L'erreur originelle de François Hollande

 |   |  769  mots
(Crédits : reuters.com)
Tout à son angoisse de montrer des gages de sérieux budgétaire, François Hollande a eu la main trop lourde dès 2012, s'agissant de la baisse du déficit. D'où une stagnation de l'économie et un déficit persistant, même croissant en 2014

 Août 2011. François Hollande, qui n'est que candidat à la candidature pour l'élection présidentielle qui s'annonce, veut frapper les esprits. Le projet socialiste, adopté au printemps, il entend le mettre à sa sauce : elle sera amère, à forte teneur en austérité budgétaire. Il entend se montrer plus ferme sur le sujet que ne l'est le projet du PS, -lequel projet entretient le flou sur le rythme à venir de baisse des déficits- et ,contre toute attente, il proclame que le principal adversaire du candidat socialiste, Nicolas Sarkozy, n'est pas assez rigoureux dans son programme, et que lui saura vraiment l'être. Hollande a bien l'intention de mener en tête la course à la rigueur.

Alors que le projet PS ne précise pas à quelle échéance aurait lieu le retour aux fameux 3% de déficit, tandis que Nicolas Sarkozy vise 2014, François Hollande affiche tout de go un retour dans les limites fixées à Maastricht dès 2013.

Interrogé à l'époque sur cette curieuse priorité donnée à la réduction des déficits, le fidèle Michel Sapin répond à La Tribune que « la gauche peut aussi montrer qu'elle gère sérieusement ». C'est là l'objectif de François Hollande : donner des gages de sérieux, montrer aux marchés financiers -avant de vilipender son « ennemie la finance »- qu'il sait prendre en compte leur désidérata.

 Une logique "Cour des comptes"

L'impact sur l'économie que peuvent avoir les mesures prises pour réduire le déficit ? François Hollande n'est pas issu de la Cour des comptes pour rien. Comme les magistrats de la rue Cambon qui appellent régulièrement les gouvernements à des mesures de redressement, il minimise ces aspects macro-économiques, se focalisant sur une approche comptable. Plus tard, une fois investi, il précise en janvier 2012 le montant des hausses d'impôts nécessaires sur 2012-2013 : 30 milliards d'euros, du jamais vu en un laps de temps aussi court. Avec quel effet sur l'activité économique ? Cela n'est guère discuté. L'idée est alors que la croissance repart en Europe, qu'il sera possible de surfer cette vague, et que les hausses d'impôt ne seront qu'un mauvais moment à passer, vite oublié. Une idée qui va rester dans l'air jusque début 2013.

Il faudra bien se rendre à l'évidence, alors : la croissance n'est pas au rendez vous, elle va être bien deçà du chiffre de 1,7% mis en avant pendant la campagne électorale, et sur lequel est basé le programme Hollande (les années suivante sont sensées être encore plus florissantes, avec 2% en 2014, et 2,25% l'an par la suite). On sait ce qu'il en a été: 0,3% de croissance en 2012, comme en 2013, selon les derniers calculs révisés de l'Insee. Et, au mieux, 0,4% pour 2014, comme vient de l'annoncer Michel Sapin.

 Les keynésiens avaient crié casse cou

Les 30 milliards d'euros de hausses d'impôts décidées par François Hollande ne sont bien sûr pas à l'origine de le stagnation de l'économie française en 2013 et 2014, une économie qui sans cesse frôle la récession. Le contexte européen plus dégradé que prévu compte aussi. Mais comment croire que cette ponction sur l'économie n'a pas joué un rôle négatif ? Dès 2012, les économistes keynésiens avaient du reste crié casse cou. A droite, on dénonce tout autant ces hausses d'impôt, mais pour affirmer aussitôt que Hollande aurait dû réduire de 30 milliards les dépenses publiques. La réalité, c'est que même si de telles coupes avaient été envisageables, l'effet restrictif sur l'économie aurait été aussi au rendez vous. Comment croire qu'en rognant les revenus des ménages, via des baisses de prestations sociales ou une diminution des traitements des fonctionnaires, autant de mesures qui auraient dû être prises pour obtenir des économies d'une telle ampleur, on n'affecte pas l'économie ?

 Impôts ou baisse des dépenses, les 30 milliards sont en cause

Quelle que soit la forme prise par la cure de rigueur, elle impacte évidemment la croissance. C'est le principe du choc de 30 milliards qui est en cause. Un choc qui a eu l'effet prévu par les experts keynésiens : les recettes fiscales ont été loin d'être à l'appel, en raison d'une activité anémiée. D'où un déficit persistant, qui va même s'accroître entre 2013 et 2014, passant de 4,1 à 4,4% du PIB, selon les dernières prévisions gouvernementales, dévoilées ce mardi par Michel Sapin.  Le déficit, c'est bien le seul indicateur qui se trouve encore en croissance... un véritable cercle vicieux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/10/2014 à 23:39 :
Hollande tue la France. C'est horrible. Que ceux qui ont voté pour lui ne l'oublient jamais.
a écrit le 01/10/2014 à 21:22 :
Bobo de gauche sans aucun sens de l'économie. Aubry a créé les 35 heures qui ont flingué la cométitivité et Hollande matraqué d'impôts les rares qui bossent en donnant toujours aux mêmes qui auraient tort et le disent que ce monde changent.
A donner envie de partir
a écrit le 01/10/2014 à 6:20 :
Dans le désordre.
Mariage pour tous
Nouvelle carte administrative
Fin programmée du cumul des mandats
Changement de politique monétaire de la BCE contre l'avis de Merkel
Remise en cause des professions protégées.
Transparence du patrimoine des élus
Etc.etc.
Pas mal pour un mou qui ne fait rien. Et je ne suis pas socialiste.
a écrit le 11/09/2014 à 22:36 :
l'erreur a surtout été d'élire président un énarque dont le sseul exploit a été de mettre la coréze au premier rang de niveau d'endetement pas habitant !!!!
et il n'a jamais dépassé sa posture de pdt du conseil général de corréze !
il ne fait rien, ne décide de rien, a peur de tout, fait de l'affichage, mais met de suite les batons dans les roues de valls pour qu'il n'avance pas - il est le trou noir de la politique
a écrit le 11/09/2014 à 22:02 :
c'est l'histoire d'un cancre qui est resté 2 ans à coté du radiateur, qui n'a rien fait, n'a pas travaillé et comme il a de mauvaises notes, il accuse l'enseignant, la notation, critique les bons élèves, le système scolaire..

mais les résultats ne sont pas bons, il se rapproche donc du bon élève, dit qu'il va travailler, avoir de bons résultats, tout le onde applaudit, mais en fait il fait tout pour l’empêcher de travailler, le pousse à sortir avec ses potes de la même trempe...

et comme les mauvaises notes s'accumulent, que l’enseignant fait de rappels à l’ordre, il reaffirme qu'il va s'y mettre, scepticisme de tout le monde, mais comme le planning de travail doit être affiché, chacun peut voir qu'il n'a prévu que d'aller à la gym, et rien sur l’essentiel au niveau des révisions de cours...pendant que les bons élèves ont de très bonnes notes et se plaignent qu'il dégrade l'image de la classe en plombant la moyenne, et le conseil de classe s’énerve !

toute ressemblance avec un président, un premier ministre, l’europe, les 200 milliards de mauvaises dépenses publiques qui ne sont toujours pas commencées à traiter et donc le déficit chronique donne lieu à des commencement de mesures antisociales de baisse des prestations sociales…serait fortuite et indépendante de notre bonne volonté et serait poursuivie pour contrefaçon.
Réponse de le 11/09/2014 à 22:24 :
excellent, ça résume trés bien la situation dramatique du mauvais politicien manipulateur président et du volontaire gestionnaire mais qui est entravé par le premier
Réponse de le 11/09/2014 à 23:25 :
d'où les heures parascolaires maintenant !
a écrit le 11/09/2014 à 18:36 :
augmentation des impôts ou réduction des dépenses c'est pareil? Pas d'accord à court terme peut être mais à long terme surement pas.
si nous ne baissons pas nos dépenses il y a aucune chance de baisser les impôts et donc de retrouver de la compétitivité
Si nous voulons être compétitif il faut regarder vers la Pologne ou de l'irlande..
les sarkoziens parlent ...dommage qu'ils n'aient pas fait le boulot quand ils étaient au pouvoir et le pire c'est que le peu qu'ils avaient fait a été systématiquement démonté par les Hollandais dont il semble que ce fut l’obsession...
on cherche à nous vendre une solution sans effort et des réformettes douces il n' y en a pas/Soit nous imitons les pays qui ont pris le parti de réduire la dépense publique et après une période de vaches maigres ça ira mieux ( j'admets que culturellement c'est pas gagné au pays des droits à...) soit nous finirons par sortir de l'Europe pour nous barricader des horreurs du monde capitaliste et nous aurons le niveau de vie habituel de ce genre d'expériences et les pertes de liberté qui vont avec.. (excellent film sur Arte hier soir Die Welle)
Réponse de le 11/09/2014 à 22:22 :
mille fois d'accord et la résistance à ces évidences de saine gestion sont les administrations, les élus qui protègent leurs privilèges, leurs routine, leur électorat, les français ont compris et demandent les réformes.

Il faut que Valls explique les enjeux, les gains des reformes et pose clairement la question : voulez vous continuer à ne rien toucher aux 200 milliards de mauvaises dépenses, gaspillages, et continuer à creuser la dette suicidaire et envoyer vos enfants dans la misère du chômage, ou voulez vous m’aider à faire ces réformes pour dégager ces énormes gains qui vont permettre de baisser les impôts et charges pour repasser à 3% de croissance et 2 millions de chômeurs en moins ?

Je suis persuadé que les français approuveront avec une forte majorité et que les mauvais politiciens clientélistes et manipulateurs de droite comme de gauche seront obligés de suivre parce que démasqués et marginalisés par ces explications et choix très clairs.
Réponse de le 11/09/2014 à 22:25 :
mille fois d'accord et la résistance à ces évidences de saine gestion sont les administrations, les élus qui protègent leurs privilèges, leurs routine, leur électorat, les français ont compris et demandent les réformes.

Il faut que Valls explique les enjeux, les gains des reformes et pose clairement la question : voulez vous continuer à ne rien toucher aux 200 milliards de mauvaises dépenses, gaspillages, et continuer à creuser la dette suicidaire et envoyer vos enfants dans la misère du chômage, ou voulez vous m’aider à faire ces réformes pour dégager ces énormes gains qui vont permettre de baisser les impôts et charges pour repasser à 3% de croissance et 2 millions de chômeurs en moins ?

Je sui persuadé que les français approuveront avec une forte majorité et que les mauvais politiciens clientélistes et manipulateurs de droite comme de gauche seront obligés de suivre parce que démasqués et marginalisés par ces explications et choix très clairs.
Réponse de le 12/09/2014 à 0:05 :
Non pas " culturellement " mais essentiellement matériellement, financièrement ...
Ou vous vivez dans un monde différent ... ?
Réponse de le 12/09/2014 à 0:19 :
mille fois d'accord et la résistance à ces évidences de saine gestion sont les administrations, les élus qui protègent leurs privilèges, leurs routine, leur électorat, les français ont compris et demandent les réformes.

Il faut que Valls explique les enjeux, les gains des reformes et pose clairement la question : voulez vous continuer à ne rien toucher aux 200 milliards de mauvaises dépenses, gaspillages, et continuer à creuser la dette suicidaire et envoyer vos enfants dans la misère du chômage, ou voulez vous m’aider à faire ces réformes pour dégager ces énormes gains qui vont permettre de baisser les impôts et charges pour repasser à 3% de croissance et 2 millions de chômeurs en moins ?

Je suis persuadé que les français approuveront avec une forte majorité et que les mauvais politiciens clientélistes et manipulateurs de droite comme de gauche seront obligés de suivre parce que démasqués et marginalisés par ces explications et choix très clairs.
Réponse de le 12/09/2014 à 7:31 :
" j' admets que culturellement ce n'est pas gagné "
Plutôt matériellement et financièrement ... ou bien vous vivez dans un autre monde ...
a écrit le 11/09/2014 à 18:31 :
L'erreur originelle de François Hollande?: c'est d'avoir insulté les "riches" en incluant les entrepreneurs lesquels ont fait GREVE!! ( de l'investissement), au lieu de leur faire des louanges DEUX ans et demi plus tard. Il eu fallu dire DIRECT merci par avance aux riches et aux classes sup et moyennes de contribuer au rétablissement des comptes de la nation.
a écrit le 11/09/2014 à 18:20 :
si le constat est que les déficit sont dus au manque de croissance, c'est expliquer que le président et son gouvernement ne servent à rien, ils se contentent de constater les évolutions sans agir. Ils sont là pour moderniser le secteur politique et public, optimiser les organisations, travailler sur l'efficacité, la performance des services, arbitrer les dépenses pour cibler celles qui sont pertinentes et porteuses de retombées...du chinois pour ces énarques qui ne gérent que leur carrière !! d'où la cata, une débâcle sans précédent à cause de la léthargie totale du monstre politico-administratif en totale roue libre, qui ne fait que dépenser, recruter.. jamais gérer, manager, arbitrer, agir..comme dans toute entreprise, mais ils n'y ont jamais mis les pieds !!!
a écrit le 11/09/2014 à 18:15 :
les conclusions sont fausses et mensongères puisque l'austérité n'est toujours pas en place, aucune mesure de baisse des dépenses n'a commencé, comment dire que l'austérité nuit à la croissance ?.
par ailleurs, il ne s'agit pas de baisser les investissements, les prestations, mais aux gaspillages par dizaines de milliards signalés par la cour des comptes : le mille feuille entre 2à et 30 miliards), sécu (surmédication, tourisme hospitalier 60 milliards), les régimes spéciaux (20 milliards), la honte de la formation professionnelle avec ses 32 milliards dont seulement 2 servent à former les chomeurs, les 5 milliards de financement des syndicats...etc etc depuis quand la réduction des gaspillages est nuisible à l'économie ?
que serait la france si on avait 200 millards de moins en impôts et charges, les gains tout à fait possibles sans toucher aux prestations ? c'est l'écart avec l'allemagne qui nous plombe en pouvoir d'achat et compétitivité ; au moins 3% de croissance et 2 millions de chômeurs en moins !
a écrit le 11/09/2014 à 14:40 :
Le malheur dans tout cela c'est que les règles de bonne gestion de l'état ne sont pas respectées et que les dépenses augmentent toujours ainsi que la dette.
a écrit le 11/09/2014 à 14:17 :
son paterne le jour de l 'election de son rejeton déclarait: Mon fiston est un con bonne chance à la France. Il n'avait pas tort le papy. Hi hi ;-)
a écrit le 11/09/2014 à 13:17 :
S'il n'y avait qu'une erreur originelle .... Mais il s'agit depuis mai 2012 d'une suite non seulement d'erreurs, mais aussi de fautes, de lui-même et de son entourage, dont certaines devraient être jugées.
Réponse de le 11/09/2014 à 13:33 :
en tant qu'erreur originelle il s'est farcie notre pomme !
a écrit le 11/09/2014 à 12:52 :
Le socialisme ça ne marche pas avec ou sans Hollande, voilà la principale cause de l'échec du gouvernement. Les médias seraient bien inspirés de le démontrer plutôt que de faire porter cette faillite au seul Hollande.
a écrit le 11/09/2014 à 12:34 :
Pour une France réconciliée, apaisée, plus forte économiquement...dans la justice sociale et la solidarité.

Traduction : Français, file ton fric !
a écrit le 11/09/2014 à 12:17 :
Vous avez raison mais c'est plutôt en son honneur. Son attitude de 2012 tranchait avec l'angélisme béat auquel les socialistes "tradis" et dogmatiques nous avaient toujours habitué.
Maintenant c'est tout juste si on ne nous présente pas son prédecesseur comme le futur sauveur du pays, alors qu'aux manettes depuis 5 ans, il y avait aussi un fichu bazar et une batterie de casseroles.F HOLLANDE a eu l'élègance de ne pas insister sur un état des lieux de 2012 très très moyen
Réponse de le 11/09/2014 à 12:24 :
vous exagérer quelque peut !
a écrit le 11/09/2014 à 11:27 :
Pas d'accord!

Je ne suis pas du tout d'accord avec ce qui est dit dans cet article. Et je n'ai pas envie de m'expliquer non plus, car ce type d'arguments est faux et très répandu et je ne veux pas me fatiguer. Le journaliste qui a écrit cet article doit être de gauche. Je regrette beaucoup qu'un journal financier que était la Tribune devienne le nid des esprits de gauche. Point de salut sans réforme de l’État. Ce gouvernement attend une sanction du marché pour bouger (hausse des taux d'intérêt)
Réponse de le 11/09/2014 à 12:31 :
Hallucinant de naïveté. Je lisais le journal il y a quelques années de manière régulière, il est devenu catastrophique et le forum le lui rend bien
a écrit le 11/09/2014 à 11:04 :
Intéressant, mais discutable. Car la justification économique du raisonnement est elle-même discutable.

Hollande commet deux erreurs :

1/ Il gère l'existant au lieu d'innover avec des mesures radicales.

2/ Il croit qu'un vote est un "résultat" ; ce n'est que le début d'une action.

Dans les deux cas, il est l'élève docile des méthodes politiques passées. L'erreur fondamentale consiste à croire qu'elles peuvent encore marcher.

Au lieu du redressement productif : le naufrage stérile.
a écrit le 11/09/2014 à 10:59 :
Le problème vient de sa formation d énarque
Des gens qui méprisent le peuple qui n ont jamais vraiment travaille juste traîne dans de la haute administration
Il ne pense qu au pouvoir et a ce positionner en fonction des sondages

Dutronc l'avait bien résume

A bas la caste d opportuniste !!!!
a écrit le 11/09/2014 à 10:58 :
hollande a peur de devenir pauvre ou en manque d argent s il ne c est pas marié c est surtout la peur du partage , la pauvreté peut devenir un dégout comme une maladie combien de personnes peuvent passer devant un mendient qui demande sa pitance et combien donne , ou les regardent avec mépris de peur de devenir comme eux .hollande ressemble a sarko sur certain points des gens qui se crois au dessus car ils sont riches et pas partageurs voila pourquoi il ne faut pas s attendre a grand de leurs parts
a écrit le 11/09/2014 à 10:47 :
la france en déficit faut pas s étonner tout les produits non consommable viennent des pays a bas couts et même l alimentation animaux en tout genre avec sont lot de maladie .une fabrique de meubles en Italie ,leur patron va les payer que s il vends les meubles , il est fort a parier que certain patrons français serons amener a faire pareil cause les pays frontalier, pourtant européen casse les prix comme nous avons des salaires trop faibles et trop de taxes et bien nous achetons car pas le choix
a écrit le 11/09/2014 à 10:29 :
L HERITAGE DU SAGE MITTERAND ? //APRES MOI IL N Y AURAS QUE DES COMPTABLES// ET LAISSON DU TEMPS AU TEMPS// C EST JUSTEMENT CE QU A BESSOIN LE NOUVEAU GOUVERNEMENT? ??
Réponse de le 11/09/2014 à 11:31 :
VERITE ! du temps, on en a plus!
Réponse de le 11/09/2014 à 23:54 :
+ 100 Ceux qui prétextent du " temps " ou de la patience ne sont pas les mêmes que ceux qui ont toujours à faire face aux mêmes problèmes ou aux mêmes injustices !
a écrit le 11/09/2014 à 10:02 :
on est mal barré s'il s'accroche au pouvoir jusqu'en 2017 , la société est déjà bien désorganisée . Il y a aucun espoir avec lui que des problèmes à venir .
a écrit le 11/09/2014 à 9:55 :
ils n'ont su que mettre en place des taxations supplémentaire alors que la France souffre surtout d'un excès couteux de la fonction publique en particulier administrative et politique. Quoiqu'on fasse, au final cet excès doit être payé par les entreprises(et le pouvoir d'achat), et ça je ne suis pas persuadé que ce soit bien compris ....
a écrit le 11/09/2014 à 9:40 :
La principale erreur de FH, c'est de mentir notamment au peuple (mais pas que...) et ce dès la campagne présidentielle. Tout le reste en découle vu son incompétence.
a écrit le 11/09/2014 à 9:39 :
Hélas pour les Français, moi-président et son ex-prétentieux-méprisant -premier-ministre n'ont pas commis que cette seule erreur!
a écrit le 11/09/2014 à 9:05 :
Il s'écouter parler et il ment comme il respire.
a écrit le 11/09/2014 à 8:37 :
Tous les gouvernements ou tous les états agissent de la même façon. Il a juste décidé de rééquilibrer les comptes et la seule différence de sa politique avec les autres ou les précédentes c'est qu' elle touche ou frappe davantage de gens et pour cette même raison tout le monde se met alors à crier au loup ... Sauf qu 'en principe les effets de ce type de politique ne sont ressentis que par les plus pauvres ou les plus modestes et personne ou presque n'y trouve alors à redire .... Ici on vise plus large, ce qui en vérité ne change rien à l'affaire, et tout le monde se croit pauvre ou en passe de l'être ...
Toujours la même histoire sauf que cette fois ci on a eu droit aux plaisanteries du
président lui même ... No comment.
Réponse de le 11/09/2014 à 9:14 :
Toujours ce discours sous-entendu de lutte des classes ...On étrangle volontairement les pauvres, et on enrichie délibérément les riches ... Vous pensez vraiment que c'est la cause des soucis actuels ? Ne serait-ce pas plutôt une conséquence ?
Réponse de le 11/09/2014 à 23:44 :
" sous - entendu de lutte des classes " Non ! J 'admets toutefois que vous ayez pu
l'interpréter de cette façon mais ce n'était pas l'objet de mon propos ni le fond de ma pensée ... Quant à évoquer une conséquence, la cause me parait plus complexe à définir ... ?
Réponse de le 12/09/2014 à 0:11 :
" sous - entendu de lutte des classes " ? Non! J 'admets toutefois que vous ayez pu
l'interpréter de cette façon; mais ce n'était pas l'objet de mon propos ni le fond de ma pensée. Quant à la conséquence, la cause me parait plus complexe à définir ... ?
a écrit le 11/09/2014 à 8:15 :
yakafocon... les grandes écoles forment des buses...tout le monde connait les "bonnes" mesures à prendre. Encore un article qui va permettre à 60 millions de docteur en économie de donner leur opinion. je suis mort de rire.

Je pense qu'il ne serait pas inutile de réfléchir à une question. Si les mesures à prendre étaient si évidentes, si elles permettaient de redresser le pays aussi surement que le disent certains, elles permettraient sans aucun doute d'assurer la ré élection des politiques en place non (cf merckel)? Alors pourquoi nos dirigeants ne le font pas???

merci pour les réponses.
a écrit le 11/09/2014 à 7:10 :
Moi je veux un graphique de l'augmentation de la dette publique sur les 15 dernières années pour voir qui a réellement plombé la France !
a écrit le 11/09/2014 à 6:55 :
"Un choc qui a eu l'effet prévu par les experts keynésiens" On croit rever Monsieur Best La courbe de Laffer (trop d’impôts tue l'impot) récupéré par les Keynesiens! Les bras m'en tombent. C'est de la malhonnêteté intellectuelle ou de l’incompétence de votre part
a écrit le 11/09/2014 à 6:32 :
Je suis rassuré de cette prise de conscience dans les commentaires même si les solutions que préconisent certains ne me vont pas. Je suis un homme de gauche et je ne crois pas à la résurrection qu'elle que soit l'option : demande ou offre. 2000 milliards de dettes publiques, 81 milliards de déficit en juillet 2014 soit 4 points de PIB, nous verrons à le fin de l'année. Je pense que nous serons proche des 60 milliards de remboursement des taux d'intérêts soit 3 points de PIB. Une croissance nulle et pour plusieurs année de l'avis désormais de beaucoup d'économistes, pas d'inflation, je ne parlerai même pas de déflation. Je m'arrêterai là! Je ne suis pas économiste mais à la vue de ces seuls chiffres ne pensez vous pas, vu l'état de l'économie européenne ou nous exportons 50%,de notre production, que les carottes sont cuites. Pour finir, Merkel n'a t'elle pas raison car nous sommes les prisonniers de la finance mais réduire sa dette n'est ce pas réduire sa dépendance aux marchés....
a écrit le 10/09/2014 à 23:49 :
c'est très faible cette démonstration qui oublie que hollande est sous tutelle européenne et allemande et qu'il a reçu un héritage épouvantable.pour ne pas paniquer les gens, il a voulu taire la situation du pays, mal lui en a pris..
Réponse de le 11/09/2014 à 2:04 :
L'héritage épouvantable c'est 57% de dépenses publiques que les pouvoirs et contre-pouvoirs de gauche font subir au pays. La gauche veut profiter de la dépense financée par la droite. C'est pour ça que ce pays ne pourra se relever.
a écrit le 10/09/2014 à 23:26 :
Ah je me marre de vous lire vraiment c'est un régal !!!
Réduire les dépenses? Dégraisser ? ok
Et ou elle va la graisse "propre" (du Coluche)
Rembourser la dette ? Ah bon il y avait une dette à rembourser? Mais alors...
Faire des réformes "structurelles" certes mais surtout que ça ne me touche pas hein !!
Vous ne sentez pas que le problème n'est pas spécialement français, que la technologie tue l'emploi de masse, que la mondialisation est un leurre pour neuneus ?
Comment voulez vous mettre en parallèle des économies qui peuvent passer en l'espace d'une génération du moyen âge à la haute technologie avec un rapport de niveau de vie de 1 à 10 pour être gentil.
La croissance perpétuelle comme bouée de sauvetage ? Mais quel manque de clairvoyance, d'anticipation !
Vous êtes tous aveuglés par votre esprit partisan qui ôtent toute objectivité et tout bon sens.
Il n'y a pas , n'y aura pas de sauveur car les dés sont pipés.
Les entreprises internationales se comportent comme des voyous, ne payant plus d'impôts nulle part et tout le monde joue à l'école des fans défendant des cyniques, des voyous en col plus ou moins blanc, vous cherchez à sauver sa peau en soutenant celui qui lui promet le moins d'effort pour soi et le plus pour les autres.
Lamentable.
Vous prenez des exemples comme la GB qui fait un peu de croissance en ignorant que c'est au prix d'une augmentation forte de sa dette. Qui a depuis des lustres près de 100M€ Annuel de recettes dus au pétrole, une dette des particuliers le double de la notre et vous ne prenez pas comme exemple la suède en pleine forme qui pourtant à des prélèvements obligatoires supérieur aux nôtres. Et croyez moi je n'ai rien d'un communiste.
Ce qui fait la différence en tout, c'est l'état d'esprit et ce qui nous rend faible c'est que le notre est mauvais individuellement et collectivement.
Vous admirez des voyous et vous vous plaignez d'être volé.
Je suis effondré, désespéré, devasté par la petitesse ambiante et le vide moral.Je n'ai pas dêe sympathie particulière pour FH mais si Sarkozy revient ou aller au point ou nous en sommes Le Pen family ( le père, la fille, la petite fille, le gendre...)
Je demande l'asile à la Suisse.
Réponse de le 11/09/2014 à 5:51 :
Oui, mais pourquoi à la Suisse ? Moi je vais plutôt demander l'asile politique ... Mais bon, vous n'avez pas vraiment tort.
Réponse de le 11/09/2014 à 7:58 :
Enfin quelqu'un qui comprend que toutes ces analyses pseudo économico politique ne veulent rien dire! Merci Kroune. Mais vous avez de la chance de pouvoir vous réfugier en suisse ils n'ouvrent pas leur frontière aussi facilement.... J'ai toujours été plutôt de gauche car il me semble que la solidarité pour ceux qui n'y arrivent pas est obligatoire. FH nous a berné au Bourget. Il est à la solde de tous ces financiers.
a écrit le 10/09/2014 à 23:17 :
L' erreur de Hollande est d'être un suiveur atlantiste qui suit une politique européenne servile atlantiste alors qu'il nous faisait croire à une politique de gauche, par manque d'épaules, un de ceux que Polony traite dans un article récent d'imposteur...!!! Un bonimenteur en somme...
a écrit le 10/09/2014 à 22:55 :
ouaip, sauf qu'on le fait pour nos enfants... pour ne pas à avoir à leur dire qu'ils naissent avec 25000 euros de dette à rembourser. Donc oui c'est un sacrifice, ah mais oui, suis je bête, je suis d'accord pour le sacrifice si ce sont les autres qui le font. Hollande, le seul flamby qui a les c...lles de prendre le taureau par les cornes et qui s'attaque au fond du problème, quand les autres ont tout dépenser sans compter et en endettant la France dans des proportions inacceptables. Certes, il ne sera pas populaire, mais dans 5 ans ce réalisme portera ses fruits. Enfin, comme je me plais à le répéter, une économie subventionnée coute beaucoup plus que ce qu'elle rapporte car elle créée des distorsions d'activité et de rentrées fiscales, donc exit les subventions dans la rénovation immobilière, le renouvellement automobile, etc etc.
a écrit le 10/09/2014 à 22:18 :
Si on diminue les dépenses de l'état , ou si à la place on augmente les impots, l'effet à court terme est le même. Par contre dans le premier cas, à moyen terme on réalise une baisse des charges, qui entraine baisse des couts et hausse des profits, puis consommation en hausse puis emploi en hausse (cf Allemagne).Dans le deuxième cas, à moyen terme on a hausse des couts et baisse des profits, consommation en baisse et augmentation du chomage. Mais évidemment, çà nous emmène après 2017, çà n'interesse pas les politiques.
a écrit le 10/09/2014 à 22:17 :
Hollande, c'est aussi la preuve de la nullité de l'enseignement dans notre grandes écoles. Il a en effet fait l'ENA et HEC.
Réponse de le 10/09/2014 à 22:52 :
la "vraie vie", ça s'apprend sur le tas!
Réponse de le 11/09/2014 à 4:56 :
On leur apprend ce que tout le monde ( ou presque ) sait ...
a écrit le 10/09/2014 à 22:16 :
La crise des subprimes a fait passé la dette des pays occidentaux et de la France de 60% du PIB a 90% du PIB. Et maintenant IL FAUT PAYER. Pendant qu'on paye (entreprises, contribuables, salariés, ) bah faut pas se leurrer on consommera pas , on investira pas, en tous cas pas autant qu'avant. Comme on ne peut pas compter sur nos exportations (minables) pour payer la note comme le font les Allemands , IL FAUT PAYER. Mais bon on arrive encore a acheter beaucoup de grosses germaines, donc il y a de l'espoir. Pendant qu'on paye faut pas se leurrer on consommera moins. Donc ne pas compter que la croissance revienne avant très longtemps , droite , gauche ou extreme droite au pouvoir ce sera pareil. IL N'Y AURA PLUS DE CROISSANCE AVANT TRES LONGTEMPS. Allez faites vos pronostique quand reviendra t'elle ? moi je dis 2020 ...
a écrit le 10/09/2014 à 21:15 :
Hollande a sans doute beaucoup de défauts, mais c'est quelqu'un à l'honnêteté inattaquable. A l'inverse des escrocs de charme que sont par exemple Le Pen ou Sarkozy.
Réponse de le 10/09/2014 à 21:53 :
Les français constatent que Hollande et Valls ne respectent pas leurs engagements de campagne ;
Cela suffit à démontrer que l'honnêteté des précités n'est pas démontré, bien au contraire ;
Nous sommes d'accord, Sarkozy Copé Fillon ne valent pas mieux, ou pire.
Réponse de le 10/09/2014 à 22:00 :
Honnêteté ? Il ment comme il respire et il ne paye pas son ISF.
Réponse de le 10/09/2014 à 22:52 :
Je pense effectivement est honnete, ce qui est bien et certainement un rpogres, mais insuffisant. Il y a un pb d'efficacite et de depense publique en France qu'il faut regler.
Réponse de le 10/09/2014 à 22:55 :
excusez, mais vous devez avoir des peaux de saucisson, sur les yeux, parce que là...!!
Réponse de le 11/09/2014 à 9:00 :
Si pour vous c'est ça l'honnêteté il doit y avoir anguille sous roche.
Réponse de le 11/09/2014 à 9:07 :
Vous avez raison on devrait commencer par augmenter vos impôts mais comme vous n'en payez pas c'est très facile pour vous.
a écrit le 10/09/2014 à 21:00 :
ils vendent la France idem la droite aux allemand et a Bruxelles , mélanchon et dupon aignant l ont souvent dit et nous sommes pieds et mains liés a ces sbires
a écrit le 10/09/2014 à 19:50 :
On semble oublié que la politique française est encadré par l'UE que l'on a accepté suite a une tromperie et un mensonge!
Réponse de le 10/09/2014 à 20:04 :
Nous! on l'a accepté suite à une tromperie et mensonge, et encore de peu !! par contres les politiques , eux, savaient ainsi que les affairistes", que c'était "bon", très bon, pour eux.....c'est toute la différence....
a écrit le 10/09/2014 à 18:45 :
Hollande a tué la confiance avec le gouvernement Ayrault, chantre du socialisme archaïque et haineux. La messe est dite. Pour gagner des fauteuils prestigieux, quelques dizaines de socialistes ont manipulé ce pays. Ce sont des gens sans vergogne ni morale publique. Ils souillent la démocratie.
Réponse de le 10/09/2014 à 19:09 :
arrêtez un peu de dire n'importe quoi a tout sujet, de grâce, polo, votre disque est rayé...
Réponse de le 10/09/2014 à 19:30 :
Merci Clem, C' est exactement cela.
L erreur originelle c' est cela.
L' erreur originelle vient d' une confiscation-privatisation du langage .
Une parole élective a intoxiqué le dirigeant le coupant des appels a l' aide de son peuple.
Un exemple parmi tant d' autres est la surreprésentation du fondamentalisme écologiste (moins de 2% aux présidentielles mais omniprésent dans tous les espaces, usant de l' insulte et du dénigrement pour faire taire comme ci dessus.)
Réponse de le 10/09/2014 à 20:01 :
+UN
Réponse de le 10/09/2014 à 20:40 :
-UN
Réponse de le 10/09/2014 à 22:19 :
L'erreur originelle, c'est de s'être fait élire (voire même d'être né) !
Réponse de le 11/09/2014 à 9:02 :
L'erreur originelle, c'est de s'être fait élire en mentant !
a écrit le 10/09/2014 à 18:44 :
Quel roman nous présente ici M.Ivan Best? Il essaie de nous faire du Montebourg? Quelle austérité et où cela? Quelqu'un a-t-il vu des prestations sociales revues à la baisse? L'erreur de François Hollande, pour ceux qui ne l'ont pas encore comprise, c'est de croire que le dialogue social peut servir de politique..
Réponse de le 10/09/2014 à 19:25 :
@ Incrédule : un roman ? Non, une réalité économique qu'a démontrée Keynes en son temps. Si vous avez un multiplicateur des dépenses de +1 point, vous faites du déficit à chaque coup, c'est mathématique.

Pour la France, il est estimé entre 1,4 et 1,6 selon les économistes. Il ne faut donc pas s'étonner que chaque mesure d'économies sur les dépenses publiques entraîne une baisse des rentrées fiscales qui augmente le déficit. C'est ce qui s'est d'ailleurs passé partout en Europe où l'on a procédé à ses baisses.

Ces mesures de réduction budgétaire pourraient être amorties si nous pouvions dévaluer la monnaie pour nous rendre compétitifs à l'export et avoir une balance commerciale excédentaire mais ce n'est pas le cas. D'où, l'intérêt de sortir de l'Euro.

Nous avons, malheureusement, la triple peine qui nous empêche de redresser la barre économique. Non seulement, nous sommes privés de politique monétaire mais en plus nous sommes contraints par le libre-échange qui tue notre industrie et nos emplois et par le dictat de Bruxelles pour la réduction du déficit budgétaire qui menace de nous sanctionner par des amendes à coups de milliards. Si nous ne sortons pas de l'UE et de l'Euro, le gouvernement n'aura pas d'autre choix de faire ce que les autres pays ont fait : une dévaluation interne (baisse des salaires et des dépenses sociales). Etes-vous prêt pour ça ?
Réponse de le 10/09/2014 à 20:06 :
Keynes sous entendait que la dépense était utile. Nous on dépense en clientélisme, en ronds points, en services administratifs qui n'ont pas d'autre utilité que de justifier l'existence d'autres services. Cela fausse complètement la démarche: nos infrastructures se dégradent alors qu'on s'est déjà fortement endetté pour relancer par la dépense, on a tout faux sur tous les fronts.
a écrit le 10/09/2014 à 18:41 :
Hollande est un cancre en économie,tout comme celui qui l'a conseillé en 2012:Maqueron.Le calcul du PIBn'est plus un indicateur fiable puisqu'il inclut la richesse crée par l'administration obèse.L'augmentation de la dette me semble etre le seul indicateur de tendance de l'economie
Réponse de le 11/09/2014 à 6:44 :
Essayez d'analyser le rapport entre cout du travail et prix de l'énergie; vous serez surpris de découvrir la correspondance avec le chomage. Merci et bonne chance.
a écrit le 10/09/2014 à 18:22 :
Nos gouvernant oublient que l'état a signé le TSCG (Traité qui vise à supprimer les déficits et à ramener le niveau de dette sous les 60%... ce qui est l'application du traité de Maastricht, que nous avons approuvé par référendum).
Or, les autres européens voient bien que nous sommes les seuls à ne pas vouloir faire l'effort d'aller dans ce sens, puisque nos gouvernants ont choisi la seule solution impopulaire : réduire le déficit par l'augmentation des impôts... et non par la réduction des dépenses.
Une chose est sure ; le retour de bâton va faire mal.
Réponse de le 10/09/2014 à 19:11 :
Pour ceux qui ne connaissent pas le TSCG :
"la procédure de l'Union européenne concernant les déficits excessifs à l'égard des États membres dont la monnaie est l'euro et dont le rapport entre le déficit public prévu ou effectif et le produit intérieur brut dépasse 3 %, tout en renforçant considérablement l'objectif de cette procédure, qui est d'inciter et, au besoin, de contraindre l'État membre concerné à réduire le déficit éventuellement constaté;
RAPPELANT l'obligation, pour les parties contractantes dont la dette publique dépasse la valeur de référence de 60 %, de la réduire à un rythme moyen d'un vingtième par an"
Va falloir faire des coupes dures...
a écrit le 10/09/2014 à 18:14 :
les seules dépenses structurelles efficaces seraient de réduire le nombre de fonctionnaires et leurs avantages.
Or l'état agit comme si il n'y avait pas de sur-effectif... Or ils sont évidents : la banque de France occupe 14.000 fonctionnaires... pour gérer quelle monnaie ?
La banque d'Angleterre en emploie 1.800... et elle gère la livre sterling...
a écrit le 10/09/2014 à 18:05 :
En la supprimant du jour au lendemain il a perdu une part importante de son électorat CSP+ qui comptait vraiment dessus pour des achats importants. Alors qu'il pouvait très bien diminuer cela sur une longue période, de manière moins violente.
a écrit le 10/09/2014 à 18:00 :
Pas d'économie et des augmentations d'impôts. C'est là qu'est l'erreur originelle. L'Etat français s' occupe de trop de domaines... et le fait mal de surcroît.
a écrit le 10/09/2014 à 17:59 :
Y a pas photo.
a écrit le 10/09/2014 à 17:53 :
Le vrai pêche c est de n avoir eu aucune envie de réformer le pays

Il n a fait que du blabla et perdu a jamais la confiance
Il reste 2 ans a attendre pour voir le prochain
personne n y croit même avec le pacte de responsabilité ça ne repartira pas
a écrit le 10/09/2014 à 17:21 :
"L'idée est alors que la croissance repart en Europe, qu'il sera possible de surfer cette vague, et que les hausses d'impôt ne seront qu'un mauvais moment à passer, vite oubliée.": c'est exactement ça, ça fait du bien de le lire: la 'stratégie' de notre président, c'est d'attendre que ca se tasse tout seul, que ca ira mieux en 2017 car "après la pluie le beau temps", et que sans aucune réforme il pourra faire croire qu'il s'est passé quelque chose, en bon énarque qu'il est.
a écrit le 10/09/2014 à 17:14 :
Il faut la liquider.
Chaque jour une taxe.
Jusqu'à ce chacun réalise qu'il vaut mieux rester au lit.
a écrit le 10/09/2014 à 16:58 :
Le péché mortel de François Hollande a été de supprimer la TVA sociale; elle aurait rapporter les qq milliards d'euros nécessaires pour amorcer le choc de compétitivité. Tant pis pour nous.
Réponse de le 10/09/2014 à 19:54 :
C'est vrai que la TVA sociale aurai mis la France dans une situation très compétitive et même trop pour nos voisins qui nous en aurai voulu!
Réponse de le 11/09/2014 à 6:50 :
De toutes façon la TVA sociale n'était pas suffisante pour maintenir le mouvement; il fallait prévoir aussi d'utiliser la taxe carbone, ce qui avait été exclu à l'époque.
Réponse de le 11/09/2014 à 9:04 :
Vous qui êtes au chômage vous êtes toute la journée au lit, c'est facile d'avoir des idées aussi saugrenues avec l'argent de ceux qui travaillent.
Réponse de le 11/09/2014 à 10:39 :
Cela m'intéresserai de connaitre votre raisonnement pour mieux comprendre le mien qui correspond également aux économistes qui inspirent le gouvernement.
Réponse de le 11/09/2014 à 18:26 :
yo

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :