Monsieur Macron, virez le ministre du Commerce extérieur !

 |   |  886  mots
(Crédits : PHILIPPE WOJAZER)
Si la France était une entreprise, la première décision à prendre par le président de son conseil d'administration serait de virer son... ministre du Commerce extérieur.

 Les résultats sont sans appel : 63 milliards d'euros de déficit commercial en 2017 en France, contre 245 milliards d'excédent en Allemagne, soit un écart abyssal, de plus de 300 milliards, entre les deux pays. Cela n'a pas toujours été le cas : de 1992 à 2004, la France exportait plus qu'elle n'importait et, lors de la création de la zone euro, les deux voisins avaient le même excédent commercial. Imputer à la monnaie unique la cause des malheurs (commerciaux) de la France est donc une pure fumisterie. Suivez mon regard : il y a bien eu, depuis la fin des années 1990, des causes spécifiquement françaises à l'effondrement industriel du pays, qui n'a pas su, pas pu ou pas voulu se mettre au diapason de la mondialisation.

Dire qu'il faut virer le ministre du Commerce extérieur pour cela est, bien sûr, une clause de style. Les titulaires du poste, qui ont rarement été des poids lourds politiques, ne sont pas responsables de ce désastre. Mais, c'est une évidence, le ministre du Commerce extérieur ne sert pas à grand-chose, et Emmanuel Macron l'a bien compris : il n'en a nommé aucun dans le gouvernement d'Édouard Philippe. Le poste est partagé entre le ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, et, à la suite du combat autrefois mené par Laurent Fabius contre Bercy, le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, le meilleur vendeur d'armes que la France ait connu. Plus précisément, c'est un illustre inconnu, Jean-Baptiste Lemoyne, ancien sénateur apparenté Les Républicains de l'Yonne, qui est officiellement chargé du Commerce extérieur, du Tourisme et de la Francophonie.

La bonne nouvelle, pour lui comme pour la France on l'espère, c'est que la situation est peut-être, enfin, en train de se retourner. Conjoncturellement, comme l'indique l'Insee dans sa note de printemps, les échanges extérieurs accélèrent de nouveau et, avec eux, la demande mondiale adressée à la France. Les exportations françaises repartent, certes grâce aux livraisons d'armement et d'avions, mais pas que. De sorte que, à l'horizon de la mi-année, souligne l'Insee, le commerce extérieur contribuerait légèrement, à raison de 0,2 point, à l'acquis de croissance attendu à + 1,6 % fin juin. C'est mieux que les deux dernières années où l'extérieur a pesé négativement ( - 0,3 en 2017 et - 0,8 en 2016).

Tout cela pour dire que le vrai ministre du Commerce extérieur n'est pas tant celui qui multiplie les voyages pour accompagner les petits et grands contrats - ces derniers étant le plus souvent directement négociés lors des voyages présidentiels, ce qui fait de Macron le principal VRP de la France, comme on l'a vu récemment en Inde -, mais bien plutôt le ministre de « l'Économie intérieure », et plus spécifiquement celui des PME. Car, ce qui cloche dans notre pays, c'est la faiblesse de notre tissu de PME et d'ETI exportatrices, en comparaison avec nos principaux voisins, Allemagne ou même Italie. Avec trois fois moins d'entreprises de taille moyenne qu'on en compte outre-Rhin, la France est un nain quand il s'agit de faire croître ses entreprises à l'international.

Le CAC 40 c'est bien, mais ça ne crée pas ou peu d'emplois en net en France. Et malgré un grand dynamisme entrepreneurial, notre tissu de TPEPME ne parvient pas à se développer à l'ombre de ces grands. Des lois sur les PME, il y en a pourtant eu beaucoup, depuis Madelin jusqu'à Dutreil, pour citer ceux qui ont vraiment fait bouger les corporatismes. La future loi Le Maire, qui sera présentée le 2 mai, figurera-t-elle parmi les grands textes susceptibles de changer la donne et de résoudre ce mal français ? Le diagnostic est le bon, la méthode participative est inédite, les mesures envisagées précises (lire notre dossier pages 4 à 13). Mais le risque est grand qu'une fois de plus, même avec les meilleures intentions, l'ambition reste lettre morte. Certes, il y a des financements en fonds propres à développer, des transmissions d'entreprises à faciliter encore plus, des seuils fiscaux et sociaux hors d'âge à déverrouiller, un mouvement d'innovation à soutenir. Mais il y a encore plus important :

la priorité des priorités, pour aider les PME à grandir, c'est que l'État accélère sa propre transformation et réalise des économies pour alléger la part des impôts et charges qui pèsent directement sur l'autofinancement des entreprises, à savoir les impôts sur la production, les plus antiéconomiques.

Dans sa réforme fiscale, Emmanuel Macron, pourtant banquier d'affaires, l'a un peu oublié :

baisser le taux de l'impôt sur les sociétés, c'est bien, mais cela ne suffit pas. Alors que les entreprises françaises commencent à réinvestir pour moderniser leur outil de production, c'est-à-dire acheter des robots, passer au numérique et former les salariés aux compétences dont elles auront besoin, c'est le moment d'aller plus loin encore dans la politique de l'offre lancée par Hollande avec le CICE. Le pacte de responsabilité et ses 40 milliards d'euros de baisse de charges ont permis de redresser le taux de marge des entreprises : il doit désormais se transformer en un pacte pour soutenir l'innovation et la conquête des marchés à l'export.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/03/2018 à 23:54 :
Quel est le comique qui a encore eu l’idée de sortir Mabille de son placard ? Pretendre comme il le fait a chaque fois, que l’euro n’est pas une des raisons essentielles de l’etat lamentable de l’industrie francaise: quelle fumisterie !
a écrit le 27/03/2018 à 9:08 :
Si on veut développer nos exportations il faut commencer à produire EN FRANCE. Malheureusement trop de chefs d'entreprise ne se preoccupent que des profits immédiats et préfèrent installer leur production dans un pays où les couts de mains d'oeuvre sont bas et où les bénéfices seront les plus conséquents. Ils se foutent royalement du développement de l'économie en France. Je préfère saluer ici ceux qui restent et qui offrent des emplois en France, qui acceptent de payer leurs impôts en France et qui permettent à notre pays de présenter un régime de protection sociale performant et unique dans le monde.
a écrit le 27/03/2018 à 8:41 :
"la priorité des priorités, pour aider les PME à grandir, c'est que l'État accélère sa propre transformation et réalise des économies pour alléger la part des impôts et charges qui pèsent directement sur l'autofinancement des entreprises,"

Oui, bien entendu, maintenant l'état français peut aussi faire payer des impôts aux plus riches et aux multinationales plutôt que de faire peser toute la pression fiscale sur le dos des petits et des moyens qui n'en peuvent plus c'est un fait.

80 milliards de manque à gagné fiscal à cause des paradis fiscaux...

Et ce n'est pas en ne le rappelant jamais que l'on va mettre la pression sur nos politiciens qui sont déjà soumis aux actionnaires milliardaires.

Vite un frexit, il est urgent de retrouver du pouvoir politique car au final comme vous le dites en effet, le président de la république n'est qu'un vulgaire vrp protégeant les intérêts des uns et cherchant à pénétrer les marchés des autres.

Au secours.
a écrit le 27/03/2018 à 8:36 :
Il faut raisonner "à niveau constant". Si on baisse d'un coté, il faut augmenter de l'autre. Si on baisse le cout du travail, il faut augmenter le prix de l'énergie. Voir la note n°6 du CAE. Qui le comprendra? C'est urgent!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :