Municipales : l'Ademe veut "proposer des solutions à l'ensemble des territoires"

 |   |  808  mots
S'il y en aà la pointe, des très bons et des moyens élèves, beaucoup de collectivités sont en interrogation, en manque de moyens financiers, et nous approchent pas ou peu, déclare le président de l'Ademe Arnaud Leroy.
S'il y en a"à la pointe", des "très bons" et des "moyens élèves", "beaucoup de collectivités sont en interrogation, en manque de moyens financiers, et nous approchent pas ou peu", déclare le président de l'Ademe Arnaud Leroy. (Crédits : Reuters)
Après avoir publié en novembre dernier un guide pratique à destination des candidats aux élections municipales, l'agence de la transition écologique (Ademe) entend désormais "fabriquer une réponse plus globalisante" pour les collectivités locales.

Elle ne s'appelle plus "agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie", mais "agence de la transition écologique". Si l'Ademe conserve sa marque car - "installée dans le paysage institutionnel" -, sa dénomination évolue pour couvrir "des dimensions interdépendantes qui méritaient d'être intégrées" : mobilité, alimentation et tourisme durable, numérique, en plus de la maîtrise de l'énergie, "au cœur du métier", a expliqué ce 18 juin son président Arnaud Leroy.

Pas question pour autant de parler de "transformation" ou de "révolution", "la transition est quelque chose d'intérêt, d'important et de rassurant", a justifié son président lors d'une conférence de presse téléphonique. "Le changement ne se fera pas du jour au lendemain", a-t-il ajouté, insistant sur la nécessité "d'accompagner la société dans son ensemble de manière non brusque et non brutale".

Simplification et simplicité

A dix jours d'un scrutin local attendu, l'Ademe ne change pas...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/06/2020 à 16:35 :
C'est ceux qui ont réussi à imposer les appareils et ont inventé une usine à gaz non rentable (sauf pour ceux qui gérent les abonnements) appelés "repartiteur de chaleur", dont l absence de fiabilité a été démontrée (cf enquête que choisir du 28/2/17), et combattu par ARC. (association des responsables de copropriétés) pour son inutilité.
a écrit le 18/06/2020 à 15:19 :
L'Ademe ou ce qu'il en reste n'a plus de crédibilité depuis que cette structure est "dirigée" par un copain de Macron. Incompétence et copinage n'ont jamais fait bon ménage .
a écrit le 18/06/2020 à 13:39 :
Cocasse, l'ademe n'existe plus sous cette appellation mais on conserve quand même les initiales afin de conserver ce qui donnait une bonne image à ses utilisateurs, à comparer avec les partis politiques qui changent de nom et veulent surtout qu'on oublie l'ancien et le plus vite possible !

Ben oui parce que eux changent de nom car plus personne n'a de bonne image d'eux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :