Taxe à 75% : Errare humanum est... Perseverare diabolicum !

 |   |  1588  mots
François Hollande, dans son bureau à l'Elysée Copyright Reuters
François Hollande, dans son bureau à l'Elysée Copyright Reuters (Crédits : Reuters)

Pas de panique au Palais! L'Elysée s'est empressé de le faire savoir: François Hollande a accueilli « sereinement » la décision du Conseil constitutionnel ce samedi 29 décembre 2012 de censurer la taxation à 75% des revenus d'activité au-delà de un million d'euros, mesure phare de son programme de rétablissement de la justice fiscale en France. De là à dire qu'il s'y attendait, pour se débarrasser de ce morceau de sparadrap fiscal qui lui colle à la peau depuis l'annonce surprise de ce dispositif, en pleine campagne présidentielle, il y a un pas que l'on est bien tenté de franchir tout aussi... sereinement.

Motivée par des raisons techniques -une rupture de l'égalité devant l'impôt selon la répartition des revenus au sein d'un même foyer- et non pour des raisons de principe -la contribution exceptionnelle de solidarité n'est pas jugée en soi « confiscatoire »-, le coup politique est néanmoins rude pour le président de la République et surtout pour sa majorité, qui a usé et abusé au cours de la législature d'un langage de combat contre les riches. Au point d'en faire partir certains, avec pertes et fracas, l'exemple le plus fameux et le plus tonitruant étant celui de l'acteur Gérard Depardieu. C'est aussi une première victoire pour l'opposition de droite qui n'a eu de cesse de dénoncer la politique de matraquage fiscal de la gauche, qui fait reposer le rétablissement des comptes publics essentiellement sur l'impôt, et encore trop peu sur les économies de dépenses.

Une arme fatale mal née

Improvisée par le candidat Hollande lui-même en tout petit comité, la taxe à 75% sur les riches avait un grand défaut: derrière son apparence de simplicité et de justice fiscale, dans une période de crise où il faut demander des efforts à tous les Français, elle s'est révélée complexe à mettre en ?uvre, parce qu'elle s'est ajoutée comme par effraction à toutes les autres mesures fiscales du projet socialiste, notamment l'alignement de la taxation du travail et du capital et le rétablissement de l'ISF d'avant la réforme Sarkozy. Dés son annonce, cette taxation à 75% a d'ailleurs pris à contre-pied tous les socialistes dont au premier chef le futur ministre du budget, Jérôme Cahuzac, qui n'a pu cacher sa surprise lorsqu'on l'a interrogé au débotté sur ce projet dont il n'avait jamais entendu parler auparavant.

Conçue comme une arme fatale pour reconquérir les voix du Front de Gauche et neutraliser Jean-Luc Mélenchon, il faut bien reconnaître que la taxe à 75% a rempli son office politique. François Hollande a été élu le 6 mai grâce au soutien de toutes les voix de la gauche, avec cependant moins d'avance qu'il n'en escomptait sur son rival Nicolas Sarkozy. Mais cette taxe mal née et mal préparée n'a en réalité jamais été bien assumée. « C'est Cuba, sans le soleil », aurait ironisé le secrétaire général adjoint de l'Elysée, Emmanuel Macron, un ancien banquier d'affaires en première ligne pour affronter la colère du monde patronal, directement visé par cette mesure. Le président lui-même, en privé, reconnaissait devant ses plus proches qu'il savait bien que cette taxe était inutile vu son très faible rendement. « Mais que veux-tu, répondait-il, je l'ai promis et c'est un symbole ».

Tel est pris qui croyait prendre

En fait de symbole, François Hollande, qui se targue pourtant d'être un as de la législation fiscale, se retrouve pris à son propre piège. Il se voulait Roosevelt des temps modernes (pendant la crise des années 30, le président américain avait porté à 90% le taux de la tranche marginale supérieure de l'impôt sur le revenu), il se retrouve malgré lui en Tartuffe coiffé du masque de l'hypocrisie, puisque personne ne croira que le chef de l'Etat et ses conseillers tous sortis de l'ENA ne s'attendaient pas à cet épilogue grotesque, voire ne l'espéraient pas secrètement.

Preuve que François Hollande ne croyait pas lui-même à sa mesure, tout a été envisagé par les services de Bercy, au cours de l'été, pour essayer d'en atténuer la portée, jusqu'à ce qu'un dernier arbitrage présidentiel vienne limiter cette « contribution exceptionnelle de solidarité de 18% » aux seuls revenus d'activité et sa durée de vie à deux ans. Deux ans, le temps de la sortie de crise, deux ans de patriotisme fiscal réclamé à à peine 1.500 personnes bien nées ou fortunées pour effacer les dix ans de cadeaux que la droite avait déversé sur les souliers de Noël des contribuables les plus aisés. Comment être contre? De nombreux patrons, dits de gauche, des artistes, ont d'ailleurs validé la démarche du président, en déclarant publiquement que la pilule, certes amère, était justifiée pour des raisons de cohésion sociale... à condition que cela ne dure pas trop longtemps quand même. "Deux ans, c'est bien", avait ainsi déclaré Xavier Huillard, le PDG de Vinci, tombeur du trop gourmand Antoine Zacharias.

Mais le ver était dans le fruit. En refusant d'intégrer cette taxe directement dans le barème de l'impôt sur le revenu, pour qu'elle ne s'applique pas aux revenus du capital désormais inclus dans son assiette, le gouvernement a donné au Conseil constitutionnel les verges pour se faire battre. D'ailleurs, nul besoin de polémiquer sur la composition fortement marquée à droite dudit Conseil (avec la présence de Jean-Louis Debré à sa tête et de trois anciens présidents de droite): la censure ne s'appuie que sur de purs motifs juridiques, « sans se prononcer sur les autres griefs dirigés contre cet article de la loi de finances 2013 », notamment le caractère confiscatoire de la nouvelle fiscalité qui additionne les taxes sur les riches.

Un vrai bouclier fiscal à 75%

Le Conseil constitutionnel a néanmoins censuré une autre mesure fiscale potentiellement confiscatoire, celle qui obligeait d'intégrer pour le calcul du plafonnement de l'ISF « les revenus ou les bénéfices capitalisés que le contribuable n'a pas réalisé ou dont il ne dispose pas ». Ce faisant, les sages constitutionnels rétablissent de facto un sorte de bouclier fiscal à 75% des revenus réellement perçus, ce qui évitera aux assujettis de connaître en 2013 la même mésaventure qu'en 2012, année où l'impôt sur la fortune n'a pas été plafonné.

Plus curieusement, le Conseil constitutionnel ne s'est pas attardé sur la mesure qui concerne les désormais fameux "Pigeons", à savoir l'alignement de la fiscalité des plus-values sur celle des revenus. Cet article, dont le rendement fiscal est désormais réduit à la portion congrue, comporte pourtant des éléments de rupture d'égalité, notamment en ce qui concerne le traitement différencié des actionnaires en cas de fusion. Mais ce n'est là qu'un pêché véniel dans un code des impôts qui reste truffé d'incohérences. Les sages constitutionnels en ont d'ailleurs supprimé deux: l'un sur les avantages fiscaux accordés à l'outre-mer et l'autre sur l'exonération des droits de succession en Corse. Deux beaux exemples d'injustices fiscales, qui vont empoisonner la vie du gouvernement Hollande jusqu'à la prochaine loi de finances!

Les apprentis sorciers de l'impôt

Il ne faut néanmoins pas s'y tromper : le verdict du Conseil constitutionnel ne changera pas la décision de ceux qui ont choisi la voie de l'exil fiscal pour échapper à la furie taxatrice qui a pris la majorité de gauche pendant le vote du budget 2013. Après avoir entendu un député socialiste proposer la spoliation de ses biens en France, à la façon de la spoliation des biens du clergé pendant la Révolution, Il y a peu de chances pour que Gérard Depardieu quitte son refuge belge de Néchin pour revenir en France. A moins que François Hollande, qui doit s'adresser lundi soir au Français pour ses v?ux du Nouvel An, ne change radicalement de discours sur la fiscalité. Cela n'en prend pas le chemin. Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault a d'ores et déjà averti que les censures "techniques" du conseil constitutionnel n'empêcheront pas le gouvernement de proposer un nouveau dispositif dans la prochaine loi de finances.

Pris en défaut de cohérence sur sa politique fiscale à la petite semaine, François Hollande a bien l'intention de persévérer. De ce point de vue, le Conseil constitutionnel lui rend même à son corps défendant un fier service. En maintenant dans l'horizon fiscal de 2013 son intention de taxer plus les riches, le président Hollande aura, jusqu'à la prochaine loi de finances, de quoi soigner sa gauche alors même que sa politique économique va pencher de plus en plus à droite: réforme inévitable des retraites, baisse de 60 milliards d'euros des dépenses publiques sur cinq ans (dont on attend encore le premier coup de pioche...), et surtout poursuite d'une politique de compétitivité. Et cela, on l'a moins relevé, a été validé par le Conseil constitutionnel qui a confirmé le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi qui va redistribuer 20 milliards d'euros aux entreprises d'ici à 2015. Un enjeu autrement plus important que les quelque 500 millions d'euros que les apprentis sorciers de l'impôt de Bercy vont s'acharner à retrouver, d'une façon ou d'une autre, en puisant dans leur inépuisable, mais bien peu fertile, inventivité fiscale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/01/2013 à 12:09 :
Les seuls effets de l'impôt à 75%, c'est outre d'inciter des riches à sauter le pas de l'exil fiscal, l'image désastreuse qu'il donne de la France dans le monde.

Aucun pays n'a envie d'être comparé à Cuba (cf le conseiller du Président), avec ou sans soleil. La dernière étude de la Chambre de commerce franco-américaine a montré un effondrement de l'attractivité de la France auprès des investisseurs américains de 56% à... 22%. Même Copé n'a pas fait mieux en termes de dégringolade dans l'image.


La taxation à 75% est toute à l'image de François Hollande : on a passé sa vie professionnelle à des manoeuvres politiques, on est complètement ignorant de l'économie et des entreprises, on est purement franco-français sans aucune expérience du monde et on prend une mesure purement tactique qui met à bas des années d'efforts pour rendre la France attractive aux investisseurs étrangers.
a écrit le 01/01/2013 à 13:14 :
l'objectif de l'impot n'est ni la démagogie ni la punition. Le president a promis que pour 2013 chaque euro collecté serait bien utilisé: voila un sujet plus interressant à développer
a écrit le 31/12/2012 à 12:47 :
Ce monsieur est dans l'annonce sans aucune efficacité et vérité. Bien sur qu'il savait que ça ne passerait pas. Bien sur qu'il savait que la réduction de 30% de son salaire et de celui des ministres ne passerait pas non plus!. Il a dit qu'il ferait rêver son électorat, c'est exactement ce qu'il fait et on reste dans le rêve. Bonne année à tous les autres mais pas à eux
a écrit le 31/12/2012 à 12:27 :
Je remarque beaucoup de critiques sur les politiques de tout bord et du système. Mais quelqu'un a-t-il des solutions de fond? Des pays réussissent (chômage faible, satisfaction des citoyens), y compris en Europe. C'est se regarder le nombril que de penser qu'il n'y a pas de solution. Les Suisses ont refusé une semaine supplémentaires de congés (malgré le plein emploi) : ce n'est pas des aliens, mais des citoyens a qui ont donne la parole et qui prennent leurs responsabilités.
Réponse de le 31/12/2012 à 17:38 :
Oui , il existe des solutions , qui ont été appliquées avec succès cf Canada Suède Nouvelle Zélande etc. sans parler de l'apllication de la Flat Tax à env 15- 18 % 19 % sur toutes les transactions. La vente de 10 % des avoirs NON stratégiques de l'Etat appliquées au remboursement de la dette . La plalonnement à 380 MM ? des dépenses de l'Etat pendant 10 ans.
a écrit le 31/12/2012 à 11:44 :
Pourquoi s'acharner sur 1.500 contribuables concernés par cet impôt à 75% sans oublier qu'avant d'être taxés à 75% les revenus sont soumis à la CSG et à la CRDS soit environ 10% pour ces deux impôts, sauf si on veut qu'ils quittent la France ou qu'ils arrêtent de travailler ce qui est une manière de payer moins d'impôts. Dans certaines professions libérales on ne travaille plus que 3 ou 4 jours par semaine, au delà les prélévements sociaux et les impôts sont dissuasifs, pas besoin de taxer à 75%.
a écrit le 31/12/2012 à 11:14 :
Augmenter les taxes comme le font les socialistes (et avant eux l'UMP), c'est le seul moyen qu'ils ont trouvé pour ne pas faire les réformes nécessaires ! Hollande est le roi des lâches !
a écrit le 31/12/2012 à 11:12 :
Au lieu d'augmenter les impôts, que Hollande commence par faire son travail : gérer le budget et supprimer tous les abus de l'Etat Providence comme par exemple le scandale du financement du cinéma qui vient d'éclater. Cette façon de tout subventionner et de permettre à l'Etat de mettre son nez partout est une honte. Aucun secteur économique, pas même la culture, ne doit être subventionné sur le long terme. Malheureusement, c'est cela le socialisme français depuis 40 ans. Et ça n'est pas pour défendre l'UMP qui a largement été complice de ces pratiques qui ont littéralement pourri notre économie.
a écrit le 31/12/2012 à 10:25 :
Il faut bien en convenir, ce que ne paieront pas les gros privilégiés, ce sera les moins privilégiés (nous autres, les plus nombreux) qui le paieront. Puisque tous ces gros (ce n'est pas qu'une image cf vidéo de depardieu en Italie) ne veulent pas se montrer un tout petit peu solidaires, eh bien organisons un boycott de tous leurs films, spectacles ou matchs de football. J'ai donc décidé de ne plus donner un centime au football ni au cinéma tant qu'ils ne se montreront pas un peu plus solidaires.
Réponse de le 31/12/2012 à 11:06 :
Que le film fasse 200 000 entrées ou 2 millions, le producteur et les principaux acteurs se seront déjà grassement payés avec les avances, subventions et financements des chaines TV. Vous aurez déjà donné à l'insu de votre plein gré...
a écrit le 31/12/2012 à 8:45 :
L'hypocrisie de nos gouvernants actuels atteint des sommets et l'orchestre du navire continue de jouer.
a écrit le 31/12/2012 à 2:01 :

Puis-je me permettre d'apporter mon expérience comme celui d'un entrepreneur qui ne sait pas encore s'il va réussir ou rater ?

J'ai 58 ans. J'ai eu une idée il y a 12 ans, j'ai quitté mon travail pour la développer, j'ai pensé qu'en 3 ans j'allais réussir mais j'étais trop optimiste, j'ai persévéré en vendant ma maison ce qui signifie qu'en cas d'échec, je n'aurais aucun patrimoine (à 58 ans) alors que j'ai été Directeur Commercial et Directeur Général dans des entreprises importantes auparavant.

Je travaille la peur au ventre depuis 12 ans, 15 heures par jour, 7 jours par semaine, je n'ai pas pris de vacances pendant toute cette période, je parcours des milliers de kilomètres dans une voiture que j'ai achetée 1300 euros et qui dérape très dangereusement sous la pluie, j'ai 70.000 euros de retard en dettes sociales que je devrais payer (je ne sais pas comment) en cas d'échec. Je n'ai pas reçu un centime de subvention et ce d'autant plus que je n'en ai pas demandé. Ma famille et moi vivons sur le seul salaire de mon épouse.

J'estime aujourd'hui mes chances de succès désormais à 1 chance sur 2 et j'aurais la réponse à cette question d'ici 6 mois. En cas d'échec, évidemment personne ne me donnera un kopeck.

Que ferais-je en cas de succès ? Je me pose aujourd'hui la question. Je m'exilerais peut-être, avec les larmes de l'amertume de quitter mon si beau pays. Où bien je resterais pour entendre au quotidien la haine de ceux qui me traiteront de salaud.
Qu'aurais-je fait pour mériter cela ? J'aurais tenté comme chacun d'avoir une vie plus belle, de mettre mes enfants à l'abri du besoin, sans me plaindre en cas d'échec.

Mon projet, s'il voit le jour, améliorera (un peu) le quotidien de tout un chacun, et je ne pense donc pas voler l'argent qu'il m'octroiera, le cas échéant.

Que feriez-vous à ma place ?
Réponse de le 31/12/2012 à 9:44 :
A votre place je privilégierais ma famille, et ma qualité de vie car lorsqu'on meurt personne ne veut être à notre place. Alors pourquoi vous soucier des autres ? Si vous estimez que vous serez mieux ailleurs, alors n'hésitez pas. Je vous souhaite tout le succès que vous méritez, et je vous félicite de tant de courage et de perséverance. Bravo !
Réponse de le 31/12/2012 à 9:48 :
Tout simplement devenir assisté social ! C'est moins épuisant (moins passionnant), mais tout le peuple de gauche se met à vous aimer et à vous porter aux nues !
Réponse de le 31/12/2012 à 11:56 :
faut arrêter un peu avec ces schémas binaires, je vous invite à faire un "vis ma vie" avec certaines personnes au RMI, vous nous raconterez le confort et le luxe de l'expérience
a écrit le 30/12/2012 à 23:48 :
La responsabilité de ses actes ? Quand vous avez des banques qui parient sur la faillite de leurs client à cause des produits qu'elles leur vendent vous appelez ça comment ? et ce sont les plus grosses banques qui le font ! les produits dérivés de Blythe Masters ça ne vient pas des états non ,et ce n'est pas marginal ,cette spéculation représente 90% des échanges aujourd'hui contre 10% il y a 30 ans .Le crédit pour les entreprises est asséché on va vers un credit crunch . Nous sommes sortis du système libéral régulé et nous sommes dans l'utopie néolibérale de ceux qui croient au père Noël de la catallaxie, de l'autorégulation qui est une chimère : l'économie est un rapport de forces sans cesse changeant qui doit avoir des règles et des garde fou sinon c'est le n'importe quoi et la faillite assurée, la planche à billets est actionnée à fond par les néolibéraux pour sauver leur utopie Qe1,Qe2,Qe3,etc ,c'est dérisoire cela nous rapproche du mur de l'hyperinflation qui se rapproche .La manipulation de prix ce n'est pas de l'économie cela ruine des pays et des producteurs et sans risque pénal ,mais ça viendra, les derniers acteurs néolibéraux seront jugés et ils ont de la chance que la peine de mort soit abolie! les peuples seront sans pitié quand ils verront l'étendue de la corruption( 12 000 milliards dans les "paradis)
Réponse de le 31/12/2012 à 9:50 :
Ne faites pas l'amalgame entre le libéralisme indispensable à la prospérité des peuples et les magouilles des banksters, cela n'a aucun rapport, et il serait suicidaire de brimer encore l'économie d'avantage, si c'est encore possible, et le cas particulier des banques qui sont les complices des gouvernements puisque ceux ci leur ont donné l'exclusivité de la création de la monnaie papier. Il ne faut d'avantage de régulation, il y a 17.000 lois sur la finance en France, mais le rétablissement de l'étalon Or contre des billets de banque, comme cela il sera impossible de créer d'avantage de monnaie papier, et les banques ne pourront faire de la "croissance" avec de l'endettement. La solution est simple, mais les politiques accusent le reste de l'économie d'etre trop, alors que celle ci est déjà largement étranglée par l'état pour des raisons idéologique.
a écrit le 30/12/2012 à 22:16 :
Le mieux pour tout le monde serait d'enterrer habilement cette taxe idéologique d'un autre âge et d'arrêter de diviser les français par cette lutte des classes fiscale. On a besoin de tout le monde, y compris des riches qui sont suffisamment taxés comme cela dans le budget 2013. Perseverare diabolicum.
a écrit le 30/12/2012 à 21:03 :
Il n'a pas été élu pour enrichir les riches Depardieu avec l'argent publique mais à équilibrer le budget et redresser le pays ruiné par de longues années où la droite n'a rien fait pour le pays (mais pour ses amis oui). Cet impôt au dessus du million (c'est à dire qu'il ne s'applique PAS si vous gagnez 999 999 euro, qui est en soi un beau salaire assez confortable non ?) a été voté par les français en majorité indirectement puisqu'ils ont élu Monsieur Hollande. Qu'ils assument leur choix !
Réponse de le 31/12/2012 à 9:12 :
Oui, que ceux qui ont voté Hollande se débrouillent. Il fallait être particulièrement myope (pour ne pas parler des cons qui croient n'importe quel bonimenteur) pour voter pour lui. Aussi je comprends parfaitement ceux qui n'ayant pas voulu d'une chèvre, ont décidé de lui savonner la planche ou d'aller planquer leur fortune ailleurs.
a écrit le 30/12/2012 à 19:15 :
L'on découvre le visage "réel" d'acteurs politiques qui jusque lors étaient par définition dans le discours.
a écrit le 30/12/2012 à 18:31 :
vous avez raison ! bravo
a écrit le 30/12/2012 à 17:32 :
attention on se focalise sur la super taxe dite provisoire de 75 % mais le conseil constitutionnele a aussi retoqué des articles qui organisaient un raket fiscal de certaines personnes, l'absence de limite dans le temps desplus values sur terrain à batir des textes rétroactifs les conseillers de ces gens ont bien appliqué les régles racketer les pettis "riches" c'est à dire la classe moyenne, si vous avez un salaire de plus d'un miilloins d'euros vous vous faites payér ailleurs depuis longtemps et personne n'a inclu la CSG, la taxe sur les retraies de 0.3 personne n'a dit si elle sera deductible de la base imposable del'impot sur le revenu..... c'est meme pas de l'amateurisme c'est de la méconnaissance totale des régles de droit et constitutionnelle, la revanche avant tout, ....curieux d'ailleurs le montant d'impot sur le revenu annoncé par le candiat hollande compte tenu des revenus avoués...... des sommes supérieures aux miennes et je paye le double d'impot.... il serait temps que tous ces gens publient l'intégralité de leurs feuilles d'impot nationaux et locaux et que l'on recherhce les part de société civile qu'ils détiennent
a écrit le 30/12/2012 à 17:19 :
Les français qui ont voté pour Hollande seront in fine matraqués fiscalement comme les autres : ça leur apprendra à croire qu'on peut réduire un déficit en assassinant 2000 foyers super riches.
Réponse de le 31/12/2012 à 10:22 :
oui et non... les journalistes repaire de socialo et d'autres catégories sont protégés par leurs statuts genre si je ne suis pas d'accord avec la ligne politique je démissionne mais j'encaise mes indemnités de licenciement ... mes frais professionnels sont déductibles au reel alors que la grande partie sont des salariés bénéficiants de remboursement de tous les frais, les professeurs a la retraite oui von tpayer le 0.3 mais ce que n'a pas compris l'équipe de bras cassés du gouvernements c'est que des riches des trés riches existent chez les socialos et meme ches les communistes;; horreur l'héritage.... de leurs parents, donc ils ont matraqués tout le monde.... saut les députes et les sénateurs, au fait on ne parle plus de l'annulation par le CC de la réduction des salairs du président et des ministres.... il semblerait qu'une réforme du statut fiscal des journalistes (trés favorable) soit demandé par ces gens lç...
a écrit le 30/12/2012 à 15:48 :
Marcel est propriétaire d'un bistrot.
Il réalise soudain que tous ses clients sont des alcoolos qui n'ont pas de boulot et ne peuvent donc plus fréquenter son comptoir, car ils ont vite dilapidé leur RSA.

Il imagine alors un plan marketing génial : "Picole aujourd'hui, paie plus tard".
Il tient rigoureusement à jour son ardoise de crédits, ce qui équivaut donc à consentir un prêt à ses clients.

Chiffre d'affaires et bénéfices explosent et son bistrot devient vite, sur le papier, le plus rentable de la capitale.
Les brasseurs et grossistes se frottent les mains, et allongent bien volontiers les délais de paiement.
Les clients de Marcel s'endettant chaque jour davantage acceptent sans rechigner des augmentations régulières du prix du godet, gonflant ainsi (toujours sur papier) les marges du bistrot.
Le jeune et dynamique représentant de la banque de Marcel, se rendant compte que ce tas de créances constitue en fait des contrats à terme (Futures) et donc un actif, propose des crédits à Marcel avec les créances-clients en garantie.

Sa trouvaille géniale vaut au banquier visionnaire un plantureux bonus.

Au siège de la banque, un trader imagine alors un moyen pour se faire de belles commissions: il convertit les dettes en PICOLOBLIGATIONS. Les Picolobligations sont alors "titrisées" (converties en paquets de titres négociables) afin d'être vendues sur le marché à terme.

Confiants à l'égard de leur banquier et avides de hauts rendements, les clients ne captent pas que ces titres qui leur sont fourgués comme "obligations AAA", ne sont en fait que les créances bidons d'alcoolos feignasses.
Les Picolobligations deviennent la star des marchés, on se les arrache et leur valeur crève tous les plafonds.
Un beau matin, un "risk manager" oublié dans les caves de la banque se réveille et signale qu'il est temps de demander à Marcel que ses clients règlent leur ardoise.

Marcel essaie, mais ses clients ne bossant pas, ... bernique !

La banque exige alors le remboursement du crédit et le bistrot fait logiquement faillite, vire ses employés entrainant la faillite de ses fournisseurs en bibine qui, à leur tour, virent également leurs employés.

Le cours des Picolobligations chute brutalement de 90%. La dépréciation de cet actif vaporise les actifs et donc les liquidités de la banque. Problemos : sa banqueroute ruinerait trop d'électeurs ("too big to fail" qu'on dit)

La banque est donc renflouée par l?'État.
Ce renflouement est financé par de nouvelles taxes prélevées chez des employés, les classes moyennes et un tas de gens qui bossent, ne picolent pas, qui n'ont jamais mis les pieds dans le bistrot du Marcel...

C'est pourtant pas difficile à comprendre, non ?
Réponse de le 30/12/2012 à 16:18 :
C'est excellent !! Et si on rajoute la gabegie de la gestion des finances de l'état et son accumulation de sa dette depuis 40 ans, alors on prend conscience de ce qui se passe, et des mensonges des politiciens n'existant que pour défendre leurs interets privés, ou leurs idéologies collectiviste et anti libérale. La chasse fiscale des collectivistes est peut être une bonne chose, cela permet de faire prendre conscience de la dérive étatiste toujours plus forte en France, et bien sur toujours au nom de la ... solidarité, bien sur.
Réponse de le 30/12/2012 à 17:34 :
oui bon exemple de la méthode de gestion des états...le mur fiscal c'est au pied du mur que l'on voit le mieux le mur........................
Réponse de le 30/12/2012 à 18:17 :
@ Explication de la crise CHAPEAU pour votre humour" et surtout perspicacité!
Réponse de le 30/12/2012 à 21:35 :
bien amélioré ;) .. et plus clair ! Je pique, évidemment. Le pédagogue n'a pas d'orgueil.
Réponse de le 30/12/2012 à 22:13 :
Tas de tocards! La crise immobilière on la connait depuis les années 90 au Japon... on a tout gobé, c'est bien dommage, la CRISE A MANGE LES RETRAITES. Seulements les japonais, deuxième économie du monde n'ont pris que le dixième des actifs toxiques. On accuse la crise financière, n'est-on pas bête en haut lieu? Crise financière en Europe, mais pas au Japon, fait étrange. Non seulement on a gobé les actifs, mais en plus... on a joué à la bulle immobilière, cf la TULIPOMANIA, déficit de construction.
a écrit le 30/12/2012 à 14:34 :
Mesure symbolique? ....... 200 millions d'euros tout de même! Les symboles de ce montant sont toujours utiles compte tenu des finances publiques.
Réponse de le 30/12/2012 à 15:15 :
C'est une vision simpliste et incomplète car combien d'emplois et de richesses seront elles détruites ou découragées à être créer à cause de cette démagogie ? Mais comme vous n'êtes pas directement concerné c'est tellement facile. Commencez par vous faire une culture économique et vous comprendrez que trop d'impot tue l'impot et que "taper" sur ceux qui ont de l'argent, des entreprises ou voudraient en créer une est une catastrophe pour l'économie, et le résultat est que vous aurez encore de chomage et une assiette global e d'imposition qui se ne fait que ce réduire, d'ou l'augmentation continuelle des impots devenant de moins efficace. 200 millions d'impots supplémentaires coutent 500 millions d'euro de richesse annuelle perdue.
Réponse de le 30/12/2012 à 15:41 :
Ce symbole ne représente que 2j d?intérêts de la dette.
Réponse de le 30/12/2012 à 17:38 :
oui ce sont des symboles pour faire croire que l'on va s'attaquer a des pretendus riches ...si vous connaissez un grand joueur de foot qui réside fiscalement en fance ... ensuite je précise et bravo pour les commentaires sur les 2 jours d'intéret le budget de la france c'est dépenses 360 MILLIARS les recettes 275 ce ces memes milliards -chiffre 2011 -soit un trou de 90 MDE le budget ayraud essayé de reduire à 60MDE le déficit 200 me c'est de la roulette de sansonite.. si on veut atteindre ZERO pour commencer à penser à rembourser iil faut trouver sur 2000 a -3.5 75 MDE en 2015...
a écrit le 30/12/2012 à 13:34 :
Symboles et politique fiscale pérenne et intelligente sont-ils compatibles? C'est là qu'on voit l'ineptie de nos dirigeants politiques....
Réponse de le 30/12/2012 à 13:57 :
Ce sont plus les Hauts Fonctionnaires qui dirigent la France plus que les hommes politiques,
depuis des dizaines d'années....Un retour dans le privé serait nécessaire à chaque mandature
Présidentielle.
Réponse de le 30/12/2012 à 15:45 :
Un mandat renouvelable une seule fois est devenu indispensable au bon fonctionnement de nos institutions. Halte aux carrières à vie dans la politique afin de mieux se rendre compte de la réalité des pbs économiques et sociaux. Un seul mandat renouvelable une seule fois puis retour dans le "civil".....
Réponse de le 30/12/2012 à 16:08 :
+ 1000 !!!
Réponse de le 31/12/2012 à 10:28 :
oui d'accord pour le retour dans le privé mais au charbon et non pas conseiller de tels président dans mon jeune temps le cadre qui entrait chez CHAUSSON allait faire trois mois en usine début sur la chaine pendant un mois.....et ensuite contremaitre ... nos énarques et autres sont chouchouté des leurs premeirs stages ils en voient jamais une machine, jamais une chaine de montage sauf dans une visite de 10minute, hollande a été a rungis qu'a t il compris, sarkosy idem.... j'en ai fréqenté, beaux esprits mais ils ne savent rien sur la vie, le dernier nommé à bruxelles 20 000 euros par mois nets... du vent rien dans la pratique que son chauffeur et son logement de fonction (gratuit) on la viré au milieu du repas..........a j'oublais bien sur socialiste grant teint un autre qui a quitté la direction des hopitaux il y a 15 ans qui est toujours dans un superbe appartement de lA P;;;
a écrit le 30/12/2012 à 13:02 :
Le problème ,c'est que nous sommes sortis de l'économie dont vous parlez, celle des entreprises qui créent de la vraie valeur ajoutée .Aujourd'hui ceux qui font la pluie et le beau temps sont dans des salles de marché ,voire dans des black pool ,ils manipulent des prix à une échelle jamais vue (le scandale du Libor porte sur 300 000 milliards !) avec le high frequency trading , nous sommes à des échelles de corruption qui n'ont plus rien à voir avec l'économie réelle, il y a entre 12 000 et 60 000 milliards qui tournent hors taxe dans les "paradis fiscaux" soit 30 fois plus qu'il y a 30 ans ! L'utopie néolibérale a dépénalisé et dérégulé le droit des affaires et nous a conduit à une économie à dominante spéculative qui ,à bout de course parie même sur la ruine des clients et la ruine du marché lui même. C'est très loin des entreprises réelles : écoutez Delamarche sur youtube ou BFM pour voir le désespoir des épargnants qui ont désormais la perspective de perdre tout leurs avoirs en fumée l'assurance vie est adossée aux dettes souveraines et partiront en fumée comme en Grèce ,il ne reste que l'or et l'immobilier .....les grands comptes quittent déjà la zone euro ......Le retour à l'économie réelle sera très douloureux : glass steagall act strict , fermeture des paradis,interdiction de toute spéculation, mais cela prendra des mois ,des mois sans clients et sans revenus ......
Réponse de le 30/12/2012 à 13:33 :
Mon cher vous faites un amalgame entre les banksters et leurs complices, comme le gouvernement français conservato collectivistes, et les autres bien sur, et la liberté de commercer, de créer et d'entreprendre. Ce ne sont pas les créateurs fondateurs et dirigeants des entreprises petites et moyennes les responsables, ce sont eux qui embauchent 80 % des gens en France. L'économie libre n'a rien à voir avec ce que vous dénoncez, ce n'est pas du libéralisme, c'est au contraire le résultat de l?interventionnisme étatique, et de leur collusions avec des monopoles bancaires et financiers, mais vos médias vous rabâchent le contraire et vous le croyez. Cela vient de votre manque de culture et de votre endoctrinement collectiviste français. C'est l'abandon de l'étalon Or qui a décorrélé la monnaie papier de l'or qui est responsable de l'inflation et de la bulle financière que vous dénoncez, et qui ruinent les épargnants comme l'économie libre et libérée de ces mafias. Ce n'est pas une idéologie car le monde a considérablement prospérer grace à l'initiative privée et à la liberté d'entreprendre qui permet de jouir des fruits de son travail, tout en créant de la richesse pour tous. Citez moi un seul pays socialiste qui a réussi ? Le libéralisme c'est la liberté certes mais c 'est aussi la responsabilité de ses actes, et l'impossibilité de nuire aux autres sans se faire sanctionner, et votre vison du libéralisme n'est que le reflet des mensonges des collectivistes.
Les conseils que je vous donne c'est de lire par exemple les écrits de Bastiat, penseur français du 19 eme, et d'acheter de l'or physique pour protéger et garantir vos économies de la prochaine explosion de la bulle financière et de la fausse monnaie papier euro. Ainsi vous finirez par identifier les forces en jeu, plutôt que de vous laissez aller à la facilité intellectuelle pré mâchée par les médias complices de votre pays.
a écrit le 30/12/2012 à 10:42 :
C'est triste de lire tous ces commentaires dont la plupart émanent de gens qui ne comprennent rien au fonctionnement de la société et de l'économie. C'est une caractéristique française due aux médias et à tous les fonctionnaires qui dirigent ce pays. Cette économie a permis la formidable progression de bien-être de tous par la production de biens et de services que permet l'accumulation du capital, la division du travail, la propriété privée des moyens de production et les entreprises; c'est le profit qui permet l'accumulation de capital et la poursuite du système. L'emploi est la conséquence de la production. J'entends Hollande parler de la bataille pour l'emploi. Mais je n'entends jamais personne parler de la bataille pour la production. C'est cette bataille là qu'il faut mener. Tout emploi public inutile est un emploi civil en moins car l'emploi public est payé par l'impôt et ce que l'on dépense en impôt réduit ce qu'on peut dépenser ailleurs.
Réponse de le 30/12/2012 à 11:20 :
Absolument d'accord avec vous ! En effet, ce que les Français ne comprennent pas est que l'argent public "dépensé" pour un emploi de type fonctionnariat ou équivalent (combien de cas particuliers au final subventionnés par l'état !!!!) n'est pas un investissement pour le moyen et long terme mais une dépense pure et simple.
Réponse de le 30/12/2012 à 11:43 :
+ 1 !
Mais vous savez cela fait des décennies que cette propagande anti libérale a cours en France, et ça commence dés l'école dite publique, le collectivisme a bon ton depuis la prise de pouvoir des conservato-collectivistes, et cela ne risque pas de changer de si tot dans ce pays.
Dés que vous parlez de capital, de production ou de créations de richesses vous etes de suite cataloguez comme étant un ultra libéral, parce que ces gens la n'aiment pas ce qui est "libre" ils préfèrent que l'état intervienne dans tout malgré les nombreuses démonstrations de son incuries et de ses échecs. Si vous osez parler d'enrichissement c'est que vous etes soit un exploiteur ou un voleur en France, les français préférent ses millions de fonctionnaires et ses énarques, du moment que ce sont les autres qui paient. Pourquoi prendre des risques en créant une entreprise puisque l'état se charge de tout prendre aux autres pour vous le donner. Meme si c'est une vie de misère les français adorent l'assistanat et détestent ceux qui gagnent plus qu'eux, et peu importe si ce sont les employeurs qui offrent des emplois. Les français ne trouvent pas choquant d'engraisser des hordes de députés, de ministres, de planqués de tout poils avec l'argent volés aux contribuables par la force, mais par contre ils détestent un chef d'entreprise qui a osé réussir, et qui ose profiter de son argent, plutot que de tout redonner à l'état au nom de la solidarité, c'est à dire à leur profit exclusif, et de leur état bouffi, mais tellement protecteur, croient ils. Alors mon cher tout cela est peine perdu, cela fait trop de décennies que j'entends ces discours déprimants de jaloux et d'envieux, sans parler des donneurs de leçons nantis que sont les politiques. Moi je suis parti de France car a vie passe vite et il y a autre à faire que d ela perdre à essayer de convaincre ce peuple perdu, et cette nation désolée, qui j'espère retrouvera un jour le bons sens, et les vraies valeurs, et en attendant je profite avec ma famille des fruits de mon travail la ou je suis le bien venu, c'est à dire en dehors de la république bolchévique de France.
Réponse de le 30/12/2012 à 11:58 :
C'est pire que ça, car chaque faux emplois créé avec l'argent des contribuables, c'est 3 emplois sacrifiés dans la vraie économie. Vous avez dit chomage ? Et bien sur je ne parle pas du découragement de créer de nouvelles vraies entreprises essayant de répondre aux besoins des consommateurs, ca en parler en france c'est tabou. L'état peut tout il parait, et on voit le résultat, mais sans doute la faute à Depardieu tout ca n'est ce pas ?
Réponse de le 30/12/2012 à 20:17 :
ce que je deteste c'est les patrons comme le mien qui donne 5 euros brut de primes a ses salaries qui se cassent le cul pour lui alors qu'il distribue 6 millions aux actionnaires marre de se faire entuber!!!
Réponse de le 31/12/2012 à 0:02 :
La dette des états est artificielle: 66% de la dette française est le fait.... d'intérêts, c'est encore une invention néolibérale d'obliger les états à emprunter cher auprès des banques son propre argent prêté à 1% aux banques par les banques centrales ( notre argent) cette martingale dénoncée depuis le début par Maurice Allais prix nobel d'économie doit cesser (il parlait du hold up du siècle ,vérifiez...)
Réponse de le 31/12/2012 à 0:19 :
Juste pour vous précisez que vous vous cassez le cul pour un salaire. Les modalités de votre rémunération et de vos responsabilités sont préciser dans votre contrat de travail. Le même type de modalités s'appliquent aux actionnaires. Libre à vous de créer une entreprise,entrée en concurrence avec votre employeur et rafler son marché (a vous les dividendes!!) . Ou tout simplement changer d'emploie si vous estimer que la rareté de vos compétence ne trouve pas ,dans votre entreprise actuelle, sa juste rémunération.
Réponse de le 31/12/2012 à 9:59 :
Non walter ce n'est pas du libéralisme, c'est une magouille entre les gouvernements et les banques. Depuis 1971 les états ont concédés aux banque la création de la monnaie, et la croissance par l'endettement, c'est à dire créer de la fausse monnaie pour stimuler la croissance par l'endettement. L'étalon or a été abandonné et aujourd'hui nous vivons le début de l'explosion de la bulle financière, bien plus grave que les subprimes. Le libéralisme c'est le respect des regles, l'impossibilité pour un gouvernement d'intervenir dans l'économie, et la disparition des monopoles. La monnaie n'a pas à etre gérée par les gouvernements mafieux, et leurs complices banquier. Vous etes donc à coté de la plaque car je vous signale que votre gouvernement socialiste n' a pas l'intention de changer cela. Est il libéral ? Non il est de gauche et il est d'accord avec cette escroquerie mon cher. Alors allez lire des ouvrage sur le libéralisme non politisé et enfin vous sortirez de votre incompréhension actuelle, due à l'endoctrinement collectiviste que vous subissez.
Réponse de le 31/12/2012 à 14:54 :
"le libéralisme, c'est le renard libre dans le poulailler libre..." Une citation qui devrait vous plaire, vu votre pseudo ?
Plus sérieusement, vous devriez peut-être vous aussi vous documenter. Le libéralisme, au sens originel (et toujours entendu comme tel dans de nombreux pays, dont les Etats-Unis) est d'abord un courant politique. Lisez Tocqueville, lisez Taine...
Le libéralisme n'est pas l'impossibilité pour un gouvernement d'intervenir dans l'économie... ca, c'est l'ultra-libéralisme.
On peut être libéral et comprendre la nécessité de certains monopoles, également. Comme celui pour un Etat de battre monnaie, fonction régalienne s'il en est.
Etre de gauche n'est pas (plus) nécessairement synonyme d'anti-libéralisme. Il y a d'ailleurs bien des gens de gauche qui le regrettent.Je vous trouve bien trop caricatural pour vous prétendre "libre"...
a écrit le 30/12/2012 à 10:35 :
Le conseil constitutionnel est une institution antidémocratique. Le sénat itou. 2 raisons de supprimer ces instances et de faire des économies.
Réponse de le 30/12/2012 à 13:51 :
Cela fait 30 ans que je travaille au smig.Mes trois succécifs patrons ont tous leur maison ( deux ou trois) et plusieurs fois changé de voitures.Je vis toujours dans la me^me région et j'observe. Je paie des impôts sur le revenu, un minimum, mais j'en paie.Le travail ne paie plus pour les ouvriers, les employés, notre dégout est je pense supérieur au votre.Quand à g. depardieu l'exeption culturelle lui a bien reporté ( recettes privées et deficit public, comme toujours). Tiens cela me fait penser que copé à l assemblée nationale a traité de "minables" les Français qui ne gagnaient pas 5000 euros par mois ...on oublie beaucoup trop vite dans ce pays! Nous ne vivons pas dans le même monde que vous et sommes libre de voter.
Réponse de le 30/12/2012 à 14:17 :
à smig, je comprends votre dégout smig mais ne vous trompez de cible. Ce ne sont pas les patrons qui vous prennent 25% sur votre salaire en fin de chaque mois, ce ne sont pas les entrepreneurs qui prennent l'équivalent de 55 % de votre salaire chaque mois aux entreprises, empêchant de fait de mieux payer d'avantage les salariés sans mettre en péril leur entreprise, et donc de jeter d'avantage de gens dans le chomage. Ce ne sont pas non plus les entrepreneurs qui volent 57,6 % de la richesse nationale chaque année, mais l'état bouffi et ses millions de fonctionnaires inutiles qu'il faut payer, avec leurs avantages et privilèges, sans parles du trop plein de députés, de ministres, de hauts fonctionnaires, des mafias syndicales subventionnés avec l'argent des contribuables, c'est à dire avec vos impots aussi. Ce ne sont pas les entrepreneurs qui menent le pays dans l'abime de l'endettement, mais les politiciens que les français adorent mettre au pouvoir parce qu'ils ont "choutés" le peuple à l'assistanat que vous payez directement avec votre salaire. Si vous avez eu des employeurs qui s'en sont sortis mieux que vous, parce qu'ils ont pris des risques à créer leurs entreprises, et qui ont réussis, ce ne sont pas eux les responsables mais l'environnement économique que vos différents gouvernements conservato-collectivistes anti libéraux ont créé.
La lutte des classes que veut ré installer les socialistes au pouvoir ne vous enrichiront pas, cela créra d'avantage de misére pour tous, et la fuite de ceux qui ont envie d'entreprendre, et donc des emplois que tout le monde réclame.
Vous etes la première victime de l'anti libéralisme humaniste tel qu'il est définit par exemple par Bastiat (penseur français du 19 eme). Le but des profiteurs c'est de désigner les autres comme étant responsables de leurs propres incuries, ne vous laissez plus abuser par ces mensonges, et rappelez vous que 80 % des emplois en France sont créés par des PME, et non par les grands groupes dont les dirigeant viennent souvent de l'ENA, de science po, c'est à dire les memes qui gouvernent la France.
Les entreprises ont besoin des salariés, et les salariés d'entreprises pour avoir des emplois non subventionnés avec vos impots. Si l'état volait moins d'argent à l'économie libre tout le monde en profiterait, mais leur intéret c'est de vous faire croire que c'est la faute de ceux qui entreprennent et qui osent réussir les responsables de votre situation, et c'est faux, alors ne vous laissez pas abuser et comprenez que votre interet est le meme que ceux qui vous emploient.
a écrit le 30/12/2012 à 10:10 :
Mais comment se débrouillent tous ces zozos qui se plaignent de payer trop d'impôt.
Moi, cela fait plus de 15 ans que je ne paie plus d'impôt sur le revenu.
Ah, j' oubliais de vous dire!!!. A deux nous avons 12000 euros annuels de retraite pour vivre.
Le pied !!! Je m'en accommode, car j'ai la chance d'avoir pu retaper une maison ce qui n'est pas le cas de tout le monde.
Alors les braillards, faites preuve d'un peu de civisme, à moins que vous ne vouliez finir les plus riches du cimetière.
Réponse de le 30/12/2012 à 11:55 :
De civisme ? Vous avez raison 75 heures de travail par semaine à prendre des risques, pouvant entrainer la perte de ma maison justement, que je ne pourrais plus retaper comme vous, sans savoir si je pourrais la payer jusqu'au bout, ca vaut vraiment le coup de gerer une boite en France, en créant des emplois.
Tout ça pour 1000 euro/mois, je préfere faire prendre des risques à d'autres employeurs, moi je veux bien me contenter de n'etre que salarié et en plus j'aurais le droit au chomage, chose qui m'est interdite entant qu'employeur, meme si je cotise. Mais bon de quoi je me plains, je ne suis qu'un salaud de patron, profiteur et exploiteur, et en plus je reçois des leçons d'un retraité c'est formidable. Il ne reste plus que les camps de réadaptation bolchévique pour me reprogrammer le cerveau pour le bien du collectivisme, et au nom du patriotisme. N'est ce pas ? Ainsi je comprendrais que je dois subir en silence et sans brailler monsieur "Fortuné". Merci de votre aide et de votre compréhension pour m'avoir remis dans le droit chemin de l'international socialisme.
Réponse de le 30/12/2012 à 14:01 :
on en reparle quand vous aurez soixante neuf ans, d'accord. Tout, tout de suite, un peu de respect pour les anciens .Comme si avec nos déficits il ne fallait pas faire rentrer de l'argent dans les caisses de l'état, la différence c'est que pour une fois ce sont les gens qui ont du bien qui sont touchés.
Et là la question d'être de droite ou de gauche n'est pas la question. La gestion des revenus de l'Etat impose de prendre l'argent là où il est surtout en pleine période de désindustrialisation. Pour preuve l'allongement entre deux donations qui est passé de six à dix ans sous Sarkozy.
Mais c'est vrai que les français les plus qualifiés ont ceci de particulier qu'après être passé à l'école libre et gratuite, avoir fait des années d'université dont ils n'ont jamais payé les vrais coûts comme le montrent les comparatifs avec l'étranger, tout en étant couvert par l'assurance maladie et chômage, ne veulent rien devoir à personne comme si les impôts des smicards n'y était pour rien et qu'aucune solidarité n'était due.
Sous prétexte qu'ils ne doivent leur réussite qu'à leur seul mérite ils occultent ce qu'il en a coûté à tous et donc à l'état pour les amener à leur réussite sociale.
Ne jamais payer les vrais coûts tel est leur leitmotiv qu'il s'agisse de transports, de dettes publiques, le communautarisme de ces gens de bien met autant à mal le modèle républicain que les autres communautarismes. De plus cette génération a eu la chance de connaître la fin des trente glorieuses et l'argent facile des années 1980 reconduisant élections après élections des politiques qui ont creusé les déficits.
Réponse de le 30/12/2012 à 15:46 :
On reparlera de quoi quand j'aurais 69 ans ? Si j'y arrive d'ailleurs.. Tout tout suite ? Comment ça ? Cela fait des années que je gére ma petite entreprise et que je me fais taxer de tous les cotes pendant que des gens comme vous me donnent des leçons d emorale sur ce que j'arrive bon gré mal gré à gagner, tout en employant des gens, donc en rendant service à l'économie et à la France. Et vous que faites vous ?
Pour lutter contre les déficits mon cher il faut réduire le poids et le cout de l'état, et non écraser ceux qui peuvent payer, comme les donneurs de leçons comme vous le disent. A moins bien sur que vous avez interet à ce que rien ne change et surtout que ce soit les autres qui paient.
Pour la première fois ce sont les gens qui ont des biens qui paient ? Mais qui paient des mpots dans ce pays ? Car je vous informe que seule 50 % en paient, et ceux depuis longtemps, alors non ce n'est pas la première fois c'est au contraire toujours les mêmes, c'est à dire la classe moyenne et les PME.

Évidement que la question n'est ni de droite ni de gauche puisque les conservato conservateurs (UMPS font la même poli tuque depuis longtemps, et sortent des mêmes écoles, ENA, Science po, etc..).

Je vous informe que l'école dite publique en France (en fait un nid d'ultra gauchiste endoctrinant nos enfants des le primaire et les mettant dans la rue pour manifester aux profits des fonctionnaires) n'est en rien gratuite puisque le racket fiscal français volent 57,6 % de la richesse nationale pour entretenir ses hordes de millions de fonctionnaires en trop, tout en finançant avec l'argent des contribuables les syndicats mafieux ultra bolchéviques, qui veulent que rien ne change puisque leurs privilèges seraient en jeu.

Je n'ai pas à être solidaires avec cet UMPS pour qui je n'ai jamais voté et que je dénonce depuis des lustres, je n'ai pas à être solidaires avec des voleurs qui entretiennent uniquement leurs interets, et leurs cours respectives uniquement pour se faire élire. Je n'ai pas à être solidaire avec ces mafias syndicales moralistes qui ne vivent du vol organisé par leurs complices au pouvoir. Je ne suis solidaire qu'avec ma famille, et ceux que j'apprécie, et je n'ai pas de leçons de solidarité à recevoir avec ceux qui participent à la ruine de la France au nom de leur idéologie anti libérale nauséabonde collectiviste.
Ce sont les gens comme vous qui n'êtes pas solidaire de la France, de ses valeurs de liberté aussi de s'exprimer que de s'enrichir librement sans se voir tout confisquer par un état à la solde d'une caste de fonctionnaires, de politiques et de privilégiés, qui en plus nous font la morale.
Ce genre d?argument mon cher est bien connu car toutes les dictateurs l'utilisent pour endormir le bon peuple et ainsi continuer de vivre "sur la béte", pendant que ceux qui essaient de créer de la vraie richesse se font plumer, stigmatiser et insulter, en attendant de se faire totalement dépouiller par des sangsues coercitives que vous semblez apprécier.

Vous voulez vraiment que la France se redressent ? Chiche !! Alors supprimons 3 millions de fonctionnaires en trop, réduisons le nombre de communes, de départements, de conseillers départementaux et généraux, mais aussi massivement le nombre de hauts fonctionnaires, de députés et de ministre. Supprimons leurs privilèges éhontés, à commencer par inclure dans leur imposition les énormes traitement et les frais qu'ils perçoivent. Cessons cet assistanat généralisé aussi bien pour les Français que pour les centaines de milliers d'étrangers. Libéralisons l'économie en faisant disparaitre ces bastions syndicaux mafieux comme les ports, les transports publiques, le système d'assurance maladie et de retraite, etc..etc...Installons aussi une flat tax plafonnant les impôts, et ainsi l'encouragement à la prise de risque reviendra, et les emplois réels non subventionnés par l'argent des contribuables en même temps. Mais la bien sur tous ceux qui profitent du système ou qui sont endoctrinés par leur propagande collectiviste s'y opposent en faisant porter la responsabilité de l'incurie de l'état sur ceux qui possèdent plus qu'eux.

Et enfin faites vous une vraie culture économique et vous comprendrez que depuis la fin de l'étalonnage de l'or de la monnaie papier, organisé par vos copains politiciens et les banksters, ruine les gens et leurs épargnes, à cause de la bulle financière de la fausse monnaie papier euro, par exemple. Mais vos copains UMPS n'en parlent jamais bien sur.
donc gardez vos leçons et ouvrez donc les yeux, et je me fous de Sarko comme de Holland, il faut être bien idiot pour se limiter à ce débat stérile pour faire oublier les vraies causes des problèmes de la France. Mais peut être êtes vous un sympathisant politique, ou un politique vous mêmes et que votre vaine tentative n'a pour but que de tenter de faire oublier votre responsabilité dans tout ça ?

a écrit le 30/12/2012 à 10:08 :
Je trouve légitime et sain que l'impôt devienne confiscatoire à un certain niveau de revenu pour éviter la folie de la prédation qui serait sinon sans limite. Certains revenus sont tout autant confiscatoire de la légitime rémunération de ceux qui produisent à tous les niveaux de la chaîne. Personne ne vaut les rémunération disproportionnées de quelques uns qui deviennent simplement des "nuisibles".
Réponse de le 30/12/2012 à 13:20 :
Et c'est vous qui fixez les limites de la rémunération des individus libres qui ont pris tous les risques pour réussir ? A combien le polide , et ses commissaires bolchéviques, estiment t'isl cette limite ? Est ce que vous etes prêt à rembourser de votre poche ce qu'ont perdu les entrepreneurs en ayant tentés de créer de la richesse, mais qui ont échoués ? Car je vous informe que c'est la majorité, pendant que d'autres comme vous ne font que lorgner sur les gains de ceux s'en sont sortis et font profiter le pays des richesses qu'ils ont su créer par leur travail. Sous des airs "raisonnables", et au nom de la soi disant solidarité (chose que font deja les entrepreneurs car ils permettent à d'autres d'avoir des emplois réels non subventionnés avec l'argent des contribuables), votre idéologie finit toujours par la coercition, le vol, et la destruction de l'économie libre, qui c'est vraie est si peu valorisée en France. Concentrez vous donc sur votre propre capacité à créer de la richesse, des entreprises pour le bien de vos concitoyens, on a deja assez de moraliste dans ce pays qui savent parfaitement quoi faire avec l'argent des autres. C'est tellement plus facile n'est ce pas ? Allez au boulot monsieur le "Légitime" !!
a écrit le 30/12/2012 à 9:33 :
Ce qui est fou, on ne cesse de protéger les très riches, acteurs, chanteurs, sportifs...qui n'apportent rien à la société, que produisent-ils vraiment...en attendant n'oubliez pas au 1er janvier le super malus arrive sur les automobiles et là cet abus il touche tout le monde surtout les gens normaux qui galèrent tous les mois pour vivre et payer leurs factures. Alors 75 % d'imposition sur les revenus des riches on s'en moque.....
Réponse de le 30/12/2012 à 9:51 :
Non monsieur, les artistes,les inventeurs ,les vrais industriels ,eux ils gagnent leur argent avec leur travail et leur talent: à 18 ans Depardieu prenait un ticket de quai à Chateauroux et faisait semblant de descendre du train de Paris... il n' est pas un héritier fainéant comme NKM, Wauqiez , Baroin et bien d'autres à qui l'on a payé des cours privés à 8000 euros par an pour passer devant les autres; Depardieu a le droit de faire ce qu'il veut ,mais ce qui est écoeurant ce sont les milliers de rentiers fainéants qui tentent de se cacher derrière lui. Non messieurs ,toucher des loyers ou des dividendes (venus d'héritages) n'est pas un travail ce n'est pas le fruit pas vos petits bras ou votre talent ,ces revenus devraient être plafonnés à la moitié du salaire,faudrait un débat sur l'argent des fainéants ce serait intéressant de voir les arguments ,cela viendra vous verrez.....
Réponse de le 30/12/2012 à 10:22 :
Non Walters, l'héritage n'est que la transmission d'argent gagné, déjà lourdement taxés à plusieurs reprises et simplement transmis à ses héritiers, c'est à dire le plus souvent à ses enfants. C'est le patrimoine familial qui n'a pas à être confisqué par les mafieux aux gouvernements. La première des solidarités est celle à avoir envers sa famille. Pourquoi ceux qui ont chois par exemple de tout "bruler" seraient plus méritant que ceux qui ont eu le soucis de préserver et de faire fructifier leur argent pour le transmettre à leurs enfants devraient ils être stigmatisés ? L'argent des autres intéresses énormément les profiteurs et les spoliateurs, alors qu'ils devraient se concentrer sur le leur et la façon de le gagner. Les traiter de fainéants ne fait que relater votre jalousie et votre envie, rien de plus. Les individus n'appartiennent pas à une clique politicards revancharde qui ne font que diffuser leur propagande dans leur unique intérêt, et ils y arrivent si 'en juge ce type de commentaires minables et revanchards haineux.
Réponse de le 30/12/2012 à 11:22 :
@ walter99: Lisez la tribune de Vincent Maraval dans le Monde et vous aurez peut être un autre regard sur les "artistes" du monde du cinéma qui sont censés gagner de l'argent grâce à leur talent...
a écrit le 30/12/2012 à 9:12 :
Les vrais assistés sociaux ne sont pas ceux que vous croyez ! ce sont les rentiers qui comme les Bettencourt ou les Le Pen ont les plus haut revenus sans avoir jamais travaillé ou très peu ,ils vivent d'héritages et de fortunes gérées par des employés que l'on vire à la moindre baisse de revenus. J'ai téléphoné à plusieurs défiscalistes (des centaines officient sur internet) et ils m'ont tous garanti du ZERO IMPOT à partir de 25 000 euros d'impôt. Aujourd'hui seuls les pauvres (TVA) et les petites classes moyennes payent des impôts. La fraude et l'évasion fiscale représente 100 milliards par an soit de 10 à 20 fois le coût de la délinquance ordinaire.Une véritable aristocratie de l'argent s'est reconstituée et ne veut plus rien payer . Il faut une loi pour criminaliser tous ces voleurs :Merkel (pas une gauchiste!) a proposé en 2008 de menacer de supprimer les licences des banques qui trafiquent un euro avec les "paradis " ,vous verrez, après le prochain krach et credit crunch les états insolvables le feront ,ce sera la fin des paradis en 24 heures et personne ne pleurera sur ces escrocs .Ce sera juste un retour à l'économie réellle,vous savez,celle qui fait du 1% à% maxi par an , pas par jour !
Réponse de le 30/12/2012 à 9:25 :
du 1% à 4% maxi
Réponse de le 30/12/2012 à 9:30 :
Mais oui Arlette, bien sur, pas d'impot à payer au dela de 25.000 euro due à votre petite recherche sur Internet, c'est ça. Et bien cela prouve que vous n'avez jamais suffisamment gagner de l'argent pour payer plus de 25.000 euro pour le savoir, car moi je n'ai pas besoin de téléphoner pour le savoir. Entant qu'entrepreneur j'en paie beaucoup plus. Allez Staline remballer votre propagande, et allez donc créer votre boite et nous montrez comment c'est simple. Mais non c'est plus facile de "jacquer" sur le net que de prendre des risques n'est ce pas ? Et puis l faut en etre capable, c'est autrement plus difficile que d eposter vos messages stupides, et plein de jalousie. LE collectivisme ca ne fonctionne as, regardez la Corée du Nord et Cuba.
Réponse de le 30/12/2012 à 10:02 :
à 25 000 euros d'impôts mon ami on ne travaille pas c'est très mal venu , c'est votre argent qui travaille pour vous: on vous expliquera alors qu'avoir une entreprise est une erreur, de la liquidité,de la liquidité il n'y a que cela qui passe au travers de tout ,en 3 clics vous placez tout dans un paradis.Ces financiers défiscalistes méprisent les entreprises, ils ne vivent plus que de paris .Si vous avez une entreprise vous le savez bien,les banques rechignent à prêter pour un retour de 2% à 3% elles veulent du cash ,du cash .
Si vous voulez comprendre la gravité de notre situation ,écoutez Delamarche sur youtube ou BFM c'est un libéral lucide , directeur de platinum gestion ,vous verrez l'impasse financière où nous a conduit l'économie spéculative des néolibéraux
Réponse de le 30/12/2012 à 10:33 :
Je connais Delamarche et j'approuve son discours, mais je vous signale qu'il ne s'en prend pas à ceux qui arrivent bon gré mal gré à survivre e tà gagner honnêtement leur argent par le travail, ou parce qu'ils ont réussis à faire des placements judicieux (quoi la bourse ait chuté de 50 % en 10 ans c'est rare d'avoir fait des dividendes comme cela, seul l'or protége à mon avis). Les fiscalistes permettant dans de rares cas d'échapper à l'impot ne sont que le résultats d'un matraquage fiscal, et de l'existence de l'enfer fiscal français, et non la cause, vous faites comme tous les démagos un raccourci.
La bulle financière que décrit Delamarche est du à l'abandon de l'étalon Or depuis 1971 orchestré par certaines grandes banques, notamment anglo saxonne, c'est vrai, et l'inflation qui en découle et l'appauvrissement des peuples est une des conséquences. Mais qui a permit cela ? De Gaulle deja le dénonçait, car il connaissait les conséquences, ce sont les memes qui repetent à chaque fois que l'on fabrique de la fausse monnaie papier, plutot que l'étalon or qui nous protège contre cette arnaque.
Je ne suis pas au FN mais je constate que seule Marine Lepen dénonce ce système que tous les autres veulent nous faire oublier. Depuis que la monnaie papier existe celle ci disparait en moyenne tous les 73 ans, alors que l'or lui est toujours la, et franchement je connais de plus en plus de gens conscients de ce risque et ils deviennent leurs propres banquiers centraux, et vendent leur or en cas de besoin, en dehors de toutes les banques, et c'est cela que les gouvernements et les banques ne veulent pas. Ce n'est meme pas du libéralisme, mais du bon sens, comme nos grands parents l'avaient en ayant toujours une ou deux pieces d'or cachés quelque part au cas ou.
Réponse de le 30/12/2012 à 11:43 :
Walter99 : Soyez précis : Expliquez nous comment ne pas payer d?impôts, ça m'intéresse!
La vérité c'est que vous racontez n'importe quoi! Les "riches" paient des impôts comme les autres, même au dessus de 25000 euros! Pour info, Mme Bettencourt paie environ 50 millions d'impôts par an! Certainement plus que vous (ou moi)!
Réponse de le 30/12/2012 à 23:33 :
Je préférerais avoir l'imposition en pourcentage. Car si B paye 50 millions et A 5000, il est vrai que B paye plus en valeur absolue que A. Mais si B a un revenu fiscal de 5 milliards et A un de 50000, ca fait que B a une imposition de 0.1% et A de 10% et là, ca n'est plus du tout pareil.
Réponse de le 31/12/2012 à 0:11 :
Non ,madame Bettencourt paye moins d'impôts que moi, elle est taxée à 14% et moi à 15% pourtant je suis très loin du plafond ,elle devrait être à 50% voire plus les entreprises du cac 40 aussi sont à 15% c'est un scandale absolu ,seuls les pauvres payent des impôts (TVA et revenu ) Pour vérifier la défiscalisation,amusez vousq et appelez les 5 premier sur google et ne demandez pas les minables placement immobiliers non, la vraie défiscalisation avec montage en mirroir etc vous verrez c'est édifiant et terrifiant
a écrit le 30/12/2012 à 4:26 :
refusse de taxee des riches alors que des retraites et des sdf vont au restaurant du coeur ou font les boubelles ou elle honte esque la devisse francaisse liberte egalite fraternite est encore valable elle ne pas etre repecte par des bourgois grassememt payes je suit revolte
Réponse de le 30/12/2012 à 8:49 :
Apprendre le Français et corriger ses fautes d'orthographe s'apprend a tous les ages.
Donnes toi des objectifs personnels ,travailles et tu auras peux etre ce que les autres ont obtenus .Mais a mon avis tu as du boulot et il faut etre courageux. Salut ?
Georgio.
Réponse de le 30/12/2012 à 9:20 :
Il aurait été plus pertinent de répondre sur le fond, car votre message comporte presque autant de fautes que le précédent. Il ne suffit donc pas d'apprendre, encore faut-il mettre en pratique ? :-)

Pour répondre à "verite", je crois qu'il faut éviter de tout mélanger. Vous pouvez être révolté par la pauvreté, mais elle n'a pas grand chose à voir avec cette décision purement juridique du Conseil Constitutionnel.
Réponse de le 30/12/2012 à 9:34 :
Il a répondu. Au lieu de geindre il faut bosser, prendre des risques trouver des fonds pour entreprendre, risquer sa maison quand on en a une, embaucher des gens en se mettant à dos tout le code du travail archaïque, et en plus se faire insulter si on a réussi à survivre et à gagner 3 sous. Il y en a marre de ces gauchos qui confondent les multinationales avec les 90 % de petits et entrepreneurs qui souvent gagnent moins qu'un cadre, alors qu'ils bossent 12 heures par jour, et prennent des risques alors que sont eux qui sont les premiers employeurs en France. Allez les faignants montrez nous comment vous bons et fraternel en créant votre propre boite.
Réponse de le 30/12/2012 à 10:12 :
Je suis moi-même entrepreneur depuis l'âge de 23 ans (j'en ai 39), et je vous rejoins sur la stigmatisation des chefs d'entreprises et des entrepreneurs qui est tout à fait détestable. Et également sur la méconnaissance économique de nos compatriotes qui leur font mélanger les patrons-salariés du CAC40 et les patrons-fondateurs de PME.
Mais gardons-nous de tout manichéisme. Il n'y a pas deux catégories de gens : les entrepreneurs d'un côté et les" feignasses" de l'autre :-)
Je ne pense pas que n'importe qui puisse devenir entrepreneur. Ce n'est pas uniquement une question de volonté ou de courage.
Réponse de le 30/12/2012 à 10:53 :
Bien sur que non qu'il n'y a pas que ces deux catégories la, c'est un cliché contre un autre cliché. Pour ma part je suis désolé de ne pas pouvoir mieux rémunérer mes salariés sans faire couler ma boite, et je précise que je gagne meme moins que certains que j?emploie. Les charges patronales et salariales, et les prélèvement des charges sur les bulletins de salaires volent le pouvoir d'achat des salariés, mais c'est l'état bouffi qui prend tout, pas nous les petits et moyens entrepreneurs, c'est ca le problème. 55 % de charges sur chaque salaires payés en plus de la paie, et 25 % pris sur les salaires ruinent le niveau de vie des salariés, ainsi que la capacité d'avoir d'avantage de salariés, et donc aussi la croissance par la création d'entreprises. Cette politique anti libérale de droite comme de gauche entraine l'appauvrissement de tous, tout en désignant les supposés coupables, nous les entrepreneurs fondateurs, et nous ne sommes pas les patrons salariés de grands groupes comme vous dites. Honte à ces politicards qui montent les français les uns contre les autres. Le changement c'est maintenant" on a vu ça en effet, ca change et pas dans le bon sens, je pense déjà à tout arrêter et à partir ailleurs moi aussi, je prends ma famille sous le bras et je pars en asie, j'y pense et je crois bien que je le faire si ça continue. Et les donneurs de leçons n'auront qu'à me montrer comment il faut faire en créant leurs propres boites et en employant des gens. Je précise que la majorité des mes collaborateurs partagent mon opinion, et meme certains me comprennent, mais évidement ne voudraient pas que je parte, mais trop c'est trop.
Prendre des risques pendant des années, sacrifier sa vie de famille pour soutenir une boite à bout de bras, et au bout de plusieurs années de semaines de 80 heures arriver à gagner 3 sous et en plus se faire insulter par des collectivistes haineux et continuer de se faire sur taxer au nom de la "solidarité" j'en ai raz le bol, qu'ils le fassent à ma place, moi je démissionnerais bientôt, je préfère ma famille, c'est envers elle que je dois d'abord etre solidaire. Je précise que je reçois régulièrement des offres pour m'associer en asie, la ou mes compétences sont reconnues par quelques uns.
Réponse de le 30/12/2012 à 14:35 :
lightman.
J'ai 69 ans et une certaine expérience d'entreprises .entrepreneur moi meme et DG de trois sociétés d'un groupe industriel le plus important de France , je m'étonne que ces personnes
critiquants ne cherchent pas en enteprenant d'avoir ce que les autres ont pu obtenir.
Les problèmes nous devons les solutionner sans attendre rien de personne.
a écrit le 30/12/2012 à 2:35 :
La France est un magnifique paradis fiscal pour tous les heureux bénéficiaires d'indemnités non-imposables. Pas un seul de ces gens là ne songe à s'exiler. Même les Quataris non-imposés sont aux anges. Par ailleurs les 55 % des français qui ne paient pas d'impôts sur le revenu et reçoivent des aides de l'Etat trouvent la France comme un pays de cocagne. C'est la raison pour laquelle on se bouscule pour y venir.
Réponse de le 30/12/2012 à 9:35 :
+ 1
a écrit le 30/12/2012 à 2:30 :
Le meme Hollande a t'il acceuilli aussi sereinement l'autre décision du conseil constitutionnel qui l'empèchait d'appliquer une autre promesse qu'il avait faite au lendemain de son élection, à savoir la baisse de 30% de son salaire et de ceux de ses ministres. Le monde entier a entendu la promesse, la décision d'annuler l'application de cette mesure, oh combien généreuse, n'a pas, à ma connaissance, fait l'objet d'une seule ligne dans aucun journal. Censure totale !
a écrit le 30/12/2012 à 2:20 :
mdr un coup dur comme ça
ca repassera mieux ficelé la prochaine, ce qui compte c'est le résultat, surtout pour les impots....
de toute façons les hauts defiscalisent et paient moins d impots que beaucoup de personnes qui viennent lire
apres cela est une anecdote, ni plus ni moins
a écrit le 30/12/2012 à 1:05 :
Cette mesure qu'on nous a vendu comme pour "rétablir la justice fiscale" est un exemple de plus d'injustice fiscale. Comme d'habitude on l'avait assortie d'exceptions, d'exonérations partielles, d'aménagements... de sorte qu'elle ne voulait plus rien dire. Exemple : les sportifs en auraient été exemptés, pourquoi ? Les artistes aussi, au nom de quoi ?? Seuls les revenus du travail auraient été concernés, donc pas les rentiers, pas les actionnaires, pas ceux qui dégagent une belle plus value en vendant un bien, naturellement les oeuvres d'art ne rentraient pas dans le calcul pas plus qu'elles ne rentrent dans le calcul du patrimoine de l'ISF, au nom de l'"exception culturelle française" (SIC). Bref, un nouvel impôt qui ne ciblait que les cadres les mieux rémunérés et hauts dirigeants, inefficace et compliqué à mettre en place du fait des aménagements. Tout le contraire d'un bon impôt qui doit, pour être efficace, par principe être juste (donc concerner un grand nombre de contribuables), peu douloureux et simple (pour être admis de tous). Je ne suis pas contre une mesure exceptionnelle et limitée dans le temps, il suffisait de passer la tranche marginale supérieure de l'IR à 75% et basta, ensuite d'expliquer et de rassurer, et ça aurait pu passer ! Ne pas oublier que certains grands patrons avaient signé un manifeste en début d'année pour demander à contribuer davantage au redressement du pays ! Ce qui est malheureux avec cette mesure, c'est qu'elle a été revendiquée et défendue sur le mode de la lutte des classes pour contrer Mélenchon, tout ce qu'il ne fallait pas faire ! Quelle tristesse !
Réponse de le 30/12/2012 à 14:16 :
?There?s class warfare, all right, but it?s my class, the rich class, that?s making war, and we?re winning.?
Warren Buffett, 26 novembre 2006

a écrit le 30/12/2012 à 0:51 :
Hollande lui-même l'a avoué : cette nouvelle taxe ne rapportera presque rien (500 millions tout au plus), mais les dommages collatéraux sont énormes ! Parfois il y a des chiffons rouges qu'il vaut mieux ne pas agiter... Nombreux sont les hauts cadres et dirigeants d'entreprises qui n'ont pas attendu que le Conseil Constitutionnel donne son avis pour préparer leur départ de la France, pour Londres, Bruxelles, le Luxembourg ou que sais-je ! Sans compter certains jeunes qui sont découragés de tenter l'entrepreneuriat en France avant même de travailler ! On est incapable de donner des chiffres mais il est certain que cette "mesure symbolique" aura fait plus de mal à nos finances publiques que de bien. Arrêtons avec les dogmes et les symboles, le Peuple demande des actes et du pragmatisme !!
Réponse de le 30/12/2012 à 9:39 :
Et oui j'ai 30 ans et je suis parti de cet enfer fiscal décourageant, et j'ai créé ma boite dans un autre pays européen, et la tout change, ouf quel soulagement. La république bolchévique française n'est plus mon pays, j'en ai honte et je dis à mon entourage que je suis `Canadien.
Je précise que tous mes amis qui sont des entrepreneurs sont tous partis aussi, il ne vous restera bientot plus que des assitsés et des retraités, bon courage les franchouillards.
Réponse de le 30/12/2012 à 23:11 :
à Mick: Même au Canada, le vent peut tourner. Ne jamais vendre la peau du caribou avant de l'avoir tuer. Une bulle immobilière est entrain d'exploser là-bas. Les conséquences pourraient être douloureuses.
a écrit le 30/12/2012 à 0:17 :
Vous voulez sortir de la crise ? Eh ben, qu'on comprenne d'abord que la solution, que ce ne sont pas les sparadraps genre "booster" la consommation avec une prime exceptionnelle, l'embauche d'encore quelques centaines de milliers de fonctionnaires ou l'arrivée sur le marché du travail des immigrés qui vont faire le travail que les français refusent.

D'où les conséquences: 1,5 millions de fonctionnaires en moins, immigration très limitée, obligation d'accepter un emploi bien moins payé et ingrat si rien d'autre se présente. Et enfin quelques mesures pour compléter: finir la politique familiale actuelle qui ne ne débouche que sur des jeunes qui n'ont pas de travail, reprendre le pouvoir régalien de frapper monnaie, pas de carte de séjour sans revenus propres, fin des subventions aux artistes, obligation pour tous les élus de présenter AVANT les élections un budget en équilibre, pas de fonctionnaires qui gagnent plus que leur ministre de tutelle, imposition sur les aides, subventions, tous les avantages en nature, le CE, dégrèvements, tickets de transport gratuit, l'énergie gratuite, le CMU etc.
Réponse de le 30/12/2012 à 13:39 :
+ 1 !!
Réponse de le 31/12/2012 à 0:27 :
Plutôt -1 pour le coup.
a écrit le 29/12/2012 à 23:08 :
Il est intéressant de regarder la constitution de l?équipe siégeant.
Tous les membres ont été nommés par l?UMP, une grande partie ont siégés auprès des ministres de 2002 à 2010. Un au moins a été au bureau de l?UMP. Il reste Charasse en ranc?ur du PS.
Je me pose la question de la sincérité de cette commission.
Vous changez tous les membres et vous verrez que cela peut-être constitutionnel.
J?attend avec impatience son avis sur le dépassement financier de Sarkozy durant la campagne et le 10 M? de survie de l?UMP !!!
Réponse de le 30/12/2012 à 23:08 :
Je crois que c'est clair.
a écrit le 29/12/2012 à 22:57 :
http://www.youtube.com/watch?v=CMzgMva5ekk
a écrit le 29/12/2012 à 22:32 :
1500 x 140'000 ? d'impôts en plus = 210'000'000 ? OK !
Mais si seulement 250 de ces foyers partent, admettons qu'ils aient un revenu moyen de 2'000'000 ? / an :

Ils payent actuellement, sans la tranche a 75% environs 35% d'impôts en comptant la progressivité soit 500'000'000 x 0.35 = 175'000'000.
au moins 8% de CGS/CRDS sur les revenus du travail, estimés à 60% donc :
500'000'000 x 0.6 x 0.08 = 24'000'000
15.5% de CSG/CRDS sur les 40% de revenus hors salaires donc :
500'000'000 x 0.4 x 0.155 = 31'000'000
Ils vivent ici et dépensent disons 70% de leur revenus, soit un taux moyen de TVA de 14% donc :
500'000'000 x 0.7 x 0.14 = 49'000'000
Total, sans les impôts locaux, sans l'ISF : 279'000'000 perdus. Ajoutons 21'000'000 d'ISF, 25'000'000 d'impôts locaux, on arrive à 325'000'000et si ils partent, ça fera 250 x 140'000 = 35'000'000 de taxe à 75% en moins donc une perte de 360 Millions d'euros, pour un gain théorique de 210 Millions ! CQFD, il faudrait être fou pour persister.
a écrit le 29/12/2012 à 21:29 :
Curieux : des types que l'on qualifie grotesquement de "Sages", pontifes arrogants et surpayés, ont un droit de veto sur les lois votées par des représentants élus. N'oublions pas que cette entité a opéré un coup d'état judiciaire puisqu'elle s'est arrogé le droit de statuer en vertu de "principes généraux du droit" qu'elle tirait de son chapeau. Or elle n'a aucun responsabilité politique ! Et si elle se trompait, qui pourrait sanctionner ces "Sages" ? Que la classe politique tremblote devant ses mikados non élus prouve bien l'état de déliquescence avancé où nous conduisent tout ces petits énarques tout propres sur eux.
Réponse de le 30/12/2012 à 18:37 :
+ un
a écrit le 29/12/2012 à 21:29 :
Hollande a reçu tout aussi sereinement le rejet de la réduction de son salaire et tous ceux du gouvernement. Les français "serein" ont trouvé quelqu'un de serein pour les seriner sereinement. Tout va bien.
a écrit le 29/12/2012 à 21:17 :
pourquoi l'ump est contre si c'est pour aider le pays ? c'est parce que ils sont les 1er à être imposé car revenu supp à 1 million.
c'est plus facile de faire comprendre messiers les ump à hollande de taxer les smicards et les classes moyennes plutot que les fortunés .
Réponse de le 30/12/2012 à 9:47 :
Ce qui aiderait le pays ca serait de dégraisser le mammouth "état", ses hordes de fonctionnaires en trop, les traitements de ses vassaux députés, ministres, haut fonctionnaires, conseillers généraux et départementaux, syndiqués mafieux, assistés par millions, et donc redonner de l'air aux entreprises et aux salariés. Et non pas tout voler aux contribuables pour faire plaisir à l'électorat de gauche d'une façon démagogique. JE vous rappelle que dans la constitution française le citoyen devait etre protégé cotre les privilèges de ceux qui gouvernent, et quand un gouvernement volent plus de 57,6 % de la richesse nationale on est en droit de tout faire pour échapper à ce racket, sinon il reste non pas l'exil, mais l'exode fiscale qui dure depuis des années en France, vidant en meme temps les créateurs de richesse, donc d'emplois. Voila ce qui aiderait le pays. Mais ceux qui ont internet à ce que rien ne change et vivent grassement de ce vol nous parle de "patriotisme", c'est tellement facile avec l'argent des autres.
a écrit le 29/12/2012 à 20:21 :
Rappel : jusqu'en 1975 la tranche marginale d'impôt était de .... 75% dans presque tous les grands pays comme aux Etats-Unis. (vous pouvez vérifier!) C'est l'utopie néolibérale qui a supprimé la progressivité de l'impôt et vider les caisses des états .Les 75% doivent être rétablis ,les gens concernés conservent tout de même plus de 100 000 euros par mois, pas de quoi hurler famine....Quant à la fraude et l'évasion fiscale (100 milliards par an tout de même) une loi d'une ligne en finira: menace de suppression des licences des banques qui trafiquent un euro avec les "paradis fiscaux" de la zone noire puis de la grise: 12 000 milliards nous attendent dans ces "paradis" de la corruption ,les états ,devenus insolvables exigeront la saisie pure et simple de cet argent volé et personne ne pleurera sur ces gens. Un signe, une preuve : la Suisse organise discrètement sa sortie de la criminalité fiscale ,elle sent le vent tourner ,et il tourne très vite.Après le credit crunch et le bank run qui suivra (Japon puis USA,puis CEE) en 24 heures ce sera la fin des "paradis et l'étude des comptes des fraudeurs ne sera pas beau à voir :collusion avec les pires crimes ,trafic etc .La publication des listings des paradis ne sera pas triste ....
Réponse de le 29/12/2012 à 21:25 :
Au secours Staline est de retour !!!!!! Les collectivistes et leur idéologie nauséabondes sont de retour, et il n'y a qu'à lire l'ampleur de la démagogie et de la propagande bolchévique de 3Ne vous..bla bla bla.." Ci dessus. Ils appellent l'argent "volé" celui qu'ils n'ont pas encore spolié par la coercition, le comble !! Citoyens il sera bientot temps de se battre contre ces ultra collectivistes qui appauvrissent la France au nom de l'égalité, et on a déjà vu ce que cela donne en URSS, Cuba, la Corée du Nord, et bien d'autres ou le peuple est martyrisés.
Réponse de le 29/12/2012 à 21:35 :
Votre ignorance de la fiscalité et votre parti-pris anti-Suisse ne vous grandissent pas.... La Suisse respecte et apllique mieux que la France les lois internationales anti-fraude et anti-blanchiment nous dit le GAFI. Même les USA vont devoir définir une nouvelle norme d'infraction fiscale grave. Sachez que la notion de fraude fiscale est toute nationale et qu'elle varie selon les pays comme le prouvent les approches convergentes des USA et de la Suisse dans la lutte contre la fraude fiscale en cas d'usage de stratagèmes compliqués visant uniquement à éluder des impôts. Votre affirmation gratuite Suisse = criminalité fiscale est totalement infondée...
Réponse de le 29/12/2012 à 22:50 :
Commentaire très approximatif.
Le taux marginal était de 77% en 1964, et s'appliquait à partir de 3 millions de $ d'aujourd'hui.
Dès 1965, il est passé à 70% et à 50% en 1982. Tout cela avec de nombreuses exemptions.
Croire que la chasse aux riches nous rendra nos emplois, c'est faire preuve d'une naïveté rafraîchissante.
Quant aux riches qui travaillent comme des dingues ou qui ont un talent particulier, allez leur expliquer qu'il leur reste tout de même 25% (avant ISF et autres impôts), et qu'ils n'ont qu'a continuer à bosser 60 heures par semaine pour la collectivité...
D'ailleurs la preuve que ce collectif budgétaire était nul, c'est que Moscovici lui même a annoncé que l'annulation de la taxe ne changerait rien au budget...
Réponse de le 30/12/2012 à 2:25 :
Le vent tourne mais la Russie est et restera le plus grand paradis fiscal au Monde. Et personne n'en parle ou n'y touche et ou n'y touchera. Sûrement pas l'Europe. La Russie n'en a rien à f... de l'Europe et elle a bien raison.
a écrit le 29/12/2012 à 20:07 :
c'est drole de voir certains commentaires dire que que l on a supprimé cet impot.
Il s agit d une simple erreur juridique, et elle repassera bientot.
Par contre, la ou je trouve cela drole c'est de voir des personnes payées sans doute très (voir trop) cheres pour faire des inepties comme ça.
a écrit le 29/12/2012 à 18:54 :
Plus nul que chez nul, c'est comment ?
Réponse de le 30/12/2012 à 2:22 :
peut etre un enarque qui fait une loi comme un gamin de 6eme
Réponse de le 08/01/2015 à 0:01 :
Aidons Pisani-Ferry et Coeure a atterrir dans le monde de l'économie réelle: non, aucun citoyen/électeur européen ne remerciera la BCE pour une politique inflationniste au profit des Etats et de Wall-Street!!!!
a écrit le 29/12/2012 à 18:53 :
esperant une reforme fiscale d'ampleur et coherente,comme vous semblez le suggerer dans votre article
a écrit le 29/12/2012 à 18:44 :
Plus fort que Zorault, Ayrault.
Réponse de le 06/01/2015 à 10:19 :
Soyons sérieux ! Il ne faut pas se fier aux douceurs électorales de Syriza. Est-ce que La Tribune ferait l'apologie du Parti de Gauche et de Mélenchon ??? Les Européens sont vraiment prêts à toutes les compromissions ¡¿!!!???
a écrit le 29/12/2012 à 18:12 :
Au moins les Charlots (les comédiens) nous faisaient rire, mais ceux qui sont aux manettes du pouvoir vont nous faire pleurer et ça c'est grave! Un peuple en larmes est prêt à tout, visiblement flanby and Co ne s'en émeuvent guère... Enfin un remaniement est proche voire une dissolution de l'assemblée nationale et peut-être à terme une démission de qui voyons?
Trop c'est trop on nous fait avaler des couleuvres depuis des lustres et ceux-là sont excellents à ce jeu... 2013 fin d'un règne éphémère, ou bien?
Une devinette qui risque de faire fureur: "Pourquoi les élections présidentielles n'auront pas lieu en 2017? Ben... parce qu'elles auront lieu avant!!!!!! ouf ouf....
a écrit le 29/12/2012 à 17:57 :
c'est normal que ça passe pas puisque les ex présidents du conseil constitutionnel sont surement imposable à 75% vu qu'ils ont plus de 1 million/an .
a écrit le 29/12/2012 à 17:34 :
Excellent édito de Philippe Mabille.
La suppression de cette taxe n'aura pas de conséquence sur le budget nous dit Moscovici.
C'est admettre devant tout le monde que ce budget n'était que symbolique, et n'avait aucun sens.
Ce pays crèvera de ses symboles.
a écrit le 29/12/2012 à 17:15 :
« La fin d?une illusion?»
SMIC : augmentation historique de 0.3% en Janvier 2013? Qui dit mieux ?
Avec tous les pouvoirs en main, une droite maladroite et passablement auto-défaite, un contexte national et international revendicatif, des masques de grands bienfaiteurs de la Nation qui tombent (patrons, vedettes qui, pour faire pression, nous jouent le mauvais rôle du malmené à la recherche d?un traitement spécial dans un paradis fiscal)? ; avec tout cela, vous avez réussi en bien peu de temps à autant décevoir. Au lieu de « ré-enchanter le rêve », vous plongez ceux qui ont cru en vos promesses dans un véritable cauchemar. Bravo !
Cependant, vous avez ? malgré vous ? réussi à accélérer la fin d?une illusion sur un monde immonde à savoir, qu?avec vous, le capitalisme pouvait être maîtrisé et les rapports humains humanisés? Vous avez enfin, échoué à décourager ? y compris dans vos rangs ? celles et ceux qui tiennent à leur liberté de penser, de réagir en gardant intacts leur sens critique et leur espoir.

Décevoir oui, en faisant rimer, toujours plus, socialisme avec :

Affairisme
Opportunisme
Clientélisme
Népotisme
Interventionnisme par suivisme
Mépris et miettes pour les gens modestes, matraquage fiscal des classes moyennes; courbettes et cadeaux fiscaux aux grands profiteurs du capitalisme.
Au service des Emirs, Monarques et autres despotes richissimes?

Décevoir est à la portée de n?importe quel malade du pouvoir ; mais avoir une influence sur l?espoir, seul(e)s les femmes et les hommes libres en ont réellement le pouvoir?Ils font de cet acte de résistance face aux « puissants » un véritable devoir.

Dans ce jeu de dupes que vous nommez « démocratie » de l?alternance entre une « droite folle » et une « gauche molle » qui vous arrange si bien, vous êtes prêts à tout pour aboutir à vos fins.
Durant « vos cures d?opposition » vous n?hésitez pas à aller jusqu?à chanter l?Internationale et à promettre un changement radical mais dès que vous êtes aux affaires, vous changez radicalement.
« Camarades socialistes » le pouvoir sans pouvoir et l?argent salement et/ou facilement acquis ont fait de bien des notables parmi vous de simples serviteurs aux ordres d?un patronat, aujourd?hui patronné par une patronne sans envergure mais qui, pourtant, passe son temps à prôner, à fanfaronner et à ordonner?
N?essayez surtout pas de rejouer vos partitions usées sur le contexte difficile : la dette, la crise, la nécessité de faire des sacrifices aujourd?hui pour un demain meilleur qui restera, comme d?habitude, sans lendemain ? Et n?aggravez pas votre cas en essayant de faire croire qu?il n?y a pas d?autre alternative au libéralisme. Le gouvernement Sarkozy ne disait pas autre chose?
Vous savez que d?autres voies? valorisant l?humain? sont depuis des décennies, sur la table mais empêchées par une propagande qui craint de voir fleurir les choix et la volonté d?un peuple éclairé gardant pouvoir sur ses élus. Elus respectés quand ils sont respectables et révoqués dès qu?ils s?avèrent révocables?Cela s?appelle : DEMOCRATIE populaire camarades, ni sociaux ni démocrates !

« Camarades socialistes » si vous refusez d?entendre ces appels à un véritable changement et ces cris de colère légitime qui se multiplient, alors continuez à vous dépouiller du peu de valeurs humaines qui vous reste et enrichissez-vous mais préparez-vous à récolter la tempête de ce vent libéral que vous êtes en train de semer?
Vos victimes ne manqueront pas de venir vous rafraîchir la mémoire? La patience des femmes et hommes libres de ce pays a des limites et vous n?allez pas tarder à vous en apercevoir.

Vous osez parler à un récent exilé fiscal en Belgique de morale et d?éthique et vous allez jusqu?à qualifier son geste de minable; j?imagine l?éclat de rire de vos camarades et ami(e)s « socialistes », ces pros en affaires louches et exils fiscaux en Suisse, en Belgique, au Maroc? qui vont trouver vos sorties sur la morale et l?éthique un peu osées mais, comme c?est pour faire diversion, la tentative est plutôt réussie et fort sympathique?

« Camarades socialistes » est-il moral et conforme à l?éthique de faire passer flexibilité, compétitivité, en un mot ? rentabilité ? pour les patrons et les actionnaires avant le droit pour chacun(e)de se nourrir, de se loger, de se soigner et de s?instruire??

Les petites retraites, les moyens et les bas salaires? vont-ils continuer à constituer la seule variable d?ajustement ? Et « ce monde de la finance, véritable adversaire » qui « n?a pas de nom, pas de visage, pas de parti, et pourtant il gouverne » comme disait Hollande candidat, serait-il devenu le protégé du Président et de son gouvernement ?

En janvier 2013 la visite du Président de la France corrompue est attendue par Mohammed VI, le Monarque corrupteur qui gâte ses « amis » de gauche, du centre et de droite? Elle marquera aussi la fin d?une illusion pour celles et ceux qui croyaient sincèrement que la gauche était plus proche des peuples en lutte pour leur droit à l?autodétermination que la droite et notamment au Sahara occidental?Mais attention, les peuples marocain et sahraoui mènent aussi leur combat contre ce roi prédateur et ce n?est ni à ces deux peuples ni au peuple français de subir les conséquences de vos choix injustes et irréalistes : courir derrière une croissance qui n?a pas de sens.

L?année 2012 ne sera pas celle de cette fin annoncée du monde mais elle marquera très probablement la fin d?une illusion : que les gauches molles puissent contribuer à changer le monde? 2013 sera sans doute une année de luttes avec ou contre vous.

Hamid Benzekri
19 Décembre 2012
a écrit le 29/12/2012 à 17:12 :
Il n?y a que la vérité qui blesse?

Le Front de Gauche a frappé là où ça fait mal avec sa vidéo sur les promesses, non tenues, du gouvernement « socialiste »?
« Socialistes » qui sont allés trop loin dans la trahison de cet idéal humain ?allant jusqu?à pratiquer parfois la censure ? pour aller servir le bien-être des capitalistes.
Que « ces socialistes » qui menacent, en brandissant les prochaines municipales, sachent qu?ils ne sont pas en situation de menacer. Ce sont eux qui ont tout à perdre s?ils poursuivent leur entêtement arrogant qui n?impressionne personne? Nous sommes aujourd?hui face à un épouvantail mou et visiblement épouvanté !
Ils n?ont pas d?autre choix que de revenir à la raison et mettre en place, avec leurs partenaires de gauche, une politique démocratique et sociale basée sur le partage équitable des richesses et la justice sociale? Sinon ils risquent de subir une longue cure d?opposition qui, il faut l?avouer, ne fera pas de mal à bien des gâtés/pourris par le faux pouvoir et ses vrais privilèges.
Ne vaudrait-il pas mieux vivre un divorce où chacun retrouve sa liberté d?agir que de subir un mariage forcé avec un des partenaires aux ordres et ostensiblement cocufié ?
« Les socialistes », malades du pouvoir, ne respectent personne mais ils sont obligés d?écouter celles et ceux qui ne craignent pas de leur dire la vérité en face.
Alors adressons à nos « amis socialistes » nos v?ux de vérité? pour cette année 2013.

Hamid Benzekri le 29/12/2012
Réponse de le 29/12/2012 à 17:39 :
Une politique "démocratique et sociale" avec leurs alliés de gauche.
Un peu comme à Cuba ou bien en Allemagne de l'Est à la grande époque de la lutte des classes?
En tout cas, ceux qui ont vécu sous ces régimes ne laisseront pas faire.
Réponse de le 29/12/2012 à 18:11 :
Y a t il un régime socialiste qui fonctionne dans ce monde ?
Pas d entrepreneur pas de travail !
Un régime 100% publique c est du communisme et l histoire montre que ça ne fonctionne pas !
Ouvrez les yeux !
Réponse de le 29/12/2012 à 21:29 :
+ 1000 !!!!! Les bolchéviques utilisent toujours le patriotisme comme propagande pour arriver au pouvoir et faire régner leur dictature nauséabonde dans la violence et le vol.
Réponse de le 30/12/2012 à 23:00 :
C'est pour cela que la bourse culmine à son plus haut de l'année?
Réponse de le 31/12/2012 à 12:45 :
le collectivisme à outrance, le nivellement par le bas, ça m'y connaît !
du temps de mon "mandat", un ingé ou un ouvrier avaient quasi le même salaire (très bas), du coup personne n'était tenu à quelque obligation de résultat que ce soit...
(un pays de fonctionnaires, en somme)
mon pays était surnommé "l'éthiopie de l'europe" - c'est joli, non ?
les revenus bas ont déclanché une corruption galopante...
mais, du fond de ma tombe, que vois-je ? on est en train de mettre en place la même chose en france !
les dirigeants actuels auraient-ils lues mes "oeuvres" ?
hi hi hi !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :