Intelligence artificielle : les dessous du rapport Villani

 |   |  1966  mots
(Crédits : DR)
A chaque fois que la puissance publique produit un rapport sur un secteur donné du numérique avec l'ambition de faire de la France un leader mondial, les acteurs de l'écosystème correspondant sont tout feu tout flammes parce que leur sujet intéresse les plus hautes autorités. Avec le recul, la France n'atteint jamais l'objectif assigné et, entre temps, les gouvernements ont changé et le marché est passé à autre chose. Le rapport Villani semble ne pas échapper à cette fatalité... Par Olivier Ezratty, consultant et auteur, notamment de l'ebook « Les usages de l'intelligence artificielle »

L'introduction est admirablement bien écrite. Elle témoigne d'une passion non feinte de son auteur pour le sujet. Baptisé Donner un sens à l'intelligence artificielle - pour une stratégie nationale et européenne, le Rapport Villani recense 135 propositions. Il abonde de marronniers traditionnels sur l'organisation de la recherche, sur la valorisation industrielle de ses travaux et sur le rôle de la puissance publique comme acheteuse de technologies. Pourtant, cette dimension industrielle faisait partie des objectifs de la Mission Villani. Le point intermédiaire de décembre 2017 y faisait même abondamment référence. La première piste de réflexion était même de "mener une politique industrielle et économique innovante et ambitieuse". Mais y confond toujours recherche et innovation.

La France, leader de l'éthique de l'IA

La principale ligne de force de ce rapport est de mettre en avant une vision d'une IA éthique et responsable, soucieuse des utilisateurs. C'est de bon aloi et le plan est très bien documenté de ce point de vue là. Mounir Mahjoubi défend cette approche en mettant en avant la dimension sociale de l'IA : elle doit être mise au service du bien de la société et ne pas être qu'un enjeu économique.

Cette volonté affichée de faire de la France un leader mondial d'une vision éthique de l'IA, de son impact sociétal et aussi de sa régulation se retrouve dans la marque du site présentant le Rapport Villani : AIForHumanity ! On la retrouve dans les liens entre l'IA et la responsabilité environnementale ou encore dans le besoin d'améliorer la diversité des profils dans les métiers du numérique et de l'IA en particulier, et notamment celui d'attirer plus de jeunes filles dans ces filières.

Il serait évidemment préférable d'avoir à la fois une IA éthique et un leadership économique mondial dans l'IA. Nous risquons au bout du compte de n'avoir ni l'un ni l'autre. Sans leadership industriel, nos vies numériques continueront d'être envahies par les solutions d'acteurs internationaux qui valorisent plus leurs modèles économiques et marchés bifaces.

Une vision trop franco-française des applications de l'IA

L'absence de vision industrielle se traduit par un Rapport qui est bien trop franco-français dans ses recettes. 113 de ses 135 propositions relèvent des usages et du marché de l'IA en France, et pas dans le monde. Nous sommes engoncés dans une vision locale du marché de l'IA, entretenant l'illusion que le marché français est un piédestal suffisant pour obtenir un leadership moral et un leadership industriel qui nous seraient dus dans l'IA. On veut jouer dans la cour des grands en se contentant de notre bien petit pré-carré.

Cela se manifeste aussi dans la propension à privilégier les sujets "à systèmes complexes" plus qu'à "produits génériques" comme les systèmes de transports intelligents ou de santé. Les solutions et approches de déploiement de ces systèmes dépendent étroitement des systèmes et acteurs locaux. C'est une vision d'intégration plus qu'une vision industrielle de solutions en volume.

La commission Villani et le gouvernement sont très hardis sur la question des données, prévoyant d'imposer "au cas par cas" l'ouverture des données provenant d'acteurs privés, y compris étrangers. Ces données seront malgré tout liées à des usages en France et renforceront donc le tropisme franco-français de l'entrepreneuriat local.

Pour faire bonne figure, le rapport affiche quelques ambitions européennes, notamment franco-allemandes. L'équivalent Villanesque de feu le projet de moteur de recherche franco-allemand Quaero est un projet franco-allemand d'industrie de la robotique. Il fait juste référence à un projet collaboratif de recherche européen qui, côté France, n'associe que le laboratoire de recherche LAAS du CNRS à Toulouse. Un peu léger pour créer un Airbus des robots !

La priorité sur la recherche en IA

Le rapport Villani abonde de propositions relatives aux chercheurs. Nombre d'entre elles ne sont pas spécifiques à l'IA, notamment pour rendre les carrières de chercheurs plus attractives. L'intention louable est de mieux rémunérer les chercheurs et limiter la fuite des cerveaux actuelle, qui est d'ailleurs mal chiffrée.

Il propose surtout la création de quatre à six Instituts 3IA (Interdisciplinaires d'Intelligence Artificielle) organisés dans un réseau national RN3IA. Ils seront voisins, dans leur principe, des IRT (Institut de Recherche Technologiques) qui avaient été lancés dans le cadre des Programmes d'Investissement d'Avenir à partir de 2009. Ils visent à améliorer le lien entre la recherche fondamentale publique et les entreprises. Ils serviront aussi à faire perfuser l'IA dans l'ensemble des disciplines scientifiques qui y feront appel.

Les 3IA s'ajouteront à des dispositifs existants tels que les contrats CIFRE qui permettent aux entreprises d'employer des doctorants, aux Pôles de Compétitivité qui associent déjà entreprises et laboratoires de recherche, au réseau des Instituts Carnot, un label attribué aux laboratoires publics encourageant la recherche partenariale et au réseau RETIS qui regroupe notamment les incubateurs publics. Bref, la proposition des 3IA ne va pas simplifier la cartographie de la recherche française qui ressemble déjà à ça...

Une proposition originale est faite et qui provient visiblement de chercheurs en mal de reconnaissance : en nommer dans les conseils d'administration d'entreprises dont l'État est actionnaire. Pourquoi pas. Mais ils risquent de bien s'y ennuyer ! Ce n'est pas là que la stratégie des entreprises est établie. Ce sont le plus souvent des chambres d'enregistrement.

La politique industrielle de l'IA

Comment quantifier ou qualifier le leadership mondial ? On sait qu'il est quasiment impossible de créer un leader mondial du numérique sans avoir une assise de marché large et homogène comme en bénéficient les acteurs des USA et de Chine. La France est trop petite et l'Europe trop fragmentée pour ce faire. Comment donc conquérir les marchés mondiaux ? Tout juste avons-nous des velléités d'influencer les politiques d'ouverture de données à l'échelle internationale.

Le rapport propose surtout des mesurettes, encore liées au marché intérieur français comme la création de labels IA associés à celui de la French Tech pour augmenter la visibilité de l'offre domestique en IA. Le guichet unique de l'IA prendrait la forme d'un annuaire des solutions logicielles prêtes à l'emploi pour créer des solutions à base d'IA, notamment pour conseiller les entreprises utilisatrices, dont les TPE/PME. C'est le rôle du privé !

S'en suit une litanie de propositions pour développer le rôle d'acheteur d'IA de l'État. I ll doit certainement tirer parti des technologies pour se moderniser. Mais c'est piège le plus dangereux qui soit pour les startups françaises ! Il n'est déjà pas simple de travailler avec un grand compte français, alors, avec l'État !

La proposition de création d'une DARPA française ou européenne présente du sens. Elle est issue de l'initiative Joint European Disruptive Initiative (JEDI) lancée par le Français André Loesekrug Pietri, en collaboration avec des Allemands et des Italiens. Le diable de ce genre d'objet est dans les détails de sa mise en œuvre.

Enfin, nous avons quatre secteurs d'activité cibles considérés comme relevant d'opportunités de leadership : santé, agriculture, transports, défense et sécurité avec quelques concepts génériques intéressants autour de l'expérimentation, l'accès à des données d'expérimentation - toujours locales - ainsi que les bacs à sable d'innovation.

Côté transports, ça parle de code de la route et d'expérimentations, mais pas d'industries. Qui sont les acteurs ? Où sont les économies d'échelle ? Où sont nos opportunités de création de valeurs ? Quid d'expérimentations dans des villes avec 100% de véhicules autonomes (level 4 ou 5) ? Voilà qui marquerait les esprits et ferait avancer l'état de l'art !

Dans la santé, le Rapport évoque surtout la manière d'exploiter les données de parcours de santé de la CNAM au lieu de se poser la question du marché mondial de la santé. En attendant, les startups françaises d'imagerie médicale alimentent leur IA avec des bases d'origine américaine.

Pour l'agriculture, les propositions relèvent beaucoup plus des usages en France que du développement de technologies agricoles à base d'IA que la France pourrait exporter. C'est presque plus un vœu d'autosuffisance alors que l'on importe presque tous nos engins agricoles !

Enfin, l'IA dans la défense et la sécurité est plus régalienne qu'industrielle. Le point de vue affiché est celui d'un État acheteur de technologies, même si nous sommes aussi un grand exportateur d'armes devant l'éternel.

Dans leur forme actuelle, ces cinq plans thématiques ressemblent plus à des plans de rattrapage ou de déploiements qu'à des plans industriels dignes de ce nom.

La curieuse approche dans le matériel de l'IA

Le Rapport Villani propose d'"innover dans l'industrie du composant adapté à l'IA". Après un exposé clair des enjeux dans les processeurs neuromorphiques, la proposition faite consiste à créer un supercalculateur, une propension habituelle à s'éloigner dangereusement des marchés de volume ! Peut-être une influence d'ATOS-Bull qui est le fournisseur national de ce genre d'engins ou celle des chercheurs qui voudraient disposer de leur propre puissance de calcul pour entrainer leurs modèles de réseaux de neurones sans passer par le cloud des GAFAMI. Ca frise le hors sujet, car cela passe d'un enjeu industriel mondial à celui de l'équipement local de nos chercheurs.

Rien n'est dit de la filière française et européenne des composants ou des architectures d'IA distribuées et réparties dans les objets connectés, qui présentent un bénéfice directement lié à des préoccupations écologiques et de protection de la vie privée évoquées par ailleurs dans le Rapport ?

Ne parlons pas de se poser la question cruciale de l'informatique quantique, dont certaines applications auront un lien avec l'IA, mais qui attendra probablement un "plan calcul quantique" gouvernemental entre 2025 et 2030, quand il sera bien trop tard. Le mot quantique n'apparait pas dans le Rapport Villani.

La méthode, toujours la méthode

Comment arrive-t-on à un tel résultat ? Les raisons sont toujours les mêmes et liées à la méthode et au casting. Les chercheurs défendent la recherche. Les trublions de l'État veulent le moderniser. Les chercheurs en éthique défendent l'éthique. Les investisseurs veulent investir. Les avocats veulent faire évoluer le droit. Certains entrepreneurs recherchent du financement ou un assouplissement règlementaire. D'autres se plaignent du manque de compétences et de personnes formées. L'open source promeut l'open source. Mais peu affichent une vision globale.

Les demandes des chercheurs ont été visiblement mieux prises en compte. Pas étonnant ! La mission Villani comprenait deux chercheurs (Cédric Villani et Marc Schoenauer), un ingénieur de l'armement de la DGA et pas moins de cinq permanents du CNNum.

Il n'est pas étonnant dans ces conditions que le Rapport Villani se soit intéressé plus à l'amont de l'innovation, à savoir la recherche, qu'à sa valorisation industrielle qui est un sujet complexe où l'Etat doit jouer un rôle de facilitateur plus que de stratège. Bref, on attend un peu la suite !

L'intégrale de l'analyse du rapport Villani sur www.oezratty.net

______

DISCOURS DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE
SUR L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE - 29 Mars 2018

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/04/2018 à 17:50 :
Pour couler l'IA, confier les moyens de développer l'IA à l'X
a écrit le 01/04/2018 à 20:43 :
Il semble que l'Etat soit la personne morale qui a le plus à perdre dans le développement de l'IA. Clairement l'IA est d'initiative privée.
a écrit le 01/04/2018 à 14:35 :
Quand le réel ne marche pas, autant essayer le virtuel. La France l’autre pays des idées
a écrit le 01/04/2018 à 7:04 :
Ola, merci pour cette analyse très pointue. En ce qui concerne les travaux "franco-français", et leur ligne directrice ou leurs résultats ou leurs méthodes, etc., etc., c'est que " vous", les journalistes, êtes dans la même démarche et, au final, n'aider en rien à l'évolution constructive dans le champ des possibles qu'il nous est donné de créer pour le bien de tous. Je m'explique. Une fois constaté les aléas d'une telle démarche comme dans cette analyse et bien quoi, que fait-on ? Vous en tant que journaliste expert ayant accès à des informations que nous n'avons pas et nous ensuite ? La majorité du temps, rien. Donc, à part passer de l'info cela ne sert à rien si ce n'est continuer le jeu "franco-français" de la propagation d'un malaise voir de peur. Et cela fait des années que cela dure ! Maintenant, une fois diffusée une analyse fine comme celle-ci, "vous" pourriez utiliser les technologies actuelle pour lancer une démarche et avec notre soutien, commencer à devenir acteur, en conscience et porteur d'idées nouvelles qui pourraient enfin changer la donne. Sinon nous continuerons à défendre notre petit pré-carré personnel ou de notre secteur d'activités et rien n'avencera réellement, comme "d'habitude". Ce qui au final laisse la part belle à tous ces lobbys et leurs acteurs. Cœurdialement
Réponse de le 01/04/2018 à 15:35 :
Tout ce salmigondis pour ne rien dire ?
a écrit le 31/03/2018 à 23:15 :
la seule façon de procéder c'est de se fixer des objectifs concrets comme en son temps la force de frappe de De Gaulle ou l'homme sur la lune de Kennedy . L' objectif fixé l' état soutien mais laisse les industriels faire le travail . La coopération européenne ne marche pas en général car tous les acteurs réclament un leadership .Sur chaque sujet il faut un maître d'œuvre , à lui d'organiser la sous-traitance .
a écrit le 31/03/2018 à 22:30 :
C est vraie il ne fait pas très sérieux...
En plus un rapport égocentrique qui ne parle que de la France. Sauf que les leaders sont Google et consorts maintenant.....
Un train de retard comme d habitude...
Comme la SNCF...
a écrit le 31/03/2018 à 18:42 :
Villani, mais oui, le Lady Gaga des mathématiques comme l'appellent les américains

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :