Auto-entrepreneurs : le droit à l'entreprise pour tous !

 |   |  666  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)
La menace de remise en cause du statut de l'auto-entrepreneur par Silvia Pinel, ministre déléguée au commerce, à l'artisanat et au tourisme, a suscité de très nombreuses réactions sur la Toile, la fronde étant menée par les associations d'auto-entrepreneurs qui se sont regroupés sous le noms de "Poussins", par référence au Mouvement des Pigeons. Cette tribune signé par un collectif d'entrepreneurs prend position contre le projet du gouvernement et lance le mouvement de "L'entreprise pour tous", assorti de nombreux témoignages. Les signataires sont Olivier Mathiot, co-fondateur de PriceMinister.com, Christine Lorimy, entrepreneur indépendante, Nicolas d'Audiffret, co-fondateur d'A Little Market.com, Nicolas Cohen, co-fondateur d'A Little Market.com, Ludovic Badeau, fondateur de EVO Entreprendre, Julien Tardy, fondateur de Freelancer.com.

S'attaquer au régime de l'auto-entrepreneur ? En voilà une sacrée bonne initiative pour remonter le moral des troupes en ce printemps morose !. On se demande comment l'idée est venue à nos élites gouvernementales : une armada de consultants en redressement productif, un obscur lobby à la solde des maçons, ou plus simplement une discute à la machine à café un matin...

- Dis tu crois que ça sert vraiment à quelque chose les "auto"-entreprises ?
- Non, je ne crois pas. Le marché de l'automobile n'est pas prêt de redécoller...
- Bon ben, y'a qu'à virer ce truc-là. On y verra plus clair.

Mais qui sont les auto-entrepreneurs en fait ? Des gens, plein de gens avec des histoires toutes différentes, des parcours, des vies, des métiers, qui n'ont pas grand-chose en commun et pourtant ils sont un million à avoir choisi ce statut ! Un million dites, ce n'est pas rien monsieur le Président. Si ?

Au lieu de se jeter sur la bête et d'essayer de la rayer du paysage, ce serait peut-être malin de regarder pourquoi un tel phénomène a pris, comment cela se fait que les Français, qu'on dit volontiers peu entrepreneurs, sont un million à avoir osé ?

Complément de revenu, ou activité principale qu'est-ce ça peut faire ? Alors pourquoi n'ont-ils pas choisi de créer une « vraie » entreprise genre EURL à votre avis monsieur le Président ?

Pas pour « embêter » l'Etat, non. Tout simplement parce que compte tenu de leur espérance de chiffre d'affaires, monter une EURL c'est mettre le doigt dans un gros machin compliqué qui demande d'avancer des charges « estimatives » et que eux veulent juste payer leurs charges au réel.

Et en France, on n'a pas le droit de créer son activité au smic ? Une entreprise ça doit forcément être un gros paquebot avec des salariés ? Mais avez-vous songé qu'il y a une vie en dehors du salariat ? Que des gens font le choix de cette vie-là et qu'ils sont heureux ? Qu'on peut avoir juste l'ambition de créer son activité, se rémunérer sans dépendre d'un seul employeur ? Si on est capable de créer tout seul 32 000? de valeur par an et que cela nous suffit, on n'est pas dans la ligne ? C'est mal ? Immoral ? On est un mauvais citoyen qu'il faut vite fait remettre dans le droit chemin, celui du salariat ?

Vous voulez supprimer ou limiter le statut à 2 ans, pour ceux qui en font leur activité principale ! Vous voulez baisser le plafond des revenus pour les autres ! C'est le pompon ! C'est ceux-là qu'il faut au contraire encourager ! Des gens qui osent entreprendre ! Ils ne veulent pas forcément développer leur chiffre d'affaires, juste vivre de leur talent.

Si vous tenez tellement à faire créer de « vraies » entreprises, simplifiez donc l'accès à la création de l'entreprise individuelle :

- Instaurez un premier palier de chiffre d'affaires en dessous duquel l'entrepreneur ne paiera ses charges qu'au réel par internet et non en avance de trésorerie, parce que de la trésorerie ils n'en a pas.
- Limitez les charges à 21% comme dans le statut actuel d'auto entrepreneur.
- Laissez le choix de l'impôt sur le revenu et non un impôt sur les bénéfices
- Instaurez un taux de TVA minimum.

Ainsi, il y aura toujours autant d'entrepreneurs individuels. Les entreprises ne créent plus d'emplois. Laissez les gens qui en ont le courage et la capacité créer le leur !

Si vous supprimez ce statut que va-t-il se passer ? Rien. Certains feront le choix de la clandestinité, du « black ». Et d'autres plus nombreux encore resteront sur le carreau. Vous imaginez quoi ? Que les PME vont se ruer bras grands ouverts : « venez les ex auto entrepreneurs ! On vous embauche ! ». N'importe quoi...

Faites donc un peu confiance aux gens. Laissez l'initiative individuelle éclore. Favorisez les talents. Lutter contre le chômage c'est aussi cela. On a le droit de choisir d'être un entrepreneur individuel.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/06/2013 à 19:36 :
Antoine, 42 ans thérapeute énergéticien. 15 ans dans l'enseignement en Amérique Latine. Je suis rentré en France pour me mettre à mon compte en tant qu'AE. Au bout de 10 mois d'activité, j'arrive à peine à gagner 600 ? par mois. ma femme ne travaille pas, nous avons 2 enfants.
On fait quoi si le statut d'AE est limité à 2 ans, alors que pour se faire une clientèle il faut au minimum 5 ans. En 10 mois d'activité j'ai soigné 70 patients. Le bouche à oreille commence à peine à fonctionner. Et Mme Pinel veut nous empêcher d'aller plus loin ?????
C'est bien 1 million de chômeurs en plus à Pôle Emploi. Ça alourdira les charges sociales.. Ils seront débordés à Pôle Emploi ! Et puis dans 4 ans, 1 million d'ex-AE voteront pour l'UMP. En créant ce régime d'AE, Sarkozy avait tout compris.
a écrit le 05/06/2013 à 19:45 :
Ils existe d'autres solutions, ouvrir une société à l'étranger, comme je travaille sur le net que ma société soit domiciler en france ou en Angleterre ça change rien, je payerais mes charges ailleurs et mes impots en france.
a écrit le 05/06/2013 à 18:19 :
alors je suis auto entrepreneur juste une petite reaction à la réforme "lamentable" nous faisons une concurrence déloyale au artisan!!!!!! . Bon alors je vais prendre un autre exemple ces messieurs dame banquiers qui font de la vente d' assurances, de la téléphonie.... etc messieurs dames de la grande distribution qui font de la téléphonie, de la location de voiture... etc n' y a t'il pas une concurrence déloyale ? à suivre
a écrit le 05/06/2013 à 14:18 :
Que vive le statut d'auto-entrepreneur.

Même si Cinecreation doit passer "naturellement" en EI, EURL ou SARL, c'est bel et bien le statut d'autoentreprise qui a permis à cette aventure de naître. Et surtout, c'est bel et bien la liberté induite, l'absence de limite dans le temps qui lui a permis de réussir. Et nous nous en souvenons...

Parce que la liberté d'entreprendre, de créer et tout simplement de rêver ne doit connaître aucune autre limite que celle du bon sens, Cinecreation milite pour la conservation du statut d'auto-entrepreneur tel qu'il est aujourd'hui.

Le gouvernement ne doit pas céder aux pressions des lobbys d'artisans arrivés qui, en alertant sur la soi-disant concurrence déloyale, ne font qu'essayer de conserver une clientèle captive.

Cette aventure doit continuer pour permettre à d'autres d'essayer. Il faut du temps pour exister, s'imposer, se faire connaître.

L'autoentreprise, seule expérience qui marche, doit le permettre.
Elle est adaptée aux personne qui veulent faire, qui veulent essayer, qui veulent changer, individuellement, sans pour autant écraser les autres. Cette idée n'est ni de droite, ni de gauche, c'est une idée humaine, à taille humaine et porteuse d'espoir. Aucune mesquinerie, jalousie, aucun vieux réflexe dirigiste ne doit venir étouffer cette formidable énergie.

Cinecreation qui croit en un monde de solidarité mais aussi de liberté, a signé la pétition qui sera déposée Jeudi 6 juin dans le bureau de Mme Pinel dont la hargne à vouloir défendre une réforme - que même le rapport dont elle est issue ne voulait pas - se rapproche de plus en plus d'un combat idéologique et d'une joute personnelle.
a écrit le 05/06/2013 à 10:09 :
Moi je suis AE depuis 2009, je suis salariée puisque assistante maternelle, je garde 2 enfants, j'ai 3 enfants à moi. Je suis pour l'instant obligée de rester salariée, ne pouvant absolument pas vivre de mes ventes. Vu mon activité salariée, je paie des impôts, avec mon activité d'AE je paie mes charges au RSI ! Donc je rapporte plus d'argent à l'Etat, n'est-ce pas ? Donc, Mesdames et Messieurs tout là haut, ça fait plus de sous dans les caisses et j'ajouterai que faisant partie de la "classe moyenne" comme on dit, je ne coûte pas grand chose et rapporte beaucoup plus. Merci.
a écrit le 05/06/2013 à 7:14 :
Bonjour, je viens apporter ma petite goutte...
Je suis maman de quatre enfants, dont un porteur d'une maladie orpheline pouvant toucher le cerveau, le c?ur, les poumons, les reins, la peau (et j'en passe) avec un handicap associé (autisme et handicap mental). Bien que diplômée bac + 5, je ne suis pas en mesure de travailler, devant être présente pour les multiples prises en charge et surtout disponible pour les (trop nombreuses) hospitalisations en urgence (mon enfant se retrouve en réanimation pédiatrique)...
J'ai développé depuis trois ans une activité d'auto-entrepreneur qui me plaît et me permet à la fois de m'évader dans la création, tout en étant présente pour mon enfant en cas de besoin.
Bien sûr, les aléas font que je suis très très très loin de gagner ma vie par ce biais...
Mais la petite monnaie met un peu de beurre dans les épinards. Je paie mes charges comme il se doit et j'en tire même une certaine fierté...

Et surtout, cette activité me permet de ne pas vivre focalisée sur la maladie de mon fils, de ne pas me concentrer sur ce qui va mal, mais au contraire d'aller de l'avant... Le tout sans aucune dépense pour la Sécurité Sociale en anti-dépresseurs dont on sait que les français sont de très grands consommateurs.
Il résulte même de cette micro activité beaucoup de gaité dans la maison.
Nous avons accepté la maladie et le handicap de notre enfant et la vie continue à petits pas certes, mais positivement, dans la très bonne humeur....

Je suis loin d'être la seule maman d'enfant gravement malade et handicapé dans cette situation d'auto-entreprenariat, qui au final, si on doit uniquement de restreindre à une vision comptable des choses en ces temps de crise, permet peut-être de faire des économies de manière indirecte... Quand la cellule familiale va mieux, cela a des répercussions positives et multiples...
a écrit le 04/06/2013 à 15:26 :
Très bon article qui souligne un point essentiel pour nous, les AE, le fait qu'on est heureux d'avoir choisi cette vie là. Le point fort de ce statut c'est de faire de nous des travailleurs libres bien plus que d'être de vrais entrepreneurs dans l'âme.
a écrit le 04/06/2013 à 9:08 :
Je suis écrivain public auto-entrepreneur depuis 2 ans. Mon activité commence à se développer. A 50 ans, souhaitant revenir sur le marché de l'emploi après avoir élevé mes enfants, je n'ai trouvé aucun poste évidemment. J'ai donc créé mon propre emploi. Un de mes fils entre en fac en septembre et nous avons besoin de mon revenu complémentaire pour assurer loyer et charges nouvelles de cette installation "en ville". La fin de ce statut viendra largement nous compliquer la vie, sans parler pour moi de l'obligation de quitter un métier qui me passionne. On parle du retour du "travail au noir". Pas si simple mais si tentant quand on entend ce personnel politique obtus et dogmatique ! LAISSEZ NOUS TRAVAILLER.
a écrit le 03/06/2013 à 23:58 :
Encore une fois tant mieux pour tous ceux a qui ce systeme permet de travailler. Mais force est de constater que bcp d'entreprises obligent des gens a se mettre dans ce régime afin de ne pas les salarier.
Donc oui a ce regime mais attention aux tricheurs !!!
Réponse de le 05/06/2013 à 12:14 :
Oui, c'est plutôt à cette dérive qu'il faut s?atteler, pas à démanteler un statut qui fonctionne bien juste parce qu'il a été instauré par le gouvernement précédant ! Pour une une qu'il y avait une bonne idée !
a écrit le 03/06/2013 à 23:40 :
Bravo pour cet article, que je soutiens pleinement. Vous connaissez beaucoup d'entreprises qui se déplacent pour une broutille ?( exp: remettre une tuile en place suite à un fort coup de vent) et si par bonheur, ils acceptent merci le délai !!!!!!!. François laisse travailler ceux qui valent vraiment bosser, il y a mieux à faire dans notre pauvre pays. Chapeau bas Mesdames et messieurs les A.E. et bonne continuation à tous
a écrit le 03/06/2013 à 21:42 :
Bravo pour cet article. C'est au gouvernement qu'il faudrait que vous l'adressiez, ça ne leur ferait pas de mal.
Bonne soirée.
a écrit le 03/06/2013 à 20:27 :
Je suis décoratrice d'intérieur. J'ai toujours voulu créer mon entreprise mais la complexité administrative et l'avance de cotisations me freinaient.
Quant en 2009, le régime de l'auto-entrepreneur a vu le jour, j'ai sauté sur l'occasion.
C'était le moyen de tester mon activité et surtout de devenir indépendante.
En 2010, mon CA a été de 11000?, en 2011 de 15000? et 2012 de 27000?.
Prometteur et encourageant. J'ai voulu alors changer de régime. Mais un comptable me l'a déconseillé. Mon CA n'est pas encore assez important et une fois mes charges payées, il ne me restera presque plus rien pour vivre.
Je continue donc sur ma lancée. Mais que va t'il se passer si demain on me demande d'arrêter? Surtout que je suis en train de développer mon activité en proposant des formations dans des écoles (payées sur facture évidemment).
Pour le coup, j'aurai vraiment l'impression que l'on tue mon projet dans l'oeuf.
a écrit le 03/06/2013 à 20:15 :
J'ai créé en janvier 2012. Je suis auto-entrepreneur, décoratrice d'intérieur et blogueuse / chroniqueuse déco. J'ai créé après avoir eu un cancer.
Au niveau de la déco d'intérieur, je ne fais pas de concurrence déloyale, nous sommes toutes AE sur Dunkerque.
Pour le côté chroniqueuse, je serai bien ennuyée si le statut d'AE est supprimé. Je suis payée à l'article le plus souvent. Selon les périodes de l'année, la demande est vraiment variable. En ce moment je refuse les propositions. Mais à la période de Noël c'est plus calme. Comment je fais, si je dois avancer les charges? Pour être chroniqueuse il me fallait un numéro de siret. Je ne pourrais pas bosser au black ou en tout cas, je ne veux pas. J'ai toujours fait attention à ne pas travailler au black. Ce n'est pas maintenant que je vais commencer!
Si je dois passer en EIRl ou EURL, je dois avancer les charges, je dois aussi faire un prévisionnel. Les prévisionnels ce n'est pas mon point fort et très honnêtement, j'ai autre chose à faire que de bûcher là dessus.
a écrit le 03/06/2013 à 20:11 :
Les auto entrepreneurs qui cassent les prix, y'en a marre !! Il faudrait plus de contrôle d'ailleurs, car nombreux sont ceux qui ne déclarent pas tout, alors forcément ils peuvent vendre bien moins cher que les autres statuts...
Réponse de le 04/06/2013 à 6:09 :
Les auto entrepreneurs qui cassent les prix ça s'appelle des concurrents. Ne soyez pas jaloux ou mettez vous en AE.
Réponse de le 04/06/2013 à 9:10 :
Parce que vous évidemment, vous déclarez tout et depuis toujours ????
Allons donc, un peu d'honnêteté et comme le Eolivier, changez donc de régime et vivez avec environ 1000 euros/mois.
a écrit le 03/06/2013 à 19:58 :
Entièrement en ligne avec cet article - l'auto entrepreneur dérange - et c'est pour cela qu'ils veulent nous abattre - comment tolérer des gens qui entendent vivre comme bon leur semble et dont la majorité ne cherche même pas à devenir de gros entrepreneurs - juste être autonomes et indépendant - et c'est là que la bat blesse - en y arrivant, les auto-entrepreneurs ne jouent pas le jeu du système. Au contraire, ils démontrent qu'une autre économie est possible, non basée sur la recherche permanente de l'accumulation et du profit - que cette économie fait sens - du coup, ce sont les institutions mêmes qui se sentent menacées -et puis, qui paiera pour entretenir à grands frais ces administrations et leurs satellites (CCI....) à l'inutilité démontrée ?
Au delà des auto-entrepreneurs qu'ils doivent donc éliminer, c'est la survie du système actuel qui est en jeu.
a écrit le 03/06/2013 à 19:57 :
J'ai 25 ans et après avoir fini mes études (BTS informatique) je n'est pas arrivé a trouver du travail, j'ai donc décidé de me lancer en auto entreprise maintenance informatique à domicile ! Mes clients sont heureux de trouver quelqu'un qui peux ce déplacer à domicile ! Moi je suis heureuse de pouvoir partager mon savoir et de faire le travail qui me plait !!! je suis très heureuse comme ca ! Certe je ne gagne pas assez pour en vivre mais c'est un supplément au salaire de mon conjoint ! Si jamais cette réforme passe je n'aurais plus mon emplois, ma passion, mon entreprise! et en plus pas de chômage :( je n'est vraiment pas envie que ce statut disparaisse !

a écrit le 03/06/2013 à 19:41 :
Très bonne idée, au lieu de réduire le statut, qu'il soit crée un statut intermédiaire de gestion d'entreprise . L'EURL est un paquebot qui mêne au mur
a écrit le 03/06/2013 à 18:33 :
Je suis conseillère conjugale et familiale en libérale, après deux ans d'activité je tourne entre 1 et 4 RV par semaine... je ne m'en sors que parce que je suis autoentrepreneur ( avec un mari qui gagne sa vie et la mienne !!!) et parce que mon cabinet est à mon domicile. Je ne pourrais pas payer des charges fixes si ce statut disparait ... Alors l'état est_il prêt à embaucher des CCF , si ce n'est plus viable en libéral ?
a écrit le 03/06/2013 à 17:35 :
Et que vont devenir toutes les associations communales qui proposent des activités sportives ou artistiques à leurs habitants ? La plupart des employés de ces associations sont auto-entrepreneurs. Ces associations n'ont aucune marge bénéficiaire. Que vont-elles devenir ? Trouveront-elles encore des employés de qualité connaissant bien leur discipline ? Est-ce aussi la fin des activités de loisirs ?!!!
a écrit le 03/06/2013 à 17:03 :
En 2009 j'ai enfin trouvé la solution à mon problème : femme licenciée économique en recherche d'emploi, trop âgée pour être considérée, pas assez cotisé pour une retraite digne de ce nom.
Proche de cette fameuse retraite, je n'allais pas me lancer dans la création d'une entreprise pour le court terme et je ne pouvais supporter le poids des charges à avancer.
A 62 ans maintenant, je me sens libre et heureuse de me gérer toute seule.
a écrit le 03/06/2013 à 15:36 :
Egalement auto-entrepreneur, je soutien à 100 % cet article qui relate les choses telles qu'elles sont. La véritable liberté passe aussi par celle d'entreprendre, c'est essentiel et c'est ce que beaucoup de politiciens (socialistes en tête, mais pas seulement) n'ont toujours pas compris en bon fonctionnaires qu'ils sont.
a écrit le 03/06/2013 à 14:07 :
Un très grand bravo pour cet article! Vous avez raison, il y a une vie en dehors du salariat et de la reproduction des inégalités!
Créons le mouvement dans la rue et laissons à Monsieur Alain Touraine (Sociologie de l'action et père de l'actuel ministre de la santé) le soin de l'étudier.

Tous ensemble, pour tirer la France vers le haut! Artisan, commerçant, auto-entrepreneur, demandeur d'emploi, etc., pour la Liberté d'entreprendre... sa vie, en toute constitutionnalité.
Réponse de le 03/06/2013 à 22:36 :
cet article est très bien ecrit et devrait effectivement etre envoyé a nos chers ministres...je suis sous ce statut depuis 5 ans, quand ce statut a vu le jour, je n'ai pas hesité a sauter le pas, tout avait l'air "facile" et on ne prenait pas un gros risque. Aujourd'hui je vis "correctement" de mon activité mais si je devais changer de statut, je devrais mettre la clé sous la porte. je ne pourrais pas pretendre au chomage car on ne cotise pas et je ne suis pas certaine que j'aurais le droit au RSA...j'aurai quoi...rien. je passerais de "je vis, je travaille et gagne a ma vie" a "j'ai plus de travail et je suis pas prete d'en retrouver un dans la situation economique actuelle"...je ne suis pas la seule dans ce cas, nous sommes 900 000 auto entrepreneurs...quand le gouvernement va-t-il nous ecouter?
Réponse de le 05/06/2013 à 14:50 :
Merci pour cet article qui relate la réalité des auto entrepreneurs dont je fais partie.
Les taux de cotisations ont été relevés en janvier, cela ne suffit pas?
Il faudrait en plus décourager l'esprit d'entreprise?
Ce n'est pas sérieux Mr le Président de s'attaquer aux plus fragiles.
Qu'obtiendrez vous? Très certainement une forte hausse du nombre de chômeurs et ... du travail au noir!
Par pitié un peu de bon sens

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :