Législatives : à Marseille, Mélenchon s'oppose à une "majorité de circonstances"

 |   |  346  mots
Jean-Luc Mélenchon (France Insoumise) à Marseille, le 11 juin 2017.
Jean-Luc Mélenchon (France Insoumise) à Marseille, le 11 juin 2017. (Crédits : Reuters/Jean-Paul Pelissier)
Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête du premier tour des législatives dans la 4e circonscription de Marseille, loin devant la candidate La République En Marche. Le député PS sortant Patrick Mennucci a été éliminé.

Après l'annonce des premiers résultats, Jean-Luc Mélenchon a défendu dimanche soir une "opposition écologique et sociale". Le chef de file de La France insoumise est arrivé premier aux législatives dans la 4e circonscription à Marseille, traditionnellement ancrée à gauche. Il a recueilli 34,31% des voix, contre 22,26% pour Corinne Versini (La République en Marche). Avec seulement 12,43% des suffrages, le député PS sortant Patrick Mennucci est éliminé dès le premier tour. Ce dernier avait dénoncé le "parachutage" de Jean-Luc Mélenchon en mai lors de l'annonce de sa candidature dans la cité phocéenne. Le candidat de La France insoumise était aussi arrivé en tête à Marseille lors du premier tour de l'élection présidentielle.

| Lire aussi Comment Jean-Luc Mélenchon a "ubérisé" la politique française

"Une situation politique en trompe-l'oeil"

Jean-Luc Mélenchon a lancé un appel à la mobilisation de l'électorat populaire et jeune afin de contrecarrer la "majorité de circonstances" annoncée selon lui par un premier tour favorable à La République en Marche. "Au deuxième tour, ne donnez pas et ne permettez pas que soient donnés les pleins pouvoirs au parti du président", a-t-il poursuivi.

Le parti d'Emmanuel Macron est arrivé premier au niveau national avec 28,21% des suffrages - contre 15,77% pour LR, 13,20% pour le Front National. La France insoumise a remporté 11,02% des voix au niveau national, loin des 19,64% au premier tour de l'élection présidentielle. Ces résultats montrent "une très nette et incontestable avance" du parti du chef de l'Etat, selon le leader de La France insoumise, qui dénonce aussi "une situation politique totalement instable et en trompe-l'œil".

"Demain la France, ça ne peut pas être cette majorité de circonstances qui aura cru comme un champignon après la pluie", a assuré Jean-Luc Mélenchon.

> Consulter notre dossier "Législatives, quelle majorité pour Emmanuel Macron?"

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/06/2017 à 15:24 :
"contre 22,26% pour Corinne Versini (La République en Marche)."


Et membre du comité exécutif de l’UPE 13, le Medef local.
a écrit le 13/06/2017 à 10:52 :
LA METHODE DE VOTE EN FRANCE NE PERMET PAS UNE VRAIS DEMOCRATIE. DES PARTIES QUI FONT ENTRE QUINZE ET VINGT POURCENT NE SONT PAS REPRESENTE AUX PARLEMENTS? S EST UN DENIE DE DEMOCRATIE? CE QUI EN RESULTE C EST QU EN FRANCE ON EST CONDANNE A S OPPOSER QU A TRAVERS DES MANIFESTIONS DE RUE CE QUI ENGENDRE ENORMEMENT DE DESORDRE ECONOMIQUE NOTAMENT DANS LES GRANDES VILLES. ? LES DERNIERES MANIFESTATION SUR LA LOIE ELCOMMERI J AI VUES ENORMEMENT DE MAGASIN CASSE PARS DES MECONTANTS CAR ONT LEURS LAISSE QUE CELA COMME MODE D EXPRESTIONS? ? ?
a écrit le 12/06/2017 à 19:56 :
La vraie democratie !
Diriger avec 25% des voix.....
Superbe époque
a écrit le 12/06/2017 à 16:52 :
il y en a assez de ce mec; toujours entrain de détruire; qu'il règle ses comptes avec la fourberie ps; mais pas avec les électeurs. 6ème république, les valets répètent sans cesse; sans savoir; et après?
a écrit le 12/06/2017 à 13:54 :
Quand Mélenchon triomphe, c'est le "Peuple" qui triomphe; quand à ses adversaires, ce sont des bribes d'individus sans qualité! La prime du Démago, à ce mec!
a écrit le 12/06/2017 à 13:46 :
"L'abstention montre qu'il n'y a pas de majorité dans ce pays pour appliquer le programme de destruction du code du travail."

En effet Macron et son gouvernement n'ont pas légitimité pour nous diriger mais hélas, guidés par TINA ils ne vont pas se gêner pour tout casser au nom des actionnaires milliardaires leurs maitres.

D'autant que l'on peut faire confiance aux médias de masse de ces derniers pour euphémiser voir occulter cette plaie béante au sein de notre soit disant république démocratique.
Réponse de le 12/06/2017 à 15:45 :
"Macron et son gouvernement n'ont pas légitimité pour nous diriger"
A ce que je sache M. Macron a été élu de façon démocratique, les législatives se déroulent démocratiquement...mais il faut toujours trouver la mauvaise excuse pour réfuter la victoire de l'autre, tantôt c'est la faute du beau temps, de la pluie, du froid, du mauvais report des voix, de l'abstention, de l'autre, de ceci ou de cela. La vérité ce sont les mauvais perdants qui ne veulent pas reconnaitre leur défaite. Et surtout pas de remise en cause. Aucune illusion à se faire, même une très faible abstention n'aurait pas empêché le déni de la victoire du président de la République.
Réponse de le 12/06/2017 à 17:26 :
"mais il faut toujours trouver la mauvaise excuse "

La mauvaise excuse !?

Sans rire plus de 51% d'abstention c'est une mauvaise excuse pour critiquer une élection ???

Ok dites moi dans ce cas je vous prie qu'est-ce qui donne une légitimité à un parti politique élu par moins d'un électeur sur six ?

15% de l'électorat c'est 10% des français.

10% des français ont voté pour le parti en marche et donc 10% de la population va décider pour les 90ù restant et cela ne vous gène pas un minimum quand même ou bien vous êtes aveugle ou bien vous faites exprès de ne pas voir ?

Maintenant cela peut aussi être de l'ironie et dans ce cas vous avez un bon humour c'est un fait.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :