Municipales : élus, ne laissez pas la crise économique occulter la crise environnementale

 |   |  974  mots
Surveillons ces grands acteurs qui ne respectent toujours pas la règlementation sur le tri des déchets, et incitons-les à faire preuve d'une exemplarité pour entrainer les autres acteurs à réduire leur impact sur l'environnement.
"Surveillons ces grands acteurs qui ne respectent toujours pas la règlementation sur le tri des déchets, et incitons-les à faire preuve d'une exemplarité pour entrainer les autres acteurs à réduire leur impact sur l'environnement." (Crédits : Reuters)
OPINION. Alors même que certains n'hésitent plus à lier les crises sanitaires à la dégradation de l'environnement, il serait tout à fait irrationnel de ne pas porter une attention accrue à la lutte contre la pollution, la réduction des déchets et la préservation de l'environnement. Par Marine Laclautre, Alain Fournier, Dan Lert, Claire Masson, Léonore Moncond'huy, Raphael Qnouch, Michaël Ruiz, David Terrien, Gérard Vesques.

Juin 2020. Premiers pas dans le monde d'après. En ce début d'année 2020, la première préoccupation a été sanitaire, la seconde est économique. Deux préoccupations légitimes, mais qui éclipsent ainsi les autres inquiétudes des Français. Qui aurait pensé pourtant, il n'y a pas si longtemps encore, que l'urgence écologique pourrait passer au second plan ? La survie de la planète était ancrée au cœur des préoccupations de l'opinion publique. Lors du premier tour de la campagne municipale 2020, aucun parti n'avait éludé ce sujet si cher aux électeurs. Cette question faisait consensus, aussi bien nationalement qu'internationalement; nous avions conscience de l'urgence climatique et de disposer d'un temps infiniment réduit avant de ne plus pouvoir inverser la tendance vers une catastrophe environnementale inéluctable.

Certains responsables politiques avaient même commencé à obtenir des avancées significatives de la part de "gros pollueurs". Des grands acteurs économiques dont l'impact écologique est désastreux et qui avaient les moyens de donner l'exemple, s'étaient engagés à faire plus d'efforts pour moins polluer. Le 11 juin 2019, la Secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/06/2020 à 8:29 :
bien sûr qu'il faut faire des efforts en France. Mais avant tout il faut faire pression sur les gros pollueurs et non développer une écologie punitive sur les seuls Français.
Rien de rien sur l'aspect cargo-avion-mondialisation à outrance dans les résultats de la convention citoyenne manipulée par Terra Nova par exemple. Rien non plus sur l'indispensable limitation des naissances en Afrique et en Asie car ce n'est pas politiquement correct et ne va pas dans le sens de l'idéologie des rouges pastèques...!
a écrit le 26/06/2020 à 8:25 :
bien sûr qu'il faut faire des efforts en France. Mais avant tout il faut faire pression sur les gros pollueurs et non développer une écologie punitive sur les seuls Français.
Rien de rien sur l'aspect cargo-avion-mondialisation à outrance dans les résultats de la convention citoyenne manipulée par Terra Nova par exemple. Rien non plus sur l'indispensable limitation des naissances en Afrique et en Asie car ce n'est pas politiquement correct et ne va pas dans le sens de l'idéologie des rouges pastèques...!
a écrit le 25/06/2020 à 17:36 :
Ce sont aux propriétaires d'outils de production de sauver la planète en arrêtant de polluer pour favoriser la seule marge bénéficiaire de l'actionnaire et à eux seuls. C'est de la pure logique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :