La commande record passée à Airbus peut-elle aider Lion Air à sortir de la liste noire ?

 |   |  669  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La commande record passée par la compagnie indonésienne Lion Air à Airbus va t-elle aider cette compagnie inscrite sur liste noire en Europe en sortir? Pas certain pour Ozan Akyurek, associé en contentieux commercial-droit des affaires dans le domaine de l'aéronautique au sein du cabinet d'avocats Jones Day

Dans le but de renforcer la sécurité en Europe, les ministres des transports des pays de l'Union Européenne ont décidé en 2005 de mettre en place un processus commun d'interdiction ou de restriction d'exploitation dans l'espace aérien européen de compagnies aériennes jugées peu sûres. Si cette liste noire recensant ces compagnies est mise à jour tous les semestres, le processus pour en sortir se révèle être long et peu aisé. En effet, les décisions d'interdiction ou de restriction d'exploitation prises à l'encontre des compagnies aériennes étrangères font suite à leur évaluation en considération des normes minimales de sécurité, établies par l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale (OACI), que les 190 États signataires de la Convention de Chicago se sont engagés à respecter pour leurs vols internationaux. Or, la compagnie Lion Air figure sur la liste noire depuis 2007 et vient pourtant de conclure un contrat record avec Airbus portant sur la commande de 234 appareils.

Défaillance de l'administration de l'aviation civile

C'est en effet à la suite d'une série d'accidents survenus cette année là et impliquant des compagnies indonésiennes que l'ensemble de ces dernières ont été bannies du ciel européen en sus des multiples retards qui lui sont par ailleurs reprochés. En outre, plusieurs pilotes de Lion Air ont été arrêtés début 2012 en possession de méthamphétamine, une drogue de synthèse hautement additive. Enfin, selon les règles de l'UE, Lion Air est également « blacklistée » en raison de la défaillance de l'administration de l'aviation civile de Djakarta. En effet celle-ci, en proie à la corruption, ne peut valablement assurer le processus de délivrance des licences et des certificats de transporteur aérien et ne saurait en conséquence être considérée comme un organisme de certification de la sécurité digne de ce nom.

L'exemple Onur Air

Afin de sortir de la liste noire, les compagnies doivent démontrer à la Commission Européenne leur niveau de sécurité, comme certaines l'ont déjà fait. En améliorant, preuves à l'appui, la sûreté et la sécurité de leurs appareils, les compagnies peuvent - en théorie tout au moins - sortir de cette liste noire.

Ainsi, après trois missions d'inspections de la Commission européenne, menées sous la responsabilité du fonctionnaire européen Federico Grandini, celle-ci a annoncé le 14 juillet 2009 le retrait de quatre compagnies indonésiennes de sa liste noire. Il s'agissait en l'occurrence des compagnies Garuda Indonesia, Airfast, Mandala Airlines et Premiair. De la même façon, la compagnie aérienne privée turque, Onur Air, figurant sur liste noire en 2005, est parvenue à en sortir et a ainsi renouvelé son image de compagnie « douteuse » en modernisant progressivement sa flotte. A cette fin, elle a confié sa maintenance à la compagnie nationale turque Turkish Airlines sous le contrôle d'Airbus et Thales.

Assurances plus chères

Pour Lion Air, qui n'exploite pas de long-courrier vers l'Europe, ce n'est pas une priorité. Néanmoins, le fait de figurer sur liste noire représente toujours pour la compagnie concernée un coût supplémentaire, notamment en matière d'assurance. S'il est exact que dans la dernière mise à jour de sa liste noire en décembre dernier, l'Indonésie figurait parmi les pays dont les progrès en matière de sécurité ont été salués par la Commission européenne, il n'en demeure pas moins que Lion Air ne semble pas pressée de se mettre aux normes européennes. En effet, quand bien même, elle serait en voie de moderniser sa flotte, elle n'a, pour le moment, aucune intention de s'implanter en Europe puisque ses projets visent à s'attaquer au géant régional du secteur, Air Asia, en lançant une filiale à bas coût en Malaisie. En définitive, il n'est donc pas certain que le renouvellement récent de sa flotte ouvre les portes des aéroports occidentaux à Lion Air.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :