "homme providentiel" de la droite.

 

Des primaires en perspectives

Officiellement en course : Hervé Mariton, Bruno Le Maire et depuis mercredi : François Fillon. Même si l'ancien "collaborateur" de Nicolas Sarkozy reste vague sur ses choix politiques, il semble déterminé à briguer l'investiture lors des primaires de 2017. Il reste plus évasif sur sa candidature à la tête du parti. Et laisse planer le doute : "Je n'exclus rien, mais je ne prendrai pas de décision aujourd'hui" confie-t-il à Europe 1.

"Ce n'est pas une question qui est encore d'actualité, on verra ça… Ce n'est pas le sujet pour l'instant, chaque chose en son temps".

Et le temps est à la transparence pour François Fillon. L'affaire Bygmalion a entaché l'image du parti. Pour rependre les rênes, il souhaite la réalisation d'un audit financier pour faire toute la lumière sur la gestion du parti sous le mandat de Jean-François Copé et d'organiser le congrès dans des conditions "exemplaires". Pour éviter le fiasco des dernières élections l'opposant à Jean-François Copé.

"Après, je prendrai ma décision s'agissant de cette candidature ou pas"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/06/2014 à 15:32 :
"Depuis l'élection présidentielle et le virage de l'UMP vers la droite forte...."
Ça alors ! Je ne vois pas de Droite à l'UMP ??? Et forte encore moins !!!
Et c'est pour ça que ce fourre-tout va bientôt imploser...
Réponse de le 11/06/2014 à 20:58 :
Oui un et que de changement... Ou là là, sa va envoy... heu rien changer... Que ce soit le PS ou l'UMP, qui est encore valable? Ils se font élire juste grâce aux votes blanc et abstention et grâce à la peur du FN et des autres petits partie... Ils est grand temps de passer a un vote massif pour tous les autres parties que ces grandes classes. Histoire qu'ils fassent vraiment le ménage !
a écrit le 11/06/2014 à 13:16 :
Avec ce trio ump bascule au centre, ça le mérite d’être clair, ils enfouissent les gens de droite. Ils n’ont qu’une chose à faire, partir de l’ump et faire leur propre parti. Le péquin moyen connait la chanson, avec ce trio, nous aurons encore le genre : traité de Lisbonne, et le pacte outre atlantique. Mais, maintenant on les voit venir, on sait qu’ils promettent tout ce que vous voulez, mais qu’ils ne tiendront jamais leur promesse. Incapables de faire preuve de bon sens et d’autorité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :