Crise : les banques centrales ne sont pas une planche de salut

 |   |  665  mots
Copyright Reuters
Le nouveau rôle, pragmatique et opportuniste, que jouent les grandes banques centrales peut-il constituer un socle qui permette au système financier de retrouver son plein équilibre et à l'économie occidentale les chemins perdus de la croissance? Rien n'est moins garanti. François Leclerc, ancien conseiller de l'AFP, est l"auteur de "La crise n'est pas une fatalité" (éditions Osez la République sociale!").

Au fil d'une crise qui se poursuit, le capitalisme connaîtrait-il une véritable mutation? C'est tout du moins ce que suggère l'implication grandissante des banques centrales dans le fonctionnement de l'économie mondiale. Leurs programmes s'amplifient et leurs bilans enflent démesurément (comme au sortir d'une guerre mondiale). Que se passerait-il alors, en vient-on à se demander, si elles devaient abandonner leurs mesures non conventionnelles (comme par exemple, la création monétaire par l'achat de titres ou l'assouplissement des conditions de crédit)? Car ne pas pouvoir ne serait-ce que l'envisager, ce serait reconnaître que ces politiques sont devenues irremplaçables au centre du dispositif qui maintient le système en équilibre. Comme si le capitalisme était entré dans une nouvelle phase de son existence.

La Fed et la Banque du Japon vont-elles inspirer l'action de la BCE ?

Après la FED, qui consacre mensuellement 85 milliards de dollars à des achats de titres, la Banque du Japon s'est engagée dans un programme d'achats de 1000milliards de dollars de la dette du pays, et l'on attend les décisions à venir de la Banque d'Angleterre et de la BCE. À Londres, la première hésite encore à suivre les traces de sa cons?ur américaine, tentant avec peu de succès de conditionner ses prêts aux banques à des objectifs de crédit aux PME (programme Funding for Len-ding). À Francfort, la seconde réfléchirait à un nouveau programme qui, dit-on, consisterait à soutenir la titrisation de prêts bancaires aux PME des pays de la périphérie de l'Europe. Entre-temps, la BCE a de toute façon totalement investi le marché interbancaire pour le faire fonctionner, symbole de la nature fonctionnelle de son intervention.

Le processus de désendettement, plus problématique que prévu

Aujourd'hui donc, des discussions sont lancées sur l'évolution de leurs missions, de leurs cibles d'objectif... et même du maintien de leur indépendance. Toutes considérations qui ne sont pas mineures, dans un monde semblant figé à jamais dans les certitudes d'une théorie monétariste à la gloire ternie.
En tout cas, l'heure n'est plus à la vigilance de l'inflation des prix à la consommation - en dessous des 2% réglementaires dans la zone euro - alors que les mécanismes monétaires ne procurent pas les résultats espérés. L'opportunisme s'impose et les objectifs varient suivant les circonstances d'une banque centrale à l'autre : au Japon, il faut vaincre la déflation, aux États-Unis, le chômage et en Europe, éviter l'effondrement de la zone euro.
Tout cela demande des moyens que seules des banques centrales possèdent. Mais elles répètent qu'elles ne peuvent à elles seules régler les problèmes, appelant implicitement à agir de concert avec les gouvernements! Ce faisant, elles ouvrent ainsi la voie à une réappréciation de leur indépendance, déjà sérieusement mise à mal au Japon. Ce nouveau rôle des banques centrales est-il durable et stable? Peut-il constituer un socle sur lequel le système financier pourra retrouver demain son plein équilibre et l'économie occidentale les chemins perdus de la croissance? Rien n'est moins garanti. Elles soutiennent un processus de désendettement qui s'avère bien plus problématique et long que prévu.
Mais ne favorisent-elles pas à cette occasion, à grande échelle, une inflation des actifs financiers à la taille de leur intervention? Ne créent-elles pas, dans un univers où la mesure du risque est de plus en plus reconnue comme défaillante et illusoire - et les garde-fous dérisoires - les conditions d'un rebondissement de la crise actuelle? C'est un gros risque qu'il ne faudrait pas prendre, car les avis sont partagés à ce sujet.
Le système financier dont l'effondrement a été évité de peu a repris sa course au rendement. Ce que l'on a observé de son fonctionnement ces dernières années permet de prévoir que l'histoire est loin d'être finie. La mutation en question n'est pas une panacée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/05/2013 à 13:08 :
...une planche à billets de salut, alors ?
a écrit le 03/05/2013 à 12:29 :
Les banques centrales jouent un role très négatif : la Fed aa créé les conditions de taux trop bas pendant trop longtemps à l'origine de la bulle immobilière et de la crise des subprimes, et n'a pas compris la leçon : ils recommencent avec des taux encore plus bas et des injections massives de liquidités !!! Une stupidité totale ! Et ils perturbent fortement les marchés, poussent les banques à favoriser les obligations d'état, utilisées comme collatéral au détriment des activités de prèt à l'économie réelle (PME etc), elles injectent d'énormes liquidités dans les banques, responsables de la crise, récompensant ainsi les coupables et les nuisibles, bref, ils ont un rôle très négatif.
a écrit le 03/05/2013 à 12:05 :
Bonne subjectivité, même si cela reste juste au bas niveau de la subjectivité. Quelques chiffres montrant le peu de rendement des QE de la FED auraient été bienvenus et, pour une fois, non contestables.
a écrit le 03/05/2013 à 12:02 :
Bravo, que voilà un bon texte : les banques centrales ne sont pas une planche de salut parce qu'elles sont une planche pourrie de naufrage. C'est très, très simple en peu de mots, comme les deux derniers paragraphes de l'article.
Il y a environ trente ans a été institutionnalisé le postulat d'une stratégie économique, aussi hégémonique, fondée sur la promotion des valeurs et de la croissance par la généralisation universelle de la mise aux enchères de n'importe quoi , pour exciter appétit et consommation. Voilà le principe. L'outil souverain trouvé a été le monétarisme avec manipulation des taux et des masses de liquidités. Les Banques centrales, parfois "indépendantes dans l'interdépendance", ont été les pourvoyeurs zélés du système financier, que l'on aurait sauvé de l'effondrement, pour cacher les montagnes de ses
papiers creux, titres pourris ou virtuels, tellement énormes qu'on n'a trouvé comme solution que les bons peuples pour tenter d'en absorber les remugles et permettre que ça continue. Votre article est clair qui montre la tyrannie mortifère des maîtres de notre Monde.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :