Législatives  : « hold-up » ou leçon de démocratie ?

 |   |  923  mots
(Crédits : Reuters)
Au lendemain d'un premier tour des législatives dominé par LREM, certains craignent un « hold-up institutionnel » d'Emmanuel Macron sur la vie politique française. Mais c'est confondre l'effet et la cause. Le bouleversement en cours est d'abord l'expression démocratique du rejet de la politique suivie ces vingt dernières années.

« Hold-up démocratique », « hold-up institutionnel », un électorat « à vomir », selon le mot d'un candidat LR dépité d'avoir été éliminé ! Ces commentaires prononcés à l'issue du premier tour des élections législatives, qui a placé largement en tête les candidats qui se présentaient sous les couleurs de La République en marche (LREM), laissent à penser que l'on assiste à un coup de force bonapartiste d'Emmanuel Macron.

En réalité, il n'en est rien, et c'est confondre la cause et l'effet. La recomposition en marche du paysage politique français résulte d'abord d'un processus démocratique.

Beaucoup promis, beaucoup déçu

Car si nous en sommes arrivés là, c'est d'abord à cause de la politique menée par les partis traditionnels - Parti socialiste et Les Républicains (ex-UMP) et leurs alliés - qui se sont succédé au pouvoir ces 20 dernières années. Ils ont beaucoup promis, notamment sur l'emploi pour faire baisser le chômage. Ayant beaucoup déçu, ils ont progressivement perdu leur électorat au fil des consultations électorales jusqu'à ce qu'apparaisse une nouvelle offre.

En effet, Emmanuel Macron n'a pas fait un coup d'Etat ou une OPA, il a répondu à une demande politique - volonté de réformes, acceptation du cadre de la mondialisation, ancrage européen... - d'un large électorat qui n'est toutefois pas majoritaire. D'ailleurs, il n'était pas le seul. Marine Le Pen mais surtout Jean-Luc Mélenchon ont eux-aussi répondu à l'attente d'une partie des électeurs comme l'illustrent leurs bons scores à la présidentielle. Il y a en effet en France une part importante de citoyens qui refusent l'Union européenne telle qu'elle se construit, considèrent que le cadre national est plus à même de résoudre les problèmes du pays, en le protégeant d'une mondialisation sous influence néo-libérale.

L'oubli de ce qu'est un parti politique

Mais la désaffection pour les partis traditionnels ne s'explique pas uniquement par l'exercice usant du pouvoir, qui les aurait rendus sourds et aveugles aux demandes de la société civile. Elle est également à chercher dans l'oubli de ce qu'est un parti politique. En démocratie, un parti est d'abord le lieu d'un rassemblement d'une communauté d'hommes et de femmes qui à partir de valeurs communes élaborent un corpus idéologique qui donne lieu à un programme politique et à la sélection d'un leader pour le défendre. C'est précisément ce qu'on fait LREM et la FI en élaborant leur programme à partir de la consultation de ses militants. Au contraire, les partis traditionnels ont dû avoir recours aux primaires, qui, même de qualité, sont le symptôme que le parti ne remplit plus sa fonction.

Le bouleversement du paysage politique français résulte donc du choix d'électeurs qui ont suivi une logique démocratique et ne se sont pas soumis à des mots d'ordre.

 Démobilisation après la défaite à la présidentielle

C'est dans cette perspective qu'il faut apprécier l'abstention élevée du premier tour, qui dépasse les 50%. Et loin d'en faire un mal absolu, en comprendre son sens. En effet, selon un sondage BuzzFeed News, les électeurs qui ont décidé de ne pas s'exprimer sont en majorité ceux qui avaient voté pour Marine Le Pen (56%) et pour Jean-Luc Mélenchon (52%). Cette désaffection n'exprime pas un désintérêt de la politique mais leur démobilisation après la défaite à la présidentielle qui reste l'élection majeure dans la Ve République. Au contraire, la dynamique a joué à plein dans le camp du gagnant.

Autre critique avancée, les nouveaux députés LREM étant redevables de leur élection à Emmanuel Macron vont former une majorité à sa botte. Certes, ils ont signé un engagement en faveur d'un programme de réformes mais pas leur soumission à un homme.

C'est oublier également qu'ils sont élus par des électeurs devant qui ils devront rendre des comptes. Et s'ils adhèrent à la démarche du président, ils conservent la possibilité en tant que parlementaire de contrôler et si besoin d'amender les projets de loi qui leur seront proposés. C'est même la raison d'être de leur travail.

Indépendance plutôt que grégarisme

Enfin, la diversité de la composition sociologique de ces nouveaux élus est davantage une garantie d'indépendance que de grégarisme. Ceux qui viennent de la société civile, outre leur propre vision tirée de leur expérience, seront moins sensibles que les politiques professionnels à la formation dont ils dépendent. Ce n'était pas le cas de nombre de sortants dont le lien au parti était vital pour leur carrière.

Loin donc de voir dans l'évolution actuelle du paysage politique un « hold-up » constitutionnel, on y verra davantage la vitalité de la démocratie en France. Et la détention de nombreux leviers du pouvoir qu'assure la Ve république n'est pas le gage d'une puissance sans limite. Dans la première partie du quinquennat, le parti socialiste de François Hollande dominait toutes les instances du pouvoir. On a vu ce qu'il en a fait et où il se trouve aujourd'hui.

Emmanuel Macron sera jugé sur la politique qu'il mènera. Il a le mandat d'engager des réformes qui améliore la situation des Français dans leur ensemble. S'il ne le fait pas, il sera rejeté. Ainsi va la démocratie dans nos sociétés : « pouvoir se débarrasser des gouvernements sans violence », selon la définition de Karl Popper.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/06/2017 à 19:07 :
Pour se dédouaner d'une politique économique désastreuse, Hollande et ses sbires ont essayé de persuader les français que tous les maux venaient de leur prédécesseur. Souvenez-vous de "il nous a fallu passer la serpillière" de Cambadélis. A force, ils se sont auto détruits.
a écrit le 13/06/2017 à 14:33 :
Les opposants à EM ont la mémoire très courte et oublient qu'ils ont déjà eu ce genre de majorité absolue que ce soit LR ou le PS. De plus, le Sénat n'est pas EM ni les régions.
Très mauvais procès d'intention donc.
Ensuite, se plaindre qu'il y a de l'abstention, faut être gonflé, non! C'est vrai que ça fait 1 an de campagne électorale non stop, mais il ne restait qu'une marche que beaucoup n'ont pas franchi et donc ceux qui n'y sont pas allés à mon avis, n'ont qu'un seul droit, c'est celui de la fermer.
Laissons travailler le nouveau Président et son équipe et on jugera sur pièces. Pour l'instant, son parcours est bien meilleur (faut dire aussi que ce n'est pas trop dur) que celui de Sarkozy qui avait dérapé très vite et que celui de Hollande qui avait décidé de ne rien décider comme il l'a fait pendant 90% de son mandat pour tout ce qui concernait la politique intérieure.
a écrit le 13/06/2017 à 14:14 :
campagne affligeante et sans scrupule au détriment de leur appartenance!! certains s affichent déja se faire élire a tout prix..
a écrit le 13/06/2017 à 11:58 :
Quand Chirac à la majorité absolue c'est la bonne démocratie. Idem pour Hollande. Mais pour Macron c'est un risque antidémocratique !
a écrit le 13/06/2017 à 11:12 :
Le "dégagisme" continue, cela peut paraitre intéressant pour certain et imposer des réformes, issue de GOPE, sans opposition! Mais cela peut amener des surprises si les "nouveaux" députés veulent se prendre au sérieux!
a écrit le 13/06/2017 à 11:09 :
@jenace 12/06/2017 18:46
En 2012, PS+PRG+DVD+Ecolo ont obtenu 306 sièges avec 26.6 % des inscrits et, à ma connaissance, personne n'avait rien trouvé d'anormal.
Ref: site du ministère de l'intérieur
Cordialement
a écrit le 13/06/2017 à 8:53 :
Comment osez vous mettre un tel titre "hold-up....", les électeurs ont voté en leur âme et conscience, vous nous insultez. C'est vrai, les journalistes se fichent d’outrager le peuple. Ils sont protégés.....
a écrit le 13/06/2017 à 0:00 :
Qui ne dit mot consent.

Perso j'y suis allé... Poures autres les absents faut pas se leurrer ils payent pour voir
a écrit le 12/06/2017 à 22:56 :
regardez ces vieux chabanis qui décidément ne sont pas si intelligents que cela : ils ne comprennent toujours pas qu'ils ont été TOUS sanctionnés en raison de leur feignantise, ils sont ceux qui se pavanaient, disaient maitriser les "arcanes" des 2 chambres, voyageaient gratuitement tout en étant grassement payés. Les français ne sont pas idiots : ceux qui ont eu le courage l'aller voter leur ont botté les fesses. S'ils veulent rebondir, il va falloir travailler pour les français, ce pour quoi ils sont élus, et arrêter les excuses à 2 balles, arrêter de mentir, de trahir les français, d'arrêter de se protéger, et de mettre de l'éthique dans leurs organisations. Quant aux ecololos... vive le pédalo, LA feuille pour s'essuyer, interdire le nucléaire et promouvoir la voiture électrique (chercher l'erreur), laisser des coureurs de jupon s'amuser sans réagir... (idem PS : certains ne sont pas irréprochables...) Va falloir se réveiller sévère ou accepter de disparaitre...
a écrit le 12/06/2017 à 21:50 :
J'ai quand même une pensée émue pour ces futurs ex-députés ...
Le premier choc ça sera quand il rentreront dans une voiture et qu'ils s’apercevront qu'elle ne démarre pas toute seule. Puis, la déchéance lente, progressive, implacable: chercher du travail, se lever plus tôt pour aller bosser et déposer les enfants à l'école, chercher son pain tout seul, se séparer de sa domestique et monter soi-même les courses au sixième étage parce que l’ascenseur est en panne. Et parfois, face à ces épreuves, se surprendre lors de moment d'égarement à commencer à penser comme le peuple.
a écrit le 12/06/2017 à 20:38 :
C'est le degré zéro de la démocratie et le summum du clientélisme, d'élire un député pour la seule et unique raison que c'est le copain du président. Parce qu'il faut être naïf pour penser que des gens qui n'ont rien fait et n'ont aucune attache nulle part sont élus pour leur mérites propres. Ce seraient tous des chèvres que ça ne changerait rien.

Et avant d'accuser les autres d'avoir trop promis et trop déçu, balayez devant votre porte. Si vous voulez qu'on trouve des promesses que Macron, pourtant élu depuis peu, n'a pas tenu, pensez à sa promesse de créer un ministère plein et entier du droit des femmes, ou à celle d'avoir un gouvernement de 15 personnes alors qu'il en en a nommé 23 (50% de plus que prévu : beau dépassement). Et laissez lui le temps de ne pas en tenir d'autres, pour l'instant il débute mais il est élu pour cinq ans !

Les politiques, tous autant qu'ils sont, ont déçu. Si EM prétend ne pas faire des promesses qu'il ne tiendra pas, d'une part il nage en plein délire, et d'autre part il se place très exactement au niveau des autres partis qui se prétendent purs, j'ai nommé les extrémistes, lepenistes aussi bien que mélenchonistes.
a écrit le 12/06/2017 à 20:09 :
la 5eme République c'est un roi tous les 5 ans et 577 godillots pour rien (ordonances et 49/3)...
Ou est la democratie ????
Ceci explicant certainement l'abstention!!!
a écrit le 12/06/2017 à 19:45 :
Selon beaucoup des perdants et il faut bien le dire de journalistes M. Macron obtiendrait tous les pouvoirs et selon eux sans aucun contre-pouvoir. Avions nous entendu ces mêmes personnes s'offusquer quand François Hollande est arrivé aux responsabilités où il avait tout, L'Elysée, Matignon, le gouvernement, l'Assemblée, le Sénat, les régions, les départements, les villes...sans aucun contre-pouvoir. Qui s'en était plaint ? Certainement pas grand monde. La vérité c'est que tous ces députés à vie ont été balayés. M. Macron, comme ses prédécesseurs, a été élu démocratiquement mais visiblement certains ont du mal avec la démocratie.
a écrit le 12/06/2017 à 19:01 :
Les députés devraient rendre des comptes.
Quand, a qui, sur quoi? Et ils risqueraient quoi? De ne pas être réélu? Les nouveaux élus ne sont plus des professionnels de la politique.
L'argument semble bien mince.
a écrit le 12/06/2017 à 18:46 :
35% de 100% des inscrits la véritable démocratie risque bien d'être dans quelques temps dans la rue! pour l’instant, sans proportionnelle, nous sommes une république bananière!
a écrit le 12/06/2017 à 18:29 :
35% de 100% des inscrits la véritable démocratie risque bien d'être dans quelques temps dans la rue! pour l’instant, sans proportionnelle, nous sommes une république bananière!
a écrit le 12/06/2017 à 18:28 :
Parce que vous croyez que Macron va tenir ses promesses !!!! certaines sont irréalisables... Soyons sérieux 5 minutes....
a écrit le 12/06/2017 à 18:22 :
Leçon de démocratie de la part de ceux qui ont dégagé les candidats issus de partis figés . Quant aux abstentionnistes des électeurs peu concernés ou alors pouvant expliquer leur non participation .
a écrit le 12/06/2017 à 17:58 :
Législatives : « hold-up » ou leçon de démocratie ?

avec des Députés élus par 15 % du corps électoral, l'on ne peut certainement pas appeler ca une leçon de démocratie

c'est lutôt la démocratie qui est affectée d'un grave cancer politique ...

Cette élection est "minable", c'est la honte de la France,

il convient d'annuler le 1er tour des Législatives et de renvoyer cette élection à septembre 2017
Réponse de le 12/06/2017 à 18:36 :
tout à fait d'accord quand un président a les pleins pouvoirs avec le vote de 35% ou 40% des inscrits c'est que nous sommes tout prêt d'une république bananière!
Réponse de le 12/06/2017 à 19:11 :
Annuler l'élection sous prétexte de démocratie, on aura tout vu.
D'autant que nous sommes loin des pleins pouvoirs : il y-a un sénat, des régions, des départements, des municipalités dont aucun n'est sous la dépendance de la République en Marche
Réponse de le 12/06/2017 à 20:14 :
c'est pas 15% des inscrits mais moins: 12,5%....c'est vrai que la démocratie est inexistante...
a écrit le 12/06/2017 à 17:41 :
"Le bouleversement en cours est d'abord l'expression démocratique du rejet de la politique suivie ces vingt dernières années"

Oui vous avez raison mais qui est le plus raisonnable des abstentionnistes ou des marcheurs, ceux qui doutent qu'un parti arrive à accéder à leurs demandes ou bien ceux qui croient encore et toujours en cette politique professionnelle qui comme vous la décrivez si bien n'a fait que trahir la majorité des citoyens pour une minorité d'entre eux ?

En plus sur le papier comment faire confiance à un gars qui n'a toujours évolué qu'en plein cœur de l'oligarchie et dont le travail n'a été que de servir les intérêts des possédants ? Alors pourquoi pas une énorme surprise de taille, je l'espère même, mais franchement en prenant du recul sur cette situation le bon sens c'est la méfiance.

Merci pour cet article ça me permettra de vous dire dans 6 mois que j'avais encore raison hélas, même si je souhaite farouchement que non mais bon le sauveur n'existe pas et les français sont en train eux de le comprendre, il est évident que les médias vont mettre bien plus de temps à percuter en espérant que cela ne soit pas bien trop de temps.
Réponse de le 12/06/2017 à 18:31 :
Mais vous avez certainement raison, il ne va servir que ses maitres, pour le reste, c'est un suicide collectif. (Wako)..
Réponse de le 13/06/2017 à 9:04 :
Ce n'est pas un suicide collectif c'est une campagne médiatique de masse pour un candidat qui plait à l'oligarchie, tout comme sarkozy, un amour aveugle sans critique, les seuls opposants que l'on voit à la télé sont la droite et l'extrême droite, donc autant dire que ça ne peut que nous faire aimer macron forcément, et on voit ce que cela a donné avec sarkozy, le président le plus malhonnête de la 5 ème république.

Macron ne fera pas cette erreur et c'est bien cela qui me fait peur étant donné que comme sarkozy magouillait il savait qu'il devait lâcher du leste de temps en temps. Là ça sent la destruction du social par une méthode binaire, par un robot programmé à cela.
a écrit le 12/06/2017 à 17:39 :
« Hold-up démocratique », « hold-up institutionnel », un électorat « à vomir », selon le mot d'un candidat LR dépité d'avoir été éliminé !

On ne va donc citer son nom puisque l'article ne le précise pas .

Le député sortant a notamment fustigé "les bobos d'un côté qui sont dans l'entre-soi, dans l'égoïsme", et puis "la bourgeoisie traditionnelle de droite qui va à la messe, envoie ses enfants au catéchisme et qui vote pour un type qui pendant 30 ans, s'est arrangé, a triché par tous les moyens.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :